close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

751.Treaty Series 2725

код для вставкиСкачать
Treaty Series
Treaties and international agreem ents
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2725
2011
I. Nos. 48215-48226
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
UNITED NATIONS • NATIONS UNIES
Treaty Series
Treaties and international agreem ents
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2725
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
United Nations • Nations Unies
New York, 2016
Copyright © United Nations 2016
All rights reserved
Manufactured in the United Nations
Print ISBN: 978-92-1-900743-7
e-ISBN: 978-92-1-056871-5
ISSN: 0379-8267
Copyright © Nations Unies 2016
Tous droits réservés
Imprimé aux Nations Unies
Volume 2725, Table of Contents
TABLE OF CONTENTS
I
Treaties and international agreements
registered in January 2011
Nos. 48215 to 48226
No. 48215. Turkey and Saudi Arabia:
Agreement for regulating the transportation of passengers and goods on roads between
the Government of the Republic of Turkey and the Government of the Kingdom of
Saudi Arabia. Ankara, 8 August 2006 .........................................................................
3
No. 48216. Turkey and South Africa:
Trade and Economic Cooperation Agreement between the Government of the Republic
of Turkey and the Government of the Republic of South Africa. Pretoria,
3 March 2005...............................................................................................................
25
No. 48217. Mexico and Guatemala:
Air Transport Agreement between the Government of the United Mexican States and
the Government of the Republic of Guatemala (with Route Schedule). Antigua
City, Guatemala, 25 February 1992 .............................................................................
37
No. 48218. Mexico and Poland:
Air Transport Agreement between the Government of the United Mexican States and
the Government of the Republic of Poland (with Route Schedule). Mexico City,
11 October 1990 ..........................................................................................................
67
No. 48219. Mexico and Costa Rica:
Air Transport Agreement between the Government of the United Mexican States and
the Government of the Republic of Costa Rica (with Route Schedule). Mexico City,
25 February 1991 .........................................................................................................
137
No. 48220. Mexico and Jamaica:
Agreement on cultural cooperation between the Government of the United Mexican
States and the Government of Jamaica. Kingston, 30 July 1990 .................................
187
No. 48221. Mexico and Belize:
Agreement on tourism cooperation between the Government of the United Mexican
States and the Government of Belize. Mexico City, 26 April 1990 .............................
III
199
Volume 2725, Table of Contents
No. 48222. Mexico and Singapore:
Air Services Agreement between the Government of the United Mexican States and the
Government of the Republic of Singapore (with annex). Singapore, 21 June 1990 ....
215
No. 48223. Mexico and Ecuador:
Agreement between the United Mexican States and the Republic of Ecuador on cooperation to combat drug trafficking and drug dependency. Quito, 25 March 1990 ..........
291
No. 48224. Mexico and Albania:
Agreement on cultural exchange between the United Mexican States and the People's
Socialist Republic of Albania. Mexico City, 27 October 1989 ....................................
309
No. 48225. Mexico and Costa Rica:
Treaty on extradition and mutual judicial assistance in criminal matters between the
United Mexican States and the Republic of Costa Rica. San José, 13 October 1989 ..
321
No. 48226. Mexico and Chile:
Agreement between the Government of the United Mexican States and the Government
of the Republic of Chile on cooperation to combat drug trafficking and drug dependency. Mexico City, 2 October 1990 .....................................................................
IV
365
Volume 2725, Table des matières
TABLE DES MATIÈRES
I
Traités et accords internationaux
enregistrés en janvier 2011
Nos 48215 à 48226
No
48215. Turquie et Arabie saoudite :
Accord en vue de réglementer le transport routier de passagers et de marchandises entre
le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement du Royaume
d'Arabie saoudite. Ankara, 8 août 2006 .......................................................................
No
48216. Turquie et Afrique du Sud :
Accord de coopération commerciale et économique entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de la République sud-africaine. Pretoria,
3 mars 2005 .................................................................................................................
No
137
48220. Mexique et Jamaïque :
Accord de coopération culturelle entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et
le Gouvernement de la Jamaïque. Kingston, 30 juillet 1990........................................
No
67
48219. Mexique et Costa Rica :
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et
le Gouvernement de la République du Costa Rica (avec tableau des routes).
Mexico, 25 février 1991 ..............................................................................................
No
37
48218. Mexique et Pologne :
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et
le Gouvernement de la République de Pologne (avec tableau des routes). Mexico,
11 octobre 1990 ...........................................................................................................
No
25
48217. Mexique et Guatemala :
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et
le Gouvernement de la République du Guatemala (avec tableau des routes).
Antigua (Guatemala), 25 février 1992 .........................................................................
No
3
187
48221. Mexique et Belize :
Accord de coopération touristique entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et
le Gouvernement du Belize. Mexico, 26 avril 1990 ....................................................
V
199
Volume 2725, Table des matières
No
48222. Mexique et Singapour :
Accord relatif aux services aériens entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et
le Gouvernement de la République de Singapour (avec annexe). Singapour,
21 juin 1990 .................................................................................................................
No
48223. Mexique et Équateur :
Accord entre les États-Unis du Mexique et la République de l'Équateur relatif à la coopération en vue de combattre le trafic de drogues et la pharmacodépendance. Quito,
25 mars 1990 ...............................................................................................................
No
309
48225. Mexique et Costa Rica :
Traité d'extradition et d'entraide judiciaire en matière pénale entre les États-Unis du
Mexique et la République du Costa Rica. San José, 13 octobre 1989 .........................
No
291
48224. Mexique et Albanie :
Accord relatif aux échanges culturels entre les États-Unis du Mexique et la République
populaire socialiste d'Albanie. Mexico, 27 octobre 1989 ............................................
No
215
321
48226. Mexique et Chili :
Accord entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la
République du Chili relatif à la coopération en vue de combattre le trafic de
drogues et la pharmacodépendance. Mexico, 2 octobre 1990 .....................................
VI
365
NOTE BY THE SECRETARIAT
Under Article 102 of the Charter of the United Nations, every treaty and every international agreement entered into by any Member of the United Nations after the coming into force of the Charter shall, as soon as possible, be registered with the Secretariat and published by it. Furthermore, no party to a treaty or international
agreement subject to registration which has not been registered may invoke that treaty or agreement before any
organ of the United Nations. The General Assembly, by resolution 97 (I), established regulations to give effect
to Article 102 of the Charter (see text of the regulations, vol. 859, p. VIII;
https://treaties.un.org/doc/source/publications/practice/registration_and_publication.pdf).
The terms "treaty" and "international agreement" have not been defined either in the Charter or in the regulations, and the Secretariat follows the principle that it acts in accordance with the position of the Member
State submitting an instrument for registration that, so far as that party is concerned, the instrument is a treaty
or an international agreement within the meaning of Article 102. Registration of an instrument submitted by a
Member State, therefore, does not imply a judgement by the Secretariat on the nature of the instrument, the status of a party or any similar question. It is the understanding of the Secretariat that its acceptance for registration of an instrument does not confer on the instrument the status of a treaty or an international agreement if it
does not already have that status, and does not confer upon a party a status which it would not otherwise have.
*
* *
Disclaimer: All authentic texts in the present Series are published as submitted for registration by a party
to the instrument. Unless otherwise indicated, the translations of these texts have been made by the Secretariat
of the United Nations, for information.
NOTE DU SECRÉTARIAT
Aux termes de l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tout traité ou accord international conclu par
un Membre des Nations Unies après l'entrée en vigueur de la Charte sera, le plus tôt possible, enregistré au
Secrétariat et publié par lui. De plus, aucune partie à un traité ou accord international qui aurait dû être
enregistré mais ne l'a pas été ne pourra invoquer ledit traité ou accord devant un organe de l’Organisation des
Nations Unies. Par sa résolution 97 (I), l'Assemblée générale a adopté un règlement destiné à mettre en
application l'Article 102 de la Charte (voir texte du règlement, vol. 859, p. IX;
https://treaties.un.org/doc/source/publications/practice/registration_and_publication-fr.pdf).
Les termes « traité » et « accord international » n'ont été définis ni dans la Charte ni dans le règlement, et
le Secrétariat a pris comme principe de s'en tenir à la position adoptée à cet égard par l'État Membre qui a présenté l'instrument à l'enregistrement, à savoir qu’en ce qui concerne cet État partie, l'instrument constitue un
traité ou un accord international au sens de l'Article 102. Il s'ensuit que l'enregistrement d'un instrument présenté par un État Membre n'implique, de la part du Secrétariat, aucun jugement sur la nature de l'instrument, le statut d'une partie ou toute autre question similaire. Le Secrétariat considère donc que son acceptation pour enregistrement d’un instrument ne confère pas audit instrument la qualité de traité ou d'accord international si ce
dernier ne l'a pas déjà, et qu'il ne confère pas à une partie un statut que, par ailleurs, elle ne posséderait pas.
*
* *
Déni de responsabilité : Tous les textes authentiques du présent Recueil sont publiés tels qu’ils ont été
soumis pour enregistrement par l’une des parties à l’instrument. Sauf indication contraire, les traductions de ces
textes ont été établies par le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, à titre d'information.
I
Treaties and international agreements
registered in
January 2011
Nos. 48215 to 48226
Traités et accords internationaux
enregistrés en
janvier 2011
os
N 48215 à 48226
Volume 2725, I-48215
No. 48215
____
Turkey
and
Saudi Arabia
Agreement for regulating the transportation of passengers and goods on roads between the
Government of the Republic of Turkey and the Government of the Kingdom of Saudi
Arabia. Ankara, 8 August 2006
Entry into force: 4 April 2009 by the exchange of instruments of ratification, in accordance with
article 4
Authentic texts: Arabic, English and Turkish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Turkey, 3 January 2011
Turquie
et
Arabie saoudite
Accord en vue de réglementer le transport routier de passagers et de marchandises entre le
Gouvernement de la République turque et le Gouvernement du Royaume d'Arabie
saoudite. Ankara, 8 août 2006
Entrée en vigueur : 4 avril 2009 par échange des instruments de ratification, conformément à
l'article 4
Textes authentiques : arabe, anglais et turc
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Turquie, 3 janvier 2011
3
Volume 2725, I-48215
4
Volume 2725, I-48215
5
Volume 2725, I-48215
6
Volume 2725, I-48215
7
Volume 2725, I-48215
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ]
8
Volume 2725, I-48215
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
9
Volume 2725, I-48215
10
Volume 2725, I-48215
11
Volume 2725, I-48215
12
Volume 2725, I-48215
13
Volume 2725, I-48215
14
Volume 2725, I-48215
[ TURKISH TEXT – TEXTE TURC ]
15
Volume 2725, I-48215
16
Volume 2725, I-48215
17
Volume 2725, I-48215
18
Volume 2725, I-48215
19
Volume 2725, I-48215
20
Volume 2725, I-48215
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD EN VUE DE RÉGLEMENTER LE TRANSPORT ROUTIER DE PASSAGERS ET DE MARCHANDISES ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE TURQUE ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME D'ARABIE
SAOUDITE
Désireux d’améliorer et de renforcer les relations fraternelles entre les deux pays, et compte
tenu de leur intérêt mutuel pour la promotion d’une coopération conjointe dans le domaine du
transport terrestre routier, pour l’organisation et l’échange d’informations pertinentes de même que
pour la facilitation de l’entrée et de la sortie de véhicules d’un pays à l’autre, et en application du
principe de l’égalité de traitement, le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement
du Royaume d’Arabie saoudite, ci-après dénommés les « deux Parties contractantes »,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Les expressions suivantes, utilisées dans le présent Accord, ont le sens conféré à chacune
d’entre elles :
1. Véhicule :
Tout moyen de transport ou de remorquage monté sur roues et propulsé mécaniquement, habituellement utilisé pour transporter des passagers et/ou des marchandises. Pour l’exécution du présent Accord, la définition inclut ce qui suit :
a) Véhicules publics : véhicules utilisés pour le transport payant de marchandises, de
passagers ou des deux, dûment autorisés par les autorités compétentes de l’un ou de l’autre
pays, qui comprennent :
- Camions : véhicules à cabine simple ou à remorque affectés au transport de marchandises ;
- Bus : véhicules préparés pour le transport de plus de huit (8) passagers ;
b) Véhicules privés : véhicules immatriculés et préparés pour un usage personnel, aux
fins du seul transport de passagers et de leurs effets personnels.
2. Transports externes :
Le transport de passagers ou marchandises entre les pays des deux Parties contractantes.
3. Transit :
Le transit inclut les opérations de transport de marchandises et/ou de passagers par des véhicules de l’un des pays vers le territoire d’une tierce partie en passant par le territoire de l’autre
pays, sans toutefois être autorisé à procéder à des chargements ou des déchargements sur le territoire de cet autre pays.
21
Volume 2725, I-48215
Article 2
1. Les autorités de transport compétentes des deux pays s’efforceront de renforcer l’échange
d’expériences, d’informations et d’études dans le domaine du transport terrestre routier, ainsi que
des statistiques sur le volume de passagers et de marchandises transportés par voie terrestre.
2. Les autorités s’efforceront de nouer et promouvoir des contacts entre les agences et organisations de transport dans les deux pays, aux fins de l’échange d’informations et d’expériences, ce
qui contribuera au renforcement de l’efficacité et du développement des services de transport.
3. Il est constitué une commission mixte permanente, réunissant des représentants des autorités de transport terrestre concernées des deux pays afin de développer les relations en matière de
transport, de surmonter les difficultés susceptibles d’être rencontrées dans le cadre de la mise en
œuvre des articles du présent Accord. Cette commission soumet également des propositions visant
à améliorer et à élargir les programmes de transport mixtes et considère les propositions éventuelles d’amendement de l’un quelconque des articles du présent Accord au besoin. La commission
se réunit périodiquement tous les ans alternativement dans l’un ou l’autre pays.
Article 3
1. Le transport entre le Royaume et la Turquie est limité aux véhicules immatriculés dans
l’un ou l’autre pays. Lorsqu’ils se trouvent dans le pays de l’autre Partie, ces véhicules sont soumis
aux lois et règlements appliqués dans ce pays, et respecteront les charges, poids et dimensions
autorisés sur le réseau routier de ce pays.
2. a) Les deux Parties contractantes autorisent l’entrée de camions réfrigérés vides ou
chargés immatriculés dans l’un ou l’autre pays aux points de douane de sortie du pays de l’autre
Partie pour le chargement ou le déchargement de marchandises.
b) Les deux Parties contractantes autorisent l’entrée d’autres camions chargés
immatriculés dans l’un ou l’autre pays afin de rejoindre leurs destinations sur le territoire de l’autre
Partie contractante, pour autant que lesdits camions respectent les charges axiales, les dimensions
et les poids autorisés sur le réseau routier de ce pays.
c) Les deux Parties contractantes autorisent tous les types de camions, vides ou chargés
et immatriculés dans le pays de l’autre Partie à traverser leur territoire respectif pour rejoindre celui d’un pays tiers après avoir été soumis aux procédures douanières d’usage.
3. Les deux Parties contractantes autorisent le transit à travers leur territoire respectif pour
les passagers voyageant à bord de véhicules publics immatriculés dans le pays de l’autre Partie
contractante après avoir obtenu les visas nécessaires.
4. Conformément aux lois et aux instructions locales en vigueur, les autorités compétentes
de l’une ou l’autre Partie contractantes délivrent des visas à entrées multiples valables pendant six
mois à chaque conducteur et à son assistant appartenant à l’autre Partie contractante et qui interviennent dans le transport extérieur ou de transit de passagers et de marchandises à l’aide de véhicules publics.
5. Les véhicules immatriculés dans l’un ou l’autre pays ne seront pas utilisés à des fins de
transport interne lorsqu’ils sont sur le territoire de l’autre Partie. Par ailleurs, le transport depuis le
pays de l’une des Parties, à l’aide de véhicules de l’autre Partie, vers un pays tiers n’est pas autorisé, sauf autorisation préalable des autorités compétentes du pays où le transport débutera.
22
Volume 2725, I-48215
6. Le passage de marchandises en transit dont l’entrée est interdite en vertu de la législation
en vigueur dans les deux pays est interdit. Les autorités douanières de chacun des deux pays
échangent des listes des marchandises interdites.
7. Exception faite des frais demandés aux particuliers pour les visas d’entrée, les véhicules
privés des deux pays sont exonérés de toutes taxes et tous droits de douane.
8. a) Les véhicules publics immatriculés dans le pays de l’une ou l’autre Partie contractante ont le droit de rester dans le pays de l’autre Partie contractante pendant quinze (15) jours.
b) Les véhicules immatriculés dans le pays de l’une des deux Parties contractantes ne
peuvent pas se trouver dans le pays de l’autre Partie contractante après l’expiration de la période
autorisée, sauf en cas d’urgence échappant à tout contrôle, et avec un permis spécial des autorités
compétentes de ce pays.
9. Les conducteurs de moyens de transport appartenant au pays de l’une ou l’autre Partie
contractante s’assurent qu’ils possèdent les documents valides ci-après lorsqu’ils conduisent ces
véhicules dans le pays de l’autre Partie contractante. Ils doivent présenter ces documents à la demande des autorités compétentes de ce pays :
a) Un passeport avec un visa d’entrée valide;
b) Un permis de conduire international ou un permis local pour les ressortissants des
deux pays et leurs résidents. Le permis doit être conforme au type de véhicule conduit;
c) Une licence d’immatriculation pour le véhicule qu’il conduit;
d) Les documents d’assurance couvrant des tiers, y compris le conducteur et les passagers. Ils seront publiés par l’une des compagnies d’assurance accréditée dans le pays de l’autre
Partie contractante;
e) Les documents de fret des camions, tels que convenus par les autorités douanières
des deux pays.
10. Les autorités compétentes du transport terrestre des deux pays coordonnent et se mettent
d’accord sur leurs actions sur la base des éléments suivants :
a) L’identification des itinéraires de transport externe entre les deux pays, la réglementation dudit service, notamment la désignation des terminaux de chargement et de déchargement de
chaque pays et l’établissement de procédures de chargement pour les bureaux et les terminaux officiellement accrédités par chaque pays;
b) L’organisation de transports touristiques entre les deux pays sur les routes à l’aide de
véhicules immatriculés dans l’un ou l’autre pays;
c) Les spécifications techniques relatives aux bus, que les entreprises et établissements
saoudiens peuvent souhaiter engager au départ de la Turquie pendant le Hadj.
Article 4
1. Les véhicules immatriculés dans l’un ou l’autre pays, ainsi que leurs conducteurs, leurs
passagers et les marchandises transportés seront soumis, sur le territoire de l’autre Partie, à la législation et aux règlements en vigueur dans le pays en question.
2. Le présent Accord entre en vigueur après quinze (15) jours à compter de la date de
l’échange des documents de ratification. Il reste valide pendant un (1) an et est renouvelé automa23
Volume 2725, I-48215
tiquement à moins qu’une Partie ne notifie à l’autre par écrit son intention de résilier ou de modifier l’Accord six (6) mois au moins avant sa date d’expiration.
3. Le Ministre des transports du Royaume d’Arabie saoudite et le Ministre du transport de la
République turque ont le droit, sur la base d’un accord mutuel, de publier les règlements exécutifs
requis pour la mise en œuvre du présent Accord.
4. Le présent Accord est dûment mis en œuvre sans violer les lois en vigueur dans les deux
pays.
Le présent Accord a été dûment signé à Ankara le 14/7/1427 de l’Hégire, soit le 8 août 2006,
en deux exemplaires originaux en langues turque, arabe et anglaise. En cas de divergence, le texte
anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement de la République turque :
BINALI YILDIRIM
Ministre des transports
Pour le Gouvernement du Royaume d’Arabie saoudite :
IBRAHIM A. AL-ASSAF
Ministre des finances
24
Volume 2725, I-48216
No. 48216
____
Turkey
and
South Africa
Trade and Economic Cooperation Agreement between the Government of the Republic of
Turkey and the Government of the Republic of South Africa. Pretoria, 3 March 2005
Entry into force: 4 January 2009 by notification, in accordance with article 15
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: Turkey, 3 January 2011
Turquie
et
Afrique du Sud
Accord de coopération commerciale et économique entre le Gouvernement de la République
turque et le Gouvernement de la République sud-africaine. Pretoria, 3 mars 2005
Entrée en vigueur : 4 janvier 2009 par notification, conformément à l'article 15
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Turquie, 3 janvier 2011
25
Volume 2725, I-48216
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
26
Volume 2725, I-48216
27
Volume 2725, I-48216
28
Volume 2725, I-48216
29
Volume 2725, I-48216
30
Volume 2725, I-48216
31
Volume 2725, I-48216
32
Volume 2725, I-48216
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION COMMERCIALE ET ÉCONOMIQUE ENTRE LE
GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE TURQUE ET LE GOUVERNEMENT
DE LA RÉPUBLIQUE SUD-AFRICAINE
Préambule
Le Gouvernement de la République turque (ci-après dénommée « la Turquie ») et le Gouvernement de la République sud-africaine (ci-après dénommée « l’Afrique du Sud ») (conjointement
dénommés les « Parties » et séparément une « Partie »),
Considérant les nouveaux liens d’amitié entre leurs pays,
Ayant décidé de consolider, renforcer et diversifier les relations commerciales entre leurs pays
en profitant au maximum de leurs capacités accrues afin de satisfaire leurs exigences réciproques
sur la base d’un intérêt mutuel fondé sur le traitement de la nation la plus favorisée, conformément
aux principes de l’Accord sur l’OMC,
Conscients des courants d’échange entre la République turque et la République sud-africaine,
Sachant que la relation commerciale et économique plus dynamique que souhaitent la Turquie
et l’Afrique du Sud exige une coopération étroite dans tout l’éventail des activités commerciales et
économiques,
Convaincus que cette coopération doit être réalisée de façon pragmatique et évolutive, à mesure que leurs politiques sont élaborées,
Désireux en outre de renforcer leurs relations et de contribuer conjointement à la coopération
commerciale internationale,
Ayant décidé de conclure ensemble un accord de coopération commerciale et économique,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Disposition générale
Les Parties prendront toutes les mesures nécessaires pour faciliter et promouvoir le commerce
ainsi que les relations économiques entre leurs pays, conformément au droit interne respectif en
vigueur dans leurs pays et sous réserve des obligations qui leur incombent en vertu des traités,
conventions et accords internationaux auxquels elles sont parties.
Article 2. Traitement de la nation la plus favorisée (« NPF »)
Les Parties s’accordent mutuellement le traitement de la nation la plus favorisée (NPF)
conformément aux principes prévus dans l’Accord sur l’OMC et ses annexes.
33
Volume 2725, I-48216
Article 3. Exemptions au traitement NPF
Les dispositions de l’article 2 ne s’appliquent pas à l’octroi ou au maintien, s’il y a lieu :
a) Des avantages que l’une ou l’autre des Parties a accordés ou peut accorder à des pays limitrophes, en vue de faciliter le trafic frontalier;
b) Des avantages ou préférences accordés par l’une ou l’autre des Parties à un pays tiers
conformément à un accord commercial préférentiel plurilatéral;
c) Des avantages ou préférences que l’une ou l’autre des Parties a accordés ou peut accorder
au titre de tout régime relatif à l’élargissement de la coopération économique et commerciale entre
les pays en développement, ouvert à la participation des pays en développement et auquel l’une ou
l’autre Partie est ou peut devenir partie; ou
d) Des avantages ou préférences qui ont été ou pourraient être accordés par l’une ou l’autre
Partie consécutivement à leur participation à une union douanière, une zone de libre-échange ou
tout autre accord d’intégration régionale ou sous-régionale, ou sur la base du Système généralisé
de préférences (SGP) de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement
des Nations Unies (CNUCED).
Article 4. Participation à des foires commerciales
Les Parties encourageront leurs entreprises et organisations respectives à participer à des expositions, foires et autres activités promotionnelles ainsi qu’à favoriser l’échange de délégations et
représentants commerciaux. Chacune des Parties facilite l’organisation des expositions nationales
de l’autre Partie sur son territoire.
Article 5. Promotion de la conduite d’activités commerciales et économiques
Chaque Partie s’efforce de promouvoir la conduite d’activités commerciales et économiques
par des entités physiques et morales de l’autre Partie sur son territoire conformément aux pratiques
commerciales internationales généralement acceptées.
Article 6. Importation de marchandises
Sous réserve du droit interne en vigueur dans son pays, une Partie autorise l’importation en
provenance du pays de l’autre Partie, en franchise de droits d’importation, de taxes et de redevances :
a) D’articles destinés à toute foire, exposition, démonstration, séminaire, congrès ou conférence dans le pays de l’autre Partie contractante et non destinés à la vente;
b) D’articles qui, après avoir été exportés, sont retournés pour réparation, pour autant que
lesdits articles soient réexportés après la réparation.
Article 7. Facilitation du transit de marchandises
Sous réserve du droit interne en vigueur dans son pays, une Partie assure la liberté de transit
des marchandises du pays de l’autre Partie sur son territoire.
34
Volume 2725, I-48216
Article 8. Modalités de paiement
Le paiement des biens et services au titre des contrats conclus dans le cadre du présent Accord
sera effectué en devises librement convertibles conformément aux lois et réglementations des Parties relatives aux devises.
Article 9. Mesures de sauvegarde
Sous réserve que ces mesures ne soient pas appliquées de façon arbitraire ou discriminatoire,
les dispositions du présent Accord ne limiteront pas les droits de l’une ou l’autre des Parties à
adopter ou exécuter des mesures conformément aux dispositions pertinentes de l’Accord sur
l’OMC et à ses annexes.
Article 10. Autorités compétentes
Les Parties conviennent que les autorités responsables de la mise en œuvre des dispositions du
présent Accord et autres questions y afférentes sont :
a) Dans le cas de la Turquie, le Sous-Secrétariat du Ministère du commerce extérieur; et
b) Dans le cas de l’Afrique du Sud, le Département du commerce et de l’industrie.
Article 11. Création du Comité économique mixte (« CEM »)
1. Les Parties créent un Comité économique mixte Turquie-Afrique du Sud chargé de promouvoir et de faciliter la coopération commerciale et économique entre les deux pays.
2. Le Comité économique mixte adopte les mesures nécessaires pour une mise en œuvre réussie du présent Accord et identifie de nouveaux domaines de coopération économique et commerciale.
3. Le CEM est créé au niveau du Sous-Secrétaire du commerce extérieur de la République
turque et du Vice-Ministre du commerce et de l’industrie de la République sud-africaine.
4. Le CEM se réunit alternativement dans la République turque et dans la République
sud-africaine à la date et au lieu convenus d’un commun accord entre les Parties.
Article 12. Échange d’informations commerciales
Aux fins de la bonne exécution du présent Accord, les Parties se communiquent par le biais
des autorités visées à l’article 11, dans la mesure du possible, toutes les informations utiles pouvant
contribuer à l’expansion des échanges et des activités commerciales entre leurs pays.
Article 13. Règlement des différends
Tous les différends entre les Parties relatif à l’interprétation ou à l’exécution du présent Accord seront résolus sans retard excessif, par le biais de consultations et de négociations amiables.
35
Volume 2725, I-48216
Article 14. Révision et amendement de l’Accord
1. Le présent Accord pourra être révisé ou amendé par l’une ou l’autre Partie à n’importe
quel moment, par accord écrit, par le biais d’un échange de notes par la voie diplomatique.
2. L’amendement de l’Accord n’a aucune incidence sur l’exécution de contrats et d’accords
conclus en vertu des dispositions du présent Accord.
Article 15. Entrée en vigueur et dénonciation de l’Accord
1. Le présent Accord entre en vigueur à partir de la date à laquelle les deux Parties se sont
avisées par écrit et par la voie diplomatique de l’accomplissement de leurs formalités constitutionnelles requises pour l’entrée en vigueur du présent Accord. La date d’entrée en vigueur est la date
de la dernière notification.
2. L’Accord reste en vigueur pendant une période initiale de cinq (5) ans, après laquelle il
sera automatiquement reconduit pour des périodes successives d’un (1) an, à moins qu’une Partie
ne fasse part, moyennant une notification écrite par la voie diplomatique, de son intention de le dénoncer au moins six (6) mois avant son expiration.
3. Nonobstant la dénonciation du présent Accord conformément au paragraphe 2, les transactions conclues pendant la période de validité du présent Accord mais qui ne sont pas exécutées
ou accomplies avant sa dénonciation, restent régies par les dispositions du présent Accord jusqu’à
leur exécution or leur accomplissement.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés par leurs Gouvernements respectifs,
ont signé le présent Accord et y ont apposé leur sceau, en double exemplaire en langue anglaise.
FAIT à Pretoria, le 3 mars 2005.
Pour le Gouvernement de la République turque :
RECEP TAYYİP ERDOǦAN
Premier Ministre
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
JACOB ZUMA
Vice-Président
36
Volume 2725, I-48217
No. 48217
____
Mexico
and
Guatemala
Air Transport Agreement between the Government of the United Mexican States and the
Government of the Republic of Guatemala (with Route Schedule). Antigua City,
Guatemala, 25 February 1992
Entry into force: 20 March 1995 by notification, in accordance with article 14
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Guatemala
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le
Gouvernement de la République du Guatemala (avec tableau des routes). Antigua
(Guatemala), 25 février 1992
Entrée en vigueur : 20 mars 1995 par notification, conformément à l'article 14
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
37
Volume 2725, I-48217
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
38
Volume 2725, I-48217
39
Volume 2725, I-48217
40
Volume 2725, I-48217
41
Volume 2725, I-48217
42
Volume 2725, I-48217
43
Volume 2725, I-48217
44
Volume 2725, I-48217
45
Volume 2725, I-48217
46
Volume 2725, I-48217
47
Volume 2725, I-48217
48
Volume 2725, I-48217
49
Volume 2725, I-48217
50
Volume 2725, I-48217
51
Volume 2725, I-48217
52
Volume 2725, I-48217
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AIR TRANSPORT AGREEMENT BETWEEN THE GOVERNMENT OF THE
UNITED MEXICAN STATES AND THE GOVERNMENT OF THE REPUBLIC
OF GUATEMALA
The Government of the United Mexican States and the Government of the Republic of
Guatemala,
Being parties to the Convention on International Civil Aviation, opened for signature at
Chicago on 7 December, 1944,
Desiring to conclude a bilateral agreement supplementary to the said Convention for the purpose of establishing air services between their respective territories,
Have agreed as follows:
Article 1. Definitions
For the interpretation, application and purposes of this Agreement and its Route Schedule, the
following terms shall have the meaning indicated:
A. The term "Convention" means the Convention on International Civil Aviation, opened for
signature at Chicago on 7 December 1944 and any amendment thereto which has been ratified by
both Contracting Parties.
B. The term "this Agreement" includes the Route Schedule annexed hereto and any amendments to this Agreement or to the Route Schedule.
C. The term "aeronautical authorities" means, in the case of the United Mexican States, the
Ministry of Communications and Transport and, in the case of the Republic of Guatemala, the
Ministry of Communications, Transport and Public Works.
D. The term "international air service" means an air service which passes through the airspace above the territory of more than one State.
E. The term "stop for non-commercial purposes" means a landing for any purpose other than
embarking or disembarking passengers, cargo or mail.
F. The term "designated airline" means an airline that has been designated and authorized in
accordance with article 3 of this Agreement.
G. The term "tariff" means the prices to be paid for the carriage of passengers, baggage and
cargo on regular flights and the conditions under which these prices apply, taking into account all
relevant factors, especially the cost of operation, reasonable profit and the tariffs charged by other
air transport companies, and also including conditions of carriage, prices and commissions for the
services of travel agencies and other auxiliary services, but excluding remuneration and conditions
for the carriage of mail.
H. The term "frequency" means the number of round-trip flights operated by an airline on a
specific route over a given period.
I. The term "specified routes" means the routes established in the Route Schedule annexed
to this Agreement.
53
Volume 2725, I-48217
J. The term "territory" in relation to a State means the areas under the sovereignty, dominion, protection or mandate of such State.
Article 2. Granting of rights
1. Each Contracting Party grants to the other Contracting Party the rights specified in the
present Agreement for the purpose of establishing scheduled international air services on the routes
specified in the Route Schedule annexed to this Agreement.
2. As provided for in the present Agreement, the airlines designated by each Contracting
Party shall, while operating the agreed services, enjoy the following rights:
(a) To fly over the territory of the other Contracting Party without landing;
(b) To make stops for non-commercial purposes in the territory of the other Contracting Party;
(c) To embark and disembark passengers, cargo and mail in international traffic in the said
territory, at the points specified in the annexed Route Schedule.
Article 3. Designation and authorization of airlines
1. Each Contracting Party shall have the right to designate, in writing, to the other Contracting Party, airlines for the operation of the agreed air services on the specified routes and to withdraw or alter such designations.
2. On receiving these designations, the other Contracting Party shall grant the appropriate
operating authorization to the designated airline or airlines without delay, subject to the provisions
of paragraph 3 of this article.
3. The aeronautical authorities of either Contracting Party shall require the designated airlines of the other Contracting Party to prove that they are qualified to fulfil the conditions set forth
in the laws and regulations normally and reasonably applied by the authorities to the operation of
international air services in accordance with the provisions of the Convention.
4. Each State shall designate the number of airlines in accordance with the Route Schedule
annexed to this Agreement.
Article 4. Revocation or suspension of operating authorizations
1. Each Contracting Party shall have the right to revoke an operating authorization or to suspend the exercise of the rights specified in article 2 of this Agreement by the designated airlines of
the other Contracting Party or to impose such conditions as it may deem necessary if these airlines
fail in any other way to operate in accordance with the conditions prescribed under this Agreement.
2. Such a right shall be exercised only after consultation with the other Contracting Party,
unless immediate revocation, suspension or imposition of the conditions provided for in paragraph 1 of this article is essential to prevent further infringements of laws and regulations.
54
Volume 2725, I-48217
Article 5. Applicability of laws and regulations
The laws and regulations of each Contracting Party relating to the entry into, presence in and
departure from its territory of aircraft operated on international air services and of their passengers,
crew, baggage, cargo and mail, as well as formalities concerning migration, customs and health
measures, shall also apply in that territory to the operations of the designated airlines of the other
Contracting Party.
Article 6. Recognition of airworthiness certificates and licences
1. Airworthiness certificates, credentials or certificates of competence and licences issued or
validated by one Contracting Party and still in force shall be recognized as valid by the other Contracting Party for the purpose of operating on the routes specified in the Route Schedule.
2. Nevertheless, each Contracting Party reserves the right to refuse to recognize, for the purpose of flights over its own territory, the validity of credentials or certificates of competency and
licences issued to its own nationals by the other Contracting Party.
Article 7. Charges for the use of airports
Each of the Contracting Parties may impose just and reasonable charges for the use of airports
and other facilities. Each of the Contracting Parties agrees, however, that these charges shall not be
higher than those paid by aircraft operated by its national aircraft engaged in similar international
air services for the use of such airports and facilities.
Article 8. Customs duties
1. Aircraft used for international air services by the airlines designated by either Contracting
Party and the equipment used for the operation of the aircraft, fuel, lubricants, technical supplies
for consumption, spare parts and stores (including food, beverages and tobacco), onboard such aircraft, shall be exempt from all customs duties, national taxes, inspection fees and other duties and
from federal, state or municipal taxes or charges on arriving in the territory of the other Contracting Party, providing that such equipment and supplies remain aboard the aircraft up to such time as
they are re-exported, even if such items are used or consumed by such aircraft on flights within that
territory.
2. The following items shall also be exempt from such duties, taxes and charges, with the
exception of charges for services provided: lubricating oils, technical materials for consumption,
spare parts, tools and special equipment for maintenance and repairs, stores (including food, beverages and tobacco), airline documentation such as tickets, pamphlets, timetables and other printed
material required by the airline for its operations and advertising material which is deemed necessary and which is exclusively for use in the airline's activities, when sent by or for the airline of one
Contracting Party to the territory of the other Contracting Party as well as materials taken on board
aircraft of the airlines of one Contracting Party in the territory of the other Contracting Party for
use on international air services.
3. Standard equipment taken on board and other materials and supplies retained onboard the
aircraft of either Contracting Party may be unloaded in the territory of the other Contracting Party
55
Volume 2725, I-48217
only with the authorization of the customs authorities of that territory. In such cases, they may be
stored under the supervision of the said authorities up to such time as they are exported or otherwise disposed of in accordance with the relevant legal provisions.
4. Passengers in transit through the territory of either Contracting Party shall be subject only
to simple control. Baggage and cargo in direct transit shall be exempt from customs duties and
other similar duties.
Article 9. Principles governing the operation of the agreed services
1. The designated airlines of both Contracting Parties shall have fair and equal opportunity
to operate the agreed services on the routes specified between their respective territories.
2. The agreed services provided by the designated airlines of the Contracting Parties shall be
closely related to the demand for transport of passengers and cargo, including mail, from or to the
territory of the Contracting Party that designated the airlines.
3. The above shall not include traffic not corresponding to points originally established in
the respective Route Schedules.
Article 10
1. The tariffs applicable to services on the specified routes pursuant to the Annex to the present Agreement shall be established by the designated airlines of both Governments in accordance
with their own commercial criteria and, if possible, using the multilateral mechanism for the coordination of airline tariffs.
2. The tariffs to be applied by the airlines of both Contracting Parties shall be submitted for
approval by the aeronautical authorities of the respective Governments no less than thirty (30) days
before the date proposed for their application. The aforementioned principle for the setting of tariffs shall be applicable to tariffs for connecting routes.
Article 11
Either Contracting Party may at any time request consultations on the implementation, interpretation, application or amendment of this Agreement. Such consultations, which may be between
the aeronautical authorities, shall take place within a period of sixty (60) days from the date on
which the other Contracting Party receives a written request, unless otherwise agreed by the Contracting Parties.
Article 12. Settlement of disputes
1. Except as otherwise provided in this Agreement, any dispute arising between the Contracting Parties concerning the interpretation or application of this Agreement that cannot be settled through consultations shall be submitted to an arbitration panel consisting of three members.
Each Contracting Party shall designate one member of the panel; the third, who may not be a national of either Contracting Party, shall be designated by joint agreement between the two other
members of the panel.
56
Volume 2725, I-48217
2. Each Contracting Party shall designate an arbitrator within sixty (60) days from the date
on which either Contracting Party delivers to the other Contracting Party a diplomatic note
requesting the settlement of the dispute by arbitration. The third arbitrator shall be appointed
within sixty (60) days from the end of the aforesaid period of sixty (60) days.
3. If no agreement is reached concerning the third arbitrator within the time limits specified,
that arbitrator shall, at the request of either Contracting Party, be designated by the President of the
Council of the International Civil Aviation Organization in accordance with the procedures of that
organization.
4. The Contracting Parties undertake to comply with any decision handed down in accordance with this article. Any costs incurred as a result of such proceedings shall be shared equally between the Contracting Parties.
Article 13. Termination
Either Contracting Party may at any time notify the other Contracting Party, in writing, of its
decision to terminate this Agreement. The Agreement shall cease to have effect six (6) months after the date on which the other Contracting Party receives the notice, unless the latter is withdrawn
by mutual agreement before the expiry of this period.
Article 14. Entry into force
1. This Agreement shall enter into force as of the date on which both Contracting Parties notify one another, by an exchange of diplomatic notes, that they have completed the formalities required by their national legislation.
2. This Agreement shall remain in effect for three (3) years, and shall be extended for further
periods of equal duration unless either Contracting Party gives notice to the other, by diplomatic
note, of its decision to terminate the Agreement in accordance with the procedure established in article 13.
DONE at the city of Antigua, Guatemala, on 25 February 1992, in duplicate in the Spanish
language, both copies being equally authentic.
For the Government of the United Mexican States:
For the Government of the Republic of Guatemala:
57
Volume 2725, I-48217
ROUTE SCHEDULE
SECTION I
The Mexican airlines designated by the Government of the United Mexican States shall be entitled to operate regular air services on the following routes:
Points of origin in Mexican territory to points in Guatemala and beyond to Central and South
America.
1. The designated airlines may omit any point or points beyond from one or all its flights.
2. The designated airlines shall operate their routes as follows:
Frequency: up to seven (7) flights per week on the segment from Mexico City to Guatemala;
for flights from other points in Mexican territory, the frequency shall be agreed between the aeronautical authorities of the two countries.
Should it be demonstrated that the traffic requires greater frequency between those two (2)
points, this shall be authorized as soon as possible.
3. One airline per route.
Should it be demonstrated that traffic under the third and fourth freedoms requires expansion
of services between those two (2) points, this shall be authorized.
SECTION II
The airlines designated by the Government of the Republic of Guatemala shall be entitled to
operate regular air services on the following route:
From points of origin in Guatemalan territory to points in Mexican territory and beyond.
1. The designated airlines may omit any point or points beyond from one or all its flights.
2. The designated airlines shall operate their routes as follows:
Frequency: up to seven (7) flights per week on the segment from Mexico City to Guatemala;
from other points in Guatemalan territory, the frequency shall be agreed between the aeronautical
authorities of the two countries.
Should it be demonstrated that the traffic requires greater frequency between those two (2)
points, this shall be authorized as soon as possible.
3. One airline per route.
Should it be demonstrated that traffic under the third and fourth freedoms requires expansion
of services between those two (2) points, this shall be authorized.
SECTION III
Ruta Maya: up to five (5) airlines per route and per country.
Equipment: two-engine narrow-bodied aircraft, jet turbine or propeller-driven.
58
Volume 2725, I-48217
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AU TRANSPORT AÉRIEN ENTRE LE GOUVERNEMENT DES
ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE GOUVERNEMENT DU GUATEMALA
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République du
Guatemala,
Étant parties à la Convention relative à l'aviation civile internationale, ouverte à la signature le
7 décembre 1944 à Chicago,
Désireux de conclure un accord bilatéral complétant ladite Convention dans le but d'établir
des services aériens entre leurs territoires respectifs,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définitions
Les définitions suivantes s'appliquent aux fins de l'interprétation et de l'application du présent
Accord et de son tableau des routes :
A. Le terme « Convention » désigne la Convention relative à l'aviation civile internationale,
ouverte à la signature le 7 décembre 1944 à Chicago, et toute modification de ladite Convention
ratifiée par les deux Parties contractantes.
B. L'expression « présent Accord » englobe le tableau des routes annexé au présent Accord
et toutes les modifications ultérieurement apportées audit Accord ou au tableau des routes.
C. L'expression « autorités aéronautiques » désigne le Ministère des communications et des
transports dans le cas des États-Unis du Mexique, et le Ministère des communications, du transport
et des travaux publics dans le cas de la République du Guatemala.
D. L'expression « service aérien international » désigne toute liaison aérienne empruntant un
espace aérien qui couvre plus d'un territoire national.
E. L'expression « escale non commerciale » désigne un atterrissage effectué à des fins autres
que l'embarquement ou le débarquement de passagers, de fret ou de courrier.
F. L'expression « entreprise de transport aérien désignée » désigne toute entreprise de transport aérien désignée et agréée conformément à l'article 3 du présent Accord.
G. Le terme « tarif » désigne le prix fixé pour le transport de passagers, de bagages ou de
marchandises sur des vols réguliers, en tenant compte de tous les éléments à prendre en considération, notamment du coût de l'exploitation, d'un bénéfice raisonnable et des tarifs appliqués par les
autres entreprises, ainsi que les conditions de transport, les sommes et les commissions versées au
titre de services des agences de voyages ou d'autres services complémentaires, à l'exception de la
rémunération et autres conditions afférentes au transport du courrier.
H. Le terme « fréquence » désigne le nombre de vols aller-retour qu'une entreprise de transport aérien effectue sur l'une des routes stipulées pendant une période donnée.
I. L'expression « routes stipulées » désigne les routes énumérées dans le tableau des routes
annexé au présent Accord.
59
Volume 2725, I-48217
J. S’agissant d'un État, le terme « territoire » désigne les espaces placés sous la souveraineté,
la dépendance, la tutelle ou le mandat dudit État.
Article 2. Droits octroyés
1. Chaque Partie contractante accorde à l'autre Partie contractante les droits énoncés dans le
présent Accord, aux fins d'établir des liaisons aériennes internationales régulières sur les routes stipulées dans le tableau des routes annexé au présent Accord.
2. Conformément aux dispositions du présent Accord, les entreprises de transport aérien désignées par chaque Partie contractante jouissent des droits suivants pendant l’exploitation des services aériens convenus :
a) Droit de survoler sans y atterrir le territoire de l'autre Partie contractante;
b) Droit de faire des escales non commerciales sur le territoire de l'autre Partie contractante;
c) Droit d'embarquer ou de débarquer des passagers, du fret et du courrier sur ledit territoire,
aux points spécifiés dans le tableau des routes en annexe, à des fins de transport international.
Article 3. Désignation et agrément des entreprises de transport aérien
1. Chaque Partie contractante jouit du droit de désigner, par notification écrite transmise à
l'autre Partie contractante, les entreprises de transport aérien qu'elle charge d'assurer les services
convenus sur les routes stipulées, ainsi que du droit de retirer ou de modifier ces désignations.
2. Dès que l'autre Partie contractante reçoit la notification de ces désignations, elle accorde
sans délai aux entreprises de transport aérien désignées l'autorisation d'exploitation appropriée,
sous réserve des dispositions du paragraphe 3 du présent article.
3. Les autorités aéronautiques d'une Partie contractante peuvent demander aux entreprises de
transport aérien désignées par l'autre Partie contractante de leur démontrer qu'elles sont en mesure
de satisfaire aux dispositions légales et réglementaires normalement et raisonnablement appliquées
par lesdites autorités en matière d'exploitation des services aériens internationaux, conformément
aux dispositions de la Convention.
4. Chaque État donnera le nombre d’entreprises de transport aérien conformément aux dispositions du tableau des routes.
Article 4. Révocation ou suspension des autorisations d'exploitation
1. Chacune des Parties contractantes jouit du droit de révoquer une autorisation
d'exploitation, de suspendre les droits énoncés à l'article 2 du présent Accord dont jouissent les
entreprises de transport aérien désignées par l'autre Partie contractante, ou de soumettre l'exercice
de ces droits aux conditions qu'elle juge nécessaires lorsque lesdites entreprises omettent de toute
autre manière d'agir conformément aux conditions prescrites par le présent Accord.
2. Sauf s'il s'avère indispensable, pour éviter des infractions plus graves aux lois et aux règlements, de révoquer immédiatement l'autorisation, de la suspendre ou d'imposer les conditions
visées au paragraphe 1 du présent article, ce droit n'est exercé qu'après consultation de l'autre Partie contractante.
60
Volume 2725, I-48217
Article 5. Champ d'application des lois et règlements
Les lois et règlements de chaque Partie contractante qui régissent sur son territoire l'entrée, le
séjour et la sortie des aéronefs affectés à la navigation internationale des passagers, des équipages,
des bagages, du fret et du courrier, ainsi que les formalités de migration, de douane et de santé
s'appliqueront aussi à l'intérieur dudit territoire aux opérations des entreprises de transport aérien
désignées par l'autre Partie contractante.
Article 6. Reconnaissance des certificats de navigabilité aérienne et des licences
1. Les certificats de navigabilité aérienne, brevets ou titres de capacité ainsi que les licences,
délivrés ou validés par l'une des Parties contractantes et en cours de validité, seront reconnus valables par l'autre Partie contractante aux fins d'exploitation sur les routes définies dans le tableau
des routes.
2. Chaque Partie contractante se réserve toutefois le droit de ne pas reconnaître la validité,
pour la circulation au-dessus de son propre territoire, des brevets ou titres de capacité délivrés à
ses propres ressortissants par l'autre Partie contractante.
Article 7. Taxes d'aéroport
Chaque Partie contractante peut imposer des taxes équitables et raisonnables au titre de
l’utilisation des aéroports et d'autres services. Chaque Partie contractante consent toutefois à ce
que ces taxes ne soient pas supérieures à celles qui visent les aéronefs nationaux assurant des liaisons internationales du même type au titre de l'utilisation des aéroports et d'autres services.
Article 8. Droits de douane
1. Les aéronefs utilisés par les entreprises de transport aérien désignées par une Partie
contractante pour ses services aériens internationaux, ainsi que l'équipement nécessaire à leur
fonctionnement, le carburant, les lubrifiants, les provisions techniques fongibles, les réserves et
provisions (y compris les produits alimentaires, le tabac et les boissons) embarqués sur ces
aéronefs seront exonérés, à l'entrée sur le territoire de l'autre Partie contractante, de tous droits de
douane, impôts nationaux, droits d'inspection et autres droits, taxes ou prélèvements fédéraux,
territoriaux ou locaux, sous réserve qu'ils demeurent à bord de l'aéronef jusqu'à leur réexportation,
même s'ils sont destinés à être utilisés ou consommés à bord de l'aéronef au cours de vols effectués
à l'intérieur dudit territoire.
2. Seront également exonérés des mêmes droits, taxes et prélèvements, mais non des redevances pour services rendus, les lubrifiants, les matériaux techniques de consommation, les pièces
de rechange, les outils et le matériel spécial d'entretien et de réparation, ainsi que les provisions de
bord (y compris les produits alimentaires, les boissons et le tabac), la documentation des compagnies aériennes tels que billets, prospectus, itinéraires et autres imprimés dont l’entreprise a besoin
dans le cadre de son exploitation, ainsi que le matériel publicitaire jugé nécessaire et destiné exclusivement à la promotion de ses activités, envoyés par ou pour les entreprises de transport aérien de
l'une des Parties contractantes dans le territoire de l'autre Partie, et celui placé à bord des aéronefs
61
Volume 2725, I-48217
des entreprises de transport aérien d'une Partie contractante sur le territoire de l'autre Partie et utilisé sur des liaisons internationales.
3. Le matériel habituellement transporté, ainsi que les autres fournitures et provisions qui se
trouvent à bord des aéronefs d'une Partie contractante, ne pourront être débarqués sur le territoire
de l'autre Partie contractante qu'avec l'autorisation préalable des autorités douanières dudit territoire. Dans ce cas, ils pourront être entreposés sous la supervision de ces autorités jusqu'à ce qu'ils
soient réexportés ou que soient prises d'autres mesures conformes à la législation en vigueur en la
matière.
4. Les passagers en transit par le territoire d'une Partie contractante ne sont soumis qu'à un
simple contrôle. Les bagages et le fret en transit direct sont exemptés de droits de douane et autres
droits similaires.
Article 9. Principes régissant la prestation des services convenus
1. Les entreprises de transport aérien désignées par les deux Parties contractantes seront placées dans des conditions d’équité et d’égalité pour assurer les services convenus sur les routes spécifiées entre leurs territoires respectifs.
2. Les services convenus qu'assurent les entreprises de transport aérien désignées par les
Parties contractantes devront répondre aux besoins du transport de passagers et de fret, y compris
le courrier, en provenance ou à destination du territoire de la Partie contractante qui aura désigné
lesdites entreprises de transport aérien.
3. Les dispositions précédentes n’englobent pas le trafic qui ne correspond pas à des points
définis à l’origine dans les tableaux des routes respectifs.
Article 10
1. Les tarifs applicables pour les services convenus sur les routes spécifiées conformément à
l’annexe au présent Accord seront déterminés par les entreprises de transport aérien désignées des
deux gouvernements dans le respect de leurs propres critères commerciaux et, si possible, en utilisant le mécanisme multilatéral de coordination des tarifs aériens.
2. Les tarifs applicables par les entreprises de transport aérien des deux Parties contractantes
doivent être soumis à l’approbation des autorités aéronautiques des gouvernements respectifs
trente (30) jours au moins avant la date prévue pour leur entrée en vigueur. Les tarifs des correspondances seront régis par le principe de fixation des tarifs mentionnés plus haut.
Article 11
Chaque Partie contractante peut à tout moment demander à ce que soient organisées des
consultations concernant la mise en pratique, l'interprétation, l'application ou la modification du
présent Accord. De telles consultations, auxquelles les autorités aéronautiques peuvent procéder
elles-mêmes, ont lieu dans les soixante (60) jours faisant suite à la date à laquelle la demande
formulée par écrit par l'une des Parties contractantes parvient à l'autre Partie contractante, à moins
que les Parties contractantes n'en décident autrement.
62
Volume 2725, I-48217
Article 12. Règlement des différends
1. Sauf lorsque le présent Accord en dispose autrement, tout differend entre les Parties
contractantes découlant de l'interprétation ou de l'application de cet Accord qui ne pourra être
réglé par voie de consultations sera soumis à un tribunal d'arbitrage de trois membres nommés
pour deux d'entre eux par les Parties contractantes, le troisième étant désigné à l'amiable par les
deux premiers à la condition expresse de n'être ressortissant d'aucune des Parties contractantes.
2. Chacune des Parties contractantes nommera son arbitre dans les soixante (60) jours suivant la date de réception par l'une d'elles de la note diplomatique par laquelle l'autre Partie demandera que le différend soit soumis à l'arbitrage, le tiers arbitre devant être nommé dans les soixante
(60) jours suivants.
3. Si le troisième arbitre ne peut être désigné à l'amiable dans le délai imparti, il sera nommé, à la demande de l'une ou l'autre Partie contractante, par le Président du Conseil de l'Organisation de l'aviation civile internationale conformément aux procédures de cet organisme.
4. Les Parties contractantes s’engagent à se conformer à toute décision rendue en application
du présent article. Les frais résultant de cette procédure seront répartis à parts égales entre les Parties contractantes.
Article 13. Dénonciation de l'Accord
Chaque Partie contractante peut à tout moment notifier par écrit à l'autre Partie contractante sa
décision de dénoncer le présent Accord. L'Accord prend fin six (6) mois après la date de réception
de la notification par l'autre Partie contractante, à moins que cette notification ne soit retirée d’un
commun accord entre les Parties avant l'expiration de ce délai.
Article 14. Entrée en vigueur
1. Le présent Accord entre en vigueur à la date à laquelle les deux Parties contractantes se
communiquent, par la voie d'un échange de notes diplomatiques, l'accomplissement des formalités
exigées à cet effet par leur droit interne.
2. Le présent Accord demeurera en vigueur pendant une période de trois (3) ans renouvelable automatiquement pour des périodes de même durée, à moins que l'une des Parties contractantes ne fasse connaître à l’autre, par la voie diplomatique, sa décision de le dénoncer conformément à la procédure énoncée dans l'article 13.
FAIT à Antigua, Guatemala, le 25 février 1992, en deux exemplaires originaux en langue espagnole, les deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
Pour le Gouvernement de la République du Guatemala :
63
Volume 2725, I-48217
TABLEAU DES ROUTES
SECTION I
Les entreprises de transport aérien mexicaines désignées par le Gouvernement des États-Unis
du Mexique pourront exploiter des services aériens réguliers sur les routes suivantes :
Points sur le territoire du Mexique – points au Guatemala et au-delà en Amérique centrale et
du Sud.
1. Les entreprises de transport aérien désignées pourront omettre, lors d'un de leurs vols ou
de tous leurs vols, des points intermédiaires et au-delà.
2. Les routes autorisées pourront être exploitées comme suit par les entreprises de transport
aérien désignées :
Fréquence : sept (7) fréquences hebdomadaires au maximum sur le segment District fédéralGuatemala, et à partir d’autres points sur le territoire mexicain, par accord mutuel entre les autorités aéronautiques des deux pays.
S’il est prouvé que les services doivent être intensifiés à ces deux (2) points, ceux-ci seront
autorisés sans délai.
3. Une ligne aérienne par route.
S’il apparaît que le trafic de troisième ou de quatrième liberté nécessite davantage de services
entre ces deux (2) points, ceux-ci seront autorisés.
SECTION II
Les entreprises de transport aérien désignées par le Gouvernement de la République du
Guatemala pourront exploiter des services aériens réguliers sur la route suivante :
Points sur le territoire guatémaltèque – points au Mexique et au-delà.
1. Les entreprises de transport aérien désignées pourront omettre, lors d'un de leurs vols ou
de tous leurs vols, des points intermédiaires et au-delà.
2. Les routes autorisées pourront être exploitées comme suit par les entreprises de transport
aérien désignées :
Fréquence : sept (7) fréquences hebdomadaires au maximum sur le segment District fédéralGuatemala et à partir d’autres points sur le territoire guatémaltèque par accord mutuel entre les
autorités aéronautiques des deux pays.
S’il est prouvé que les services doivent être intensifiés à ces deux (2) points, ceux-ci seront
autorisés sans délai.
3. Une ligne aérienne par route.
S’il apparaît que le trafic de troisième ou de quatrième liberté nécessite davantage de services
entre ces deux (2) points, ceux-ci seront autorisés.
64
Volume 2725, I-48217
SECTION III
Route maya : jusqu’à cinq (5) entreprises de transport aérien par route et par pays.
Équipement : aéronefs bimoteurs, à hélice ou à turbine à fuselage étroit.
65
Volume 2725, I-48218
No. 48218
____
Mexico
and
Poland
Air Transport Agreement between the Government of the United Mexican States and the
Government of the Republic of Poland (with Route Schedule). Mexico City,
11 October 1990
Entry into force: 17 April 1991 by notification, in accordance with article 20
Authentic texts: Polish and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Pologne
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le
Gouvernement de la République de Pologne (avec tableau des routes). Mexico,
11 octobre 1990
Entrée en vigueur : 17 avril 1991 par notification, conformément à l'article 20
Textes authentiques : polonais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
67
Volume 2725, I-48218
[ POLISH TEXT – TEXTE POLONAIS ]
68
Volume 2725, I-48218
69
Volume 2725, I-48218
70
Volume 2725, I-48218
71
Volume 2725, I-48218
72
Volume 2725, I-48218
73
Volume 2725, I-48218
74
Volume 2725, I-48218
75
Volume 2725, I-48218
76
Volume 2725, I-48218
77
Volume 2725, I-48218
78
Volume 2725, I-48218
79
Volume 2725, I-48218
80
Volume 2725, I-48218
81
Volume 2725, I-48218
82
Volume 2725, I-48218
83
Volume 2725, I-48218
84
Volume 2725, I-48218
85
Volume 2725, I-48218
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
86
Volume 2725, I-48218
87
Volume 2725, I-48218
88
Volume 2725, I-48218
89
Volume 2725, I-48218
90
Volume 2725, I-48218
91
Volume 2725, I-48218
92
Volume 2725, I-48218
93
Volume 2725, I-48218
94
Volume 2725, I-48218
95
Volume 2725, I-48218
96
Volume 2725, I-48218
97
Volume 2725, I-48218
98
Volume 2725, I-48218
99
Volume 2725, I-48218
100
Volume 2725, I-48218
101
Volume 2725, I-48218
102
Volume 2725, I-48218
103
Volume 2725, I-48218
104
Volume 2725, I-48218
105
Volume 2725, I-48218
106
Volume 2725, I-48218
107
Volume 2725, I-48218
108
Volume 2725, I-48218
109
Volume 2725, I-48218
110
Volume 2725, I-48218
111
Volume 2725, I-48218
112
Volume 2725, I-48218
113
Volume 2725, I-48218
114
Volume 2725, I-48218
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AIR TRANSPORT AGREEMENT BETWEEN THE GOVERNMENT OF THE
UNITED MEXICAN STATES AND THE GOVERNMENT OF THE REPUBLIC
OF POLAND
The Government of the United Mexican States and the Government of the Republic of Poland,
Being parties to the Convention on International Civil Aviation, opened for signature at
Chicago on 7 December 1944,
Desiring to conclude a bilateral agreement complementing the above-mentioned Convention
with a view to establishing air services between their respective territories,
Have agreed as follows:
Article 1. Definitions
For the purposes and effects of this Agreement and the Route Schedule, the terms used below,
except where the text indicates otherwise, shall have the following meanings:
A. “Convention” means the Convention on International Civil Aviation, opened for signature
at Chicago on 7 December 1944, and includes: (i) any amendment which has come into force in
accordance with its article 94(a) and has been ratified by both Contracting Parties; (ii) any annex
or amendment adopted in accordance with article 90 of that Convention until such time as that annex or amendment shall become effective for the two Contracting Parties;
B. “This Agreement” shall include the Route Schedule annexed thereto and all amendments
to the Agreement or the Route Schedule;
C. “Aeronautical authorities” refers, in the case of the United Mexican States, to the Ministry
of Communications and Transport and, in that of the Republic of Poland, to the Ministry of
Transport and the Marine Economy, or, in both cases, any person or body authorized to perform
functions of any kind which can at present be exercised by the above-mentioned authorities or similar functions;
D. “Air service” means any scheduled air services performed by aircraft for the public
transport of passengers, mail or cargo;
E. “International air service” is an air service which passes through air space over the territory of more than one State;
F. “Stop for non-traffic purposes” means a landing for any purpose other than embarking or
disembarking passengers, cargo or mail;
G. “Designated airline” means an airline designated and authorized in accordance with article 3 of this Agreement;
H. “Tariff” means the prices paid for the transport of passengers, baggage and cargo and the
conditions under which those prices are applied, including sums and commissions payable to agencies and other complementary services, but not including remuneration and other conditions concerning the transport of mail;
115
Volume 2725, I-48218
I. “Available capacity” means the total capacity of the aircraft used in the operation of each
of the authorized air services multiplied by frequency;
J. “Capacity of an aircraft” means the commercial capacity of an aircraft, expressed in terms
of the number of seats for passengers and the weight available for cargo and mail;
K. “Frequency” means the number of round trips effected by an airline over a specific route
during a given period;
L. “Agreed services” means international air services which may, in accordance with this
Agreement, be established on the routes specified;
M. “Specified routes” means the routes designated in the Route Schedule annexed to this
Agreement;
N. “Territory” in relation to a State means the land areas and the territorial waters adjacent
thereto which are under the sovereignty, dominion, protection or mandate of that State;
O. “Aviation security” means the combination of measures and human and material resources destined to protect civil aviation against unlawful interference.
Article 2. Grant of rights
1. Each Contracting Party shall grant the rights specified in this Agreement to the other Contracting Party for purposes of establishing regular international air services on the routes designated in the Route Schedule annexed to this Agreement.
2. In accordance with the provisions of this Agreement, the airline designated by each Contracting Party shall enjoy the following rights during the operation of the agreed air services on the
specified routes;
(a) To fly over the territory of the other Contracting Party without landing in that territory;
(b) To make stops for non-traffic purposes in the territory of the other Contracting Party;
(c) To embark and disembark passengers, mail and cargo in international traffic in that territory at the points specified in the annexed Route Schedule.
3. The fact of not immediately exercising the rights described in this article shall not preclude the airline receiving the grant from subsequently inaugurating the agreed services on the
routes designated in the Route Schedule.
4. Nothing in this Agreement may be considered as conferring on the airline designated by a
Contracting Party the right to embark passengers and cargo, including mail, in the territory of the
other Contracting Party, for payment or remuneration and destined for another point in the territory
of the latter Contracting Party.
Article 3. Designation and authorization of airlines
1. Each Party shall have the right to designate, in writing, an airline to the other Contracting
Party with the intent that that airline is to operate the agreed services on the specified routes, and
the right to withdraw or amend that designation.
116
Volume 2725, I-48218
2. On receipt of such designation, the other Contracting Party shall, subject to the provisions
of paragraphs 3 and 4 of this article, issue without delay the appropriate authorization to operate to
the designated airline.
3. The aeronautical authorities of one of the Contracting Parties may request the airline designated by the other Contracting Party to furnish it with proof that it is qualified to comply with the
conditions laid down in the laws and regulations which those authorities normally and reasonably
apply to the operation of international air services in accordance with the provisions of the Convention.
4. Each Contracting Party has the right to refuse authorization to operate under paragraph 2
of this article or to impose the conditions it deems necessary for the exercise by a designated airline of the rights mentioned in article 2, subparagraph 2(c), of this Agreement whenever that Contracting Party is not convinced that the Contracting Party which designates the airline, or its nationals, have substantial ownership and effective control thereof.
5. When an airline has been so designated and authorized, it may begin to operate the agreed
services, provided always that it acts in conformity with the applicable provisions of this Agreement.
Article 4. Cancellation or suspension of authorizations to operate
1. Each Contracting Party shall have the right to cancel an authorization to operate, or suspend the exercise of the rights mentioned in article 2, subparagraph 2(c), of this Agreement, granted to an airline designated by the other Contracting Party, or impose such conditions as it deems
necessary in regard to the exercise of those rights:
(a) In all cases where it is not convinced that the Contracting Party which designates that airline or its nationals hold substantial ownership and effective control thereof;
(b) Where that airline does not comply with the laws and regulations of the Contracting Party
which grants those rights; or
(c) Where that airline fails in any other respect to operate in a manner in conformity with the
conditions prescribed in this Agreement.
2. Save where immediate cancellation, suspension or imposition of the conditions mentioned
in paragraph 1 of this article are essential to avert more serious breaches of the laws and regulations, this right must be exercised solely after consulting the other Contracting Party.
Article 5. Applicability of laws and regulations
1. The laws and regulations of each Contracting Party on entry into and departure from its
territories by aircraft engaged in international air navigation or relating to the operation of such
aircraft during their stay within its territorial boundaries shall apply to the aircraft of the airline
designated by the other Contracting Party.
2. The laws and regulations in force in the territory of each Contracting Party governing the
entry, stay and departure of passengers, crew, baggage, cargo and mail and the procedures governing the formalities of entry to and departure from the country, migration, customs and sanitary
measures, shall also apply in that territory to the operations of the airline designated by the other
Contracting Party.
117
Volume 2725, I-48218
Article 6. Recognition of certificates of airworthiness and licences
Certificates of airworthiness, certificates or diplomas of competency and licences issued or
validated by one of the Contracting Parties shall be recognized as valid (provided that validity has
not expired) by the other Contracting Party for use on the routes defined in the Route Schedule,
provided that the requirements for the issue or validation of those certificates or licences are equal
to or above the minimum standards established in the Convention.
Article 7. Charges for the use of airports and air navigation
Each of the Contracting Parties may impose, or permit to be imposed, fair and reasonable
charges on the aircraft of the other Party for the use of airports and air navigation. However, each
Contracting Party agrees that those charges shall not be higher than those applied for the use of
those airports and facilities by their respective national aircraft engaged in similar international air
services.
Article 8. Customs duties
1. Aircraft used in international air services by the airline designated by either of the Contracting Parties and the equipment used for the operation of the aircraft, fuel, lubricating oil, consumable technical provisions, repair equipment and provisions (including food, drinks and tobacco) on such aircraft shall be exempt from all customs duties, national taxes, inspection fees and
other federal, State and municipal duties, taxes and charges on entry into the territory of the other
Contracting Party, provided that that material and those provisions remain on board until the moment of re-export, even when such articles are used or consumed by those aircraft in flight over the
territory in question.
2. The following shall also be exempted, on a reciprocal basis, from the same duties, taxes
and charges, with exception of charges for services rendered:
(a) Lubricating oils, technical supplies for consumption, spare parts, tools and special equipment for maintenance work, provisions (including food, drinks and tobacco), commercial documents such as tickets, brochures, itineraries and other printed material required by the airline for
the service it provides, and also advertising material and office equipment deemed necessary for
exclusive use in the activity of the airline and delivered by or for the airline of one Contracting
Party to the territory of the other.
(b) The fuel, lubricating oils, other technical materials for consumption, spare parts, standard
equipment and provisions (including food, drinks and tobacco) taken aboard aircraft of the airline
of one of the Contracting Parties in the territory of the other Contracting Party and used in international services.
3. The equipment normally taken aboard aircraft, and other materials and provisions kept on
board aircraft of either of the Contracting Parties at all times may be discharged in the territory of
the other Contracting Party, but only with the prior authorization of the customs authorities of the
territory in question. In such cases they may be stored under the supervision of those authorities
until they leave the country or are dealt with in accordance with the legal provisions on the subject.
118
Volume 2725, I-48218
4. Passengers in transit across the territory of either of the Contracting Parties shall be subject to a simple control. Baggage and cargo in direct transit shall be exempt from customs and other similar duties.
Article 9. Principles governing operation of agreed services
1. The airlines designated by both Contracting Parties shall enjoy fair and equal opportunity
to operate the agreed services on the routes specified between their respective territories.
2. In the operation of the agreed services, the designated airline of each Contracting Party
shall take into account the interests of the designated airline of the other Contracting Party so that
the services provided by the latter, seen as a proportion of the services provided on all or part of
the routes concerned, shall not be unduly affected.
3. The agreed services provided by the airlines designated by the Contracting Parties shall
be closely related to the demand for transport of passengers and cargo, including mail, from or to
the territory of the Contracting Party which has designated the airline.
4. If the national laws and regulations of a Contracting Party so require, any arrangements
concluded between designated airlines concerning the operation of the agreed services must be
submitted to the aeronautical authorities of that Contracting Party for approval.
Article 10. Aviation security
1. In accordance with the rights and obligations incumbent on them under international law,
the Contracting Parties confirm that their mutual obligation to protect the security of civil aviation
against unlawful interference forms an integral part of this Agreement. Without restricting the
general validity of their rights and obligations under international law, the Contracting Parties shall
in particular act in accordance with the provisions of the Convention on Offences and Certain
Other Acts Committed on Board Aircraft, signed at Tokyo on 14 September 1963, the Convention
for the Suppression of Unlawful Seizure of Aircraft, signed at The Hague on 16 December 1970,
the Convention for the Suppression of Unlawful Acts against the Safety of Civil Aviation, signed
at Montreal on 23 September 1971, or any other multilateral Convention or amendment to a
current Convention accepted by both Contracting Parties.
2. The Contracting Parties shall give one another on request all necessary assistance for prevention of the unlawful seizure of civil aircraft and other unlawful acts against the safety of such
aircraft and their passengers and crew, airports and air navigation facilities and all other threats to
the security of civil aviation.
3. The Parties shall act in their mutual relations in conformity with the provisions on security
in civil aviation established by the International Civil Aviation Organization, referred to as the Annexes to the Convention on International Civil Aviation, inasmuch as those security provisions are
applicable to the Parties, and shall require operators of their nationality and those having their
principal offices and permanent residence in their territory, and operators of airports situated in
their territory, to comply with the above provisions on aviation security.
4. Each Contracting Party agrees that it may require such operators of aircraft to comply
with the provisions concerning aviation security mentioned in paragraph 3 above required by the
other Contracting Party for entries into, stays in and departures from the territory of the other Par119
Volume 2725, I-48218
ty. Each Contracting Party shall ensure that adequate measures are effectively applied in its territory to protect aircraft and inspect passengers, crew, personal effects, baggage, cargo and aircraft
provisions before and during embarkation or stowage. Each Contracting Party shall be favourably
disposed to respond to any request from the other Contracting Party to take reasonable special security measures in order to meet a particular threat.
5. In the event of an incident or threat of an incident of illegal seizure of civil aircraft or other unlawful acts against the safety of such aircraft, their passengers and crew, airports or air navigation facilities, the Contracting Parties shall assist each other by facilitating communications and
through other appropriate measures intended to terminate rapidly and safely such incident or threat
thereof.
Article 11. Tariffs
1. The tariffs applicable by the airlines of the Parties for transport from and to the territory
of the other Party shall be set at reasonable rates, bearing in mind all value elements (especially
operating costs), a reasonable rate of return and the tariffs applied by other airlines.
2. Where possible, the tariffs referred to in paragraph 1 of this article shall be set by agreement between the airlines concerned in the two Parties.
3. Tariffs thus agreed on shall be submitted to the aeronautical authorities of the two Parties
at least forty-five (45) days before the date envisaged for their entry into force. In special cases,
this period may be reduced, subject to the agreement of those authorities. The prior approval of the
aeronautical authorities of both Parties shall be required for the entry into force of a tariff.
4. If agreement on a tariff has not been possible in accordance with the provisions of paragraph 2 of this article, or when one aeronautical authority informs the other within the period stipulated in paragraph 3 of objections to any tariff agreed on in accordance with the provisions of paragraph 2, the aeronautical authorities of the two Parties shall seek to fix the tariff by mutual
agreement.
5. If the aeronautical authorities cannot agree on a tariff submitted to them in accordance
with paragraphs 2, 3 and 4 of this article, the dispute shall be settled by recourse to the provisions
contained in article 16 of this Agreement.
6. A tariff established in conformity with the provisions of this article shall remain in force
until a new tariff is established. However, the validity of a tariff may not be extended under the
terms of this paragraph for a period exceeding six (6) months running from the date on which the
tariff would have expired.
7. The recommendations of any international organization whose regulations are generally
accepted shall also be taken into account when fixing tariffs.
8. The airlines designated by the Contracting Parties may not amend in any way the pricing
or the rules governing application of the tariffs in force.
Article 12. Transfers of gains
Each designated airline shall have the right to convert and remit local earnings exceeding sums
spent locally to its country on request. Conversion and transfer of currency shall be permitted free
120
Volume 2725, I-48218
of all exchange restrictions relating to transactions of that kind on the date on which the earnings
are presented for conversion and transfer.
Article 13. Representation of airlines
The airline designated by each Contracting Party shall have the right, in accordance with the
laws and regulations on entry, residence and departure of the other Contracting Party, to send and
maintain higher-level managerial personnel into the territory of that other Contracting Party as
necessary for the provision of air services.
Article 14. Submission of statistics
The aeronautical authorities of each of the Contracting Parties shall arrange for their respective airlines to provide the aeronautical authorities of the other Party on request with all statistical
data needed to determine the volume of traffic transported by the airlines mentioned on the agreed
services.
Article 15. Consultations
1. Either of the Contracting Parties may at any time request consultation regarding implementation, interpretation, application or amendment of this Agreement or compliance therewith.
Such consultations, which may be held between the aeronautical authorities, shall take place within
sixty (60) days from the date on which the other Contracting Party receives the request in writing,
unless the Contracting Parties agree otherwise.
2. Should one of the Contracting Parties consider it desirable to amend the Annex to this
Agreement, the aeronautical authorities of the Contracting Parties may agree on how to proceed
with the amendment.
3. Any amendment to this Agreement or its Annex made in accordance with paragraphs 1
and 2 of this article shall enter into force following confirmation through an exchange of notes between the Contracting Parties.
Article 16. Settlement of disputes
1. Should any dispute arise between the Contracting Parties concerning the interpretation or
application of this Agreement, the Contracting Parties shall endeavour to resolve it, initially
through negotiation.
2. If the Contracting Parties do not arrive at a settlement of the dispute through negotiation,
they may refer it to a person or body on which they agree; or, at the request of either of the Contracting Parties, they may submit it to the decision of a tribunal of three arbitrators to be constituted as follows:
(a) Within sixty (60) days of the date of receipt of a request for arbitration each Contracting
Party shall nominate an arbitrator. Those arbitrators shall designate a citizen of a third State to
serve as President of the Tribunal, within sixty (60) days of the nomination of the second arbitrator.
121
Volume 2725, I-48218
(b) If, within the periods specified above no nomination has been made, either of the Contracting Parties may request the President of the Council of the International Civil Aviation Organization to make the required nomination within sixty (60) days following the request, in accordance
with the Organization’s procedures.
3. Except as is provided below in this article or because the Contracting Parties agree otherwise, the Tribunal shall determine the scope of its jurisdiction and establish its own procedures. By
decision of the Tribunal or at the request of either of the Contracting Parties, a meeting shall be
held to determine the precise issues to be arbitrated and the specific procedures to be followed,
within sixty (60) days of the date on which the Tribunal is fully constituted.
4. Unless the Parties agree otherwise or the Tribunal decides otherwise, each of the Contracting Parties shall submit a report within forty-five (45) days from the date on which the Tribunal was constituted. The time limit for submitting replies shall be sixty (60) days thereafter. The
Tribunal shall hold a hearing at the request of either of the Contracting Parties or, at its own discretion, not later than thirty (30) days after the deadline for submitting replies.
5. The Tribunal shall endeavour to issue an arbitration award in writing within thirty (30)
days of the end of the hearing or, if there has been no hearing, thirty (30) days after both replies
have been submitted. The award shall be decided by majority of the votes.
6. The Contracting Parties may submit requests for clarification of the award within fifteen (15) days of its receipt, such clarification to be delivered within fifteen (15) days of the request.
7. The arbitration award shall be binding on the Contracting Parties.
8. Each of the Contracting Parties shall pay the expenses of the arbitrator it has nominated.
The expenses of the Tribunal shall be shared equally between the Contracting Parties, including
any expense incurred by the President of the Council of the International Civil Aviation Organization in carrying out the procedures stipulated in paragraph 2, subparagraph (b), of this article.
Article 17. Registration
This Agreement and all its amendments shall be registered with the International Civil Aviation Organization.
Article 18. Entry into force of a multilateral air transport convention
Should a general multilateral transport Convention come into effect which is binding on both
Contracting Parties, this Agreement shall be amended to bring it into line with the provisions of
that Convention.
Article 19. Termination
Either of the Contracting Parties may at any time notify the other Contracting Party in writing
of its decision to terminate this Agreement. Such notification shall be communicated simultaneously to the International Civil Aviation Organization.
This Agreement shall expire twelve (12) months after the date of receipt of the notification
from the other Contracting Party, unless the notification is withdrawn by agreement before the end
122
Volume 2725, I-48218
of that period. Should the other Contracting Party fail to acknowledge receipt, the notification shall
be considered to have been received fourteen (14) days after its receipt by the International Civil
Aviation Organization.
Article 20. Transitional provisions
1. This Agreement is concluded for an indefinite period. Each of the Contracting Parties may denounce it by notification through the diplomatic channel. Should that occur, this
Agreement shall expire twelve (12) months after the date on which the other Contracting Party receives the notification.
2. This Agreement shall be approved in accordance with the domestic legislation of each of
the two States and shall enter into force on the day of the exchange of diplomatic notes in which
such approval is announced.
IN WITNESS WHEREOF, the above-named plenipotentiaries sign and seal this Agreement.
DONE at Mexico City on 11 October 1990 in two originals in the Spanish and Polish languages, both texts being equally authentic.
For the Government of the United Mexican States:
For the Government of the Republic of Poland:
123
Volume 2725, I-48218
ROUTE SCHEDULE
SECTION I
The airline designated by the Government of the United Mexican States shall have the right to
operate regular air services on the following route:
Points in Mexico – one point in the United States of America and/or Canada – two points in
Europe – points in Poland.
NOTES:
1. The designated airline may omit any point or points on one or all of its flights.
2. The designated airline may operate its route with any type of aircraft and with any number
of services.
SECTION II
The airline designated by the Government of the Republic of Poland shall have the right to
operate regular flights on the following route:
Points in Poland – one point in Europe – one point in Africa – one point in the United States
of America and/or Canada – points in Mexico.
NOTES:
1. The designated airline may omit any point or points on one or all of its flights.
2. The designated airline may operate its route with any type of aircraft and with any number
of services.
124
Volume 2725, I-48218
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AU TRANSPORT AÉRIEN ENTRE LE GOUVERNEMENT DES
ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE
DE POLOGNE
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République de
Pologne,
Étant parties à la Convention relative à l'aviation civile internationale, ouverte à la signature le
7 décembre 1944 à Chicago,
Désireux de conclure un accord bilatéral complétant ladite Convention dans le but d'établir
des services aériens entre leurs territoires respectifs,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définitions
Les définitions suivantes s'appliquent aux fins de l'interprétation et de l'application du présent
Accord et de son tableau des routes, sauf indication contraire :
A. Le terme « Convention » désigne la Convention relative à l'aviation civile internationale,
ouverte à la signature le 7 décembre 1944 à Chicago, et comprend : i) toute modification de ladite
Convention, entrée en vigueur conformément à l’article 94 a) et ratifiée par les deux Parties
contractantes ; et ii) toute annexe ou tout amendement adopté aux termes de l'article 90 de ladite
Convention, dans la mesure où lesdits amendement ou annexe sont à un moment déterminé en
vigueur pour les deux Parties contractantes;
B. L'expression « présent Accord » englobe le tableau des routes annexé au présent Accord
et toutes les modifications audit Accord ou au tableau des routes;
C. L'expression « autorités aéronautiques » désigne le Ministère des communications et des
transports dans le cas des États-Unis du Mexique, et le Ministère du transport et de l’économie maritime dans le cas de la République de Pologne, ou, dans les deux cas, toute personne ou organisme
habilité à remplir les fonctions actuellement exercées par les autorités mentionnées ci-dessus ou
des fonctions similaires;
D. L'expression « service aérien » désigne toute liaison aérienne régulière assurée par des
avions de transport public de passagers, de fret ou de courrier;
E. L'expression « service aérien international » désigne toute liaison aérienne empruntant un
espace aérien qui couvre plus d'un territoire national;
F. L'expression « escale non commerciale » désigne un atterrissage effectué à des fins autres
que l'embarquement ou le débarquement de passagers, de fret ou de courrier;
G. L'expression « entreprise de transport aérien désignée » désigne toute entreprise de transport aérien désignée et agréée conformément à l'article 3 du présent Accord;
H. Le terme « tarif » désigne le prix acquitté pour le transport de passagers, de bagages ou de
marchandises, ainsi que les conditions de son application, y compris les sommes et les commis-
125
Volume 2725, I-48218
sions versées au titre de services d'agence ou d'autres services complémentaires, à l'exception de la
rémunération et autres conditions afférentes au transport du courrier;
I. L’expression « capacité offerte » s’entend de la capacité totale des aéronefs utilisés pour
l'exploitation de chacun des services aériens convenus, multipliée par la fréquence;
J. L’expression « capacité d’un aéronef » s’entend de la charge commerciale d’un aéronef,
exprimée en nombre de sièges destinés aux passagers et en poids réservé au fret et au courrier;
K. Le terme « fréquence » désigne le nombre de vols aller-retour qu'une entreprise de transport aérien effectue sur l'une des routes stipulées pendant une période donnée;
L. L'expression « services convenus » désigne les services aériens internationaux qui,
conformément aux dispositions du présent Accord, peuvent être effectués sur les routes spécifiées;
M. L'expression « routes stipulées » désigne les routes énumérées dans le tableau des routes
annexé au présent Accord;
N. S'agissant d'un État, le terme « territoire » désigne la surface terrestre et les eaux territoriales adjacentes placés sous la souveraineté, la dépendance, la tutelle ou le mandat dudit État;
O. Le terme « sécurité aérienne » désigne l’ensemble des mesures et ressources humaines et
matérielles destinées à protéger l’aviation civile contre les actes d’interférence illicite.
Article 2. Droits octroyés
1. Chaque Partie contractante accorde à l'autre Partie contractante les droits énoncés dans le
présent Accord, aux fins d'établir des liaisons aériennes internationales régulières sur les routes stipulées dans le tableau des routes annexé au présent Accord.
2. Conformément aux dispositions du présent Accord, les entreprises de transport aérien désignées par chaque Partie contractante jouissent des droits suivants pendant l’exploitation des services aériens convenus sur les routes spécifiées :
a) Droit de survoler, sans y atterrir, le territoire de l'autre Partie contractante;
b) Droit de faire des escales non commerciales sur le territoire de l'autre Partie contractante;
c) Droit d'embarquer ou de débarquer des passagers, du fret et du courrier sur ledit territoire,
aux points spécifiés dans le tableau des routes en annexe, à des fins de transport international.
3. Le fait que ces droits ne soient pas exercés immédiatement n’empêchera pas l’entreprise
de transport aérien de la Partie contractante à laquelle ces droits ont été accordés d’inaugurer les
services aériens convenus sur les routes spécifiées dans le tableau de routes.
4. Aucune disposition du présent Accord ne peut être interprétée comme conférant aux entreprises de transport aérien désignées par une des Parties contractantes le droit d’embarquer, dans
le territoire de l’autre Partie contractante, des passagers et du fret, y compris du courrier, contre
paiement ou rémunération, à destination d’un autre point situé dans le territoire de l’autre Partie
contractante.
126
Volume 2725, I-48218
Article 3. Désignation et agrément des entreprises de transport aérien
1. Chaque Partie contractante jouit du droit de désigner, par notification écrite, une compagnie aérienne qu'elle charge d'assurer les services convenus sur les routes stipulées, ainsi que du
droit de retirer ou de modifier ces désignations.
2. Dès que l'autre Partie contractante reçoit la notification de ces désignations, elle accorde
sans délai à l’entreprise de transport aérien désignée l'autorisation d'exploitation, sous réserve des
dispositions des paragraphes 3 et 4 du présent article.
3. Les autorités aéronautiques d'une Partie contractante peuvent demander à l’entreprise de
transport aérien désignée par l'autre Partie contractante de leur démontrer qu'elle est en mesure de
satisfaire aux dispositions légales et réglementaires normalement et raisonnablement appliquées
par lesdites autorités en matière d'exploitation des services aériens internationaux, conformément
aux termes de la Convention.
4. Chaque Partie contractante peut refuser d'accorder l'autorisation d'exploitation visée au
paragraphe 2 du présent article, ou de soumettre aux conditions qu'elle juge nécessaires l'exercice
par une entreprise de transport aérien désignée des droits stipulés à l’alinéa c) du paragraphe 2 de
l'article 2 du présent Accord, dans tous les cas où ladite Partie contractante n'a pas la preuve qu'une
partie importante de la propriété et le contrôle effectif de cette entreprise de transport aérien sont
entre les mains de la Partie contractante qui l'a désignée ou de ses ressortissants.
5. Lorsqu'une entreprise de transport aérien a été ainsi désignée et autorisée, elle peut exploiter les services convenus, à condition qu'elle se conforme à toutes les dispositions applicables
du présent Accord.
Article 4. Révocation ou suspension des autorisations d'exploitation
1. Chacune des Parties contractantes jouit du droit de révoquer une autorisation d'exploitation, de suspendre les droits énoncés à l’alinéa c) du paragraphe 2 de l'article 2 du présent Accord
dont jouissent les entreprises de transport aérien désignées par l'autre Partie contractante, ou de
soumettre l'exercice de ces droits aux conditions qu'elle juge nécessaires :
a) si elle n’a pas la preuve qu’une partie importante de la propriété et le contrôle effectif de
cette entreprise de transport aérien sont entre les mains de la Partie contractante qui l'a désignée ou
de ses ressortissants;
b) lorsque ladite entreprise de transport aérien ne respecte pas les lois et les règlements de la
Partie contractante qui octroie ces droits; ou
c) lorsque ladite entreprise de transport aérien omet de toute autre manière d'agir conformément aux conditions prescrites par le présent Accord.
2. Sauf s'il s'avère indispensable, pour éviter des infractions plus graves aux lois et aux règlements, de révoquer immédiatement l'autorisation, de la suspendre ou d'imposer les conditions
visées au paragraphe 1 du présent article, ce droit n'est exercé qu'après consultation de l'autre Partie contractante.
127
Volume 2725, I-48218
Article 5. Champ d'application des lois et règlements
1. Les lois et règlements de chaque Partie contractante relatifs à l'entrée sur son territoire ou
à la sortie dudit territoire des aéronefs affectés à la navigation aérienne internationale ou relatifs à
l'exploitation desdits aéronefs pendant leur présence dans les limites de son territoire s'appliquent
aux aéronefs de l'entreprise de transport aérien désignée par l'autre Partie contractante.
2. Les lois et règlements de chaque Partie contractante qui régissent sur son territoire l'entrée, le séjour et la sortie des passagers, des équipages, des bagages, du fret et du courrier, ainsi
que les formalités de migration, de douane et de santé à l’entrée et à la sortie du pays s'appliqueront aussi à l'intérieur dudit territoire aux opérations des entreprises de transport aérien désignées
par l'autre Partie contractante.
Article 6. Reconnaissance des certificats de navigabilité aérienne et des licences
Les certificats de navigabilité aérienne, brevets ou titres de capacité ainsi que les licences, délivrés ou validés par l'une des Parties contractantes et en cours de validité, seront reconnus valables
par l'autre Partie contractante aux fins d'exploitation sur les routes définies dans le tableau des
routes, à condition que les spécifications en vertu desquelles ces certificats ou licences ont été délivrés ou validés soient au moins égaux aux normes minimales pouvant être établies conformément
à la Convention.
Article 7. Taxes d’aéroport et redevances de navigation aérienne
Chaque Partie contractante peut imposer des taxes équitables et raisonnables, ou en autoriser
l'imposition, aux aéronefs de l'autre Partie contractante au titre de l’utilisation des aéroports et de
la navigation aérienne. Chaque Partie contractante consent toutefois à ce que ces taxes ne soient
pas supérieures à celles qui frappent les aéronefs nationaux assurant des liaisons internationales du
même type au titre de l'utilisation des aéroports et d'autres services.
Article 8. Droits de douane
1. Les aéronefs utilisés par les entreprises de transport aérien désignées par une Partie
contractante pour ses services aériens internationaux, ainsi que l'équipement nécessaire à leur
fonctionnement, le carburant, les lubrifiants, les provisions techniques fongibles, les réserves et
provisions (y compris les produits alimentaires, le tabac et les boissons) embarqués sur ces
aéronefs seront exonérés, à l'entrée sur le territoire de l'autre Partie contractante, de tous droits de
douane, impôts nationaux, droits d'inspection et autres droits, taxes ou prélèvements fédéraux,
territoriaux ou locaux, sous réserve qu'ils demeurent à bord de l'aéronef jusqu'à leur réexportation,
même s'ils sont destinés à être utilisés ou consommés à bord de l'aéronef au cours de vols effectués
à l'intérieur dudit territoire.
128
Volume 2725, I-48218
2. Seront également exonérés sous réserve de réciprocité des mêmes droits, taxes et prélèvements, mais non des redevances pour services rendus :
a) Les lubrifiants, les matériaux techniques de consommation, les pièces de rechange, les outils et le matériel spécial d'entretien, ainsi que les provisions de bord (y compris les produits alimentaires, les boissons et le tabac), les documents des entreprises de transport aérien tels que billets, prospectus, itinéraires et autres imprimés dont l’entreprise a besoin dans le cadre de son exploitation, ainsi que le matériel publicitaire et de bureau jugé nécessaire et destiné exclusivement à
la promotion de ses activités, envoyés par ou pour les entreprises de transport aérien de l'une des
Parties contractantes dans le territoire de l'autre Partie;
b) Le carburant, les lubrifiants, les matériaux techniques de consommation, les pièces de rechange, l’équipement normal de bord et les provisions (y compris les produits alimentaires, les
boissons et le tabac), à bord des aéronefs des entreprises de transport aérien d'une Partie contractante sur le territoire de l'autre Partie et utilisé sur des liaisons internationales.
3. Le matériel habituellement transporté, ainsi que les autres fournitures et provisions qui se
trouvent à bord des aéronefs d'une Partie contractante ne pourront être débarqués sur le territoire
de l'autre Partie contractante qu'avec l'autorisation préalable des autorités douanières dudit territoire. Ils pourront être entreposés sous la supervision de ces autorités jusqu'à ce qu'ils soient réexportés ou que soient prises d'autres mesures conformes à la législation en vigueur en la matière.
4. Les passagers en transit par le territoire d'une Partie contractante ne sont soumis qu'à un
simple contrôle. Les bagages et le fret en transit direct sont exemptés de droits de douane et autres
droits similaires.
Article 9. Principes régissant la prestation des services convenus
1. Les entreprises de transport aérien désignées par les deux Parties contractantes seront placées dans des conditions d'équité et d'égalité pour assurer les services convenus sur les routes spécifiées entre leurs territoires respectifs.
2. Les services convenus qu'assurent les entreprises de transport aérien désignées par les
Parties contractantes devront prendre en considération les intérêts de l'entreprise de transport
aérien désignée de l'autre Partie contractante de manière à ne pas porter indûment préjudice aux
services que cette dernière assure sur tout ou partie des mêmes routes.
3. Les services convenus qu'assurent les entreprises de transport aérien désignées par les
Parties contractantes devront répondre aux besoins du transport de passagers et de fret, y compris
le courrier, en provenance ou à destination du territoire de la Partie contractante qui aura désigné
lesdites entreprises de transport aérien.
4. Si les lois et règlements nationaux d’une Partie contractante l’exigent, les accords susceptibles d’être conclus entre les entreprises de transport aérien désignées aux fins de l’exploitation
des services convenus seront soumis à l’approbation des autorités aéronautiques de cette Partie
contractante.
Article 10. Sécurité aérienne
1. Conformément aux droits et aux devoirs qui découlent du droit international, les Parties
contractantes confirment que l'obligation qu'elles ont mutuellement contractée de défendre la
129
Volume 2725, I-48218
sécurité de l'aviation civile contre tout acte d'intervention illicite fait partie intégrante du présent
Accord. Les Parties contractantes agissent notamment sur la base de la Convention relative aux
infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs, signée à Tokyo le
14 septembre 1963, de la Convention pour la répression de la capture illicite d'aéronefs, signée à
La Haye le 16 décembre 1970, et de la Convention pour la répression d'actes illicites dirigés contre
la sécurité de l'aviation civile, signée à Montréal le 23 septembre 1971, ou de toute autre
convention multilatérale ou modification d’une convention en vigueur adoptée par les deux Parties
contractantes, sans que l'énumération qui précède limite la portée générale des droits et obligations
acquis en vertu du droit international.
2. Chacune des Parties contractantes prête à l'autre toute l'assistance que celle-ci lui demande pour tenir en échec toute tentative de capture illicite d'un aéronef civil ou d'attentat à la sécurité desdits aéronefs, de leurs passagers et de leur équipage, des aéroports et des installations de
navigation aérienne, et parer tout autre risque menaçant la sécurité de l'aviation civile.
3. Dans leurs rapports réciproques, les Parties agissent conformément aux dispositions de
l'Organisation de l'aviation civile internationale en matière de sécurité de l'aviation, intitulées Annexes à la Convention relative à l'aviation civile internationale, et, dans la mesure où lesdites dispositions en matière de sécurité sont applicables aux Parties, exigent que les exploitants de leur nationalité ou les exploitants qui possèdent leur siège principal ou leur résidence permanente sur leur
territoire se conforment aux dispositions en matière de sécurité aérienne.
4. Chaque Partie contractante consent à ce que les exploitants d’aéronefs puissent être tenus
d'observer les dispositions en matière de sécurité de l'aviation civile que vise le paragraphe 3 qui
précède et dont l'autre Partie contractante exige l'application aux fins des entrées et des séjours sur
son territoire et des sorties de celui-ci. Chaque Partie contractante veille à ce que soient effectivement appliquées sur son territoire les mesures appropriées pour assurer la sécurité de l'aéronef et
contrôler les passagers, leur équipage, les bagages à main, les bagages enregistrés, le fret et les
provisions de bord de l'aéronef avant et pendant l'embarquement ou le chargement. Chaque Partie
contractante est également disposée à répondre favorablement à toute demande de l'autre Partie
contractante l'enjoignant de prendre des mesures spécifiques de sécurité d'un caractère raisonnable
afin de réagir à une menace précise.
5. Lorsque la capture illicite d'un aéronef civil ou un attentat à la sécurité d'un tel aéronef, de
ses passagers et de leur équipage, d'un aéroport ou d'installations de navigation aérienne se produit
ou menace de se produire, les Parties contractantes se prêtent mutuellement assistance en facilitant
les communications ou en prenant d'autres mesures propres à mettre rapidement et sûrement fin à
un tel incident ou à une telle menace.
Article 11. Tarifs
1. Les entreprises de transport aérien des Parties établiront des tarifs raisonnables pour le
transport à destination ou en provenance du territoire de l'autre Partie contractante en tenant dûment compte de tous les éléments pertinents, notamment les coûts d'exploitation, un bénéfice raisonnable et les tarifs appliqués par d'autres entreprises de transport aérien.
2. Dans la mesure du possible, les entreprises de transport aérien concernées des deux Parties fixeront d'un commun accord les tarifs visés au paragraphe 1 ci-dessus.
130
Volume 2725, I-48218
3. Les tarifs ainsi convenus seront soumis à l'approbation des autorités aéronautiques des
deux Parties quarante-cinq (45) jours au moins avant la date prévue pour leur entrée en vigueur.
Dans certains cas particuliers, ce délai pourra être écourté avec l'accord desdites autorités. L'entrée
en vigueur d'un tarif sera subordonnée à l'approbation préalable des autorités aéronautiques des
deux Parties.
4. S'il n'a pas été possible de fixer un tarif conformément aux dispositions du paragraphe 2
du présent article, ou si une autorité aéronautique fait connaître à l'autre autorité aéronautique,
dans le délai prévu au paragraphe 3, son désaccord avec un tarif fixé conformément aux dispositions du paragraphe 2, les autorités aéronautiques des deux Parties s'efforcent de fixer les tarifs
d'un commun accord.
5. S’il n’a pas été possible de convenir d’un tarif conformément aux dispositions des paragraphes 2 à 4 du présent article, le différend est réglé conformément aux dispositions de
l’article 16 du présent Accord.
6. Tout tarif établi conformément aux dispositions du présent article demeurera en vigueur
jusqu'à ce que de nouveaux tarifs aient été fixés. Toutefois, la validité d'un tarif ne peut pas être
prolongée en vertu du présent paragraphe pour une période dépassant six (6) mois à partir de la
date à laquelle elle devait expirer.
7. Pour la fixation des tarifs, il sera en outre tenu compte des recommandations de
l’organisme international dont les réglementations sont usuelles.
8. Les entreprises de transport aérien désignées par les Parties contractantes ne pourront en
aucune manière modifier le montant ni les règles d'application des tarifs en vigueur.
Article 12. Transfert de bénéfices
Chaque entreprise de transport aérien désignée peut convertir et transférer dans son pays sur
demande l'excédent de ses recettes locales sur ses dépenses locales. Les opérations de conversion
et de transfert sont autorisées sans aucune restriction, au taux de change applicable aux transactions courantes en vigueur au moment où ces recettes sont présentées aux fins de conversion et de
transfert.
Article 13. Représentation des entreprises de transport aérien
L'entreprise de transport aérien désignée de chaque Partie contractante peut, conformément
aux lois et règlements régissant l'entrée, le séjour et l'emploi du personnel de l'autre Partie contractante, faire entrer et employer sur le territoire de cette autre Partie contractante le personnel de gestion de premier niveau nécessaire à l'exploitation de services aériens.
Article 14. Communication de statistiques
Les autorités aéronautiques de chacune des Parties contractantes conviennent que les entreprises de transport aérien désignées fourniront aux autorités aéronautiques de l'autre Partie, sur leur
demande, les relevés statistiques voulus pour déterminer le volume du trafic acheminé par lesdites
entreprises pour les services convenus.
131
Volume 2725, I-48218
Article 15. Consultations
1. Chaque Partie contractante peut à tout moment demander à ce que soient organisées des
consultations concernant la mise en pratique, l'interprétation, l'application ou la modification du
présent Accord ou son observation. De telles consultations, auxquelles les autorités aéronautiques
peuvent procéder elles-mêmes, ont lieu dans les soixante (60) jours faisant suite à la date à laquelle
la demande formulée par écrit par l'une des Parties contractantes parvient à l'autre Partie contractante, à moins que les Parties contractantes n'en décident autrement.
2. Si l’une des Parties contractantes estime nécessaire de modifier l’Annexe au présent Accord, les autorités aéronautiques des Parties contractantes pourront se concerter pour apporter la
modification voulue.
3. Toute modification du présent Accord ou de son Annexe, conformément aux dispositions
des paragraphes 1 et 2 du présent article, entre en vigueur après avoir été confirmée par un
échange de notes entre les Parties contractantes.
Article 16. Règlement des différends
1. En cas de différend entre elles concernant l'interprétation ou l'application du présent Accord, les Parties contractantes s'efforcent en premier lieu de le régler par voie de négociations.
2. Si les Parties contractantes ne parviennent pas à un règlement par voie de négociations, le
différend peut être soumis à la personne ou à l’organisme dont elles conviennent ou, à la demande
de l'une ou l'autre d'entre elles, être soumis pour décision à un tribunal composé de trois arbitres,
comme suit :
a) Chacune des Parties contractantes nommera son arbitre dans les soixante (60) jours suivant la date de réception par l'une d'elles de la demande d’arbitrage. Les arbitres ainsi nommés
choisiront un ressortissant d'un État tiers, qui fait fonction de Président du tribunal, dans les
soixante (60) jours qui suivent la désignation du deuxième arbitre.
b) À défaut de nomination dans les délais impartis susvisés, chacune des Parties contractantes peut demander au Président du Conseil de l'Organisation de l'aviation civile internationale
(OACI) de procéder aux nominations nécessaires dans les soixante (60) jours qui suivent la demande, conformément aux procédures de l’Organisation.
3. Sous réserve des dispositions ci-après du présent article ou à moins que les Parties
contractantes n'en conviennent autrement, le tribunal d'arbitrage définit les limites de sa juridiction
et fixe sa propre procédure. Sur instruction du tribunal, ou à la demande de l'une ou l'autre des
Parties contractantes, une conférence est réunie au plus tard soixante (60) jours après la pleine
constitution du tribunal pour déterminer précisément les questions à soumettre à l'arbitrage et la
procédure à suivre.
4. À moins que les Parties contractantes n'en conviennent autrement ou que le tribunal ordonne qu'il en soit autrement, chaque Partie contractante soumet un mémoire dans un délai de quarante-cinq (45) jours à compter de la date à laquelle le tribunal a été pleinement constitué. Les répliques doivent être soumises dans les soixante (60) jours qui suivent. À la demande de l'une ou
l'autre des Parties contractantes, ou de sa propre initiative, le tribunal tient audience dans les
trente (30) jours suivant la date d'exigibilité des répliques.
132
Volume 2725, I-48218
5. Le tribunal s'efforce de rendre une décision écrite dans les trente (30) jours qui suivent la
clôture des débats ou, en l'absence de débats, dans les trente (30) jours qui suivent la soumission
des répliques. La décision est prise à la majorité des voix.
6. Les Parties contractantes peuvent présenter une demande d'éclaircissement en ce qui
concerne la décision dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de sa réception et les
éclaircissements sont fournis dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de ladite
demande.
7. La décision du tribunal est contraignante pour les Parties contractantes.
8. Chaque Partie contractante assume les frais de l'arbitre qu'elle a désigné. Les dépenses du
tribunal sont partagées également entre les Parties contractantes, y compris toutes les dépenses engagées par le Président du Conseil de l'Organisation de l'aviation civile internationale dans le cadre
de l'application des procédures prévues à l'alinéa b) du paragraphe 2 du présent article.
Article 17. Enregistrement
Le présent Accord et toutes ses modifications éventuelles seront enregistrés auprès de
l’Organisation de l’aviation civile internationale.
Article 18. Entrée en vigueur d’une convention multilatérale sur le transport aérien
Au cas où une convention multilatérale de caractère général sur le transport aérien entrerait en
vigueur à l’égard des deux Parties contractantes, le présent Accord sera modifié pour être rendu
conforme aux dispositions de ladite convention.
Article 19. Dénonciation
Chacune des Parties contractantes peut à tout moment notifier par écrit à l'autre Partie contractante sa décision de dénoncer le présent Accord. Cette notification sera communiquée simultanément à l'Organisation de l'aviation civile internationale.
L'Accord prend fin douze (12) mois après la date de réception de la notification par l'autre
Partie contractante, à moins que cette notification ne soit retirée d’un commun accord entre les
Parties avant l'expiration de ce délai. Si la Partie contractante qui reçoit la notification n'en accuse
pas réception, celle-ci est réputée lui être parvenue quatorze (14) jours après la date à laquelle
l'Organisation de l'aviation civile internationale l'a reçue.
Article 20. Dispositions transitoires
1. Le présent Accord a été conclu pour une durée indéterminée. Chaque Partie contractante
peut le dénoncer au moyen d’une notification par la voie diplomatique. Dans ce cas, le présent Accord prendra fin douze (12) mois après la date de la réception de ladite notification par l’autre Partie contractante.
2. Le présent Accord sera approuvé conformément à la législation interne de chaque État et
il entrera en vigueur à la date de l’échange des notes diplomatiques validant l’approbation en question.
133
Volume 2725, I-48218
EN FOI DE QUOI, les plénipotentiaires susnommés, ont signé le présent Accord.
FAIT à Mexico, le 11 octobre 1990 en deux exemplaires originaux en langues espagnole et
polonaise, les deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
Pour le Gouvernement de la République de Pologne :
134
Volume 2725, I-48218
TABLEAU DES ROUTES
SECTION I
L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement des États-Unis du Mexique
pourra exploiter des services aériens réguliers sur la route suivante :
Points au Mexique – un point aux États-Unis d’Amérique et/ou au Canada – deux points en
Europe – points en Pologne.
NOTES :
1. L’entreprise de transport aérien désignée pourra omettre, lors d'un de ses vols ou de tous
ses vols, un ou plusieurs des points spécifiés ci-dessus.
2. L’entreprise de transport aérien désignée exploitera sa route avec tout type d’aéronef et
n’importe quel nombre de services.
SECTION II
L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement de la République de Pologne
pourra exploiter des services aériens réguliers sur la route suivante :
Points en Pologne – un point en Europe – un point en Afrique – un point aux États-Unis
d’Amérique et/ou au Canada – points au Mexique.
NOTES :
1. L’entreprise de transport aérien désignée pourra omettre, lors d'un de ses vols ou de tous
ses vols, un ou plusieurs des points spécifiés ci-dessus.
2. L’entreprise de transport aérien désignée exploitera sa route avec tout type d’aéronef et
n’importe quel nombre de services.
135
Volume 2725, I-48219
No. 48219
____
Mexico
and
Costa Rica
Air Transport Agreement between the Government of the United Mexican States and the
Government of the Republic of Costa Rica (with Route Schedule). Mexico City,
25 February 1991
Entry into force: 1 November 1995 by notification, in accordance with article 18
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Costa Rica
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le
Gouvernement de la République du Costa Rica (avec tableau des routes). Mexico,
25 février 1991
Entrée en vigueur : 1er novembre 1995 par notification, conformément à l'article 18
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
137
Volume 2725, I-48219
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
138
Volume 2725, I-48219
139
Volume 2725, I-48219
140
Volume 2725, I-48219
141
Volume 2725, I-48219
142
Volume 2725, I-48219
143
Volume 2725, I-48219
144
Volume 2725, I-48219
145
Volume 2725, I-48219
146
Volume 2725, I-48219
147
Volume 2725, I-48219
148
Volume 2725, I-48219
149
Volume 2725, I-48219
150
Volume 2725, I-48219
151
Volume 2725, I-48219
152
Volume 2725, I-48219
153
Volume 2725, I-48219
154
Volume 2725, I-48219
155
Volume 2725, I-48219
156
Volume 2725, I-48219
157
Volume 2725, I-48219
158
Volume 2725, I-48219
159
Volume 2725, I-48219
160
Volume 2725, I-48219
161
Volume 2725, I-48219
162
Volume 2725, I-48219
163
Volume 2725, I-48219
164
Volume 2725, I-48219
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AIR TRANSPORT AGREEMENT BETWEEN THE GOVERNMENT OF THE
UNITED MEXICAN STATES AND THE GOVERNMENT OF THE REPUBLIC
OF COSTA RICA
The Government of the United Mexican States and the Government of the Republic of Costa
Rica, hereafter referred to as "the Contracting Parties",
Desiring to promote air transport between their respective countries and to further as much as
possible international cooperation in that field,
Desiring also to apply to such transport the principles and provisions of the Convention on International Civil Aviation, signed at Chicago on 7 December 1944,
Desiring to organize, on an equitable basis of equality and reciprocity, regular air services between the two countries in order to achieve greater cooperation in the field of international air
transport,
Have agreed as follows:
Article 1. Definitions
For the interpretation and purposes of this Agreement and its Route Schedule:
A. "Convention" means the International Convention on Civil Aviation, signed at Chicago
on 7 December 1944, including any annex or amendment adopted under articles 90 and 94 thereof
that has been ratified by both Contracting Parties;
B. "Agreement" means this Agreement, its Route Schedule and any amendment to either;
C. "Aeronautical authorities" means, in the case of the United Mexican States, the Ministry
of Communications and Transport and, in the case of the Republic of Costa Rica, the Ministry of
Public Works and Transports, or any authority having jurisdiction, or, in both cases, or any person
or body authorized to perform the functions currently exercised by the said authorities;
D. "Designated airline" means the airline designated by each Contracting Party to operate the
agreed services on the routes specified in the Route Schedule of this Agreement pursuant to article 3 below;
E. "Air service" means any regular operation carried out by aircraft for the public transport
of passengers, cargo and mail against remuneration;
F. "International air service" means air service passing through the airspace over the territory of more than one State;
G. "Stop for non-commercial purposes" means a landing for any purpose other than embarking or disembarking passengers, baggage, cargo or mail as part of air service;
H. "Tariff" means the price paid for the transport of passengers and cargo and the conditions
under which that price applies, including charges and commissions for agency or other additional
services but excluding remuneration and other conditions relating to mail transport;
I. "Capacity of an aircraft" means the payload of an aircraft expressed in terms of the number of seats for passengers and the weight of cargo, baggage and mail;
165
Volume 2725, I-48219
J. "Capacity offered" means the total capacity of the aircraft utilized for the operation of
each of the agreed air services, multiplied by the frequency;
K. "Frequency" means the number of round trip flights operated by an airline on a specified
route over a given period;
L. "Agreed services" means the scheduled international air services that, in accordance with
the provisions of this Agreement, may be established on the specified routes;
M. "Specified routes" means the routes established in the Route Schedule annexed to this
Agreement;
N. "Territory" in relation to a State means the land areas and territorial waters adjacent thereto under the sovereignty, jurisdiction, dominion, protection or mandate of such State.
Article 2. Granting of rights
1. Each Contracting Party shall grant to the other Contracting Party the rights stipulated in
this Agreement for the purpose of establishing scheduled international air services on the routes
specified in the Route Schedule attached to this Agreement.
2. Except as provided for in this Agreement, the airline designated by each Contracting Party shall, while operating the agreed air services on the specified routes, enjoy the right to:
(a) Fly over the territory of the other Contracting Party without landing;
(b) Make stops for non-traffic purposes in the territory of the other Contracting Party;
(c) Make stops at points in the other Party Contracting that are specified in the Route Schedule in order to embark or disembark passengers, cargo, baggage or mail as part of international air
service from or towards the other Contracting Party or, where appropriate, another country, in accordance with the Route Schedule.
Article 3. Designation and authorization
1. Each Contracting Party shall have the right to designate, in writing, through the diplomatic channel, to the other Contracting Party an airline for the operation of the agreed air services on
the specified routes and the right to withdraw or alter such designation.
2. Upon receiving such designation, the other Contracting Party shall grant the appropriate
operating authorization to the designated airline of the other Contracting Party without delay, subject to the provisions of paragraph 3 of this article.
3. The aeronautical authorities of either Contracting Party may require the designated airline
of the other Contracting Party to prove that it is qualified to fulfil the conditions set forth in the law
and the regulations normally and reasonably applied by those authorities to the operation of international air services, in accordance with the provisions of the Convention.
4. When an airline has been thus designated and authorized, it may commence operation of
the agreed services at any time within the specified period, provided that a tariff fixed in accordance with the provisions of this Agreement is in force.
166
Volume 2725, I-48219
Article 4. Suspension or revocation of operating authorizations
1. Each Contracting Party reserves the right to reject or revoke the operating authorization
granted to the airline designated by the other Contracting Party, or to suspend the exercise by the
said airline of the rights specified in article 2 of this Agreement, or to impose such conditions as
it may deem necessary on the exercise of such rights, if:
(a) It is not satisfied that ownership or effective control of such airline is vested in the Contracting Party which designated the airline or in nationals of that Contracting Party;
(b) The airline has not complied with the law and the regulations of the Contracting Party
granting the privileges in question; or
(c) The airline fails to operate the agreed services in accordance with the conditions outlined
in this Agreement.
2. Unless immediate revocation or suspension or imposition of the conditions provided for
in paragraph 1 of this Article is necessary to prevent further infringements of the law or of regulations, the said right shall be exercised only after consultation with the other Contracting Party.
Article 5. Application of the law
1. The law and the regulations of each Contracting Party relating to the entry into and exit
from its territory of the aircraft operated on international air services or relating to the operation
and navigation of such aircraft while within its territory shall apply to the aircraft of the airline designated by the other Contracting Party.
2. The law and the regulations governing, over the territory of each Contracting Party the
entry, presence and exit of passengers, crew, baggage, cargo and mail, and the procedures relating
to the formalities of entry into and exit from the country, and to migration, customs and sanitary
measures shall also apply within the said territory to the operations of the designated airline of the
other Contracting Party.
Article 6. Recognition of certificates of airworthiness and licenses
1. Certificates of airworthiness, credentials or certificates or competence and licenses issued
or validated by one of the Contracting Parties and still in force shall be recognized as valid by the
other Contracting Party for the purpose of operating on the routes specified in the Route Schedule,
provided that the requirements under which such certificates or licenses were issued or rendered
valid are equal to or above any minimum standards established in the Convention.
2. Nevertheless, each Contracting Party reserves the right to refuse to recognize, for the purpose of flights over its own territory, the validity of credentials or certificates of competence and
licenses issued to its own nationals by the other Contracting Party.
Article 7. Aviation security
1. Consistent with their rights and obligations under international law, the Contracting Parties confirm that their obligation to protect the security of civil aviation against acts of unlawful interference forms an integral part of this Agreement. Without limiting the generality of their rights
167
Volume 2725, I-48219
and obligations under international law, the Contracting Parties shall, in particular, act in conformity with the provisions of the Convention on Offences and Certain Other Acts Committed on Board
Aircraft signed at Tokyo on 14 September 1963, the Convention for the Suppression of Unlawful
Seizure of Aircraft signed at The Hague on 16 December 1970, and the Convention for the Suppression of Unlawful Acts against the Safety of Civil Aviation signed at Montreal on 23 September
1971.
2. The Contracting Parties shall provide to each other upon request all necessary assistance
in preventing acts of illegal seizure of civil aircraft and other unlawful acts against the safety of
such aircraft, their passengers and crew, airports and air navigation facilities, and any other threat
to the security of civil aviation.
3. The Contracting Parties shall, in their mutual relations, act in conformity with the aviation
security provisions established by the International Civil Aviation Organization and designated as
Annexes to the Convention on International Civil Aviation to the extent that such security provisions are applicable to the Contracting Parties; and shall require that the designated airlines act in
conformity with such aviation security provisions.
4. Each Contracting Party agrees that such designated airlines may be required to observe
the aviation security provisions referred to in paragraph 3 above that are required by the other
Contracting Party for entry into, departure from, or while within the territory of that other Contracting Party.
Each Contracting Party shall ensure that adequate measures are effectively applied within its
territory to protect the aircraft and to inspect passengers, crew, carry-on items, baggage, cargo and
aircraft provisions prior to and during boarding or loading. Each Contracting Party shall also be
favourably inclined to consider any request from the other Contracting Party for reasonable special
security measures to meet a particular threat.
5. In the event of an incident or threat of an incident of illegal seizure of civil aircraft or other unlawful acts against the safety of such aircraft, their passengers and crew, airports or air navigation facilities, the Contracting Parties shall assist each other by facilitating communications and
through other appropriate measures intended to terminate rapidly and safely such incident or threat
thereof.
Article 8. Charges for the use of airports and other facilities
Each of the Contracting Parties may impose, or permit to be imposed, on the aircraft of the
other Party, just and reasonable charges for the use of airports and other facilities. However, each
of the Contracting Parties agrees that these charges shall not be higher than those paid for the use
of such airports and facilities by any national aircraft of that Contracting Party that is engaged in
similar international air services.
Article 9. Customs duties and taxes
1. Aircraft used for international air services by the airline designated by either Contracting
Party, and customary equipment and any fuel, lubricants and supplies (including food and beverages) on board such aircraft shall be exempt from all customs duties, inspection fees and other duties,
federal, state or municipal taxes or charges on arriving in the territory of the other Contracting Par168
Volume 2725, I-48219
ty, provided that such equipment and supplies remain on board the aircraft up to such time as they
are re-exported, even if such items are used or consumed by such aircraft on flights within that territory.
2. The following items shall also be exempt, on the basis of reciprocity, from such duties,
taxes and charges, with the exception of charges for services provided:
(a) Lubricating oils, technical materials for consumption, spare parts, tools and special
maintenance equipment, supplies (including food and beverages), computer equipment and accessories, airline documentation (inter alia, tickets, pamphlets and timetables) and advertising material
deemed necessary and destined exclusively for use in the airline's activities, if sent by the airline of
one Contracting Party to the territory of the other Contracting Party;
(b) Fuel, lubricating oils, other technical supplies for consumption, spare parts, standard
equipment and supplied taken on board aircraft of the airlines of one Contracting Party in the territory of the other Contracting Party and used in international service.
3. Standard equipment taken on board and other materials and supplies retained on board the
aircraft of either Contracting Party may be unloaded in the territory of the other Contracting Party
only with the authorization of the customs authorities of that territory. In such cases, they may be
stored under the supervision of the said authorities up to such time as they are re-exported or used
in accordance with customs regulations.
4. Passengers in transit through the territory of either Contracting Party shall be subject only
to simple control. Baggage and cargo in direct transit shall be exempt from customs duties and
other similar duties.
Article 10. Fair competition
1. Both Contracting Parties agree that the airlines designated by them shall receive fair and
equitable treatment in the operation of the agreed services on the specified routes between their respective territories on the basis of the principle of equal opportunities.
2. Each Party shall take all appropriate action within its jurisdiction to eliminate all forms of
discrimination or unfair competitive practices adversely affecting the competitive position of the
airline of the other Party.
3. In the operation of the agreed services by the designated airline of either Contracting Party, the interests of the airlines of the other Contracting Party shall be taken into consideration so as
not to affect unduly the services provided by the latter airlines.
4. It is agreed that the services provided by a designated airline under this Agreement shall
mainly aim at providing air transport by means of a capacity commensurate with the requirements
of traffic between the two countries.
5. The Contracting Parties agree that the specified routes and their terms of operation shall
be defined by the aeronautical authorities of both Contracting Parties.
Article 11. Tariffs
1. The tariffs to be charged by the airlines designated by the Contracting Parties for
transport to or from the territory of the other Party shall be fixed at reasonable levels, taking duly
169
Volume 2725, I-48219
into account all relevant factors, particularly the cost of operation, reasonable profit and the tariffs
charged by other airlines.
2. The tariffs referred to in paragraph 1 of this article shall, if possible, be fixed by mutual
agreement between the designated airlines of the two Contracting Parties.
3. The tariffs so fixed shall be submitted for approval to the aeronautical authorities of the
two Contracting Parties no less than fifteen (15) days before the proposed date of their introduction. In special cases, this time-limit may be reduced, subject to the agreement of the said authorities. No tariff shall come into force unless it has been approved in advance by the aeronautical authorities of both Contracting Parties.
4. If it is impossible to establish a tariff in accordance with paragraph 2 of this article, or if
one aeronautical authority, within the time-limit referred to in paragraph 3 of this article, gives the
other aeronautical authority notice of its dissatisfaction with any tariff fixed in accordance with the
provisions of paragraph 2, the aeronautical authorities of both Contracting Parties shall seek to settle the issue by mutual agreement.
5. Any tariff fixed in accordance with the provisions of this article shall remain in force until
a new tariff has been fixed. Nevertheless, the validity of a tariff may not be extended, by virtue of
this paragraph, for more than six (6) months beyond the date on which it should have expired.
6. For the establishment of tariffs, account shall also be taken of the recommendations of the
international organization issuing standard regulations.
7. The airlines designated by the Contracting Parties may not in any way modify the amount
or the rules of application of the tariffs in force.
Article 12. Transfer of earnings
1. Either Contracting Party, on the basis of reciprocity, shall exempt the designated airline of
the other Contracting Party from all taxes on good or inputs required for the performance of the
agreed services.
2. The transfer of earnings obtained by the designated airline of a Contracting Party in the
country of the other Contracting Party shall be carried out in accordance with official foreignexchange regulations in force in the territory of that Contracting Party, under conditions of free exchange control.
3. Either Contracting Party, in accordance with the provisions of paragraph 2 of this article,
shall facilitate promptly the transfer of such funds to the other country.
Article 13. Provision of information
The aeronautical authorities of each Contracting Party shall instruct the respective designated
airlines to provide to the aeronautical authorities of the other Party, upon request, all statistical data
necessary for determining the volume of traffic transported by the said airlines through the agreed
services.
170
Volume 2725, I-48219
Article 14. Consultations
1. The aeronautical authorities of the Contracting Parties shall consult each other as frequently as they deem necessary and in a spirit of close cooperation with a view to ensuring the satisfactory implementation of the provisions of this Agreement.
2. Either Contracting Party may at any time request consultations between the competent
authorities of the two Contracting Parties for the purpose of discussing the interpretation,
application or amendment of this Agreement. Such consultations shall begin within a period of
sixty (60) days from the date of receipt of the request made by the Ministry of Foreign Affairs of
the United Mexican States or by the Ministry of Foreign Affairs and Worship of the Republic of
Costa Rica, as the case may be. If an agreement to amend the Agreement is reached, such
agreement shall be formalized by means of an exchange of diplomatic notes.
3. The amendments so agreed shall enter into force on the date determined by the Contracting Parties, once they have obtained the approval required under their respective constitutional
procedures, in a further exchange of diplomatic notes.
Article 15. Settlement of disputes
1. Any dispute arising from this Agreement and not resolved by means of negotiation of the
aeronautical authorities of the two Contracting Parties may be referred, for a respective decision, to
any person or group. If the Contracting Parties fail to agree on proceeding in that manner, the dispute shall be submitted to arbitration in accordance with the procedures described below.
2. The arbitration shall be carried out by a tribunal of three arbitrators, set up as follows:
(a) Within thirty (30) days from the receipt of an arbitration request, each Contracting Party
shall appoint an arbitrator. Within sixty (60) days from their appointment, these two arbitrators
shall, by mutual agreement, appoint a third arbitrator who shall chair the arbitration tribunal and
may not be a national of either Contracting Party;
(b) If either Contracting Parties fails to appoint an arbitrator, or if the third arbitrator is not
appointed in accordance with subparagraph (a) of this paragraph, either Contracting Party may request the President of the International Court of Justice to appoint the necessary arbitrator or arbitrators within thirty (30) days. If the President has the nationality of one of the Contracting Parties,
the senior-most Vice-President not disqualified on such grounds shall make the appointment.
3. Unless otherwise agreed upon, the arbitration tribunal shall determine the scope of its jurisdiction in accordance with this Agreement and shall establish its own procedures. Under the direction of the tribunal or at the request of either Contracting Party, a meeting to determine the precise issues to be arbitrated and the specific procedures to be followed shall be held not later than
fifteen (15) days after the tribunal is fully constituted.
4. Unless otherwise agreed upon, each Contracting Party shall submit a memorandum within
forty-five (45) days after the tribunal is fully constituted. Replies must be transmitted within
sixty (60) days. The tribunal shall hold a hearing at the request of either Contracting Party, or at its
discretion, within fifteen (15) days after the date by which the replies are due.
5. The tribunal shall attempt to give a written decision within thirty (30) days after completion of the hearing or, if no hearing is held, thirty (30) days after the date on which both replies
shall have been submitted. The decision shall be taken by a majority vote.
171
Volume 2725, I-48219
6. The Contracting Parties may submit requests for clarification of the decision within
fifteen (15) days after it is received. Any clarification shall be issued within fifteen (15) days
following such request.
7. In accordance with its national legislation, each Contracting Party shall fully comply with
any decision or judgment of the arbitration tribunal.
8. The costs of the arbitration tribunal, including the arbitrators' fees and expenses, shall be
shared by the Contracting Parties in equal amounts.
Any costs incurred by the President of the International Court of Justice in connection with the
procedures described in paragraph 2 (b) of this article shall be considered as part of the costs of the
arbitration tribunal.
Article 16. Registration with the International Civil Aviation Organization
This Agreement and any amendment thereto shall be registered with the International Civil
Aviation Organization.
Article 17. Termination
Either Contracting Party may at any time give notice to the other Contracting Party of its decision to terminate this Agreement. Such notice shall be simultaneously communicated to the International Civil Aviation Organization. In such case this Agreement shall terminate six (6) months
after the date on which the notice has been received by the other Contracting Party unless the notice to terminate is withdrawn by mutual agreement before the expiry of the said period. In the absence of acknowledgement of receipt by the other Contracting Party, the notice shall be deemed to
have been received fourteen (14) days after the receipt of the notice by the International Civil Aviation Organization.
Article 18. Entry into force
This Agreement shall enter into force on the date on which, by exchange of diplomatic notes,
the Contracting Parties shall inform each other of the fulfilment of their constitutional requirements.
DONE in Mexico City, on 25 February 1991, in duplicate, in the Spanish language, both texts
being equally authentic.
For the Government of the United Mexican States:
For the Government of the Republic of Costa Rica:
172
Volume 2725, I-48219
ROUTE SCHEDULE
SECTION I
The airline designated by the Government of the United Mexican States shall be entitled to
operate regular air services on the following routes:
(a) Mexico City, Mexico – Points in Central America – San José, Costa Rica and beyond
towards Panama City, Panama – Bogotá, Colombia – Caracas, Venezuela – Quito, Ecuador –
Lima, Peru;
(b) Cancún or Mérida or Cozumel, Mexico – Points in Central America – San José, Costa
Rica and beyond towards Panama City, Panama – Bogotá, Colombia – Caracas, Venezuela –
Quito, Ecuador – Lima, Peru.
NOTES:
1. The airline designated by the Government of the United Mexican States shall have fifthfreedom rights at intermediate points in Central America.
2. The airline designated by the Government of the United Mexican States may omit intermediate points on the routes indicated.
3. The airline designated by the Government of the United Mexican States shall have fifthfreedom rights beyond, at Panama City, Panama - Bogotá, Colombia – Caracas, Venezuela –
Quito, Ecuador – Lima, Peru.
4. The frequency of services on the agreed routes shall be determined by agreement between
the aeronautical authorities of the two Contracting Parties.
SECTION II
The airline designated by the Government of the Republic of Costa Rica shall be entitled to
operate regular air services on the following routes:
(a) San José, Costa Rica – Points in Central America – Mexico City, Mexico and beyond towards Los Angeles, California, United States of America;
(b) San José, Costa Rica – Points in Central America – Cancún, Mexico and beyond towards
New Orleans and/or New York, United States of America;
(c) San José, Costa Rica – Points in Central America – Huatulco, Acapulco, Mexico – Los
Angeles, California, United States of America.
NOTES:
1. The airline designated by the Government of the Republic of Costa Rica shall have fifthfreedom rights at intermediate points in Central America.
2. The airline designated by the Government of the Republic of Costa Rica may omit intermediate points on the routes indicated.
173
Volume 2725, I-48219
3. The airline designated by the Government of the Republic of Costa Rica shall have fifthfreedom rights beyond, at Los Angeles, California, on routes (a) and (c); and New Orleans and/or
New York, on route (b).
4. The frequency of services on the agreed routes shall be determined by agreement between
the aeronautical authorities of the two Contracting Parties.
174
Volume 2725, I-48219
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AU TRANSPORT AÉRIEN ENTRE LE GOUVERNEMENT DES
ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE
DU COSTA RICA
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République du Costa
Rica, ci-après dénommés « les Parties contractantes »,
Désireux de favoriser le développement des transports aériens entre leurs nations respectives
et de poursuivre dans la mesure la plus large possible la coopération internationale dans ce domaine,
Désireux également d'appliquer à ces transports les principes et les dispositions de la Convention relative à l'aviation civile internationale, signée à Chicago le 7 décembre 1944,
Désireux d’organiser, sur des bases d’égalité et de réciprocité, des services aériens réguliers
entre les deux pays, afin d’établir une plus grande coopération dans le domaine des transports aériens internationaux,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définitions
Les définitions suivantes s'appliquent aux fins de l'interprétation et de l'application du présent
Accord et de son tableau des routes :
A. Le terme « Convention » désigne la Convention relative à l'aviation civile internationale,
ouverte à la signature le 7 décembre 1944 à Chicago, et comprend toute modification et toute annexe adoptés aux termes des articles 90 et 94 de ladite Convention, dans la mesure où ils ont été
ratifiés par les deux Parties contractantes;
B. Le terme « Accord » englobe le présent Accord, le tableau des routes et toutes les modifications ultérieurement apportées audit Accord ou au tableau des routes;
C. L'expression « autorités aéronautiques » désigne le Ministère des communications et des
transports dans le cas des États-Unis du Mexique, et le Ministère des travaux publics et du transport dans le cas de la République du Costa Rica, ou quiconque en a la compétence, ou, dans les
deux cas, toute personne ou organisme habilité à remplir les fonctions actuellement exercées par
les autorités mentionnées ci-dessus;
D. L'expression « entreprise de transport aérien désignée » fait référence à toute entreprise de
transport aérien désignée par chacune des Parties contractantes pour exploiter les services convenus sur les routes indiquées dans le tableau des routes du présent Accord conformément aux dispositions de l'article 3;
E. L'expression « service aérien » désigne toute liaison aérienne régulière assurée par des
avions de transport public de passagers, de fret ou de courrier moyennant paiement;
F. L'expression « service aérien international » désigne toute liaison aérienne empruntant un
espace aérien qui couvre plus d'un territoire national;
175
Volume 2725, I-48219
G. L'expression « escale non commerciale » désigne un atterrissage effectué à des fins autres
que l'embarquement ou le débarquement de passagers, de bagages, de fret ou de courrier dans le
service aérien;
H. Le terme « tarif » désigne le prix acquitté pour le transport de passagers et de marchandises, ainsi que les conditions de son application, y compris les sommes et les commissions versées
au titre de services d'agence ou d'autres services complémentaires, à l'exception de la rémunération
et autres conditions afférentes au transport du courrier;
I. L’expression « capacité d’un aéronef » s’entend de la charge commerciale d’un aéronef
exprimée en nombre de sièges destinés aux passagers et en poids réservé au fret, aux bagages et au
courrier;
J. L’expression « capacité offerte » s’entend de la capacité totale des aéronefs utilisés pour
l'exploitation de chacun des services aériens convenus, multipliée par la fréquence;
K. Le terme « fréquence » désigne le nombre de vols aller-retour qu'une entreprise de transport aérien effectue sur l'une des routes stipulées pendant une période donnée;
L. L'expression « services convenus » désigne les services aériens internationaux qui,
conformément aux dispositions du présent Accord, peuvent être effectués sur les routes spécifiées;
M. L'expression « routes stipulées » désigne les routes énumérées dans le tableau des routes
annexé au présent Accord;
N. S'agissant d'un État, le terme « territoire » désigne la surface terrestre et les eaux territoriales adjacentes placées sous la souveraineté, la juridiction, la dépendance, la tutelle ou le mandat
dudit État.
Article 2. Droits octroyés
1. Chaque Partie contractante accorde à l'autre Partie contractante les droits énoncés dans le
présent Accord, aux fins d'établir des liaisons aériennes internationales régulières sur les routes stipulées dans le tableau des routes annexé au présent Accord.
2. Sous réserve des dispositions du présent Accord, les entreprises de transport aérien désignées par chaque Partie contractante jouissent des droits suivants pendant l’exploitation des services aériens convenus sur les routes spécifiées :
a) Droit de survoler, sans y atterrir, le territoire de l'autre Partie contractante;
b) Droit de faire des escales non commerciales sur le territoire de l'autre Partie contractante;
c) Droit de faire des escales sur le territoire de l’autre Partie contractante aux points
spécifiés dans le tableau des routes aux fins d'embarquer ou de débarquer des passagers, du fret,
des bagages et du courrier à des fins de transport aérien international en provenance ou à
destination de l’autre Partie contractante, ou le cas échéant, en provenance ou à destination d’un
autre État, conformément aux dispositions du tableau des routes.
Article 3. Désignation et agrément des entreprises de transport aérien
1. Chaque Partie contractante jouit du droit de désigner, par notification écrite transmise par
les voies diplomatiques à l'autre Partie contractante, une entreprise de transport aérien qu'elle
176
Volume 2725, I-48219
charge d'assurer les services convenus sur les routes stipulées, ainsi que du droit de retirer ou de
modifier ces désignations.
2. Dès que l'autre Partie contractante reçoit la notification de ces désignations, elle accorde
sans délai à l’entreprise de transport aérien désignée l'autorisation d'exploitation, conformément
aux dispositions du paragraphe 3 du présent article.
3. Les autorités aéronautiques d'une Partie contractante peuvent demander à l’entreprise de
transport aérien désignée par l'autre Partie contractante de leur démontrer qu'elles sont en mesure
de satisfaire aux dispositions légales et réglementaires normalement et raisonnablement appliquées
par lesdites autorités en matière d'exploitation des services aériens internationaux, conformément
aux termes de la Convention.
4. Lorsqu'une entreprise de transport aérien a été ainsi désignée et autorisée, elle peut commencer à tout moment à exploiter les services convenus, étant bien entendu que les tarifs qui seront
appliqués pour ces services devront être conformes aux dispositions du présent Accord.
Article 4. Révocation ou suspension des autorisations d'exploitation
1. Chacune des Parties contractantes jouit du droit de refuser ou révoquer une autorisation
d'exploitation accordée à une entreprise de transport aérien désignée par l’autre Partie contractante,
de suspendre les droits énoncés à l'article 2 du présent Accord dont jouit ladite entreprise, ou de
soumettre l'exercice de ces droits aux conditions qu'elle juge nécessaires :
a) Si l’entreprise n’a pas la preuve qu’une partie importante de la propriété et le contrôle effectif de cette entreprise de transport aérien sont entre les mains de la Partie contractante qui l'a désignée ou de ses ressortissants;
b) Lorsque ladite entreprise de transport aérien ne respecte pas les lois et les règlements de
la Partie contractante qui octroie ces droits; ou
c) Lorsque ladite entreprise de transport aérien n’agit pas conformément aux conditions
prescrites par le présent Accord.
2. Sauf s'il s'avère indispensable, pour éviter des infractions plus graves aux lois et aux règlements, de révoquer immédiatement l'autorisation, de la suspendre ou d'imposer les conditions
visées au paragraphe 1 du présent article, ce droit n'est exercé qu'après consultation de l'autre Partie contractante.
Article 5. Application des lois
1. Les lois et règlements de chaque Partie contractante relatifs à l'entrée sur son territoire ou
à la sortie dudit territoire des aéronefs affectés à la navigation aérienne internationale ou relatifs à
l'exploitation desdits aéronefs pendant leur présence dans les limites de son territoire s'appliquent
aux aéronefs de l'entreprise désignée par l'autre Partie contractante.
2. Les lois et règlements de chaque Partie contractante qui régissent sur son territoire l'entrée, le séjour et la sortie des passagers, des équipages, des bagages, du fret et du courrier, ainsi
que les formalités de migration, de douane et de santé à l’entrée et à la sortie du pays s'appliqueront aussi à l'intérieur dudit territoire aux opérations des entreprises de transport aérien désignées
par l'autre Partie contractante.
177
Volume 2725, I-48219
Article 6. Reconnaissance des certificats de navigabilité aérienne et des licences
1. Les certificats de navigabilité aérienne, brevets ou titres de capacité ainsi que les licences,
délivrés ou validés par l'une des Parties contractantes et en cours de validité, seront reconnus valables par l'autre Partie contractante aux fins d'exploitation sur les routes définies dans le tableau
des routes, à condition que les spécifications en vertu desquelles ces certificats ou licences ont été
délivrés ou validés soient au moins égaux aux normes minimales pouvant être établies conformément à la Convention.
2. Chaque Partie contractante se réserve toutefois le droit de ne pas reconnaître la validité,
pour la circulation au-dessus de son propre territoire, des brevets ou titres de capacité délivrés à
ses propres ressortissants par l'autre Partie contractante.
Article 7. Sécurité aérienne
1. Conformément aux droits et aux devoirs qui découlent du droit international, les Parties
contractantes confirment que l'obligation qu'elles ont mutuellement contractée de défendre la sécurité de l'aviation civile contre tout acte d'intervention illicite fait partie intégrante du présent Accord. Les Parties contractantes agissent notamment sur la base de la Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs, signée à Tokyo le
14 septembre 1963, de la Convention pour la répression de la capture illicite d'aéronefs, signée à
La Haye le 16 décembre 1970, et de la Convention pour la répression d'actes illicites dirigés contre
la sécurité de l’aviation civile, signée à Montréal le 23 septembre 1971, sans que l'énumération qui
précède limite la portée générale des droits et obligations acquis en vertu du droit international.
2. Chacune des Parties contractantes prête à l'autre toute l'assistance que celle-ci lui demande pour tenir en échec toute tentative de capture illicite d'un aéronef civil ou d'attentat à la sécurité desdits aéronefs, de leurs passagers et de leur équipage, des aéroports et des installations de
navigation aérienne, et parer tout autre risque menaçant la sécurité de l'aviation civile.
3. Dans leurs rapports réciproques, les Parties contractantes agissent conformément aux dispositions de l'Organisation de l'aviation civile internationale en matière de sécurité de l'aviation, intitulées Annexes à la Convention relative à l'aviation civile internationale, et, dans la mesure où
lesdites dispositions en matière de sécurité sont applicables aux Parties contractantes, exigent que
les entreprises de transport aérien désignées se conforment aux dispositions en matière de sécurité
aérienne.
4. Chaque Partie contractante consent à ce que les entreprises de transport aérien désignées
puissent être tenues d'observer les dispositions en matière de sécurité de l'aviation visées au paragraphe 3 qui précède et dont l'autre Partie contractante exige l'application aux fins des entrées et
des séjours sur son territoire et des sorties de celui-ci.
Chaque Partie contractante veille à ce que soient effectivement appliquées sur son territoire les
mesures appropriées pour assurer la sécurité de l'aéronef et contrôler les passagers, leur équipage,
les bagages à main, les bagages enregistrés, le fret et les provisions de bord de l'aéronef avant et
pendant l'embarquement ou le chargement. Chaque Partie contractante est également disposée à
répondre favorablement à toute demande de l'autre Partie contractante l'enjoignant de prendre des
mesures spécifiques de sécurité d'un caractère raisonnable afin de réagir à une menace précise.
178
Volume 2725, I-48219
5. Lorsque la capture illicite d'un aéronef civil ou un attentat à la sécurité d'un tel aéronef, de
ses passagers et de leur équipage, d'un aéroport ou d'installations de navigation aérienne se produit
ou menace de se produire, les Parties contractantes se prêtent mutuellement assistance en facilitant
les communications ou en prenant d'autres mesures propres à mettre rapidement et sûrement fin à
un tel incident ou à une telle menace.
Article 8. Taxes d’aéroport et liées à l’utilisation d’autres services
Chaque Partie contractante peut imposer des taxes équitables et raisonnables ou en autoriser
l'imposition aux aéronefs de l'autre Partie contractante au titre de l’utilisation des aéroports et
d'autres services. Chaque Partie contractante consent toutefois à ce que ces taxes ne soient pas supérieures à celles qui visent les aéronefs nationaux assurant des liaisons internationales du même
type au titre de l'utilisation des aéroports et d'autres services.
Article 9. Droits de douane et impôts
1. Les aéronefs utilisés par les entreprises de transport aérien désignées par une Partie
contractante pour ses services aériens internationaux, ainsi que l'équipement nécessaire à leur
fonctionnement, le carburant, les lubrifiants, les provisions techniques fongibles, les réserves et
provisions (y compris les produits alimentaires et les boissons) embarqués sur ces aéronefs seront
exonérés, à l'entrée sur le territoire de l'autre Partie contractante, de tous droits de douane, droits
d'inspection et autres droits, taxes ou prélèvements fédéraux, territoriaux ou locaux, sous réserve
qu'ils demeurent à bord de l'aéronef jusqu'à leur réexportation, même s'ils sont destinés à être
utilisés ou consommés à bord de l'aéronef au cours de vols effectués à l'intérieur dudit territoire.
2. Seront également exonérés sous réserve de réciprocité des mêmes droits, taxes et prélèvements, mais non des redevances pour services rendus :
a) Les lubrifiants, les matériaux techniques de consommation, les pièces de rechange, les outils et le matériel spécial d'entretien, ainsi que les provisions de bord (y compris les produits alimentaires et les boissons), le matériel informatique et les accessoires, la documentation des compagnies aériennes tels que billets, prospectus, itinéraires et autres imprimés, ainsi que le matériel
publicitaire jugé nécessaire et destiné exclusivement à la promotion des activités de l’entreprise de
transport aérien, envoyés par les entreprises de transport aérien de l'une des Parties contractantes
dans le territoire de l'autre Partie;
b) Le carburant, les lubrifiants, les matériaux techniques de consommation, les pièces de rechange, l’équipement normal de bord et les provisions placés à bord des aéronefs des entreprises
de transport aérien d'une Partie contractante sur le territoire de l'autre et utilisés sur des liaisons internationales.
3. Le matériel habituellement transporté, ainsi que les autres fournitures et provisions qui se
trouvent à bord des aéronefs d'une Partie contractante, ne pourront être débarqués sur le territoire
de l'autre Partie contractante qu'avec l'autorisation préalable des autorités douanières dudit territoire. Ils pourront être entreposés sous la supervision de ces autorités jusqu'à ce qu'ils soient réexportés ou qu’ils soient utilisés conformément aux règlements douaniers.
179
Volume 2725, I-48219
4. Les passagers en transit sur le territoire d'une Partie contractante ne sont soumis qu'à un
simple contrôle. Les bagages et le fret en transit direct sont exemptés de droits de douane et autres
droits similaires.
Article 10. Concurrence loyale
1. Les entreprises de transport aérien désignées par les deux Parties contractantes seront placées dans des conditions d'équité et d'égalité pour assurer les services convenus sur les routes spécifiées entre leurs territoires respectifs en vertu du principe de l’égalité des chances.
2. Chaque Partie prendra des mesures appropriées adéquates dans sa juridiction pour éliminer toute forme de discrimination ou de concurrence déloyale ayant des répercussions négatives
sur la compétitivité de l’entreprise de transport aérien de l’autre Partie.
3. Les services convenus qu'assurent les entreprises de transport aérien désignées par les
Parties contractantes devront prendre en considération les intérêts de l'entreprise de transport
aérien désignée de l'autre Partie contractante de manière à ne pas porter indûment préjudice aux
services que cette dernière assure.
4. Il est convenu que les services assurés par une entreprise de transport aérien désignée
conformément au présent Accord auront pour objet principal d’offrir une capacité de transport
adaptée aux besoins du trafic entre les deux pays.
5. Les Parties contractantes conviennent, en ce qui concerne les routes stipulées et les conditions d’exploitation, que celles-ci seront définies par les autorités aéronautiques des deux Parties
contractantes.
Article 11. Tarifs
1. Les entreprises de transport aérien désignées par chacune des Parties contractantes établiront des tarifs raisonnables pour le transport à destination ou en provenance du territoire de l'autre
Partie contractante en tenant dûment compte de tous les éléments pertinents, notamment les coûts
d'exploitation, un bénéfice raisonnable et les tarifs appliqués par d'autres entreprises de transport
aérien.
2. Dans la mesure du possible, les entreprises de transport aérien désignées par les deux Parties fixeront d'un commun accord les tarifs visés au paragraphe 1 ci-dessus.
3. Les tarifs ainsi convenus seront soumis à l'approbation des autorités aéronautiques des
deux Parties contractantes quinze (15) jours au moins avant la date prévue pour leur entrée en vigueur. Dans certains cas particuliers, ce délai pourra être écourté avec l'accord desdites autorités.
L'entrée en vigueur d'un tarif sera subordonnée à l'approbation préalable des autorités aéronautiques des deux Parties contractantes.
4. S'il n'a pas été possible de fixer un tarif conformément aux dispositions du paragraphe 2
du présent article, ou si une autorité aéronautique fait connaître à l'autre autorité aéronautique,
dans le délai prévu au paragraphe 3 du présent article, son désaccord avec un tarif fixé conformément aux dispositions du paragraphe 2, les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes
s'efforcent de fixer les tarifs d'un commun accord.
5. Tout tarif établi conformément aux dispositions du présent article demeurera en vigueur
jusqu'à ce que de nouveaux tarifs aient été fixés. Toutefois, la validité d'un tarif ne peut pas être
180
Volume 2725, I-48219
prolongée en vertu du présent paragraphe pour une période dépassant six (6) mois à partir de la
date à laquelle elle devait expirer.
6. Pour la fixation des tarifs, il sera en outre tenu compte des recommandations de
l’organisme international dont les réglementations sont usuelles.
7. Les entreprises de transport aérien désignées par les Parties contractantes ne pourront en
aucune manière modifier le montant ni les règles d'application des tarifs en vigueur.
Article 12. Transfert de bénéfices
1. Sur la base du principe de réciprocité, chaque Partie contractante exempte l’entreprise de
transport aérien désignée de l’autre Partie contractante de tous les impôts sur les biens ou produits
tirés des services convenus.
2. Le transfert de bénéfices recueillis par l’entreprise de transport aérien désignée par une
Partie contractante sur le territoire de l’autre Partie contractante devra être effectué conformément
aux réglementations officielles concernant le taux de change applicable aux devises étrangères, en
vigueur sur le territoire de cette Partie contractante dans des conditions de libre contrôle des
changes.
3. Chaque Partie contractante, en vertu des dispositions du paragraphe 2 du présent article,
doit faciliter le transfert rapide de tels fonds vers l’autre pays.
Article 13. Communication de renseignements
Les autorités aéronautiques de chacune des Parties contractantes conviennent que les entreprises de transport aérien désignées fourniront aux autorités aéronautiques de l'autre Partie, sur leur
demande, les relevés statistiques voulus pour déterminer le volume du trafic acheminé par lesdites
entreprises pour les services convenus.
Article 14. Consultations
1. Dans un esprit d'étroite collaboration, les autorités aéronautiques des Parties contractantes
se consulteront aussi souvent qu’elles jugent nécessaire en vue de s'assurer de la bonne application
des dispositions du présent Accord.
2. Chacune des Parties contractantes pourra à tout moment demander que des consultations
aient lieu entre les autorités compétentes des deux Parties contractantes, dans le but de discuter de
l’interprétation, de l’application ou de la modification du présent Accord. Lesdites consultations
commenceront dans les soixante (60) jours suivant la réception de la demande qui sera faite, selon
le cas, par le Ministère des affaires étrangères des États-Unis du Mexique ou par le Ministère des
affaires étrangères et du culte de la République du Costa Rica. Si les Parties conviennent de modifier le présent Accord, cette modification sera rendue officielle par un échange de notes diplomatiques.
3. Les modifications ainsi adoptées entreront en vigueur à la date convenue par les deux Parties contractantes, après avoir obtenu l’approbation requise en vertu de leurs procédures constitutionnelles respectives, dans un échange de notes diplomatiques supplémentaire.
181
Volume 2725, I-48219
Article 15. Règlement des différends
1. Tout différend au sujet du présent Accord qui n’est pas résolu par voie de négociation
entre les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes peut être soumis pour décision à
une ou plusieurs personnes. Si les Parties contractantes ne se mettent pas d’accord pour procéder
de la sorte, le différend est soumis à arbitrage conformément aux procédures décrites ci-après.
2. L’arbitrage sera effectué par un tribunal de trois arbitres, constitué comme suit :
a) Chacune des Parties contractantes nommera son arbitre dans les trente (30) jours suivant
la date de réception d’une demande d’arbitrage. Les deux arbitres ainsi nommés choisiront d’un
commun accord un ressortissant d'un État tiers, qui fait fonction de Président du tribunal, dans les
soixante (60) jours qui suivent la désignation de ces deux arbitres.
b) À défaut de nomination d’un arbitre par l’une des Parties contractantes, ou si le troisième
arbitre n’est pas nommé conformément à l’alinéa a) du présent paragraphe, chacune des Parties
contractantes peut demander au Président de la Cour internationale de Justice de nommer le ou les
arbitres voulus dans un délai de trente (30) jours. Si le Président est un ressortissant de l’une des
Parties contractantes, le Vice-Président de rang supérieur qui n’est pas inéligible pour cette raison
procédera à la nomination.
3. Sauf disposition contraire, le tribunal d'arbitrage définit les limites de sa juridiction
conformément au présent Accord et fixe sa propre procédure. Sur instruction du tribunal, ou à la
demande de l'une ou l'autre des Parties contractantes, une conférence est réunie au plus tard
quinze (15) jours après la pleine constitution du tribunal pour déterminer précisément les questions
à soumettre à l'arbitrage et la procédure à suivre.
4. À moins qu’il n’en soit convenu autrement, chaque Partie contractante soumet un mémoire dans un délai de quarante-cinq (45) jours à compter de la date à laquelle le tribunal a été
pleinement constitué. Les répliques doivent être soumises dans les soixante (60) jours qui suivent.
À la demande de l'une ou l'autre des Parties contractantes, ou de sa propre initiative, le tribunal
tient audience dans les quinze (15) jours suivant la date d'exigibilité des répliques.
5. Le tribunal s'efforce de rendre une décision écrite dans les trente (30) jours qui suivent la
clôture des débats ou, en l'absence de débats, dans les trente (30) jours qui suivent la soumission
des répliques. La décision est prise à la majorité des voix.
6. Les Parties contractantes peuvent présenter une demande d'éclaircissement en ce qui
concerne la décision dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de sa réception et les
éclaircissements sont fournis dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de ladite
demande.
7. Conformément à sa législation nationale, chaque Partie contractante respectera totalement
toute décision ou tout jugement du tribunal d’arbitrage.
8. Les dépenses du tribunal d’arbitrage, y compris les frais et honoraires des arbitres, sont
partagés en montants égaux entre les Parties contractantes.
Toutes les dépenses engagées par le Président de la Cour internationale de Justice dans le
cadre de l'application des procédures prévues à l'alinéa b) du paragraphe 2 du présent article seront
considérées comme faisant partie des dépenses du tribunal d’arbitrage.
182
Volume 2725, I-48219
Article 16. Enregistrement auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale
Le présent Accord et toutes ses modifications éventuelles seront enregistrés auprès de
l’Organisation de l’aviation civile internationale.
Article 17. Dénonciation
Chacune des Parties contractantes peut à tout moment notifier par écrit à l'autre Partie contractante sa décision de dénoncer le présent Accord. Cette notification sera communiquée simultanément à l'Organisation de l'aviation civile internationale. L'Accord prendra fin six (6) mois après la
date de réception de la notification par l'autre Partie contractante, à moins que cette notification ne
soit retirée d’un commun accord entre les Parties avant l'expiration de ce délai. Si la Partie contractante qui reçoit la notification n'en accuse pas réception, celle-ci est réputée lui être parvenue quatorze (14) jours après la date à laquelle l'Organisation de l'aviation civile internationale l'a reçue.
Article 18. Entrée en vigueur
Le présent Accord entre en vigueur à la date à laquelle les deux Parties contractantes se communiquent, par la voie d'un échange de notes diplomatiques, l'accomplissement des formalités exigées à cet effet par leur droit interne.
FAIT à Mexico, le 25 février 1991 en deux exemplaires originaux en langues espagnole, les
deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
Pour le Gouvernement de la République du Costa Rica :
183
Volume 2725, I-48219
TABLEAU DES ROUTES
SECTION I
L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement des États-Unis du Mexique
pourra exploiter des services aériens réguliers sur les routes suivantes :
a) Ville de Mexico (Mexique) – points en Amérique centrale – San José (Costa Rica) et audelà vers la ville de Panama (Panama) – Bogotá (Colombie) – Caracas (Venezuela) – Quito (Équateur) – Lima (Pérou);
b) Cancún, Mérida ou Cozumel (Mexique) – points en Amérique centrale – San José (Costa
Rica) et au-delà vers la ville de Panama (Panama) – Bogotá (Colombie) – Caracas (Venezuela) –
Quito (Équateur) – Lima (Pérou).
NOTES :
1. L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement des États-Unis du Mexique
jouit du droit de cinquième liberté sur les points intermédiaires d’Amérique centrale.
2. L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement des États-Unis du Mexique
peut omettre les points intermédiaires sur les routes indiquées ci-dessus.
3. L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement des États-Unis du Mexique
jouit du droit de cinquième liberté au-delà, dans la ville de Panama (Panama) – Bogotá (Colombie)
– Caracas (Venezuela) – Quito (Équateur) – Lima (Pérou).
4. La fréquence des services sur les routes convenues est déterminée d’un commun accord
entre les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes.
SECTION II
L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement de la République du Costa Rica
pourra exploiter des services aériens réguliers sur les routes suivantes :
a) San José (Costa Rica) – points en Amérique centrale – Ville de Mexico (Mexique) et audelà vers Los Angeles, Californie (États-Unis d’Amérique);
b) San José (Costa Rica) – points en Amérique centrale – Cancún (Mexique) et au-delà vers
La Nouvelle-Orléans et/ou New York (États-Unis d’Amérique);
c) San José (Costa Rica) – points en Amérique centrale – Huatulco, Acapulco (Mexique) –
Los Angeles, Californie (États-Unis d’Amérique).
NOTES :
1. L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement de la République du Costa
Rica jouit du droit de cinquième liberté sur les points intermédiaires d’Amérique centrale.
2. L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement de la République du Costa
Rica peut omettre les points intermédiaires sur les routes indiquées ci-dessus.
184
Volume 2725, I-48219
3. L’entreprise de transport aérien désignée par le Gouvernement de la République du Costa
Rica jouit du droit de cinquième liberté au-delà, à Los Angeles, Californie, sur les routes a) et c),
et La Nouvelle-Orléans et/ou New York sur la route b).
4. La fréquence des services sur les routes convenues est déterminée d’un commun accord
entre les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes.
185
Volume 2725, I-48220
No. 48220
____
Mexico
and
Jamaica
Agreement on cultural cooperation between the Government of the United Mexican States
and the Government of Jamaica. Kingston, 30 July 1990
Entry into force: 26 April 1991 by notification, in accordance with article VIII
Authentic texts: English and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Jamaïque
Accord de coopération culturelle entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le
Gouvernement de la Jamaïque. Kingston, 30 juillet 1990
Entrée en vigueur : 26 avril 1991 par notification, conformément à l'article VIII
Textes authentiques : anglais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
187
Volume 2725, I-48220
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
188
Volume 2725, I-48220
189
Volume 2725, I-48220
190
Volume 2725, I-48220
191
Volume 2725, I-48220
192
Volume 2725, I-48220
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
193
Volume 2725, I-48220
194
Volume 2725, I-48220
195
Volume 2725, I-48220
196
Volume 2725, I-48220
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION CULTURELLE ENTRE LE GOUVERNEMENT DES
ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE GOUVERNEMENT DE LA JAMAÏQUE
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la Jamaïque, (ci-après
dénommés « les Parties »),
Désireux de renforcer les liens d’amitié qui existent entre les deux pays,
Résolus à établir un cadre général visant à améliorer leurs relations dans les domaines de la
culture, de la science, des sciences humaines, des arts et du sport,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Dans la mesure du possible, les Parties contribuent à l’échange des expériences dans les domaines culturel et éducatif. Afin de concrétiser ces objectifs, les Parties faciliteront :
a) La participation d’enseignants, d’experts, de techniciens, de chercheurs et d’étudiants à
des cours, séminaires et conférences;
b) L’octroi réciproque de bourses afin de suivre des cours au sein de leurs institutions
d’enseignement supérieur, ou une formation au sein de telles institutions;
c) L’échange de livres, journaux, photographies, disques et enregistrements sonores, films,
informations statistiques ainsi que de programmes télévisés et radiophoniques.
Article II
En vertu de leurs lois et règlements, les Parties facilitent les négociations entre les institutions
compétentes des deux pays afin de considérer l’acceptation mutuelle et d’établir des équivalences
dans le cadre des études, certificats académiques et diplômes de l’enseignement supérieur.
Article III
1. Les Parties encouragent les échanges culturels par le biais de visites d’artistes et
d’ensembles artistiques, ainsi que de groupes musicaux, de représentation théâtrale et d’arts visuels. De plus, elles organiseront la présentation d’expositions et d’autres activités culturelles.
2. En vertu de leurs règles juridiques en vigueur, les Parties mettent à disposition les installations requises pour l’importation de l’équipement nécessaire à la mise sur pied des événements et
expositions culturels.
3. En application de ses dispositions juridiques, chaque Partie octroie des avantages en ce
qui concerne les questions douanières relatives au matériel importé aux fins de la tenue des événements visés au paragraphe précédent.
4. Le matériel importé susmentionné n’est pas proposé à la vente, sauf autorisation explicite
et paiement de la taxe respective.
197
Volume 2725, I-48220
Article IV
Les Parties participent à des projets et activités communs dans les domaines de la recherche
archéologique, de la restauration artistique et architectonique et de la réhabilitation urbaine, de
même que liés à la préservation, la restauration et au développement général de leur patrimoine national respectif.
Article V
Les Parties facilitent l’échange de documents sur leurs musées, bibliothèques et autres institutions culturelles, en plus de renseignements sur l’histoire naturelle, l’art et l’artisanat.
Article VI
Les Parties facilitent la coopération dans les domaines de l’éducation physique et des sports, à
travers l’échange d’enseignants et de sportifs, d’entraîneurs, de spécialistes et d’équipes.
Article VII
Les Parties prennent conjointement les mesures nécessaires à la mise en œuvre du présent Accord. Des représentants des deux Parties se réuniront périodiquement à cette fin en vue d’élaborer
des programmes et d’évaluer leur exécution. Les réunions auront lieu à la demande de l’une ou
l’autre Partie, au lieu et à la date convenus mutuellement par la voie diplomatique. Les programmes visés par le présent article précisent les formes de coopération et leurs implications financières.
Article VIII
Le présent Accord entrera en vigueur à la date à laquelle les deux Parties s’informent, par la
voie diplomatique, de l’accomplissement de leurs formalités juridiques internes respectives. Il aura
une durée de cinq (5) ans et sera automatiquement reconduit pour des périodes de même durée, à
moins qu’une Partie le dénonce par écrit par la voie diplomatique, au moins six (6) mois avant sa
date d’expiration.
FAIT en double exemplaire à Kingston, le 30 juillet 1990, en langues espagnole et anglaise,
tous les textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la Jamaïque :
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
198
Volume 2725, I-48221
No. 48221
____
Mexico
and
Belize
Agreement on tourism cooperation between the Government of the United Mexican States
and the Government of Belize. Mexico City, 26 April 1990
Entry into force: 24 October 1990 by notification, in accordance with article IX
Authentic texts: English and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Belize
Accord de coopération touristique entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le
Gouvernement du Belize. Mexico, 26 avril 1990
Entrée en vigueur : 24 octobre 1990 par notification, conformément à l'article IX
Textes authentiques : anglais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
199
Volume 2725, I-48221
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
200
Volume 2725, I-48221
201
Volume 2725, I-48221
202
Volume 2725, I-48221
203
Volume 2725, I-48221
204
Volume 2725, I-48221
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
205
Volume 2725, I-48221
206
Volume 2725, I-48221
207
Volume 2725, I-48221
208
Volume 2725, I-48221
209
Volume 2725, I-48221
210
Volume 2725, I-48221
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION TOURISTIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DES
ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE GOUVERNEMENT DU BELIZE
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement du Belize (ci-après dénommés « les Parties »),
Considérant que les relations amicales entre les deux pays devraient être renforcées par une intensification des échanges touristiques,
Considérant que le développement de la coopération dans le domaine du tourisme renforcera
également les liens historiques, culturels et scientifiques qui unissent les deux pays,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Les deux Parties s’accordent mutuellement les plus grandes facilités possibles pour que les
campagnes de promotion touristique de chaque Partie puissent être menées sur le territoire de
l’autre.
Article II
Afin d’encourager le tourisme entre les deux pays, les Parties, sous réserve de leurs législations respectives, accordent des facilités aux agences de voyage, voyagistes, entreprises de transport aérien et, le cas échéant, aux entreprises de transport par autocars de l’autre Partie.
Article III
Les deux Parties encouragent la désignation d’agents commerciaux des entreprises de
transport aérien et terrestre de l’autre Partie afin qu’elles puissent proposer leurs services sur le
marché, notamment en encourageant l’intégration des circuits touristiques du sud-est du Mexique
et du Belize. Elles encouragent également les transporteurs de l’autre Partie à améliorer leurs
services et à promouvoir des tarifs spéciaux et des tarifs d’excursion destinés à encourager les
échanges touristiques.
Les Parties favorisent les mesures qui réduisent ou simplifient les procédures d’entrée des touristes sur leurs territoires respectifs.
Les deux Parties font tout leur possible et font usage de leur influence pour établir et maintenir
le projet Mundo Maya et coordonner les activités touristiques se rapportant à ce projet dans les
deux pays.
Article IV
Les Parties échangent des informations sur leurs centres touristiques respectifs et, à cette fin,
peuvent notamment utiliser des supports imprimés tels que des brochures, affiches, guides touris211
Volume 2725, I-48221
tiques, recourir aux services de la presse, de la radio et de la télévision, ou à des films, ou encore
organiser des expositions, des colloques et des séminaires.
Les Parties encouragent l’organisation de voyages d’information et de planification de circuits
par des voyagistes et organisateurs, des agents de promotion de pays tiers, afin de faciliter
l’élaboration et la commercialisation d’offres touristiques présentant un avantage mutuel.
La planification, le financement et l’exécution de la portion des voyages d’information et de
planification de circuits incombent à l’État sur le territoire duquel ils ont lieu.
Les Parties encouragent l’application de tarifs de transport avantageux pour les participants à
des voyages mis en œuvre conjointement.
Article V
Les Parties encouragent les mécanismes de commercialisation destinés à favoriser les voyages
qui attirent au Mexique et au Belize des touristes provenant d’Europe et des États-Unis
d’Amérique, notamment ceux se rapportant aux centres d’intérêt sur la route des Mayas.
Article VI
Les Parties, sur la base de leurs plans nationaux, analysent les possibilités d’investissement
conjoint dans les centres de développement du tourisme.
Article VII
Afin de garantir une cohérence des programmes et des cours entre les deux pays, les Parties
facilitent l’échange de programmes et de bourses d’étude touristique en vue de perfectionner la
formation de leurs techniciens et leurs services touristiques en général.
Chaque fois que cela est possible, les Parties échangent et partagent les systèmes et méthodes
qui facilitent la formation de spécialistes dans des domaines techniques et les mettent à la disposition des experts de l’autre Partie; elles échangent également leurs plans de développement touristique et fournissent une assistance en matière de formation du personnel dans le secteur du tourisme, notamment le développement de compétences dans les domaines de l’exploitation et de
l’administration hôtelières, de la préparation de nourriture et de boissons, de l’entretien, de la
commercialisation, de l’accueil et des loisirs.
Les Parties encouragent leurs étudiants et enseignants à tirer avantage des bourses d’étude offertes par les écoles, instituts, universités et centres de formation de l’autre pays.
Article VIII
Pour le suivi du développement du présent Accord, la promotion et l’évaluation de ses résultats, les Parties créeront un Groupe de travail réunissant un nombre égal de représentants des deux
pays, auquel pourront être invités des membres du secteur touristique privé et qui aura pour objet
de collaborer à la réalisation des objectifs du présent Accord.
Le Groupe de travail informera la Commission binationale Mexique-Belize des progrès réalisés dans le cadre des programmes qui en découlent.
212
Volume 2725, I-48221
Article IX
Le présent Accord entrera en vigueur à la date à laquelle les deux Parties se seront notifié
l’une à l’autre, par la voie diplomatique, que leurs formalités juridiques internes respectives ont été
accomplies.
Il restera en vigueur pour une période de deux (2) ans et sera automatiquement renouvelé sur
une base annuelle, à moins qu’une Partie ne notifie à l’autre Partie, par écrit et par la voie diplomatique, son intention de le dénoncer, au moins trois (3) mois avant sa date d’expiration.
FAIT en deux exemplaires originaux à Mexico, le 26 avril 1990, en langues espagnole et anglaise, les deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
PEDRO JOAQUÍN COLDWELL
Ministre du tourisme
Pour le Gouvernement du Belize :
GLENN GODFREY
Procureur général et Ministre du tourisme et de l’environnement
213
Volume 2725, I-48222
No. 48222
____
Mexico
and
Singapore
Air Services Agreement between the Government of the United Mexican States and the
Government of the Republic of Singapore (with annex). Singapore, 21 June 1990
Entry into force: 28 January 1991 by notification, in accordance with article 21
Authentic texts: English and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Singapour
Accord relatif aux services aériens entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le
Gouvernement de la République de Singapour (avec annexe). Singapour, 21 juin 1990
Entrée en vigueur : 28 janvier 1991 par notification, conformément à l'article 21
Textes authentiques : anglais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
215
Volume 2725, I-48222
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
216
Volume 2725, I-48222
217
Volume 2725, I-48222
218
Volume 2725, I-48222
219
Volume 2725, I-48222
220
Volume 2725, I-48222
221
Volume 2725, I-48222
222
Volume 2725, I-48222
223
Volume 2725, I-48222
224
Volume 2725, I-48222
225
Volume 2725, I-48222
226
Volume 2725, I-48222
227
Volume 2725, I-48222
228
Volume 2725, I-48222
229
Volume 2725, I-48222
230
Volume 2725, I-48222
231
Volume 2725, I-48222
232
Volume 2725, I-48222
233
Volume 2725, I-48222
234
Volume 2725, I-48222
235
Volume 2725, I-48222
236
Volume 2725, I-48222
237
Volume 2725, I-48222
238
Volume 2725, I-48222
239
Volume 2725, I-48222
240
Volume 2725, I-48222
241
Volume 2725, I-48222
242
Volume 2725, I-48222
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
243
Volume 2725, I-48222
244
Volume 2725, I-48222
245
Volume 2725, I-48222
246
Volume 2725, I-48222
247
Volume 2725, I-48222
248
Volume 2725, I-48222
249
Volume 2725, I-48222
250
Volume 2725, I-48222
251
Volume 2725, I-48222
252
Volume 2725, I-48222
253
Volume 2725, I-48222
254
Volume 2725, I-48222
255
Volume 2725, I-48222
256
Volume 2725, I-48222
257
Volume 2725, I-48222
258
Volume 2725, I-48222
259
Volume 2725, I-48222
260
Volume 2725, I-48222
261
Volume 2725, I-48222
262
Volume 2725, I-48222
263
Volume 2725, I-48222
264
Volume 2725, I-48222
265
Volume 2725, I-48222
266
Volume 2725, I-48222
267
Volume 2725, I-48222
268
Volume 2725, I-48222
269
Volume 2725, I-48222
270
Volume 2725, I-48222
271
Volume 2725, I-48222
272
Volume 2725, I-48222
273
Volume 2725, I-48222
274
Volume 2725, I-48222
275
Volume 2725, I-48222
276
Volume 2725, I-48222
277
Volume 2725, I-48222
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AUX SERVICES AÉRIENS ENTRE LE GOUVERNEMENT
DES ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE SINGAPOUR
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République de
Singapour,
Reconnaissant l’importance croissante des voyages aériens internationaux entre les deux pays
et désireux de conclure un accord pour en assurer le développement continu dans l’intérêt général,
et
Étant parties à la Convention relative à l'aviation civile internationale ouverte à la signature à
Chicago le 7 décembre 1944,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définitions
Aux fins du présent Accord :
a) L’expression « autorités aéronautiques » s’entend, dans le cas de la République de
Singapour, du Ministre des communications et de l’information, de l’Autorité de l’aviation civile
de Singapour, de leurs successeurs ou de toute personne ou organisme habilité à exercer les
fonctions exercées à l’heure actuelle par ledit ministre ou des fonctions similaires et, dans le cas
des États-Unis du Mexique, du Ministre de la communication et des transports ou de toute
personne ou organisme habilité à exercer les fonctions exercées à l’heure actuelle par ledit ministre
ou des fonctions similaires;
b) Le terme « Accord » désigne le présent Accord, ses annexes et tous amendements y relatifs;
c) L’expression « services agréés » désigne les services aériens créés en vertu du présent
Accord;
d) L’expression « entreprise de transport aérien » s’entend de toute entreprise de transport
aérien offrant ou exploitant un service aérien et toute référence à cette expression au singulier inclut aussi le pluriel et toute référence au pluriel inclut le singulier en fonction du contexte;
e) L’expression « services aériens » signifie les services aériens réguliers effectués par des
aéronefs pour le transport public de passagers, de marchandises ou de courrier, séparément ou simultanément, contre rémunération ou location;
f) L'expression « entreprise de transport aérien désignée » s'entend de toute entreprise de
transport aérien désignée et agréée conformément à l'article 3 du présent Accord;
g) L’expression « permis d’exploitation » s’entend de l’autorisation donnée par les autorités
aéronautiques d’une Partie contractante à une entreprise de transport aérien de l’autre Partie
contractante conformément à l'article 3 du présent Accord;
h) L’expression « routes spécifiées » signifie les routes spécifiées dans les tableaux de
l’Annexe I au présent Accord;
278
Volume 2725, I-48222
i) L’expression « escale non commerciale » s’entend d’une escale ayant un objet autre que
celui d’embarquer ou de débarquer des passagers, des marchandises ou du courrier;
j) Le terme « Convention » désigne la Convention relative à l’aviation civile internationale,
ouverte à la signature à Chicago le 7 décembre 1944, ainsi que toute annexe adoptée conformément à l’article 90 de ladite Convention et tout amendement apporté aux annexes ou à la Convention conformément aux articles 90 et 94 de celle-ci;
k) Le terme « tarif » s'entend du prix demandé pour le transport public de passagers, de bagages et de marchandises sur des services aériens réguliers, y compris les conditions régissant la
disponibilité ou l’applicabilité dudit prix, ainsi que des frais et conditions relatifs aux prestations
accessoires à ce transport, à l’exception de la commission qui doit être versée aux intermédiaires
du transport aérien; et
l) Le terme « territoire » désigne le territoire terrestre sur lequel une Partie contractante
exerce sa souveraineté, sa suzeraineté, sa protection ou sa tutelle, et les eaux territoriales adjacentes.
Article 2. Concession de droits
1. Chaque Partie contractante accorde à l’autre Partie les droits suivants en vue de
l’exploitation de services aériens par ses entreprises de transport aérien :
a) Le droit de survoler son territoire sans y faire escale;
b) Le droit d'y faire des escales non commerciales.
2. Chaque Partie contractante accorde à l’autre les droits prévus dans le présent Accord aux
fins d’exploiter des services aériens réguliers sur les routes spécifiées et de faire escale aux points
de ladite route indiqués dans le tableau approprié de l’Annexe I au présent Accord, aux fins d’y
embarquer ou d’y débarquer, en trafic international, des passagers, des marchandises et du courrier, séparément ou de façon conjointe.
3. Tous les droits accordés dans le présent Accord par l’une des Parties contractantes doivent être exercés uniquement par l’entreprise de transport aérien désignée de l’autre Partie contractante et exclusivement dans son intérêt.
4. Si, en raison d'un conflit armé, de troubles ou événements politiques ou de circonstances
particulières et exceptionnelles, une entreprise de transport aérien désignée par l'une des Parties
contractantes n'est pas en mesure d'exploiter un service sur son itinéraire habituel, l'autre Partie
contractante s’efforcera, dans toute la mesure de ses moyens, de faciliter la poursuite de l'exploitation dudit service en réorganisant temporairement les routes comme il conviendra, y compris en
accordant des droits le temps qu’il faudra pour garantir la viabilité des opérations.
Article 3. Désignation et autorisation
1. Chaque Partie contractante a le droit de désigner autant d’entreprises de transport aérien
qu'elle l’entend pour exploiter les services convenus, ainsi que de retirer ou de modifier de telles
désignations. Celles-ci sont transmises par écrit à l'autre Partie contractante et indiquent si lesdites
entreprises de transport aérien sont autorisées à assurer le type de services aériens spécifiés à
l’Annexe I.
279
Volume 2725, I-48222
2. Dès réception d'une désignation rédigée par une Partie contractante et d’une demande, selon la forme prescrite, de l’entreprise de transport aérien ainsi désignée pour l’obtention d’un permis d’exploitation et d’un agrément technique (ci-après « le permis d’exploitation »), l’autre Partie
contractante accorde le permis d’exploitation avec un minimum de délai procédural, sous réserve
que :
a) Un service ne soit exploité qu’à condition qu’un tarif conforme aux dispositions de
l’article 12 soit entré en vigueur pour ce service;
b) Une part importante de la propriété et le contrôle effectif de l'entreprise soient entre les
mains de la Partie contractante qui l'a désignée ou de ressortissants de cette Partie ou des deux;
c) L’entreprise de transport aérien soit en mesure de répondre aux conditions prévues par les
dispositions législatives et réglementaires normalement appliquées en matière d'exploitation des
services aériens par la Partie contractante à laquelle la demande a été soumise; et
d) La Partie contractante qui désigne l’entreprise de transport aérien maintienne et applique
les normes énoncées à l’article 8.
Article 4. Annulation ou suspension des autorisations d'exploitation
1. Chaque Partie contractante aura le droit d'annuler, de suspendre, de limiter ou d’imposer
des conditions sur une autorisation d'exploitation accordée à une entreprise de transport aérien désignée par l’autre Partie contractante dans les cas suivants :
a) Ladite entreprise ne respecte pas les lois et règlements mentionnés à l’article 7; ou
b) Une part importante de la propriété et le contrôle effectif de cette entreprise de transport
aérien ne sont pas entre les mains de la Partie contractante qui a désigné l’entreprise et/ou de ses
ressortissants;
c) L’autre Partie contractante ne maintient pas et n'applique pas les normes de sécurité énoncées à l’article 8.
2. À moins qu'il ne soit indispensable de prendre des mesures immédiates pour empêcher
des infractions aux lois et règlements mentionnés à l’article 7, il ne sera fait usage du droit de suspendre un permis d’exploitation qu'après consultation avec l'autre Partie contractante.
Article 5. Droits de douane et autres redevances
1. Chaque Partie contractante exempte l'entreprise de transport aérien désignée par l'autre
Partie contractante des restrictions à l'importation, des droits de douane, des droits d'accises, des
frais d'inspection et des autres taxes et droits nationaux sur les carburants, les huiles lubrifiantes,
les fournitures techniques consommables, les pièces de rechange (y compris les moteurs), l'équipement normal des aéronefs, l'équipement au sol, les provisions de bord et les autres articles destinés à être utilisés uniquement pour l'exploitation ou l'entretien des aéronefs de l'entreprise de
transport aérien désignée par l'autre Partie contractante. Les exemptions prévues dans le présent
paragraphe s’appliquent aux articles :
a) Introduits sur le territoire de l'une des Parties contractantes par l'entreprise de transport
aérien désignée par l'autre Partie contractante ou pour son compte, à condition qu'il puisse être
demandé de conserver ces articles sous la surveillance ou le contrôle des douanes;
280
Volume 2725, I-48222
b) Conservés à bord des aéronefs de l'entreprise de transport aérien désignée par l'une des
Parties contractantes à l'arrivée sur le territoire de l'autre Partie Contractante ou au départ dudit territoire;
c) Pris à bord d'aéronefs de l'entreprise de transport aérien désignée par l'une des Parties
contractantes sur le territoire de l'autre Partie contractante et destinés à être utilisés dans le cadre
de l'exploitation des services aériens;
que ces articles soient ou non utilisés ou consommés entièrement sur le territoire de la Partie
contractante accordant l'exemption.
2. Les exemptions prévues dans le présent article s'appliquent également lorsque l’entreprise
de transport aérien désignée de l'une des Parties contractantes a conclu avec une autre entreprise de
transport aérien des arrangements en vue du prêt ou du transfert, sur le territoire de l'autre Partie
contractante, des objets visés au paragraphe 1, à condition que ladite autre entreprise de transport
aérien bénéficie des mêmes exemptions de la part de cette autre Partie contractante.
Article 6. Trafic en transit direct
Les passagers, les bagages et le fret en transit direct à travers le territoire d’une Partie contractante et ne quittant pas la zone aéroportuaire réservée à cet effet ne seront soumis qu’à un contrôle
très simplifié. Les bagages et le fret en transit direct seront exemptés de droits de douane et autres
taxes similaires.
Article 7. Application des lois
1. Les lois et règlements d’une Partie contractante qui régissent, sur son territoire, l’entrée et
la sortie des aéronefs affectés à des services aériens, ou à l’exploitation et à la navigation de ces
aéronefs à l’intérieur de ses frontières, s’appliquent à tout aéronef de l’entreprise de transport aérien désignée par l’autre Partie contractante et devront être respectés par lesdits aéronefs depuis
leur accès sur le territoire de la première Partie jusqu’à leur départ de ce territoire.
2. Les lois et règlements d’une Partie contractante régissant sur son territoire l’entrée, le
séjour et la sortie des passagers, des équipages, du fret ou du courrier, telles que les formalités
concernant l’entrée, la sortie, l’émigration, l’immigration, les passeports, les douanes et les
quarantaines, seront respectés par ou pour le compte des passagers, équipages, courrier ou
marchandises transportés par l’entreprise de transport aérien désignée de l’autre Partie contractante
pendant leur présence sur le territoire de la première Partie contractante à leur entrée sur son
territoire ou à leur sortie de son territoire.
3. Chacune des Parties contractantes s'engage à ne pas donner à sa propre entreprise de
transport aérien la préférence sur une entreprise de transport aérien désignée par l'autre Partie
contractante dans l’application des lois et règlements prévus dans le présent article.
Article 8. Navigabilité
1. Les certificats de navigabilité, les certificats d’aptitude et les permis délivrés ou validés
par l’une des Parties contractantes, sont, pendant leur période de validité, reconnus valables par
l’autre Partie contractante aux fins de l’exploitation des services aériens couverts par le présent
281
Volume 2725, I-48222
Accord, pourvu toutefois que les conditions requises pour la délivrance ou la validation de ces certificats ou permis soient équivalentes ou supérieures aux normes minimales fixées par la Convention. Toutefois, chaque Partie contractante se réserve le droit de refuser la validation, pour le survol de son territoire, de certificats d’aptitude et de permis délivrés à ses propres ressortissants par
l’autre Partie contractante.
2. Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante pourront réclamer des consultations en ce qui concerne les normes de sécurité et les besoins à cet égard qui sont assurés et gérés
par l’autre Partie contractante s’agissant des installations aéronautiques, des équipages, des aéronefs et de l’exploitation des entreprises désignées. Si, à la suite de telles consultations, les autorités
aéronautiques de l’une ou l’autre des Parties contractantes estiment que l’autre Partie n’assume pas
et ne gère pas de façon efficace les normes et les exigences de sécurité de manière à ce qu’elles
correspondent ou soient supérieures aux normes minimales que pourraient prescrire la Convention,
elles en informent l’autre Partie contractante en indiquant les mesures qu’elles jugent nécessaires
pour que les normes et les exigences de sécurité de l’autre Partie contractante correspondent aux
normes minimales à établir conformément à la Convention. L’autre Partie prend alors les mesures
correctives appropriées.
Chaque Partie contractante se réserve le droit, en vertu de l’article 4, de suspendre, de révoquer, de limiter ou d’imposer des conditions sur le permis d’exploitation de toute entreprise de
transport aérien désignée par l’autre Partie contractante si celle-ci ne prend pas les mesures voulues dans des délais raisonnables.
Article 9. Sécurité
1. Compte tenu des droits et des obligations qui leur incombent en vertu du droit international, les Parties contractantes réaffirment que leur obligation réciproque de protéger la sécurité de
l’aviation civile contre tous actes d’intervention illicite fait partie intégrante du présent Accord.
Sans préjudice de l’ensemble de leurs droits et obligations en vertu du droit international, les Parties contractantes se conformeront en particulier aux dispositions de la Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs, signée à Tokyo le 14 septembre
1963, de la Convention pour la répression de la capture illicite d’aéronefs, signée à La Haye le
16 décembre 1970, et de la Convention pour la répression d’actes illicites dirigés contre la sécurité
de l’aviation civile, signée à Montréal le 23 septembre 1971.
2. Chacune des Parties contractantes prêtera à l’autre, sur demande, toute l’aide nécessaire
pour prévenir la capture illicite d’aéronefs et tout autre acte illicite portant atteinte à la sécurité des
aéronefs, de leurs passagers et de leurs équipages ainsi que des aéroports et des installations de navigation aérienne, et toute autre menace visant la sécurité de l’aviation civile.
3. Dans leurs rapports mutuels, les Parties contractantes se conforment aux dispositions relatives à la sûreté de l’aviation qui ont été établies par l’Organisation de l’aviation civile internationale et qui sont désignées comme Annexes à la Convention, dans la mesure où lesdites dispositions
sont applicables aux Parties contractantes; elles exigent des exploitants d’aéronefs immatriculés
sous leur pavillon, des exploitants d’aéronefs dont l’établissement commercial principal ou le domicile est situé dans leur territoire, ainsi que des exploitants d’aéroports situés dans leur territoire,
qu’ils se conforment à ces dispositions relatives à la sûreté de l’aviation.
4. Chacune des Parties contractantes reconnaît que ces exploitants d’aéronefs seront tenus
de respecter les dispositions en matière de sécurité aérienne visées au paragraphe 3 et imposées par
282
Volume 2725, I-48222
l’autre Partie à l’entrée et au séjour sur son territoire ainsi qu’au départ de ce territoire. Elle veillera à ce que soient prises sur son territoire des mesures efficaces et adéquates pour la protection des
aéronefs et pour l’inspection des passagers, des équipages, des bagages de cabine et de soute ainsi
que des marchandises et des provisions de bord avant et pendant l’embarquement ou le chargement. Chaque Partie contractante examinera dans un esprit positif toute demande que l’autre Partie
lui adresse afin qu’elle prenne des mesures de sécurité spéciales raisonnables pour faire face à une
menace particulière.
5. Lorsque se produit un incident, ou que plane la menace d'un incident, de capture illicite
d'un aéronef civil ou d'autres actes illicites à l'encontre de la sécurité d'un de ces aéronefs, de ses
passagers et de son équipage, ou encore d'un aéroport ou d'installations de navigation aérienne, les
Parties contractantes se prêteront mutuellement assistance en facilitant les communications et
autres mesures appropriées afin de mettre fin rapidement et avec un minimum de risques pour les
vies humaines audit incident ou à ladite menace, dans la mesure du possible au vu des circonstances.
Article 10. Horaires, informations et statistiques
1. L’entreprise de transport aérien désignée par l’une ou l’autre des Parties contractantes
soumettra pour approbation, au plus tard trente (30) jours avant le début de l'exploitation d'un service convenu (en ce qui concerne un service aérien régulier), aux autorités aéronautiques de l'autre
Partie contractante les horaires qu’elle propose. Ceux-ci doivent comprendre toutes les informations pertinentes, y compris le type d’aéronef à utiliser, la fréquence de service et les horaires de
vols.
2. Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante fourniront, sur demande, aux
autorités aéronautiques de l’autre Partie les états périodiques et autres documents statistiques voulus à des fins d’archivage. Ceux-ci doivent fournir des informations sur le volume du trafic acheminé par les entreprises de transport aérien désignées sur les services convenus ainsi que les provenances et les destinations de ce trafic.
Article 11. Dispositions relatives à la capacité
1. Les installations de transport aérien accessibles aux voyageurs devront être étroitement
adaptées aux besoins du public en matière de transport de ce type.
2. L’entreprise de transport aérien désignée par chaque Partie contractante doit pouvoir exploiter chaque itinéraire convenu entre les territoires des deux Parties contractantes de façon loyale
et équitable.
3. Chaque Partie contractante doit prendre en considération les intérêts de l’entreprise de
transport aérien de l’autre Partie contractante afin de ne pas gêner indûment les possibilités qu’elle
a d’offrir les services couverts par le présent Accord.
4. Les services offerts par les entreprises de transport aérien désignées en vertu du présent
Accord doivent avoir pour objectif primordial d’offrir une capacité adaptée aux demandes de trafic
entre le pays dont l’entreprise de transport aérien est ressortissante et le pays de destination finale
du trafic. Les Parties contractantes reconnaissent que la capacité totale proposée aux entreprises de
transport aérien désignées dans le cadre de l’exploitation des services convenus sera conforme aux
283
Volume 2725, I-48222
principes généraux du développement harmonieux des transports aériens internationaux auxquels
les deux Parties contractantes souscrivent et doit être régie par le principe général que la capacité
doit être liée :
a) Aux exigences du trafic entre le pays d’origine et les pays de destination finale du trafic;
b) Aux exigences de l’exploitation de services aériens; et
c) Aux exigences du trafic dans les régions desservies par l’entreprise de transport aérien,
compte tenu des services aériens locaux et régionaux.
Article 12. Tarifs aériens
1. Les tarifs applicables à tout service agréé seront fixés à des niveaux raisonnables qui tiennent compte de tous les facteurs pertinents, notamment les charges d’exploitation, un bénéfice raisonnable et les différentes caractéristiques des services (telles que la vitesse et le confort) ainsi que
les tarifs des autres entreprises de transport aérien sur toute partie de l’itinéraire spécifié. Lesdits
tarifs seront fixés conformément aux dispositions suivantes du présent article.
2. Les tarifs visés au paragraphe 1 du présent article, ainsi que les taux de commission
d’agence qui leur sont associés, seront, si possible, convenus, pour chacun des itinéraires spécifiés
entre les entreprises de transport aérien désignées concernées, en concertation avec d’autres entreprises de transport aérien opérant sur toute la route, ou une partie de celle-ci. Un tel accord sera, si
possible, réalisé en ayant recours à la procédure de tarification établie par l’Association du transport aérien international.
3. Les tarifs ainsi convenus sont soumis à l’approbation des autorités aéronautiques des Parties contractantes au moins quarante-cinq (45) jours avant la date proposée pour leur mise en vigueur. Dans des cas particuliers, ce délai peut être écourté sous réserve de l’accord desdites autorités. L’entrée en vigueur d’un tarif est soumise à l’approbation préalable des autorités aéronautiques
des deux Parties.
4. Si les entreprises de transport aérien désignées ne peuvent se mettre d’accord sur aucun
de ces tarifs ou, si pour une quelconque raison, un tarif ne peut être fixé conformément aux dispositions du paragraphe 2 du présent article, les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes s’efforceront de fixer un tarif à l’amiable.
5. Si les autorités aéronautiques ne parviennent pas à s’entendre au sujet d’un tarif qui leur
est soumis en vertu du paragraphe 3 du présent article ou au sujet de la fixation d’un tarif en vertu
du paragraphe 4, le différend sera réglé conformément aux dispositions de l’article 16 du présent
Accord.
6. Aucun tarif n'entrera en vigueur si les autorités aéronautiques de l'une ou l'autre Partie
contractante ne l’ont approuvé, sous réserve des dispositions de l’article 16 du présent Accord.
7. Les tarifs établis conformément aux dispositions du présent article restent en vigueur jusqu'à ce que de nouveaux tarifs soient établis conformément aux dispositions du présent article.
Article 13. Opérations commerciales
1. a) Chaque Partie contractante accorde à l’entreprise de transport aérien désignée par
l’autre Partie contractante le droit de se livrer à la vente de services aériens de transport dans son
284
Volume 2725, I-48222
territoire directement ou, à sa discrétion, par l’intermédiaire de ses agents. Chaque entreprise de
transport aérien aura le droit de vendre de tels services et toute personne aura le droit d'acheter ces
services dans la monnaie du territoire ou dans toute autre monnaie librement convertible.
b) Tous taux spécifiés en termes de devise nationale de l’une des Parties contractantes
doivent être établis selon un montant tenant compte du taux de change effectif (y compris tous frais
de change et autres charges) auquel les entreprises de transport aérien des deux Parties peuvent
convertir les recettes de leurs opérations de service aérien et les transférer dans la devise locale de
l’autre Partie contractante.
c) Les entreprises de transport aérien désignées par l’une des Parties contractantes sont
autorisées à implanter leurs propres locaux commerciaux sur le territoire de l’autre Partie, à
émettre leurs propres documents relatifs au trafic – tels que des billets et connaissements de transport aérien – dans leurs bureaux, et à désigner leurs propres agents de voyages et préposés au fret
afin de mener à bien leurs activités de commercialisation.
d) Chaque entreprise de transport aérien désignée aura le droit de convertir et de transférer dans son pays l'excédent de ses recettes locales sur ses dépenses locales. Les opérations de
conversion et de transfert seront autorisées rapidement et sans aucune restriction au taux de change
applicable à la vente de services aériens au moment où ces recettes seront présentées aux fins de
conversion et de transfert et aucune taxe ne sera retenue pour ces opérations dans toute la mesure
compatible avec la législation nationale. Si une Partie contractante ne dispose pas d’une devise
convertible et doit soumettre des demandes aux fins de conversion et de transfert, l’entreprise de
transport aérien désignée par l’autre Partie contractante sera autorisée à déposer de telles demandes une fois par semaine, libre de toute obligation documentaire discriminatoire ou lourde.
Article 14. Installations et redevances portuaires
Chaque Partie contractante pourra imposer ou autoriser l’imposition de redevances justes et
raisonnables en contrepartie de l’utilisation des aéroports publics et d’autres installations sous son
contrôle, sous réserve que ces redevances ne soient pas plus élevées que celles imposées à ses entreprises de transport aérien nationales qui assurent des services internationaux similaires.
Article 15. Location d’aéronefs
1. Lorsqu’une entreprise de transport aérien désignée propose d’utiliser, pour les services
convenus, un aéronef autre que celui qu’elle détient, elle ne pourra le faire qu’aux conditions suivantes :
a) que de telles dispositions n’impliquent pas qu’une entreprise de transport aérien bailleresse d’un pays tiers bénéficie de droits de trafic non accessibles autrement à ladite entreprise de
transport aérien;
b) que l’avantage financier qui sera obtenu par l’entreprise de transport aérien bailleresse ne
repose pas sur le succès financier des opérations de l’entreprise de transport aérien désignée
concernée;
c) que les services convenus par l’entreprise de transport aérien désignée recourant à
l’aéronef loué ne soient pas liés de telle sorte que le même aéronef fournisse des services directs à
285
Volume 2725, I-48222
destination ou en provenance des services de l’entreprise de transport aérien bailleresse sur ses
propres itinéraires.
2. Une entreprise de transport aérien désignée ne se voit pas interdire de proposer des services à l’aide d’aéronefs loués, pour autant que le contrat de location respecte les conditions cidessus.
3. Une entreprise de transport aérien désignée informera soixante (60) jours à l’avance les
autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante de toute location d’aéronef ainsi que des
conditions qui y sont liées, l’utilisation d’un aéronef loué étant soumise à l’accord préalable
desdites autorités.
Si la location d’un aéronef s’impose de toute urgence et la location ne dépasse pas quatrevingt-dix (90) jours, ladite approbation ne sera pas refusée sous prétexte que le préavis est de
moins de soixante (60) jours dès lors qu’une notification préalable raisonnable a été adressée.
4. Nonobstant ce qui précède, lorsque le bailleur de l’aéronef :
a) N’est ni une entreprise de transport aérien ni contrôlé par une telle entreprise; et
b) N’est ni une filiale, une entreprise apparentée ou partenaire d’une entreprise de transport
aérien,
une simple notification aux autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante suffira.
Article 16. Règlement des différends
1. Tout différend portant sur des sujets couverts par le présent Accord non réglé de manière
satisfaisante par consultation entre les Parties sera soumis, à la demande de l’une d’entre elles, à
arbitrage conformément aux modalités établies dans le présent Accord.
2. L'arbitrage est rendu par un tribunal composé de trois arbitres et constitué comme suit :
a) Un arbitre est désigné par chaque Partie contractante dans les soixante (60) jours suivant
la date de la réception par l'autre Partie contractante d'une demande d’arbitrage. Dans les
trente (30) jours suivant ladite période de soixante (60) jours, les deux arbitres ainsi désignés
conviennent d’un commun accord de désigner un troisième arbitre, qui ne peut être un ressortissant
de l’une ou l’autre des Parties contractantes et assumera les fonctions de Président du tribunal
d’arbitrage;
b) Si l'une des Parties contractantes ne désigne pas d'arbitre ou si le troisième arbitre n'est
pas désigné conformément au point a) du présent paragraphe, l'une ou l'autre des Parties peut demander au Président du Conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale de procéder à
la désignation ou aux désignations nécessaires dans un délai de trente (30) jours. Si le Président a
la nationalité de l'une des Parties contractantes, le Vice-Président le plus ancien qui ne peut être récusé à ce titre procédera à la désignation.
3. À moins que les Parties contractantes n'en soient convenues autrement, le tribunal d'arbitrage détermine les limites de sa juridiction conformément au présent Accord et établit ses propres
procédures. Sur instruction du tribunal, ou à la demande de l'une ou l'autre des Parties contractantes, une conférence sera réunie au plus tard quinze (15) jours après la pleine constitution du tribunal pour déterminer précisément les questions à soumettre à l'arbitrage et la procédure à suivre.
4. À moins que les Parties contractantes n'en soient convenues autrement ou que le tribunal
n'ordonne qu'il en soit autrement, chacune des Parties contractantes déposera un mémoire dans un
286
Volume 2725, I-48222
délai de quarante-cinq (45) jours à compter de la constitution du tribunal. Les répliques devront
être déposées soixante (60) jours plus tard. À la demande de l'une ou l'autre Partie contractante, ou
de sa propre initiative, le tribunal tiendra audience dans les quinze (15) jours suivant la date du dépôt obligatoire des répliques.
5. Le tribunal s'efforcera de rendre une sentence écrite dans les trente (30) jours suivant la
clôture de l'audience ou en l'absence d'audience, dans les trente (30) jours suivant la date de dépôt
de la deuxième réplique. Le tribunal rend ses décisions à la majorité de ses membres.
6. Les Parties contractantes pourront présenter une demande d'éclaircissements concernant
la sentence dans un délai de quinze (15) jours suivant sa réception, et ces éclaircissements seront
fournis dans un délai de quinze (15) jours à compter de la demande à cet effet.
7. Chaque Partie contractante se conformera à toute décision ou jugement du tribunal
d’arbitrage.
8. Si l’une des Parties contractantes ou l’entreprise désignée par l’une ou l’autre des Parties
contractantes ne se conforme pas à la décision rendue aux termes du paragraphe 5 du présent article, l’autre Partie contractante peut restreindre, suspendre ou révoquer tous les droits et avantages
qu’elle a accordés en application du présent Accord à la Partie contractante défaillante.
9. Les frais du tribunal d’arbitrage, y compris les rémunérations et frais des arbitres, sont
partagés à égalité entre les Parties contractantes.
Article 17. Consultations
Chacune des Parties contractantes pourra demander à tout moment des consultations concernant l'interprétation, l'application ou la modification du présent Accord. Ces consultations commencent dans les soixante (60) jours à compter de la date à laquelle l’autre Partie aura reçu cette
demande.
Article 18. Enregistrement et modifications
1. Le présent Accord et tous les amendements qui pourront lui être apportés seront enregistrés auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale.
2. Tout amendement au présent Accord prendra effet une fois que les Parties contractantes
se seront informées, par un échange de notes par la voie diplomatique, de l’accomplissement des
formalités requises par leur droit interne.
3. Au cas où un accord multilatéral général relatif aux transports aériens entrerait en vigueur
à l’égard des deux Parties contractantes, le présent Accord sera modifié de manière à le rendre
conforme aux dispositions dudit accord.
Article 19. Dénonciation
Chacune des Parties contractantes pourra à tout moment notifier à l’autre Partie contractante
par écrit, par la voie diplomatique, sa décision de mettre fin au présent Accord. Cette notification
sera communiquée en même temps à l’Organisation de l’aviation civile internationale. L'Accord
prendra fin un (1) an après la date de réception par l’autre Partie contractante de la notification de
dénonciation, à moins que la notification ne soit retirée d'un commun accord avant l'expiration de
287
Volume 2725, I-48222
ce délai. En l’absence d’accusé de réception de la part de l’autre Partie contractante, la notification
sera réputée lui être parvenue le jour de sa réception par l’Organisation de l’aviation civile internationale.
Article 20. Titres
Les titres des articles du présent Accord ne visent qu’à en faciliter la consultation et n’en influenceront en aucun cas l’interprétation.
Article 21. Entrée en vigueur
Le présent Accord entrera en vigueur à la date à laquelle les Parties contractantes se seront informées, par un échange de notes diplomatiques, de l’accomplissement des formalités requises par
leur droit interne.
EN FOI DE QUOI, les plénipotentiaires soussignés, à ce dûment autorisés par leurs Gouvernements respectifs, ont signé le présent Accord.
FAIT le 21 juin 1990 à Singapour, en deux exemplaires originaux en langues anglaise et espagnole, les deux textes faisant foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
ANDRES CASO LOMBARDO
Ministre des communications et des transports
Pour le Gouvernement de la République de Singapour :
LEE YOCK SUAN
Ministre des communications et de l’information par intérim
288
Volume 2725, I-48222
ANNEXE I
SERVICES AÉRIENS RÉGULIERS
TABLEAU I
Route qui sera exploitée par les entreprises de transport aérien désignées par le Mexique
Points de départ
Points
intermédiaires
Destination
Points au-delà
Points au Mexique
Tout point
intermédiaire
Singapour
Tout point au-delà
TABLEAU II
Route qui sera exploitée par l’entreprise de transport aérien désignée par Singapour
Points de départ
Points
intermédiaires
Destination
Points au-delà
Singapour
Tout point
intermédiaire
Points au Mexique
Tout point au-delà
NOTES :
i) Tout point sur les routes spécifiées dans les tableaux I et II de la présente Annexe peut, au
choix de l'entreprise de transport aérien désignée de l’une ou l’autre des Parties contractantes, être
omis sur n’importe quel service ou tous les services, à condition qu’ils commencent sur le territoire
de la Partie contractante qui a désigné l’entreprise de transport aérien.
ii) L’entreprise désignée par l’une ou l’autre des Parties contractantes a le droit de mettre fin
aux services qu’elle propose sur le territoire de l’autre Partie contractante.
289
Volume 2725, I-48223
No. 48223
____
Mexico
and
Ecuador
Agreement between the United Mexican States and the Republic of Ecuador on cooperation
to combat drug trafficking and drug dependency. Quito, 25 March 1990
Entry into force: 5 February 1993 by notification, in accordance with article IX
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Équateur
Accord entre les États-Unis du Mexique et la République de l'Équateur relatif à la coopération en vue de combattre le trafic de drogues et la pharmacodépendance. Quito,
25 mars 1990
Entrée en vigueur : 5 février 1993 par notification, conformément à l'article IX
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
291
Volume 2725, I-48223
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
292
Volume 2725, I-48223
293
Volume 2725, I-48223
294
Volume 2725, I-48223
295
Volume 2725, I-48223
296
Volume 2725, I-48223
297
Volume 2725, I-48223
298
Volume 2725, I-48223
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT BETWEEN THE UNITED MEXICAN STATES AND THE REPUBLIC
OF ECUADOR ON COOPERATION TO COMBAT DRUG TRAFFICKING AND
DRUG DEPENDENCY
The United Mexican States and the Republic of Ecuador (“the Parties”),
Aware of the need to protect the life and health of their peoples against the harmful effects of
drug trafficking and drug dependency,
Acknowledging that such conduct must be combated in a comprehensive manner, under four
main headings: prevention and reduction of the illicit demand for narcotic drugs and psychotropic
substances, supply control, elimination of illicit trafficking, and treatment and rehabilitation,
Recognizing that the various aspects of drug trafficking and drug dependency threaten the security and essential interests of each of the Parties,
Determined to provide each other with the mutual cooperation needed to combat drug trafficking and drug dependency effectively, given the international nature and scope of these phenomena,
Encouraged by the spirit of the recommendations contained in the Comprehensive
Multidisciplinary Outline of Future Activities in Drug Abuse Control (“the Outline”), adopted in
Vienna, Austria, on 26 June 1987, and
Guided by the objective of ensuring that the cooperation referred to in this Agreement will
supplement the cooperation that the two Parties shall provide each other pursuant to their international obligations under the United Nations Convention against Illicit Traffic in Narcotic Drugs
and Psychotropic Substances (“the Convention”), adopted in Vienna, Austria, on
20 December 1988,
Have agreed as follows:
Article I. Scope of the Agreement
1. The purpose of this Agreement is to promote cooperation between the Parties in order to
enable them to combat drug trafficking and drug dependency, which are phenomena that transcend
the borders of the two countries, more effectively.
The Parties shall adopt the necessary measures pursuant to their obligations under this Agreement, including measures of a legislative and administrative character, in accordance with the fundamental provisions of their respective domestic legal systems.
2. In fulfilling their obligations under this Agreement, the Parties shall comply with the principles of self-determination, non-intervention in internal affairs, juridical equality and respect for
territorial integrity of States.
3. Neither Party shall exercise in the territory of the other powers or functions incumbent
upon the authorities of that other Party, in accordance with its domestic law and national sovereignty.
299
Volume 2725, I-48223
Article II. Scope of cooperation
The Parties shall adopt such cooperation measures as may be necessary for giving full effect,
between them and in the most effective manner, to their obligations under the Convention and shall
endeavour to carry out such cooperation, to the extent possible, in accordance with the objectives
and recommendations of the Outline.
The allocation and application of human, financial and material resources required to execute
specific programs to combat drug trafficking and drug dependency, involving actions to be conducted in a framework of co-responsibility, shall in each case be established by the Parties, to the
extent that their budgets permit, through a Memorandum of Understanding in accordance with article V of this Agreement.
Pursuant to Article I, the cooperation referred to in this Agreement shall endeavour to implement programs in each of the States, aimed at:
(a) Reducing illicit demand for narcotic drugs and psychotropic substances through prevention, treatment, and public awareness activities;
(b) Eradicating illicit narcotic drug crops; and, where applicable, establishing alternative licit
crop development programs;
(c) Carrying out activities designed to curb and prosecute drug trafficking and drug dependency-related activities;
(d) Identifying and destroying laboratories and other installations used to produce narcotic
drugs and psychotropic substances illegally;
(e) Regulating the production, import, export, storage, distribution and sale of inputs, chemicals, solvents and other chemical precursors diverted for use in the illicit production of narcotic
drugs and psychotropic substances;
(f) Establishing systems for exchanging information related to combating drug trafficking
and drug dependency, with full respect for the jurisdiction of the national authorities;
(g) Strengthening activities related to the fight against drug trafficking and drug dependency
by assigning and applying more human, financial and material resources, while taking each of the
Parties’ budgetary constraints into account;
(h) Preparing new legal instruments that the Parties deem useful for combating drug trafficking and drug dependence more effectively; and
(i) In general, carrying out any activities regarded as relevant in order to improve cooperation between the Parties.
Article III. Cooperative mechanism
For the purposes of article II of this Agreement, the Parties shall set up a joint MexicanEcuadorian Committee for Cooperation against Drug Trafficking and Drug Dependence (“the
Committee”).
300
Volume 2725, I-48223
Article IV. Composition of the joint Mexican-Ecuadorian Committee for Cooperation
1. The Committee shall consist of the operational and consultative coordinating authorities
of the Parties. The operational authorities shall be, in the case of the United Mexican States, the
Office of the Attorney General and, in the case of the Republic of Ecuador, the Office of the Attorney General. The consultative authorities shall be the Parties’ Ministries of Foreign Affairs.
2. The coordinating authorities of both Parties may request the public and private institutions of their respective States, whose activities are linked to the subject matter of the present
Agreement, to provide special advisory services and technical assistance as required.
Article V. Functions of the Committee
1. As its principal function, the Committee shall formulate, by consensus of the coordinating
authorities of the two Parties, recommendations to their Governments on the most effective way of
engaging in cooperation in order to fulfil the obligations assumed under this Agreement, in conformity with the Convention and with a view to achieving the objectives recommended in the Outline. To that end:
(a) Each coordinating authority shall transmit the Committee’s recommendations to its respective Government;
(b) In order to be implemented, the recommendations of the Committee shall need to be formally approved by the Governments of the Parties through the diplomatic channel in a Memorandum of Understanding. Each Memorandum of Understanding shall be deemed to be appended to
this Agreement.
(c) Each Memorandum of Understanding must be implemented by the operational coordinating authorities of the Committee in their respective States, in strict compliance with article I of this
Agreement and pursuant to the Convention.
2. In fulfilling its principal function, the Committee will fulfil other complementary functions to provide, in the framework of combating drug trafficking and drug dependency, the most
effective application of other conventional instruments of a bilateral nature, in force between the
Parties, including those relating to extradition, mutual assistance on legal matters and the execution
of penal sentences. These functions will be fulfilled pursuant to the provisions of paragraph 1 of
this article.
Article VI. Report of the Committee
1. Once every two (2) years, the Committee shall prepare a report on the implementation of
this Agreement, to be submitted to the Governments of the Parties, which shall describe the status
of cooperation between the Parties in the fight against drug trafficking and drug dependence.
2. The Parties agree that the reports referred to in this Article shall constitute the joint basis
for individual, bilateral and multilateral actions by their respective Governments to evaluate the
Parties’ efforts to combat drug trafficking and drug dependence and that said reports shall be used
vis-à-vis their own competent national authorities, in their mutual relations and in international fora, especially those contemplated by the Convention and recommended in the Outline.
301
Volume 2725, I-48223
Article VII. Meetings of the Committee
1. Committee meetings shall be held every two (2) years alternately in the two countries at a
place and date to be determined by mutual agreement of the coordinating authorities.
2. During its meetings, the Committee shall approve its reports and adopt all its recommendations and decisions by mutual agreement of the coordinating authorities.
Article VIII. Unilateral measures
In the spirit of cooperation governing their relations, the Parties undertake to submit in advance to the cooperative mechanism established in this Agreement any unilateral measure in this
field that has or could have negative repercussions for the other Party.
Article IX. Entry into Force
This Agreement shall enter into force on the date on which the Governments of the Parties notify each other through the diplomatic channel that they have complied with their respective requirements and constitutional procedures.
Article X. Termination
Either Party may terminate the present Agreement at any time provided that it gives prior
notice in writing through the diplomatic channel. In such case, the Agreement shall terminate
ninety (90) days after the date on which such notice is delivered.
Article XI. Revision
The Parties may review the provisions of this Agreement. Such revisions or amendments
as may result shall enter into force in accordance with article IX.
IN WITNESS WHEREOF, the Minister of Foreign Affairs of Mexico and the Minister of
Foreign Affairs of Ecuador have signed this Agreement.
DONE at Quito, on 25 March 1990, in two originals in the Spanish language, both texts being
equally authentic.
For the United Mexican States:
FERNANDO SOLANA
For the Republic of Ecuador:
DIEGO CORDOVEZ
302
Volume 2725, I-48223
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LES ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LA RÉPUBLIQUE DE
L'ÉQUATEUR RELATIF À LA COOPÉRATION EN VUE DE COMBATTRE LE
TRAFIC DE DROGUES ET LA PHARMACODÉPENDANCE
Les États-Unis du Mexique et la République de l’Équateur (« les Parties »),
Conscients de la nécessité de protéger la vie et la santé de leurs populations respectives contre
les graves effets du trafic de drogues et de la pharmacodépendance,
Reconnaissant que ces conduites appellent à une lutte intégrée sous quatre grandes rubriques :
prévention et réduction de la demande illicite de stupéfiants et de substances psychotropes,
contrôle de l'offre, élimination du trafic illicite, traitement et réadaptation,
Reconnaissant que les divers aspects du trafic de drogues et de la pharmacodépendance menacent la sécurité et les intérêts essentiels de l'une et l'autre Parties,
Résolus à s'apporter mutuellement le concours nécessaire pour combattre effectivement le trafic de drogues et la pharmacodépendance, compte tenu de la nature et la portée internationale de
ces phénomènes,
S'inspirant de l'esprit des recommandations contenues dans le Schéma multidisciplinaire complet pour les activités futures de lutte contre l'abus des drogues (« le Schéma »), adopté à Vienne
(Autriche) le 26 juin 1987, et
Entendant que la coopération dont traite le présent Accord vient en complément de celle que
les deux Parties s'apporteront conformément aux obligations internationales qu'elles ont contractées en vertu de la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes (« la Convention »), adoptée à Vienne (Autriche), le 20 décembre 1988,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Champ d’application de l’Accord
1. Le présent Accord a pour objet de promouvoir la coopération entre les Parties de manière
à leur permettre de mieux combattre le trafic de drogues et la pharmacodépendance, phénomènes
qui transcendent les frontières des deux pays.
Les Parties prendront les mesures requises pour s'acquitter des obligations contractées en vertu
du présent Accord, y compris celles d'ordre législatif et administratif, conformément aux dispositions fondamentales de leurs droits internes respectifs.
2. Les Parties s’acquitteront des obligations qui leur incombent en vertu du présent Accord
conformément aux principes d’autodétermination, de non-ingérence dans les affaires internes,
d’égalité juridique et de respect de l’intégrité territoriale des États.
3. Aucune Partie n'exercera sur le territoire de l'autre une compétence ou des fonctions qui
reviennent aux autorités de cette autre Partie en vertu de son droit interne et de sa souveraineté.
303
Volume 2725, I-48223
Article II. Cadre de coopération
Les Parties prendront les mesures de coopération nécessaires pour donner plein effet, entre
elles et de la manière la plus efficace, aux obligations contractées par elles conformément à la
Convention et s'efforceront de réaliser cette coopération, dans la mesure du possible, conformément aux objectifs et recommandations consignés dans le Schéma.
L'affectation et l'emploi de ressources humaines, financières et matérielles nécessaires pour
exécuter des programmes concrets en matière de lutte contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance, y compris les actions menées en coresponsabilité, seront dans chaque cas fixés par les
Parties, dans la mesure de leurs possibilités budgétaires, par le biais d’un mémorandum d'accord
conclu conformément aux dispositions de l'article V du présent Accord.
Conformément aux dispositions de l'article premier, la coopération au titre du présent Accord
visera à exécuter des programmes, dans chacun des deux États, aux fins suivantes :
a) Réduire la demande illicite de stupéfiants et de substances psychotropes par des activités
de prévention, de traitement et de sensibilisation du public;
b) Éradiquer les cultures illicites de plantes servant à fabriquer des stupéfiants et, le cas
échéant, mettre en place des programmes de substitution tendant au développement de cultures licites;
c) Mener des actions tendant à freiner et réprimer les activités liées au trafic de drogues et à
la pharmacodépendance;
d) Repérer et détruire les laboratoires et autres installations qui servent à préparer illicitement des stupéfiants et substances psychotropes;
e) Réglementer la production, l'importation, l'exportation, le stockage, la distribution et la
vente d'intrants, produits chimiques, solvants et autres précurseurs chimiques dont l'utilisation est
détournée vers la préparation illicite de stupéfiants et substances psychotropes;
f) Instaurer des systèmes d'échange de renseignements en matière de lutte contre le trafic de
drogues et la pharmacodépendance, dans le respect absolu de la compétence des autorités nationales;
g) Intensifier les actions de lutte contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance
moyennant affectation et emploi d'importantes ressources humaines, financières et matérielles, eu
égard aux possibilités budgétaires de chacune des Parties;
h) Élaborer les nouveaux instruments juridiques que les Parties jugeront appropriés pour lutter plus efficacement contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance;
i) En général, mener toutes activités jugées appropriées en vue d'améliorer la coopération
entre les Parties.
Article III. Mécanismes de coopération
Aux fins de l’article II du présent Accord, les Parties conviennent d’établir un comité
Mexique-Équateur de coopération contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance (ci-après
dénommé « le Comité »).
304
Volume 2725, I-48223
Article IV. Composition du Comité Mexique-Équateur de coopération
1. Le Comité comprendra les autorités coordinatrices des Parties, tant au niveau opérationnel que consultatif. Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique, les autorités opérationnelles
compétentes seront le Bureau du Procureur général; pour le Gouvernement de la République de
l’Équateur, il s’agira du Ministère de l’Intérieur et du Bureau du Procureur général. Les autorités
consultatives seront les Ministères des affaires étrangères des Parties.
2. Les autorités coordinatrices des deux Parties pourront demander aux institutions publiques et privées de leurs États respectifs, dont les activités sont en rapport avec le sujet du présent Accord, de prodiguer des conseils spécialisés et d’apporter l’aide technique qui leur est demandée.
Article V. Fonctions du Comité
1. Le Comité aura comme principale fonction la formulation, par consensus des autorités
coordinatrices des deux Parties, de recommandations à leurs gouvernements concernant la façon la
plus efficace de coopérer, pour donner plein effet aux obligations contractées dans le présent Accord, conformément à la Convention et en essayant d’atteindre les objectifs que le Schéma recommande. Dans ce but :
a) Chaque autorité coordinatrice transmet les recommandations du Comité à son Gouvernement respectif ;
b) Pour qu’elles soient exécutées, les recommandations du Comité nécessitent l’approbation
des gouvernements des Parties, laquelle est officialisée par voie diplomatique sous la forme d’un
mémorandum d’accord. Chaque mémorandum d’accord sera assimilé à une annexe au présent Accord ;
c) Chaque mémorandum d’accord doit être exécuté par les autorités coordinatrices opérationnelles du Comité de leur État respectif, dans le strict respect des dispositions de l’article premier du présent Accord et conformément à la Convention.
2. Dans le cadre de sa fonction principale, le Comité mènera à bien d’autres fonctions
complémentaires en vue de promouvoir, dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogues et la
pharmacodépendance, l’application la plus efficace d’autres instruments conventionnels à caractère
bilatéral en vigueur entre les Parties, y compris ceux concernant l’extradition, l’assistance mutuelle
en matière juridique et l’exécution de sentences pénales. Ces fonctions seront menées à bien
conformément aux dispositions du paragraphe 1 du présent article.
Article VI. Rapport du Comité
1. Le Comité produira tous les deux (2) ans un rapport sur l’application du présent Accord,
lequel sera porté à la connaissance des gouvernements des Parties et fera le bilan de la coopération
entre les Parties en ce qui concerne la lutte contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance.
2. Les Parties conviennent que les rapports visés dans le présent article forment la base
commune sur laquelle leurs gouvernements agiront individuellement, bilatéralement et multilatéralement en matière d’évaluation des efforts que font les Parties pour lutter contre le trafic de
drogues et la pharmacodépendance, en utilisant ces rapports devant leurs propres autorités natio305
Volume 2725, I-48223
nales compétentes, dans leurs relations mutuelles et dans les forums internationaux, en particulier
ceux prévus par la Convention et recommandés par le Schéma.
Article VII. Réunions du Comité
1. Le Comité se réunira tous les deux (2) ans au lieu et à la date dont les autorités coordinatrices conviendront par la voie diplomatique. Les Parties accueilleront lesdites réunions à tour de
rôle.
2. Pendant ses réunions, le Comité approuvera d’un commun accord tous les rapports, recommandations et décisions des autorités coordinatrices.
Article VIII. Mesures unilatérales
Les Parties s’engagent à appliquer le mécanisme de coopération établi dans le présent Accord
et sous une forme antérieure à toute mesure unilatérale sur la question qui a ou peut avoir des effets
négatifs sur l’autre Partie, dans le climat de coopération régissant les relations entres les deux Parties.
Article IX. Entrée en vigueur
Le présent Accord entrera en vigueur à compter de la date à laquelle les Gouvernements des
Parties se communiqueront, par la voie diplomatique, l’accomplissement de toutes les formalités et
procédures requises par leur législation à cet effet.
Article X. Dénonciation
L’une ou l’autre des Parties peut mettre fin à tout moment au présent Accord, à condition qu’il
y ait au préalable notification par écrit et par la voie diplomatique. Dans ce cas, l’Accord prendra
fin quatre-vingt-dix (90) jours après la date de remise de ladite notification.
Article XI. Révision
Les Parties pourront réviser les dispositions du présent Accord et les modifications ou amendements en résultant entreront en vigueur conformément aux dispositions de l’article IX.
306
Volume 2725, I-48223
EN FOI DE QUOI, le Ministre des affaires étrangères du Mexique et le Ministre des affaires
étrangères de l’Équateur ont signé le présent Accord.
FAIT à Quito, le 25 mars 1990, en deux exemplaires originaux en langue espagnole, les deux
textes faisant également foi.
Pour les États-Unis du Mexique :
FERNANDO SOLANA
Pour la République de l’Équateur :
DIEGO CORDOVEZ
307
Volume 2725, I-48224
No. 48224
____
Mexico
and
Albania
Agreement on cultural exchange between the United Mexican States and the People's
Socialist Republic of Albania. Mexico City, 27 October 1989
Entry into force: 9 November 1990 by the exchange of instruments of ratification, in accordance
with article 5
Authentic texts: Albanian and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Albanie
Accord relatif aux échanges culturels entre les États-Unis du Mexique et la République
populaire socialiste d'Albanie. Mexico, 27 octobre 1989
Entrée en vigueur : 9 novembre 1990 par échange des instruments de ratification,
conformément à l'article 5
Textes authentiques : albanais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
309
Volume 2725, I-48224
[ ALBANIAN TEXT – TEXTE ALBANAIS ]
310
Volume 2725, I-48224
311
Volume 2725, I-48224
312
Volume 2725, I-48224
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
313
Volume 2725, I-48224
314
Volume 2725, I-48224
315
Volume 2725, I-48224
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT ON CULTURAL EXCHANGE BETWEEN THE UNITED MEXICAN
STATES AND THE PEOPLE’S SOCIALIST REPUBLIC OF ALBANIA
The Government of the United Mexican States and the Government of the People’s Socialist
Republic of Albania,
Motivated by the goal to strengthen their relations of friendship through the enrichment of the
cultural links between their respective peoples,
Desiring, for their mutual benefit, to increase their relations in the fields of culture, education,
science, the humanities and the arts,
Have agreed as follows:
Article 1
The Parties shall encourage cooperation in the fields of culture, education, science, the humanities and the arts.
Article 2
To achieve the goals referred to in article 1, the Parties shall encourage the exchange of representatives of universities, institutes and organizations concerned with culture, education, science,
the humanities and the arts as well as other related areas. For that purpose, the Parties shall grant
study and research scholarships on a reciprocal basis as well as the materials needed to carry out
the activities contemplated by the objectives of this Agreement.
Article 3
The Parties shall, in their respective countries, encourage all such activities as may contribute
to a better understanding of the other Party’s culture, history and customs.
Article 4
The Parties shall, through the diplomatic channel, determine the measures necessary for the
implementation of this Agreement through programmes that shall include provisions on forms of
cooperation as well as the financing conditions for such cooperation.
Article 5
This Agreement shall be subject to ratification and shall enter into force thirty (30) days after
the exchange of the ratification instruments.
316
Volume 2725, I-48224
This Agreement shall remain in force indefinitely and may be terminated at any time by either
Party by means of notice given to the other Party through the diplomatic channel, six (6) months
before the desired date of termination.
Unless otherwise agreed by both Parties, the termination of this Agreement shall not affect ongoing activities agreed to while it was in force.
Article 6
This Agreement may be amended by mutual agreement between the Parties, at either Party’s
request. Such amendments shall enter into force thirty (30) days after the Parties have notified each
other of the completion of the necessary constitutional procedures.
DONE at Mexico City on 27 October 1989, in two original copies in the Spanish and
Albanian languages, both texts being equally authentic.
For the Government of the United Mexican States:
For the Government of the People’s Socialist Republic of Albania:
317
Volume 2725, I-48224
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AUX ÉCHANGES CULTURELS ENTRE LES ÉTATS-UNIS DU
MEXIQUE ET LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE SOCIALISTE D’ALBANIE
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République populaire
socialiste d’Albanie,
Animés du désir de renforcer les liens d’amitié à travers l’enrichissement des relations culturelles qui existent entre leurs peuples respectifs,
Souhaitant, dans leur intérêt mutuel, resserrer leurs liens dans les domaines de la culture, de
l’éducation, des sciences, des sciences humaines et des arts,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Les Parties encouragent une collaboration mutuelle dans les domaines de la culture, de
l’éducation, des sciences, des sciences humaines et des arts.
Article 2
Pour atteindre les objectifs mentionnés à l’article premier, les Parties favorisent l’échange de
représentants d’universités, d’instituts et d’organismes dans les domaines de la culture, de
l’éducation, des sciences, des sciences humaines et des arts, ainsi que dans d’autres domaines
connexes. À cet effet, les Parties s’accordent mutuellement des bourses d’étude et de recherche,
ainsi que le matériel nécessaire pour l’exécution des activités prévues dans les objectifs du présent
Accord.
Article 3
Les Parties favorisent, dans leurs pays respectifs, les activités qui contribuent à une meilleure
connaissance de la culture, de l’histoire et des coutumes de l’autre Partie.
Article 4
Les Parties déterminent par la voie diplomatique les mesures nécessaires à l’application du
présent Accord, par le biais de programmes comprenant des dispositions sur les formes de coopération ainsi que les conditions financières s’y rapportant.
Article 5
Le présent Accord est soumis à ratification et entrera en vigueur trente (30) jours après
l’échange des instruments de ratification.
318
Volume 2725, I-48224
Le présent Accord restera en vigueur pour une durée indéterminée et pourra être dénoncé à
tout moment par l’une ou l’autre Partie, moyennant notification écrite à l’autre Partie, par la voie
diplomatique et avec un préavis de six (6) mois.
La dénonciation du présent Accord ne portera pas atteinte à l’exécution des activités en cours
convenues dans le cadre de l’Accord, à moins que les deux Parties n’en décident autrement.
Article 6
Le présent Accord peut être modifié moyennant accord mutuel des Parties, à la demande de
l’une d’entre elles. Les modifications entreront en vigueur trente (30) jours après la date à laquelle
les deux Parties se sont notifié l’achèvement de leurs procédures constitutionnelles respectives.
FAIT à Mexico le 27 octobre 1989 en deux exemplaires originaux, en langues espagnole et
albanaise, les deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
Pour le Gouvernement de la République populaire socialiste d’Albanie :
319
Volume 2725, I-48225
No. 48225
____
Mexico
and
Costa Rica
Treaty on extradition and mutual judicial assistance in criminal matters between the United
Mexican States and the Republic of Costa Rica. San José, 13 October 1989
Entry into force: 24 March 1995 by the exchange of instruments of ratification, in accordance
with article 41
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Costa Rica
Traité d'extradition et d'entraide judiciaire en matière pénale entre les États-Unis du
Mexique et la République du Costa Rica. San José, 13 octobre 1989
Entrée en vigueur : 24 mars 1995 par échange des instruments de ratification, conformément à
l'article 41
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
321
Volume 2725, I-48225
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
322
Volume 2725, I-48225
323
Volume 2725, I-48225
324
Volume 2725, I-48225
325
Volume 2725, I-48225
326
Volume 2725, I-48225
327
Volume 2725, I-48225
328
Volume 2725, I-48225
329
Volume 2725, I-48225
330
Volume 2725, I-48225
331
Volume 2725, I-48225
332
Volume 2725, I-48225
333
Volume 2725, I-48225
334
Volume 2725, I-48225
335
Volume 2725, I-48225
336
Volume 2725, I-48225
337
Volume 2725, I-48225
338
Volume 2725, I-48225
339
Volume 2725, I-48225
340
Volume 2725, I-48225
341
Volume 2725, I-48225
342
Volume 2725, I-48225
343
Volume 2725, I-48225
[TRANSLATION – TRADUCTION]
TREATY ON EXTRADITION AND MUTUAL JUDICIAL ASSISTANCE IN
CRIMINAL MATTERS BETWEEN THE UNITED MEXICAN STATES AND
THE REPUBLIC OF COSTA RICA
The Government of the United Mexican States and the Government of the Republic of Costa
Rica,
Aware of the close ties existing between the two peoples,
Desiring to promote greater cooperation between the two countries in all areas of common interest and convinced of the need to assist each other in ensuring better administration of justice,
Have decided to conclude a treaty on extradition and mutual judicial assistance in criminal
matters:
TITLE I. EXTRADITION
Article 1
The Contracting Parties undertake to surrender to each other, in accordance with the rules and
under the conditions established in the following articles, persons against whom criminal proceedings have been initiated or who are sought for the enforcement of a prison sentence ordered by a
court as a consequence of the commission of an offence.
Article 2
1. Extradition shall be granted for acts that are considered offences, by the legislation of
both Parties, with a sentence involving deprivation of liberty for a term of not less than one (1)
year.
2. If extradition is sought for the enforcement of a sentence, a further requirement shall be
that the remainder of the term still to be served must not be less than six (6) months.
Article 3
Offences covered by multilateral agreements to which both countries are parties, and that are
duly incorporated into the domestic law of the Parties, shall also give rise to extradition in accordance with this Treaty.
Article 4
1. Extradition shall not be granted for offences considered by the requested Party to be political or related to offences of that nature. For the purposes of this Treaty, the murder or attempt on
344
Volume 2725, I-48225
the life, bodily integrity or liberty of a Head of State or Government or of a member of his or her
family shall not be considered a political offence.
2. Nor shall extradition be granted if the requested Party has grounds to presume that an extradition request for an ordinary offence has been submitted for the purpose of prosecuting or punishing a person on account of that person’s race, religion, nationality or political opinions, or to believe that the situation of that person may be prejudiced for any of those reasons.
Article 5
Extradition for offences that are strictly military shall be excluded from the scope of this Treaty.
Article 6
Offences against laws relating to taxation, exchange control or customs duties shall be extraditable only under the conditions stipulated in this Treaty where the Parties have so decided for
each category of offence.
Article 7
1. Neither Contracting Party shall be bound to surrender its own nationals.
2. If the requested State refuses extradition on the ground of nationality it shall submit the
case, upon request of the requesting State, to the competent authorities for the prosecution of the
person sought. In this case, the law of the requested State shall apply. If the requested State needs
additional documents or other evidence, they shall be delivered free of charge to that State. The
requesting State shall be informed of the result of the request.
Article 8
The requested Party may refuse the extradition when, under its own laws, its courts are competent to examine the offence for which extradition has been sought.
Article 9
Extradition shall not be granted if the person has been tried by the authorities of the requested
Party for the same acts that gave rise to the request.
Article 10
Extradition shall not be granted when the criminal responsibility or penalty has lapsed due to
the statute of limitations or on other grounds, in accordance with the legislation of either Party.
345
Volume 2725, I-48225
Article 11
If the offence attributed to the person sought is punishable, in accordance with the laws of the
requesting Party, with the death penalty, or a penalty greater than the maximum prison sentence established in the legislation of the requested country, extradition shall be granted only if the death
sentence is commuted or the heavier penalty is reduced to one that does not exceed the maximum
prescribed by the requested country.
Article 12
The person whose extradition is sought may not be tried in the territory of the requesting Party
by an extraordinary tribunal. Extradition shall not be granted for that or for enforcement of a sentence imposed by tribunals of that nature.
Article 13
The extradition request shall be submitted through the diplomatic channel.
Article 14
The extradition request shall be accompanied by:
(a) A detailed description of the acts for which extradition is being sought, indicating, as precisely as possible, the time and place where they were perpetrated and their legal designation;
(b) The original or an authenticated copy of the sentence, arrest warrant, incarceration order,
or any other judicial order from which it transpires that the offence was committed and that there
are reasonable grounds for believing that it was committed by the person whose extradition is
sought;
(c) An authenticated copy of the legal provisions relating to the offence or offences in question, the penalties applicable, and statutes of limitation;
(d) Data establishing the identity and nationality of the person sought and, wherever possible,
data indicating his or her whereabouts.
Article 15
If the information or documents submitted with the request for extradition are incomplete or
defective, the requested Party shall inform the requesting Party of the omissions or defects so that
they may be corrected within the following two (2) months.
Article 16
1. The extradited person shall not be tried, sentenced or detained in order to serve a sentence
for an act prior to and other than the one for which extradition is sought, except in the following
cases:
346
Volume 2725, I-48225
(a) When the Party that surrendered the person gives its consent, after the submission of a request to that effect, accompanied by the documents stipulated in article 15 and a legal testimonial
containing the statements of the accused person. Consent shall be given when the offence for
which it is requested entails the obligation to agree to extradition under this Treaty;
(b) When a defendant who is free to leave the territory of the Party to which he or she was
surrendered has stayed in the territory for more than forty-five (45) days without making use of
that option.
2. When the qualification or characterization of the alleged offence has been modified during the proceedings, the person surrendered shall be prosecuted or tried only if the constitutive elements of the offence would also have permitted extradition.
Article 17
Except in the case provided for in paragraph 1 (b) of article 16, re-extradition on behalf of a
third State shall only be granted with the consent of the Party that granted the extradition. Said Party may require prior remittance of the documents referred to in article 14, as well as the minutes of
a statement by the person sought explaining whether he or she accepts or opposes re-extradition.
Article 18
1. In urgent cases, the competent authorities of the requesting Party may request the pre-trial
detention of the person sought. The application for pre-trial detention shall contain an indication of
the existence of one of the decisions provided for in paragraph (b) of article 14, and of the intention to submit a formal request for extradition. It shall also specify the offence, the time and place
it was committed and the data establishing the identity and nationality of the person sought.
2. The request for preventive detention shall be transmitted to the competent authorities of
the requested Party by the fastest possible method, using any means of communication that affords
evidence in writing.
3. Upon receiving the request referred to in foregoing paragraph 1, the requested Party shall
adopt the necessary measures to ensure the detention of the person sought. The requesting Party
shall be informed of the response to its request.
4. Pre-trial detention may be revoked if the requested Party has not received the formal request for extradition and the instruments mentioned in article 14 within two (2) months.
5. The revocation of pre-trial detention shall not impede the normal course of extradition
proceedings if the request and documents mentioned in article 14 are subsequently received.
Article 19
If extradition is requested concurrently by either Party and a third State, either for the same offence or for different offences, the requested Party shall make its decision having regard especially
to the relative seriousness and place of commission of the offences, the respective dates of the requests, the nationality of the person sought and the possibility of subsequent extradition. Preference shall always be given to requests submitted by a State with which an extradition treaty exists.
347
Volume 2725, I-48225
Article 20
1. The requested Party shall notify the requesting Party, through the diplomatic channel, of
its decision concerning the extradition request.
2. Reasons shall be given for any complete or partial refusal.
3. If extradition is granted, the Parties shall agree on arrangements for surrendering the person sought; the surrender must take place within sixty (60) days from the date on which the requesting Party received the communication referred to in paragraph 1.
4. If the person sought has not been received within that time limit, he or she shall be released and the requested Party may subsequently deny extradition for the same offence.
Article 21
1. The requested Party, having ruled on the extradition request, may postpone the surrender
of the person sought so that he or she may be tried, or, if already convicted, serve out a sentence in
its territory for an offence other than that for which extradition was granted.
2. The requested Party may, instead of postponing surrender, temporarily surrender the person sought, if its legislation so permits, on such terms as may be agreed by the Parties.
3. The surrender may also be postponed when, for health reasons, surrender might threaten
the life of the person sought or exacerbate his or her condition.
Article 22
1. At the request of the requesting Party, the requested Party shall seize and deliver, to the
extent permitted by its laws, and without prejudice to the rights of third parties, items:
(a) That may serve as evidence;
(b) That constitute proceeds of the offence and have been found in the possession of the person sought at the time of arrest or have been discovered subsequently.
2. The items referred to in the foregoing paragraph shall be handed over even if the extradition already agreed to cannot be carried out because of the death, disappearance or escape of the
person sought.
3. The requested Party may retain the items referred to in paragraph 1 temporarily or surrender them on condition of their future return if they are liable to seizure in the territory of the requested Party for the purposes of criminal proceedings in progress.
4. When the requested Party or third parties have claims to the items surrendered to the requesting Party for the purposes of criminal proceedings, in accordance with the provisions of this
article, said items shall be returned to the requested Party as soon as possible and free of charge.
Article 23
1. Transit through the territory of one of the Parties of a person who is not a national of that
Party and who is surrendered to the other Party by a third State shall be permitted following
348
Volume 2725, I-48225
presentation, through the diplomatic channel, of an authenticated copy of the order granting the extradition, provided that there are no public order reasons for refusing it.
2. The authorities of the transit State shall have custody of the person being extradited while
that person remains in its territory.
3. No such authorization shall be required when air transport is used and no landing is
scheduled in the territory of the other Contracting Party.
4. The requesting Party shall reimburse the transit State for any expenses it may incur in this
connection.
Article 24
The requested Party shall bear the costs of any extradition proceedings in its territory, except
those relating to the transport of the person sought, which shall be borne by the requesting Party.
TITLE II. MUTUAL ASSISTANCE
Article 25
1. The Parties agree to assist each other, in accordance with the provisions of this Treaty, in
carrying out investigations and procedures related to criminal proceedings on any matter which the
requesting Party has jurisdiction to hear at the time the assistance is requested.
2. This Treaty shall not apply to cases of infractions or misdemeanours or to political offences or offences subject to military jurisdiction.
3. For the implementation of impoundment measures, searches and raids, including house
searches, the act must also be considered a crime under the law of the requested Party.
Article 26
Judicial assistance may be refused if:
(a) In the opinion of the requested Party, the request refers to political offences or offences
related to them, or to tax offences;
(b) The requested Party is of the opinion that execution of the request would affect its public
policy (ordre public).
Article 27
Requests for assistance shall be executed in accordance with the legislation of the requested
Party and shall be limited to expressly requested procedures.
349
Volume 2725, I-48225
Article 28
1. The requested Party shall execute any letters or commissions rogatory concerning criminal proceedings that may be addressed to it by the judicial authorities or the Office of the Public
Prosecutor of the requesting Party for the purpose of pre-trial investigation or instruction or communications.
2. If the purpose of the letter or commission rogatory is the transmission of indictments,
items, evidential matter and, in general, any type of document, the requested Party shall submit only authentic copies or photocopies, leaving to the discretion of the requested Party the submission
of the originals at the express request of the requesting Party.
3. Items or documents sent in execution of a commission rogatory shall be returned as soon
as possible, unless the requested Party expressly waives the right to have them returned.
Article 29
Upon its express request, the requesting Party shall be informed of the date and place of execution of the commission rogatory.
Article 30
1. The requested Party shall hand over any judicial decisions or documents related to proceedings that have been requested for that purpose by the requesting Party.
2. The document may be delivered by simple transmittal to the addressee or, at the request
of the requesting Party, in a manner provided for by the legislation of the requested Party or in any
other manner compatible with its legislation.
3. Proof of delivery shall be constituted by a receipt dated and signed by the addressee, or
by certification of the competent authority confirming the act, form and date of delivery.
This document shall be sent to the requesting Party and, if the delivery could not be made, the
reasons shall be given.
4. A request for the subpoena of a defendant, witness or expert to appear before the authorities of the requesting Party may fail to be processed if it is received less than forty-five (45) days
prior to the date cited in the subpoena. The requesting Party shall take this time frame into account
in formulating its request.
Article 31
1. If the requesting Party requests the appearance before its authorities of a witness or expert
who is in the territory of the other Party, that other Party shall proceed with the subpoena; however, threatening or punitive clauses regarding failure to appear shall have no effect.
2. The request referred to in the preceding paragraph shall mention the amount and form of
payment of the allowances, living expenses and compensation to be received by the witness or expert.
350
Volume 2725, I-48225
Article 32
If the requesting Party believes that the personal appearance of a witness or expert before its
judicial authorities is of particular importance, it shall so indicate in its subpoena request.
Article 33
1. Subpoenaed witnesses or experts, regardless of their nationality, who appear before the
judicial authorities of the requesting Party may not be prosecuted or detained in that State for acts
or convictions that occurred prior to leaving the territory of the requested Party.
2. The immunity provided for in the preceding paragraph shall cease should witnesses or
experts, being at liberty to leave, remain more than forty-five (45) days in the territory of the requesting Party beyond the time that their presence is required by the judicial authorities of that Party.
Article 34
1. If an individual being held in the territory of one of the Parties is required to personally
appear before the judicial authorities of the other Party, as a witness or to provide countertestimony in a criminal case, the corresponding request shall be formulated. It shall be granted if
the person in custody consents and if the requested Party believes that there are no major considerations that would make the transfer unadvisable.
2. The requesting Party shall be obligated to hold the person transferred in custody and return that person immediately upon the completion of the specific proceeding in the request which
gave rise to the transfer.
3. Expenses incurred for the application of this article shall be borne by the requesting Party.
Article 35
The Parties shall inform each other of convictions handed down by their respective judicial
authorities against nationals of the other Party.
Article 36
When one of the Parties requests the other to provide criminal records of an individual and
states the reason for the request, those records shall be communicated unless that is prohibited by
the law of the requested Party.
Article 37
1. Requests for assistance shall contain the following information:
(a) The authority from which the document or decision emanates;
(b) The nature of the document or decision;
351
Volume 2725, I-48225
(c) A precise description of the assistance requested;
(d) The offence referred to in the proceeding;
(e) To the extent possible, the identity and nationality of the indicted or convicted individual;
(f) The name and address of the addressee.
2. Commissions rogatory for any purpose other than the simple delivery of documents shall
also indicate the charges brought and provide a brief statement of the facts.
3. When a request for assistance is not executed by the requested Party, that Party shall return it and give the reasons for the return.
Article 38
1. For the purposes of this Treaty, each Party shall designate the authorities responsible for
sending and receiving communications relating to assistance in criminal matters.
2. Notwithstanding the above, the Parties may at any time utilize the diplomatic channel or
request their consuls to carry out the procedures permitted by the legislation of the requested State.
TITLE III. FINAL PROVISIONS
Article 39
Documents transmitted pursuant to this Treaty shall be exempt from all legalization requirements when they are transmitted through the diplomatic channel or through the authorities referred
to in paragraph 1 of the previous article.
Article 40
Any dispute that may arise from the application of this Treaty shall be resolved by the Parties
through the diplomatic channel.
Article 41
1. This Treaty shall require ratification. The exchange of the instruments of ratification shall
take place in Mexico City as soon as possible.
2. This Treaty shall enter into force on the date of exchange of the instruments of ratification
and shall remain in force unless it is denounced by either Party. Its effects shall cease six (6)
months after the date of receipt of the denunciation.
3. Extraditions requested after the entry into force of this Treaty shall be governed by the
provisions thereof, regardless of the date on which the offence was committed.
352
Volume 2725, I-48225
DONE in two originals in Spanish, both equally authentic, in the city of San José, Costa Rica,
on 13 October 1989.
For the Government of the United Mexican States:
For the Government of the Republic of Costa Rica:
353
Volume 2725, I-48225
[TRANSLATION – TRADUCTION]
TRAITÉ D'EXTRADITION ET D'ENTRAIDE JUDICIAIRE EN MATIÈRE PÉNALE
ENTRE LES ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LA RÉPUBLIQUE DU COSTA
RICA
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République du Costa
Rica,
Conscients des liens d’amitié étroits existants entre les deux peuples,
Animés du désir de renforcer la coopération entre les deux pays dans tous les domaines
d’intérêt commun et convaincus de la nécessité d’une entraide en vue d’une meilleure administration de la justice,
Décident de conclure un traité d'extradition et d'entraide judiciaire en matière pénale.
TITRE PREMIER. EXTRADITION
Article premier
Les Parties contractantes s’engagent à se livrer réciproquement, selon les règles et dans les
conditions définies aux articles suivants, les individus contre lesquels une procédure pénale est en
cours ou ceux qui sont recherchés aux fins d’exécution d’une peine privative de liberté imposée
par la voie judiciaire suite à un délit.
Article 2
1. Donnent lieu à l’extradition les faits classés comme délits par la législation interne des
deux Parties et qui sont passibles d’une peine privative de liberté, dont la durée maximale ne peut
pas être inférieure à un (1) an.
2. Si l’extradition est demandée pour l’exécution d’un jugement, il est en outre requis que la
partie de la peine encore non subie ne soit pas inférieure à six (6) mois.
Article 3
Donnent également lieu à l’extradition, conformément aux dispositions du présent Traité, les
délits compris dans des conventions multilatérales auxquelles les deux pays sont parties et qui font
dûment partie du droit interne des Parties.
Article 4
1. L’extradition n’est pas accordée pour des faits délictuels considérés comme politiques par
la Partie requise ou pour des faits connexes à des délits de cette nature. Aux effets de l’application
du présent Traité, l’homicide ou autre attentat à la vie, à l’intégrité physique ou à la liberté d’un
354
Volume 2725, I-48225
chef d’État ou de gouvernement ou d’un membre de sa famille n’est pas considéré comme un délit
politique.
2. L’extradition n’est pas non plus accordée si la Partie requise a des raisons sérieuses de
croire que la demande d’extradition pour un délit de droit commun a été présentée aux fins de
poursuivre ou de punir une personne pour des considérations de race, de religion, de nationalité ou
d’opinions politiques ou que la situation de cette personne puisse être aggravée pour ces mêmes
raisons.
Article 5
L’extradition pour des délits d’ordre purement militaire est exclue du champ d’application du
présent Traité.
Article 6
Les délits fiscaux relatifs au contrôle des changes et douaniers donnent lieu à extradition uniquement aux conditions prévues dans le présent Traité lorsque les Parties en ont ainsi décidé pour
chaque catégorie d’infraction.
Article 7
1. Aucune des Parties n’a l’obligation d’extrader ses ressortissants.
2. Si l’État requis rejette l’extradition au motif qu’il s’agit d’un ressortissant, celui-ci soumet
l’affaire, à la demande de la Partie requérante, à ses autorités compétentes en vue d’entamer les
poursuites concernant la personne réclamée. Dans ce cas, la législation de l’État requis sera
d’application. Si l’État en question a besoin de documents additionnels ou d’autres éléments de
preuves, ceux-ci lui seront transmis sans frais supplémentaires. Ce dernier informe la Partie requérante de l’issue de la demande.
Article 8
La Partie requise peut refuser l’extradition lorsque, conformément à sa propre législation, ses
tribunaux ont compétence pour juger le délit qui a motivé la demande d’extradition.
Article 9
L’extradition n’est pas accordée si l’individu a déjà été jugé par les autorités de la Partie requise pour les mêmes faits que ceux qui sont à l’origine de la demande.
Article 10
L’extradition n’est pas accordée si la responsabilité pénale ou la peine sont arrivées à prescription ou pour tout autre motif conforme à la législation de l’une ou l’autre des Parties.
355
Volume 2725, I-48225
Article 11
Lorsque le fait délictuel qui est à l’origine de la demande d’extradition de la personne réclamée est passible, selon la législation interne de la Partie requérante, de la peine de mort ou d’une
peine supérieure au maximum établi pour la privation de liberté dans la législation du pays requis,
l’extradition est uniquement accordée si la peine capitale ou la peine maximale est commuée en
une peine de prison ne dépassant pas le maximum établi par le pays requis.
Article 12
L’individu dont l’extradition est demandée ne peut pas être soumis sur le territoire de la Partie
requérante à un tribunal d’exception. L’extradition n’est pas accordée dans ce cas ni pour
l’exécution d’une peine imposée par des tribunaux de ce genre.
Article 13
La demande d’extradition est transmise par la voie diplomatique.
Article 14
La demande d’extradition doit s’accompagner des pièces suivantes :
a) Une description circonstanciée des faits pour lesquels l’extradition est demandée, en indiquant le plus précisément possible le lieu et la date où ils ont été commis et leur qualification juridique;
b) Le document original ou une copie certifiée conforme du jugement condamnatoire,
l’ordre d’appréhension, le mandat d’arrêt ou toute autre résolution judiciaire qui indique
l’existence du délit et d’indices rationnels de sa perpétration par la personne réclamée;
c) Une copie certifiée conforme des dispositions légales relatives au délit ou aux délits
concernés, aux peines applicables et aux délais de prescription;
d) Les données qui permettent d’établir l’identité et la nationalité de l’individu réclamé et, si
possible, les autres moyens permettant sa localisation.
Article 15
Si la Partie requise estime que les données et les documents présentés à l’appui de la demande
d’extradition sont insuffisants ou qu’ils sont erronés, elle doit signaler à la Partie requérante les
omissions ou les erreurs afin que cette dernière puisse y remédier dans un délai de deux (2) mois.
Article 16
1. L’individu extradé ne sera pas jugé, condamné ou soumis à toute restriction de sa liberté
personnelle aux fins d’exécution d’une peine pour des faits antérieurs distincts de ceux qui ont motivé son extradition, sauf dans les cas suivants :
356
Volume 2725, I-48225
a) Lorsque la Partie qui l’a remis donne son consentement, après présentation d’une demande dans ce sens, accompagnée des documents prévus à l’article 15 et d’un témoignage judiciaire reprenant les déclarations de l’inculpé. Elle accorde son consentement si l’infraction qui fait
l’objet de la demande entraîne une obligation de concéder l’extradition en vertu des termes du présent Traité;
b) Si l’individu inculpé, alors qu’il a la faculté de sortir du territoire de la Partie vers laquelle il a été extradé, est resté dans le pays plus de quarante-cinq (45) jours sans faire usage de
cette faculté.
2. Lorsque la qualification ou la classification de l’acte imputé est modifiée durant la procédure, l’individu extradé ne peut être poursuivi ou jugé que dans la mesure où les éléments constitutifs du délit auraient également permis l’extradition.
Article 17
Sauf dans le cas prévu à l’alinéa b) du paragraphe 1 de l’article 16, l’individu extradé ne peut
être réextradé vers un pays tiers qu’avec le consentement de la Partie qui a accordé l’extradition.
Cette dernière peut exiger l’envoi préalable des documents stipulés à l’article 14 ainsi que de l’acte
qui contient la déclaration motivée de l’individu réclamé qui indique s’il accepte la réextradition
ou s’il s’y oppose.
Article 18
1. En cas d’urgence, les autorités compétentes de la Partie requérante peuvent demander la
détention préventive de la personne dont l’extradition est demandée. La demande de détention préventive doit indiquer l’existence d’une des résolutions mentionnées à l’alinéa b) de l’article 14 et
l’intention d’officialiser la demande d’extradition. Elle doit également mentionner le délit, le moment et le lieu où il a été commis ainsi que les données qui permettent d’établir l’identité et la nationalité de l’individu réclamé.
2. La demande de détention préventive doit être transmise aux autorités compétentes de la
Partie requise par la voie la plus rapide, n’importe quel moyen de communication pouvant être utilisé pour autant qu’il laisse une trace écrite.
3. Sur réception de la demande visée au paragraphe 1, la Partie requise prend les mesures
nécessaires pour mettre en détention la personne dont l’extradition est demandée et elle notifie à la
Partie requérante la suite donnée à sa demande.
4. La détention préventive doit être révoquée si, dans un délai de deux (2) mois, la Partie requérante n’a pas officialisé la demande d’extradition en fournissant les documents mentionnés à
l’article 14.
5. La révocation de la détention préventive n’empêche pas le déroulement normal de la procédure d’extradition, pour autant que la demande et les documents mentionnés à l’article 14 soient
reçus par la suite.
357
Volume 2725, I-48225
Article 19
Si l’extradition d’une même personne est demandée concurremment par l’une des Parties et
d’autres États, soit pour la même infraction soit pour des infractions différentes, la Partie requise
prendra sa décision compte tenu en particulier de la gravité relative des infractions et du lieu où
elles ont été commises, des dates respectives des demandes, de l’existence de traités d’extradition,
de la nationalité de l’individu réclamé ainsi que de la possibilité de procéder ultérieurement à
l’extradition à l’autre État. La préférence sera toujours donnée à une demande présentée par un
État avec lequel il existe un traité d’extradition.
Article 20
1. La Partie requise communique à la Partie requérante, par la voie diplomatique, sa décision concernant la demande d’extradition.
2. Tout refus, total ou partiel, doit être justifié.
3. Si l’extradition est accordée, les Parties se mettent d’accord sur la manière de procéder à
la remise de la personne, laquelle doit être livrée dans un délai de soixante (60) jours à compter de
la date à laquelle la Partie requérante a reçu la communication visée au paragraphe 1.
4. Si la personne dont l’extradition est demandée n’est pas livrée dans le délai indiqué, elle
est mise en liberté et la Partie requise peut, par la suite, refuser son extradition pour le même délit.
Article 21
1. Après avoir tranché sur la demande d’extradition, la Partie requise peut différer la remise
de la personne dont l’extradition est demandée afin que celle-ci puisse être jugée ou, si elle a déjà
été condamnée, pour qu’elle puisse purger sur son territoire une peine imposée pour un délit différent de celui pour lequel l’extradition a été accordée.
2. Au lieu de différer la remise de la personne, la Partie requise peut également livrer temporairement la personne dont l’extradition est demandée, si la législation le permet, aux conditions
établies d’un commun accord par les deux Parties.
3. La Partie requise peut également différer la remise de la personne dont l’extradition est
demandée lorsque l’état de santé de celle-ci est tel que le transfert pourrait mettre sa vie en danger
ou aggraver son état.
Article 22
1. À la demande de la Partie requérante, la Partie requise conserve et remet, dans la mesure
autorisée par sa législation et sans préjudice des droits de tiers, les objets :
a) qui peuvent servir de pièces à conviction;
b) qui, provenant du délit, auraient été trouvés en possession de la personne réclamée au
moment de sa détention ou qui ont été découverts par la suite.
358
Volume 2725, I-48225
2. Les objets mentionnés au paragraphe précédent sont remis même si l’extradition, après
avoir été accordée, ne peut avoir lieu pour cause de décès, de disparition ou d’évasion de la personne réclamée.
3. Si les objets mentionnés au paragraphe 1 sont soumis à une mesure de conservation sur le
territoire de la Partie requise, dans le cadre d’une procédure pénale en cours, celle-ci peut les garder provisoirement ou les remettre sous réserve de restitution.
4. Lorsque la Partie requise ou des tiers ont des droits sur les objets remis à la Partie requérante dans le cadre d’une procédure pénale, conformément aux dispositions du présent article, ces
objets sont restitués à la Partie requise dès que possible et sans frais.
Article 23
1. Le transit par le territoire de l’une des Parties d’un individu qui n’est pas ressortissant de
cette Partie et qui est remis à l’autre Partie par un État tiers est autorisé, à condition que ne s’y
opposent pas des motifs d’ordre public, sur transmission par la voie diplomatique d’une copie
conforme de la décision d’extradition.
2. La garde de l’individu réclamé incombe aux autorités de l’État de transit pendant qu’il séjourne sur son territoire.
3. L’autorisation ne sera pas exigée en cas d’utilisation de la voie aérienne ou si aucun atterrissage n’est prévu sur le territoire de l’autre Partie contractante.
4. La Partie requérante remboursera à l’État de transit les dépenses encourues à cet effet.
Article 24
La Partie requise prend en charge les frais occasionnés sur son territoire par l’extradition de la
personne réclamée, à l’exception des frais relatifs à son transport qui sont assumés par la Partie requérante.
TITRE II. ENTRAIDE
Article 25
1. Les Parties s’obligent à se prêter mutuellement assistance, conformément aux dispositions
du présent Traité, dans le cadre d’enquêtes et de poursuites se rapportant à n’importe quelle procédure pénale engagée pour des faits relevant de la compétence de la Partie requérante au moment où
l’aide est sollicitée.
2. Le présent Traité ne s’applique pas aux contraventions ou infractions ni aux délits politiques ou soumis au droit militaire.
3. Pour la mise à exécution de mesures de sécurisation, le fait à l’origine de la procédure
doit également être considéré comme un délit dans la législation de la Partie requise.
359
Volume 2725, I-48225
Article 26
L’entraide judiciaire demandée peut être refusée lorsque :
a) La demande se réfère à des délits considérés dans la Partie requise comme des délits politiques, des délits connexes à des infractions de cette nature ou des délits fiscaux;
b) L’exécution de la demande porte atteinte à l’ordre public de la Partie requise.
Article 27
Une demande d’entraide judiciaire est exécutée conformément à la législation de la Partie requise, en se limitant aux démarches expressément demandées.
Article 28
1. La Partie requise respectera les commissions rogatoires relatives à des procédures judiciaires menées par les autorités judiciaires ou par le ministère public de la Partie requérante et visant des actes de l’enquête préliminaire ou de l’instruction ou des actes de communication.
2. Si la commission rogatoire a pour but la transmission de pièces, d’objets, d’éléments de
preuve et, généralement, de toute catégorie de document, la Partie requise ne remettra que des copies ou des photocopies certifiées, l’envoi des originaux à la demande expresse de la Partie requérante restant à la discrétion de la Partie requise.
3. Les objets ou documents qui ont été envoyés en vertu d’une commission rogatoire seront
restitués le plus rapidement possible, à moins que la Partie requise n’y renonce.
Article 29
À sa demande expresse, la Partie requérante est tenue informée de la date et du lieu
d’exécution de la commission rogatoire.
Article 30
1. La Partie requise communiquera au destinataire les décisions judiciaires ou documents relatifs à des actes de procédure que lui fera parvenir à cette fin la Partie requérante.
2. Les documents en question sont envoyés au destinataire ou peuvent lui parvenir de toute
autre manière prévue par la législation de la Partie requise ou sous toute autre forme autorisée par
la législation en question à la demande de la Partie requérante.
3. La remise est accréditée par le biais d’un reçu daté et signé par le destinataire ou par le
biais de l’autorité compétente qui atteste du fait, de la date et des modalités de la remise des documents.
Ce document est envoyé à la Partie requérante et, si la remise n’a pu avoir lieu, ses causes seront communiquées et un constat sera dressé.
4. La demande visant à faire comparaître un inculpé, un témoin ou un expert devant les autorités de la Partie requérante peut ne pas être diligentée si elle parvient dans les quarante-cinq (45)
360
Volume 2725, I-48225
jours avant la date indiquée pour la comparution. La Partie requérante doit tenir compte de ce délai
en formulant sa demande.
Article 31
1. Si la Partie requérante demande qu’une personne qui se trouve sur le territoire de l’autre
Partie comparaisse comme témoin ou expert devant ses autorités, celle-ci cite la personne à comparaître sans que les clauses contraignantes ou les sanctions prévues en cas de non-comparution ne
puissent avoir des effets.
2. La demande visée au paragraphe précédent doit renseigner le montant et le mode de
paiement des indemnités et frais de déplacement qui seront perçus par le témoin ou l’expert.
Article 32
Si la Partie requérante estime que la comparution en personne d’un témoin ou d’un expert devant ses autorités est indispensable, elle l’indiquera dans la citation à comparaître.
Article 33
1. Le témoin ou l’expert, quelle que soit sa nationalité qui, sur citation à comparaître, comparaît devant les autorités de la Partie requérante ne peut être poursuivi ou détenu dans cet État
pour des faits ou des condamnations antérieurs à sa sortie du territoire de la Partie requise.
2. L’immunité prévue au paragraphe précédent cesse dès lors que le témoin ou l’expert,
alors qu’il a la faculté de sortir du territoire de la Partie requérante, est resté dans le pays plus de
quarante-cinq (45) jours après le moment où sa présence n'est plus requise par les autorités judiciaires dans la Partie en question.
Article 34
1. Si, dans une affaire pénale, il est jugé nécessaire que comparaisse en personne devant les
autorités judiciaires de l’une des Parties, en qualité de témoin ou pour une confrontation, une personne détenue sur le territoire de l’autre Partie, une citation doit être établie à cette fin. Il y sera
donné suite si le détenu donne son accord et si la Partie requise estime qu’aucune considération
majeure ne s’oppose au transfert.
2. La Partie requérante maintiendra la personne transférée sous surveillance et la remettra
dès que les démarches établies dans la requête qui a donné lieu au transfert seront remplies.
3. Les frais occasionnés par l’application de cet article seront à la charge de la Partie requérante.
Article 35
Les Parties s’informent mutuellement des condamnations que les autorités judiciaires de l’une
d’entre elles ont prononcées contre des ressortissants de l’autre Partie.
361
Volume 2725, I-48225
Article 36
Lorsque l’une des Parties demande à l’autre les antécédents judiciaires d’une personne, en exposant le motif de la requête, lesdits antécédents lui seront communiqués pour autant que la législation de la Partie requise le permette.
Article 37
1. Les demandes d’entraide doivent contenir les indications suivantes :
a) L'identification de l'autorité dont émane le document ou la résolution;
b) La nature du document ou de la résolution;
c) La description précise de l’aide demandée;
d) Le délit visé par la procédure;
e) Dans la mesure du possible, l’identité et la nationalité de la personne mise en cause ou
condamnée;
f) Le nom et l’adresse du destinataire.
2. Les commissions rogatoires ayant pour objet toute autre démarche que la simple remise
de documents indiqueront en outre l’accusation formulée et contiendront un exposé sommaire des
faits.
3. Lorsque la demande d’entraide n’est pas dûment remplie par la Partie requise, celle-ci la
retourne en la motivant.
Article 38
1. Aux fins des dispositions du présent Traité, chaque Partie désigne les autorités compétentes pour envoyer et recevoir les communications relatives à l’entraide en matière pénale.
2. Malgré ce qui précède, les Parties pourront recourir aux voies diplomatiques ou charger
leurs consuls pour les démarches autorisées par la législation de l’État requis.
TITRE III. DISPOSITIONS FINALES
Article 39
Les documents transmis dans le cadre du présent Traité sont dispensés de toutes les formalités
de légalisation lorsqu’ils sont adressés par la voie diplomatique ou par l’intermédiaire des autorités
visées au paragraphe 1 de l’article précédent.
Article 40
Tout différend découlant de l’application du présent Traité est réglé par les Parties par la voie
diplomatique.
362
Volume 2725, I-48225
Article 41
1. Le présent Traité est soumis à ratification. L’échange des instruments de ratification aura
lieu à Mexico le plus rapidement possible.
2. Le présent Traité entre en vigueur à la date à laquelle sont échangés les instruments de ratification et il reste en vigueur tant qu’une des Parties ne le dénonce pas. Ses effets cessent six (6)
mois après la date de réception de la dénonciation.
3. Les extraditions demandées après l’entrée en vigueur du présent Traité sont régies par ses
clauses, quelle que soit la date à laquelle le délit a été commis.
FAIT en deux exemplaires originaux en langue espagnole, les deux textes faisant également
foi, à San José, Costa Rica, le 13 octobre 1989.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
Pour le Gouvernement de la République du Costa Rica :
363
Volume 2725, I-48226
No. 48226
____
Mexico
and
Chile
Agreement between the Government of the United Mexican States and the Government of
the Republic of Chile on cooperation to combat drug trafficking and drug dependency.
Mexico City, 2 October 1990
Entry into force: 12 April 1991 by notification, in accordance with article IX
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Mexico, 6 January 2011
Mexique
et
Chili
Accord entre le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République du Chili relatif à la coopération en vue de combattre le trafic de drogues et la
pharmacodépendance. Mexico, 2 octobre 1990
Entrée en vigueur : 12 avril 1991 par notification, conformément à l'article IX
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Mexique, 6 janvier 2011
365
Volume 2725, I-48226
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
366
Volume 2725, I-48226
367
Volume 2725, I-48226
368
Volume 2725, I-48226
369
Volume 2725, I-48226
370
Volume 2725, I-48226
371
Volume 2725, I-48226
372
Volume 2725, I-48226
373
Volume 2725, I-48226
374
Volume 2725, I-48226
375
Volume 2725, I-48226
376
Volume 2725, I-48226
377
Volume 2725, I-48226
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT BETWEEN THE GOVERNMENT OF THE UNITED MEXICAN
STATES AND THE GOVERNMENT OF THE REPUBLIC OF CHILE ON COOPERATION TO COMBAT DRUG TRAFFICKING AND DRUG DEPENDENCY
The Government of the United Mexican States and the Government of the Republic of Chile,
hereinafter referred to as “the Parties”,
Aware of the need to protect the life and health of their peoples against the harmful effects of
drug trafficking and drug dependency,
Acknowledging that such conduct must be combated in a comprehensive manner, under four
main headings: prevention and reduction of the illicit demand for narcotic drugs and psychotropic
substances; supply control; the elimination of illicit trafficking; and treatment and rehabilitation,
Recognizing that the various aspects of drug trafficking and drug dependency threaten the security and essential interests of each of the Parties,
Determined to provide each other with the mutual cooperation needed to combat drug trafficking and drug dependency effectively, given the international nature and scope of these phenomena,
Encouraged by the spirit of the recommendations contained in the Comprehensive
Multidisciplinary Outline of Future Activities in Drug Abuse Control (the Ouline), adopted in
Vienna, Austria, on 26 June 1987, and
Guided by the objective of ensuring that the cooperation referred to in this Agreement will
supplement the cooperation that the two Parties shall provide each other pursuant to their international obligations under the United Nations Convention against Illicit Traffic in Narcotic Drugs
and Psychotropic Substances (the Convention), adopted in Vienna, Austria, on 20 December 1988,
Have agreed as follows:
Article I. Scope of the Agreement
1. The purpose of this Agreement is to promote cooperation between the Parties in order to
enable them to combat drug trafficking and drug dependency, which are phenomena that transcend
the borders of the two Parties, more effectively.
The Parties shall adopt the necessary measures pursuant to their obligations under this Agreement, including measures of a legislative and administrative character, in accordance with the fundamental provisions of their respective domestic legal systems.
2. In fulfilling their obligations under this Agreement, the Parties shall comply with the principles of self-determination, non-intervention in internal affairs, juridical equality and respect for
territorial integrity of States.
3. Neither Party shall exercise in the territory of the other powers or functions incumbent
upon the authorities of that other Party, in accordance with its domestic law and national sovereignty.
378
Volume 2725, I-48226
Article II. Scope of cooperation
The Parties shall adopt such cooperation measures as may be necessary for giving full effect,
between them and in the most effective manner, to their obligations under the Convention and shall
endeavour to carry out such cooperation, to the extent possible, in accordance with the objectives
and recommendations of the Outline.
The allocation and application of human, financial and material resources required to execute
specific programs to combat drug trafficking and drug dependency, involving actions to be conducted in a framework of co-responsibility, shall in each case be established by the Parties, to the
extent that their budgets permit, through a Memorandum of Understanding in accordance with article V of this Agreement.
Pursuant to article I, the cooperation referred to in this Agreement shall endeavour to implement programs in each of the States, aimed at:
(a) Reducing illicit demand for narcotic drugs and psychotropic substances through prevention, treatment, and public awareness activities;
(b) Eradicating illicit narcotic drug crops; and, where applicable, establishing alternative licit
crop development programs;
(c) Carrying out activities designed to curb and prosecute drug trafficking and drug dependency-related activities;
(d) Pre-emptively seizing or confiscating property, instruments and other materials, in accordance with the legal regime of each of the Parties, and destroying, where applicable, the installations used to produce narcotic drugs and psychotropic substances illegally;
(e) Regulating the production, import, export, storage, distribution and sale of inputs, chemicals, solvents and other chemical precursors diverted for use in the illicit production of narcotic
drugs and psychotropic substances;
(f) Establishing systems for exchanging information related to combating drug trafficking
and drug dependency, with full respect for the jurisdiction of the national authorities;
(g) Strengthening activities related to the fight against drug trafficking and drug dependency
by assigning and applying more human, financial and material resources, while taking each of the
Parties’ budgetary constraints into account;
(h) Preparing new legal instruments that the Parties deem useful for combating drug trafficking and drug dependence more effectively; and
(i) In general, carrying out any activities regarded as relevant in order to improve cooperation between the Parties.
Article III. Cooperative mechanism
For the purposes of article II of this Agreement, the Parties shall set up a joint MexicanChilean Committee for Cooperation against Drug Trafficking and Drug Dependence (“the Committee”).
379
Volume 2725, I-48226
Article IV. Composition of the Mexican-Chilean Committee for Cooperation
1. The Committee shall consist of the operational and consultative coordinating authorities
of the Parties. The operational authorities shall be, in the case of the United Mexican States, the
Office of the Attorney General and the institutes designated for that purpose, whose designation
must be notified, though the diplomatic channel, within thirty (30) days of the entry into force of
this Agreement; and, in the case of the Republic of Chile, the Ministry of the Interior. The consultative authorities shall be the Parties’ Ministries of Foreign Affairs.
2. The coordinating authorities of both Parties may request the public and private institutions of the respective States, whose activities are linked to the subject matter of the present
Agreement, to provide special advisory services and technical assistance as required.
Article V. Functions of the Committee
1. As its principal function, the Committee shall formulate, by consensus of the coordinating
authorities of the two Parties, recommendations to their Governments on the most effective way of
engaging in cooperation in order to fulfil the obligations assumed under this Agreement, in conformity with the Convention and with a view to achieving the objectives which it recommends for
this purpose. To that end:
(a) Each coordinating authority shall transmit the Committee’s recommendations to its
respective Government;
(b) In order to be implemented, the recommendations of the Committee shall need to be formally approved by the Governments of the Parties through the diplomatic channel in a Memorandum of Understanding. Each Memorandum of Understanding shall be deemed to be appended to
this Agreement.
(c) Each Memorandum of Understanding must be implemented by the operational coordinating authorities of the Committee in their respective States, in strict compliance with Article I of
this Agreement and pursuant to the Convention.
2. In fulfilling its principal function, the Committee will fulfil other complementary functions to provide, in the framework of combating drug trafficking and drug dependency, the most
effective application of other conventional instruments of a bilateral nature, in force between the
Parties. These functions will be fulfilled pursuant to the provisions of paragraph 1 of this article.
Article VI. Reports of the Committee
1. Every two (2) years the Committee shall prepare a report on the implementation of this
Agreement, to be submitted to the Governments of the Parties, which shall describe the status of
cooperation between the Parties in the fight against drug trafficking and drug dependence.
2. The Parties agree that the reports referred to in this article shall constitute the joint basis
for individual, bilateral and multilateral actions by their respective Governments to evaluate the
Parties’ efforts to combat drug trafficking and drug dependence and that said reports shall be used
vis-à-vis their own competent national authorities, in their mutual relations and in international fora, especially those contemplated in the Convention and recommended in the Outline; all without
380
Volume 2725, I-48226
prejudice to reports or positions derived from other Conventions on the subject to which the Governments of Mexico and Chile are party.
Article VII. Meetings of the Committee
1. Committee meetings shall be held every two (2) years alternately in the two countries at a
place and date to be determined by the coordinating authorities through the diplomatic channel.
2. During its meetings, the Committee shall approve its reports and adopt all its recommendations and decisions by mutual agreement of the coordinating authorities.
Article VIII. Unilateral measures
In the spirit of cooperation governing their relations, the Parties undertake to submit in advance to the cooperative mechanism established in this Agreement any unilateral measure in this
field that has or could have negative repercussions for the other Party.
Article IX. Entry into Force
This Agreement shall enter into force on the date on which the Parties notify each other
through the diplomatic channel that they have complied with their respective requirements and
constitutional procedures.
Article X. Termination
Either Party may terminate the present Agreement at any time provided that it gives prior
notice in writing through the diplomatic channel. In such case, the Agreement shall terminate
ninety (90) days after the date on which such notice is delivered.
Article XI. Revision
The Parties may review the provisions of this Agreement. Such revisions or amendments
as may result shall enter into force in accordance with article IX.
IN WITNESS WHEREOF, the undersigned, being duly authorized by their respective Governments, have signed this Agreement.
DONE at Mexico City on 2 October 1990, in two originals in the Spanish language, both texts
being equally authentic.
For the Government of the United Mexican States:
For the Government of the Republic of Chile:
381
Volume 2725, I-48226
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS DU MEXIQUE ET LE
GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU CHILI RELATIF À LA COOPÉRATION EN VUE DE COMBATTRE LE TRAFIC DE DROGUES ET LA PHARMACODÉPENDANCE
Le Gouvernement des États-Unis du Mexique et le Gouvernement de la République du Chili,
ci-après dénommés « les Parties »,
Conscients de la nécessité de protéger la vie et la santé de leurs peuples contre les effets
graves du trafic de drogues et la pharmacodépendance,
Reconnaissant qu’il faut s’attaquer à ces comportements de manière globale, sous quatre volets : la prévention et la réduction de la demande illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, le contrôle de l’offre, la suppression du trafic illicite, ainsi que le traitement et la réhabilitation,
Reconnaissant que les différents aspects du trafic de drogues et la pharmacodépendance menacent la sécurité et les intérêts fondamentaux de chacune des Parties,
Résolus à s’aider mutuellement pour lutter efficacement contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance, compte tenu du fait qu’il s’agit de phénomènes de nature et de portée internationales,
Encouragés par l’esprit des recommandations figurant dans le Schéma multidisciplinaire complet pour les activités futures de lutte contre l'abus des drogues (le « Schéma »), adopté à Vienne
(Autriche), le 26 juin 1987, et
Guidés par l’objectif de veiller à ce que la coopération à laquelle se réfère le présent Accord
complète celle que les deux Parties se prêtent conformément aux obligations internationales
qu’elles ont contractées conformément à la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de
stupéfiants et de substances psychotropes (la « Convention »), adoptée à Vienne (Autriche) le
20 décembre 1988,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Portée de l’Accord
1. Le but du présent Accord est de promouvoir la coopération entre les Parties afin qu’elles
puissent lutter plus efficacement contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance, phénomènes qui s’étendent au-delà des frontières des deux Parties.
Les Parties adopteront les mesures nécessaires pour l’accomplissement des obligations
qu’elles ont contractées dans le cadre du présent Accord, y compris celles d’ordre législatif et administratif, conformément aux dispositions fondamentales de leurs systèmes juridiques internes.
2. Les Parties s’acquitteront de leurs obligations en vertu du présent instrument conformément aux principes d’autodétermination, de non-ingérence dans les affaires internes, d’égalité juridique et de respect de l’intégrité territoriale des États.
382
Volume 2725, I-48226
3. Aucune Partie n’exercera sur le territoire de l’autre des compétences et des fonctions qui
relèvent exclusivement des autorités de cette autre Partie, conformément à son droit interne et à sa
souveraineté nationale.
Article II. Domaine de la coopération
Les Parties prendront les mesures de coopération nécessaires pour donner pleinement effet,
entre elles et de la manière la plus efficace, aux obligations qui leur incombent en vertu de la
Convention et elles s’efforceront de mener à bien ladite coopération, dans la mesure du possible,
conformément aux objectifs et aux recommandations du Schéma.
L’affectation et l’application de ressources humaines, financières et matérielles nécessaires
pour l’exécution de programmes concrets de lutte contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance, dont les mesures qui seront mises en œuvre dans un cadre de coresponsabilité, seront définies dans chaque cas par les Parties, dans la mesure de leurs capacités budgétaires, par le biais
d’un mémorandum d’accord respectant les dispositions de l’article V du présent Accord.
Dans le respect des dispositions de l’article premier, la coopération visée dans le présent Accord doit permettre de réaliser des programmes dans chacun des États, visant à :
a) Réduire la demande illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, par le biais
d’activités de prévention, de traitement et de sensibilisation;
b) Éradiquer les cultures illicites de plantes servant à fabriquer des stupéfiants et, le cas
échéant, mettre en place des programmes de substitution en faveur du développement de cultures
licites;
c) Initier des activités tendant à freiner et poursuivre les activités liées au trafic de drogues et
à la pharmacodépendance;
d) Geler préventivement ou saisir les biens, instruments ou autres éléments conformément à
une ordonnance judiciaire de chacune des Parties, et détruire, le cas échéant, les installations de
fabrication illicite de stupéfiants et de substances psychotropes;
e) Réglementer la production, l’importation, l’exportation, le stockage, la distribution et la
vente d’intrants, de produits chimiques, de solvants et d’autres précurseurs chimiques, dont
l’utilisation est détournée pour la fabrication illicite de stupéfiants et de substances psychotropes;
f) Établir des systèmes d’échanges de renseignements en matière de lutte contre le trafic de
drogues et la pharmacodépendance, dans le strict respect de la compétence des autorités nationales;
g) Renforcer les mesures de lutte contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance, en
allouant et en déployant davantage de ressources humaines, financières et matérielles, compte tenu
des possibilités budgétaires de chacune des Parties;
h) Définir de nouveaux instruments juridiques que les Parties jugent adaptés pour lutter plus
efficacement contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance;
i) Mener, de manière générale, toutes les activités qui sont considérées pertinentes pour assurer une meilleure coopération entre les Parties.
383
Volume 2725, I-48226
Article III. Mécanisme de coopération
Aux fins de l’article II du présent Accord, les Parties conviennent d’établir un comité
Mexique-Chili de coopération contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance (ci-après dénommé « le Comité »).
Article IV. Composition du Comité Mexique-Chili de coopération
1. Le Comité est composé des autorités coordinatrices des Parties, tant au niveau opérationnel que consultatif. Les autorités opérationnelles sont, dans le cas des États-Unis du Mexique, le
Bureau du Procureur général et les institutions désignées à cet effet, lesquelles doivent être communiquées par la voie diplomatique dans les trente (30) jours qui suivent l’entrée en vigueur du
présent Accord, et, dans le cas de la République du Chili, le Ministère de l’intérieur. Les autorités
consultatives sont les Ministères des affaires étrangères des Parties.
2. Les autorités coordinatrices des deux Parties pourront demander aux institutions publiques et privées de leurs États respectifs, dont les activités sont en rapport avec le sujet du présent Accord, de prodiguer des conseils spécialisés et d’apporter l’aide technique qui leur est demandée.
Article V. Fonctions du Comité
1. Le Comité aura comme principale fonction la formulation, par consensus des autorités
coordinatrices des deux Parties, de recommandations à leurs Gouvernements concernant la façon la
plus efficace de coopérer, pour donner plein effet aux obligations assumées dans le présent Accord, conformément à la Convention et en essayant d’atteindre les objectifs que le Schéma recommande. Dans ce but :
a) Chaque autorité transmet les recommandations du Comité à son gouvernement respectif ;
b) Pour qu’elles soient mises en œuvre, les recommandations du Comité requièrent
l’approbation des Gouvernements des Parties, laquelle est officialisée par la voie diplomatique
sous la forme d’un mémorandum d’accord. Chaque mémorandum d’accord est considéré comme
une annexe au présent Accord.
c) Chaque mémorandum d’accord doit être exécuté par les autorités coordinatrices opérationnelles du Comité dans leur État respectif, conformément aux dispositions de l’article premier
du présent accord et à la Convention.
2. Dans le cadre de sa fonction principale, le Comité mènera à bien d’autres fonctions complémentaires en vue de promouvoir, dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogues et la
pharmacodépendance, l’application la plus efficace d’autres instruments conventionnels à caractère
bilatéral en vigueur entre les Parties. Ces fonctions seront menées à bien conformément aux dispositions du paragraphe 1 du présent article.
384
Volume 2725, I-48226
Article VI. Rapports du Comité
1. Le Comité établira tous les deux (2) ans un rapport sur l’application du présent Accord,
qui sera communiqué aux Gouvernements des Parties, dans lequel il sera fait état de la coopération
entre les Parties sur la lutte contre le trafic de drogues et la pharmacodépendance.
2. Les Parties conviennent que les rapports visés ci-dessus constitueront la base commune
sur laquelle leurs Gouvernements s’appuieront pour agir individuellement, bilatéralement et multilatéralement en matière d’évaluation des efforts faits par les Parties pour lutter contre le trafic de
drogues et la pharmacodépendance, en utilisant ces rapports dans le cadre de leurs échanges avec
leurs autorités nationales compétentes, de leurs relations mutuelles et des forums internationaux, en
particulier ceux prévus par la Convention et recommandés par le Schéma, sans préjudice desdits
rapports ou des positions découlant d’autres conventions auxquelles les Gouvernements du
Mexique et du Chili sont parties.
Article VII. Réunions du Comité
1. Le Comité se réunira tous les deux (2) ans au lieu et à la date dont les autorités coordinatrices conviendront par la voie diplomatique. Les Parties accueilleront lesdites réunions à tour de
rôle.
2. Pendant ses réunions, le Comité approuvera d’un commun accord tous les rapports, recommandations et décisions des autorités coordinatrices.
Article VIII. Mesures unilatérales
Les Parties s’engagent à soumettre au mécanisme de coopération établi dans le présent Accord
et préalablement toute mesure unilatérale sur la question qui a ou peut avoir des répercussions négatives pour l’autre Partie, dans l’esprit de coopération qui régit les relations entre les deux Parties.
Article IX. Entrée en vigueur
Le présent Accord entre en vigueur à la date à laquelle les Parties se notifient, par la voie diplomatique, l’accomplissement des formalités légales et processus constitutionnels nécessaires à
son application.
Article X. Dénonciation
L’une ou l’autre des Parties peut mettre fin au présent Accord à tout moment, à condition qu’il
y ait au préalable notification par écrit et par la voie diplomatique. Dans ce cas, l’Accord prendra
fin quatre-vingt-dix (90) jours après la date de remise de ladite notification.
Article XI. Révision
Les Parties pourront réviser les dispositions du présent Accord et les modifications ou amendements en résultant entreront en vigueur conformément aux dispositions de l’article IX.
385
Volume 2725, I-48226
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés par leurs Gouvernements respectifs,
ont signé le présent Accord.
FAIT à Mexico, le 2 octobre 1990, en deux exemplaires originaux en langue espagnole, les
deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement des États-Unis du Mexique :
Pour le Gouvernement de la République du Chili :
386
14-57979
ISBN 978-92-1-900743-7
UNITED
NATIONS
TREATY
SERIES
Volume
2725
2011
I. Nos.
48215-48226
RECUEIL
DES
TRAITÉS
NATIONS
UNIES
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
6
Размер файла
8 482 Кб
Теги
series, treaty, 751, 2725
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа