close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

777.Treaty Series 2647

код для вставкиСкачать
Treaty Series
Treaties and international agreements
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2647
2010
I. Nos. 47154-47162
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
UNITED NATIONS • NATIONS UNIES
Treaty Series
Treaties and international agreements
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2647
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
United Nations • Nations Unies
New York, 2013
Copyright © United Nations 2013
All rights reserved
Manufactured in the United Nations
Print ISBN: 978-92-1-900619-5
e-ISBN: 978-92-1-056072-6
Copyright © Nations Unies 2013
Tous droits réservés
Imprimé aux Nations Unies
Volume 2647, Table of Contents
TABLE OF CONTENTS
I
Treaties and international agreements
registered in February 2010
Nos. 47154 to 47162
No. 47154. Germany and Viet Nam:
Air Transport Agreement between the Government of the Federal Republic of
Germany and the Government of the Socialist Republic of Vietnam (with
route schedule). Bonn, 26 August 1994 .......................................................
3
No. 47155. Netherlands and Bahrain:
Convention between the Government of the Kingdom of the Netherlands and
the Government of the Kingdom of Bahrain for the avoidance of double
taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income (with protocol). The Hague, 16 April 2008 ........................................
75
No. 47156. Netherlands and Indonesia:
Agreement between the Kingdom of the Netherlands and the Republic of Indonesia on mutual administrative assistance for the proper application of
customs law and for the prevention, investigation and combating of customs offences. The Hague, 24 June 2003 .....................................................
187
No. 47157. Argentina and Saudi Arabia:
Agreement on technical and scientific-technological co-operation between the
Argentine Republic and the Kingdom of Saudi Arabia. Buenos Aires, 25
September 2000 ............................................................................................
211
No. 47158. Netherlands and Suriname:
Exchange of notes constituting an agreement between the Kingdom of the
Netherlands and the Republic of Suriname on the status of Dutch military
and civilian personnel stationed in the Republic of Suriname for training
purposes. Paramaribo, 29 June 2004 and 26 August 2004 ...........................
231
No. 47159. United Nations and Malta:
Exchange of letters constituting an agreement between the United Nations and
the Government of Malta regarding the holding of the International Meeting in support of Israeli-Palestinian Peace held in Qawra on 12 and 13
February 2010. New York, 20 January 2010 and 21 January 2010 .............
III
245
Volume 2647, Table of Contents
No. 47160. Spain and Chile:
Exchange of notes constituting an agreement between the Kingdom of Spain
and the Republic of Chile on the participation in municipal elections of
nationals of each State residing on the territory of the other State (with
annexes). Madrid, 12 May 2009 and Santiago, 12 May 2009 ......................
247
No. 47161. South Africa and Mozambique:
Agreement between the Government of the Republic of South Africa and the
Government of the Republic of Mozambique regarding the waiver of visa
requirements for holders of ordinary passports. Pretoria, 15 April 2005 .....
263
No. 47162. South Africa and Libya:
Bilateral Air Services Agreement between the Government of the Republic of
South Africa and the Great Socialist People's Libyan Arab Jamahiriya for
scheduled air services between their territories and beyond (with annex).
Tripoli, 9 March 2005 ..................................................................................
IV
277
Volume 2647, Table des matières
TABLE DES MATIÈRES
I
Traités et accords internationaux
enregistrés en février 2010
Nos 47154 à 47162
No
47154. Allemagne et Viet Nam:
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République socialiste du
Viet Nam (avec tableau de route). Bonn, 26 août 1994 ...............................
No
47155. Pays-Bas et Bahreïn:
Convention entre le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement du Royaume de Bahreïn tendant à éviter la double imposition et à
prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu (avec protocole). La Haye, 16 avril 2008 .......................................................................
No
211
47158. Pays-Bas et Suriname:
Échange de notes constituant un accord entre le Royaume des Pays-Bas et la
République du Suriname relatif au statut du personnel néerlandais militaire et civil stationné en République du Suriname pour entrainement. Paramaribo, 29 juin 2004 et 26 août 2004........................................................
No
187
47157. Argentine et Arabie saoudite:
Accord de coopération technique, scientifique et technologique entre la République argentine et le Royaume d'Arabie saoudite. Buenos Aires, 25 septembre 2000 ..................................................................................................
No
75
47156. Pays-Bas et Indonésie:
Accord entre le Royaume des Pays-Bas et la République d'Indonésie relatif à
l'assistance administrative mutuelle pour l'application appropriée des lois
douanières et pour la prévention, l'enquête et la lutte contre les infractions
douanières. La Haye, 24 juin 2003 ...............................................................
No
3
231
47159. Organisation des Nations Unies et Malte:
Échange de lettres constituant un accord entre l'Organisation des Nations
Unies et le Gouvernement de Malte relatif à la réunion internationale à
l'appui de la paix israélo-palestinienne tenue à Qawra les 12 et 13 février
2010. New York, 20 janvier 2010 et 21 janvier 2010 ..................................
V
245
Volume 2647, Table des matières
No
47160. Espagne et Chili:
Échange de notes constituant un accord entre le Royaume d'Espagne et la République du Chili relatif à la participation aux élections municipales des
ressortissants de chacun des États résidant sur le territoire de l'autre État
(avec annexes). Madrid, 12 mai 2009 et Santiago, 12 mai 2009 ..................
No
47161. Afrique du Sud et Mozambique:
Accord entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement de la République du Mozambique relatif à la suppression de visas
pour les détenteurs de passeports ordinaires. Pretoria, 15 avril 2005...........
No
247
263
47162. Afrique du Sud et Libye:
Accord bilatéral relatif aux services aériens entre le Gouvernement de la République sud-africaine et la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire
et socialiste relatif aux services aériens réguliers entre leurs territoires et
au-delà (avec annexe). Tripoli, 9 mars 2005 ................................................
VI
277
NOTE BY THE SECRETARIAT
Under Article 102 of the Charter of the United Nations, every treaty and every international agreement entered into by any Member of the United Nations after the coming into force of the Charter shall, as soon as possible, be registered with the Secretariat and published by it. Furthermore, no party to a treaty or international
agreement subject to registration which has not been registered may invoke that treaty or agreement before any
organ of the United Nations. The General Assembly, by resolution 97 (I), established regulations to give effect
to Article 102 of the Charter (see text of the regulations, vol. 859, p. VIII; http://treaties.un.org/doc/source/publi
cations/practice/registration_and_publication.pdf).
The terms "treaty" and "international agreement" have not been defined either in the Charter or in the
regulations, and the Secretariat follows the principle that it acts in accordance with the position of the Member
State submitting an instrument for registration that, so far as that party is concerned, the instrument is a treaty or
an international agreement within the meaning of Article 102. Registration of an instrument submitted by a
Member State, therefore, does not imply a judgement by the Secretariat on the nature of the instrument, the status of a party or any similar question. It is the understanding of the Secretariat that its acceptance for registration
of an instrument does not confer on the instrument the status of a treaty or an international agreement if it does
not already have that status, and does not confer upon a party a status which it would not otherwise have.
*
* *
Disclaimer: All authentic texts in the present Series are published as submitted for registration by a party
to the instrument. Unless otherwise indicated, the translations of these texts have been made by the Secretariat
of the United Nations, for information.
NOTE DU SECRÉTARIAT
Aux termes de l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tout traité ou accord international conclu par
un Membre des Nations Unies après l'entrée en vigueur de la Charte sera, le plus tôt possible, enregistré au
Secrétariat et publié par lui. De plus, aucune partie à un traité ou accord international qui aurait dû être
enregistré mais ne l'a pas été ne pourra invoquer ledit traité ou accord devant un organe de l’Organisation des
Nations Unies. Par sa résolution 97 (I), l'Assemblée générale a adopté un règlement destiné à mettre en
application l'Article 102 de la Charte (voir texte du règlement, vol. 859, p. IX; http://treaties.un.org/doc/source/
publications/practice/registration_and_publication-fr.pdf).
Les termes « traité » et « accord international » n'ont été définis ni dans la Charte ni dans le règlement, et
le Secrétariat a pris comme principe de s'en tenir à la position adoptée à cet égard par l'État Membre qui a présenté l'instrument à l'enregistrement, à savoir qu’en ce qui concerne cet État partie, l'instrument constitue un
traité ou un accord international au sens de l'Article 102. Il s'ensuit que l'enregistrement d'un instrument présenté
par un État Membre n'implique, de la part du Secrétariat, aucun jugement sur la nature de l'instrument, le statut
d'une partie ou toute autre question similaire. Le Secrétariat considère donc que son acceptation pour enregistrement d’un instrument ne confère pas audit instrument la qualité de traité ou d'accord international si ce dernier ne l'a pas déjà, et qu'il ne confère pas à une partie un statut que, par ailleurs, elle ne posséderait pas.
*
* *
Déni de responsabilité : Tous les textes authentiques du présent Recueil sont publiés tels qu’ils ont été
soumis pour enregistrement par l’une des parties à l’instrument. Sauf indication contraire, les traductions de ces
textes ont été établies par le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, à titre d'information.
I
Treaties and international agreements
registered in
February 2010
Nos. 47154 to 47162
Traités et accords internationaux
enregistrés en
février 2010
os
N 47154 à 47162
Volume 2647, I-47154
No. 47154
____
Germany
and
Viet Nam
Air Transport Agreement between the Government of the Federal Republic of
Germany and the Government of the Socialist Republic of Vietnam (with route
schedule). Bonn, 26 August 1994
Entry into force: 17 October 1997 by notification, in accordance with article 20
Authentic texts: English, German and Vietnamese
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 23 February 2010
Allemagne
et
Viet Nam
Accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement de la République fédérale
d'Allemagne et le Gouvernement de la République socialiste du Viet Nam (avec
tableau de route). Bonn, 26 août 1994
Entrée en vigueur : 17 octobre 1997 par notification, conformément à l'article 20
Textes authentiques : anglais, allemand et vietnamien
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 23 février
2010
3
Volume 2647, I-47154
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
4
Volume 2647, I-47154
5
Volume 2647, I-47154
6
Volume 2647, I-47154
7
Volume 2647, I-47154
8
Volume 2647, I-47154
9
Volume 2647, I-47154
10
Volume 2647, I-47154
11
Volume 2647, I-47154
12
Volume 2647, I-47154
13
Volume 2647, I-47154
14
Volume 2647, I-47154
15
Volume 2647, I-47154
16
Volume 2647, I-47154
17
Volume 2647, I-47154
18
Volume 2647, I-47154
19
Volume 2647, I-47154
20
Volume 2647, I-47154
21
Volume 2647, I-47154
22
Volume 2647, I-47154
[ GERMAN TEXT – TEXTE ALLEMAND ]
23
Volume 2647, I-47154
24
Volume 2647, I-47154
25
Volume 2647, I-47154
26
Volume 2647, I-47154
27
Volume 2647, I-47154
28
Volume 2647, I-47154
29
Volume 2647, I-47154
30
Volume 2647, I-47154
31
Volume 2647, I-47154
32
Volume 2647, I-47154
33
Volume 2647, I-47154
34
Volume 2647, I-47154
35
Volume 2647, I-47154
36
Volume 2647, I-47154
37
Volume 2647, I-47154
38
Volume 2647, I-47154
39
Volume 2647, I-47154
40
Volume 2647, I-47154
41
Volume 2647, I-47154
[ VIETNAMESE TEXT – TEXTE VIETNAMIEN ]
42
Volume 2647, I-47154
43
Volume 2647, I-47154
44
Volume 2647, I-47154
45
Volume 2647, I-47154
46
Volume 2647, I-47154
47
Volume 2647, I-47154
48
Volume 2647, I-47154
49
Volume 2647, I-47154
50
Volume 2647, I-47154
51
Volume 2647, I-47154
52
Volume 2647, I-47154
53
Volume 2647, I-47154
54
Volume 2647, I-47154
55
Volume 2647, I-47154
56
Volume 2647, I-47154
57
Volume 2647, I-47154
58
Volume 2647, I-47154
59
Volume 2647, I-47154
60
Volume 2647, I-47154
61
Volume 2647, I-47154
62
Volume 2647, I-47154
63
Volume 2647, I-47154
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AU TRANSPORT AÉRIEN ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D’ALLEMAGNE ET LE
GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIET NAM
Le Gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le Gouvernement de la
République socialiste du Viet Nam,
Étant Parties à la Convention relative à l’aviation civile internationale, ouverte à la
signature à Chicago le 7 décembre 1944, et
Désireuses de conclure un accord en vue d’établir et d’exploiter des services aériens
entre leurs territoires respectifs et au-delà,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
(1) Aux fins du présent Accord et sauf indication contraire du contexte :
(a) On entend par « autorités aéronautiques », pour la République fédérale
d’Allemagne, le Ministère fédéral des transports; pour la République socialiste du Viet Nam, l’Administration de l’aviation civile du Viet Na, le Ministère des transports; ou dans les deux cas, toute personne ou tout organisme autorisé à exercer les fonctions attribuées auxdites autorités;
(b) On entend par « entreprise désignée » l’entreprise de transport aérien que
l’une ou l’autre Partie contractante a désignée par écrit à l’autre Partie contractante conformément à l’article 3 du présent Accord comme étant
l’entreprise chargée d’exploiter les services aériens internationaux sur les
routes spécifiées conformément au paragraphe 2 de l’article 2 du présent
Accord.
(2) Le terme « territoire » sera interprété conformément aux lois nationales et internationales.
(3) Les expressions « service aérien », « service aérien international » et « escale
non commerciale » ont, aux fins du présent Accord, le sens que leur donne l’article 96 de
la Convention relative à l’aviation civile internationale, en date du 7 décembre 1944, tel
qu’il a été amendé ou qu’il pourra être amendé.
(4) Le terme « tarif » s’entend des prix à acquitter pour le transport international de
passagers, bagages ou marchandises (à l’exclusion du courrier) et englobe :
(a) Tout tarif direct ou montant publié à acquitter pour le transport international, y compris les tarifs directs construits sur la base d’autres tarifs ou
d’ajouts correspondant au transport sur des tronçons internationaux ou sur
des tronçons nationaux faisant partie du tronçon international;
(b) La commission à acquitter sur la vente des billets pour le transport de passagers et de leurs bagages ou sur les transactions correspondantes pour le
transport de marchandises; et
64
Volume 2647, I-47154
(c) Les conditions qui régissent l’applicabilité du tarif ou le prix du transport,
ou le paiement de la commission.
Le tarif comprend également :
(d) Toute prestation significative fournie en même temps que le transport;
(e) Tout tarif de transport sur un tronçon national vendu dans le contexte du
transport international, qui n’est pas disponible pour un voyage purement
national et qui n’est pas offert aux mêmes conditions à tous les transporteurs internationaux et à tous les usagers de leurs services.
Article 2
(1) Chacune des Parties contractantes accorde à l’autre Partie, aux fins de
l’exploitation des services aériens internationaux par les entreprises désignées sur les
routes spécifiées conformément au paragraphe 2 du présent article, le droit :
(a) De survoler son territoire sans y faire escale;
(b) De faire des escales non commerciales sur son territoire; et
(c) De faire des escales sur ledit territoire, aux points désignés sur les routes
spécifiées conformément au paragraphe 2 du présent article, aux fins
d’embarquer et de débarquer des passagers, du courrier et/ou des marchandises sur une base commerciale.
(2) Les routes sur lesquelles les entreprises désignées par l’une ou l’autre des Parties contractantes sont autorisées à exploiter des services internationaux sont spécifiées
dans un tableau de routes qui doit être déterminé dans le cadre d’un échange de notes
entre les Gouvernements des Parties contractantes.
(3) Aucune disposition du paragraphe 1 du présent article n’est censée conférer à
une entreprise désignée de l’une ou l’autre des Parties contractantes le droit de participer
à des services aériens entre des points situés sur le territoire de cette autre Partie contractante.
Article 3
(1) Les services aériens internationaux sur les routes spécifiées conformément au
paragraphe 2 de l’article 2 du présent Accord peuvent être inaugurés à tout moment, sous
réserve que :
(a) La Partie contractante à laquelle a été accordé le droit spécifié au paragraphe 1 de l’article 2 du présent Accord ait désigné par écrit une entreprise
par les voies diplomatiques, et
(b) La Partie contractante ayant accordé ces droits ait autorisé l’entreprise désignée à exploiter les services aériens.
(2) La Partie contractante accordant ces droits peut, au titre des dispositions des paragraphes 3 et 4 du présent article et conformément aux dispositions de l’article 9 du présent Accord, donner sans délai ladite autorisation d’exploiter les services aériens internationaux.
65
Volume 2647, I-47154
(3) L’une ou l’autre des Parties contractantes peut exiger de l’entreprise désignée
par l’autre Partie contractante la preuve qu’elle est en mesure de remplir les conditions
prescrites par la législation et la réglementation appliquées par la première Partie contractante concernant l’exploitation des services aériens internationaux.
(4) Chaque Partie contractante pourra suspendre les droits accordés conformément
aux dispositions de l’article 2 du présent Accord de toute entreprise désignée par l’autre
Partie contractante si cette entreprise n’est pas en mesure de prouver, sur demande,
qu’une part importante de la propriété et le contrôle effectif de cette entreprise sont entre
les mains de ressortissants ou de sociétés de l’autre Partie.
Article 4
(1) Si une entreprise désignée ne se conforme pas à la législation et à la réglementation de la Partie contractante ayant accordé les droits ou aux dispositions du présent Accord ou ne s’acquitte pas des obligations qui en découlent, chacune des Parties contractantes peut suspendre le permis accordé conformément au paragraphe 2 de l’article 3 du
présent Accord ou le limiter en l’assortissant de conditions. Cette suspension ou limitation s’applique également si la preuve à laquelle il est fait référence au paragraphe 4 de
l’article 3 présent Accord n’est pas fournie. Chaque Partie contractante exerce ce droit
seulement après avoir organisé les consultations prévues à l’article 16 du présent Accord,
sauf nécessité immédiate de suspendre les opérations ou d’imposer des conditions pour
éviter la poursuite de l’infraction à la législation ou à la réglementation en question.
(2) Chaque Partie contractante pourra, par communication écrite adressée à l’autre
Partie, et sous réserve des dispositions de l’article 3 du présent Accord, remplacer une
entreprise désignée par une autre. La nouvelle entreprise désignée jouira des mêmes
droits et sera soumise aux mêmes obligations que celle qu’elle remplacera.
(3) Chaque Partie contractante a le droit de désigner plus d’une entreprise si les
deux Parties contractantes conviennent que le volume du trafic le justifie.
Article 5
Les droits imposés sur le territoire de l’une ou l’autre des Parties contractantes au
titre de l’utilisation des aéroports et aides à la navigation aérienne par les aéronefs d’une
entreprise désignée par l’autre Partie contractante ne sont pas plus élevés que ceux qui
sont imposés aux aéronefs d’une entreprise nationale assurant des services aériens internationaux semblables.
Article 6
(1) Les aéronefs exploités par une entreprise désignée par l’une ou l’autre des Parties contractantes qui entrent dans le territoire de l’autre Partie, le quitte ou le survole
ainsi que les carburants, lubrifiants, pièces de rechange, matériel normal et provisions de
bord sont exonérés des droits de douane et autres droits perçus à l’occasion de
l’importation, de l’exportation ou du transit de marchandises. Cette exonération
66
Volume 2647, I-47154
s’applique également aux articles se trouvant à bord et qui sont consommés pendant le
survol du territoire de cette autre Partie.
(2) Les carburants, lubrifiants, provisions de bord, pièces de rechange, matériel
normal importés temporairement sur le territoire de l’une ou l’autre des Parties contractantes pour y être installés immédiatement ou après entreposage ou embarqués sur les aéronefs d’une entreprise désignée de l’autre Partie contractante ou devant être réexportés
sur le territoire de cette dernière sont exonérés des droits de douane et autres droits visés
au paragraphe 1 du présent article. Les brochures et articles publicitaires ainsi que les documents de transport d’une entreprise désignée par une Partie contractante sont également exonérés, lors de l’importation dans le territoire de l’autre Partie contractante, des
droits de douane et autres droits visés au paragraphe 1 du présent article.
(3) Les carburants et lubrifiants embarqués sur les aéronefs exploités en service international d’une entreprise désignée par l’une ou l’autre des Parties contractantes sur le
territoire de l’autre Partie sont exonérés des droits de douane visés au paragraphe 1 du
présent article ainsi que de toutes autres taxes spéciales à la consommation.
(4) Le matériel normal, les pièces de rechange, les approvisionnements en carburants et lubrifiants, ainsi que les provisions de bord, se trouvant à l’intérieur de l’aéronef
d’une Partie contractante, ne peuvent être déchargés sur le territoire de l’autre Partie
qu’avec l’accord des autorités aéronautiques de cette dernière qui peuvent exiger que ces
articles soient placés sous leur surveillance jusqu’à leur réexportation ou leur cession effectuée conformément aux règlements douaniers.
(5) Dans la mesure où il n’est pas perçu de droits de douane ou d’autres droits imposés sur les articles visés aux paragraphes 1 à 3 du présent article, lesdits articles ne sont
soumis à aucune interdiction ou restriction de caractère économique qui pourrait autrement être applicable à leur importation, à leur exportation ou à leur transit.
(6) Chacune des Parties contractantes accorde, sur la base de la réciprocité,
l’exonération de l’impôt sur le chiffre d’affaires ou des autres impôts indirects semblables sur les biens et les services fournis à une entreprise désignée par l’autre Partie
contractante et utilisés dans le cadre de ses activités tel qu’il est accordé à toute autre entreprise étrangère dans le territoire de l’autre Partie contractante.
Article 7
Chacune des Parties contractantes accorde à toute entreprise désignée par l’autre
Partie contractante le droit de transférer à son siège, librement et sans restrictions, dans
toute monnaie convertible au taux d’échange officiel les recettes réalisées par la vente
des services aériens sur le territoire de l’autre Partie contractante.
Article 8
(1) Les entreprises désignées par les deux Parties contractantes ont la faculté
d’exploiter, dans des conditions équitables et égales, des services aériens sur les routes
spécifiées conformément au paragraphe 2 de l’article 2 du présent Accord.
67
Volume 2647, I-47154
(2) L’entreprise désignée par chaque Partie contractante doit, en exploitant les services aériens sur les routes spécifiées conformément au paragraphe 2 de l’article 2 du
présent Accord, prendre en considération les intérêts de l’entreprise désignée par l’autre
Partie de façon à ne pas porter indûment préjudice aux services que cette dernière assure
sur l’ensemble ou sur un tronçon de la même route.
(3) Les services aériens internationaux assurés sur les routes spécifiées conformément au paragraphe 2 de l’article 2 du présent Accord ont essentiellement pour objectif
d’offrir une capacité correspondant à la demande prévisible de services de transport à
destination et en provenance du territoire de la Partie contractante ayant désigné
l’entreprise. De manière à promouvoir un développement méthodique des transports aériens internationaux et à assurer les intérêts de chacune des Parties contractantes, les
droits de trafic sont exercés de telle sorte que la capacité offerte corresponde :
(a) À la demande de services de transport à destination et en provenance du territoire de la Partie contractante ayant désigné l’entreprise;
(b) À la demande de services de transport dans les régions que traversent les
services aériens, compte tenu des services aériens locaux et régionaux;
(c) Aux exigences d’une exploitation économique des services sur les routes
directes.
L’exercice du droit de cinquième liberté est traité dans le tableau de routes.
(4) Afin que les entreprises désignées puissent recevoir un traitement juste et équitable, la fréquence des services, les types d’aéronefs à utiliser en ce qui concerne la capacité, ainsi que les horaires de vols seront soumis à l’approbation des autorités aéronautiques des deux Parties contractantes.
(5) Les autorités aéronautiques des Parties contractantes doivent, si nécessaire,
s’efforcer de parvenir à un arrangement satisfaisant concernant la capacité de transport et
la fréquence des vols.
Article 9
(1) Les entreprises désignées soumettent à l’approbation des autorités aéronautiques
des Parties contractantes, au moins un mois avant le début de l’exploitation des services
aériens sur les routes spécifiées au paragraphe 2 de l’article 2 du présent Accord, le type
de services devant être assurés, les types d’aéronefs devant être utilisés et les horaires de
vol. La même procédure s’applique à chaque changement ultérieur.
(2) Les autorités aéronautiques de l’une ou l’autre des Parties contractantes communiquent aux autorités aéronautiques de l’autre Partie, sur demande, les statistiques périodiques ou autres fournies par les entreprises désignées qui peuvent être raisonnablement nécessaires pour évaluer la capacité offerte par une entreprise désignée de la première partie contractante sur les routes spécifiées conformément au paragraphe 2 de
l’article 2 du présent Accord. Lesdites données comprennent toutes les informations requises pour déterminer le volume des services assurés et les points d’origine et de destination desdits services.
68
Volume 2647, I-47154
Article 10
(1) Les tarifs et les commissions d’agences pertinentes appliqués pour les passagers
et le fret sur les routes spécifiées conformément au paragraphe 2 de l’article 2 du présent
Accord seront soumis à l’approbation des autorités aéronautiques des deux Parties contractantes. Les tarifs tiendront compte des frais d’exploitation, des conditions de concurrence en vigueur et du marché, ainsi que des intérêts des usagers des services de transport.
(2) Tous les tarifs seront soumis à l’approbation des autorités aéronautiques des
deux Parties contractantes au plus tard un mois avant leur date d’introduction proposée.
Ce délai peut être réduit dans des cas particuliers, si les autorités le souhaitent.
(3) Si une des Parties contractantes n’approuve pas les tarifs soumis à son approbation conformément au paragraphe 2 du présent article, les autorités aéronautiques des
deux Parties contractantes fixent ces tarifs d’un commun accord.
(4) Si les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes ne parviennent pas
à un accord tel qu’envisagé au paragraphe 3 du présent article, les dispositions de
l’article 16 du présent Accord s’appliqueront. Tant qu’une décision arbitrale n’a pas été
rendue, la Partie contractante qui n’a pas approuvé un tarif donné a le droit de demander
à l’autre Partie contractante de maintenir le tarif qui était appliqué auparavant.
(5) Les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes peuvent convenir,
nonobstant le paragraphe 1 du présent article, d’approuver les tarifs de façon différente.
Dans ce cas, les paragraphes 1 et 2 du présent Accord s’appliquent mutatis mutandis.
Article 11
(1) Chaque Partie contractante accordera, sur la base de la réciprocité, à toute entreprise désignée par l’autre Partie contractante le droit de maintenir sur son territoire les
bureaux et les personnels administratif, commercial et technique qui sont nécessaires à
l’entreprise désignée concernée.
(2) L’établissement des bureaux et l’emploi du personnel mentionnés au paragraphe 1 du présent article seront soumis aux lois et règlements relatifs à l’admission des
étrangers et à leur séjour sur le territoire de la Partie contractante concernée. Cependant,
le personnel employé dans les bureaux conformément au paragraphe 1 du présent article
ne nécessitera pas de permis de travail.
(3) L’une ou l’autre des Parties contractantes accordera à toute entreprise désignée
de l’autre Partie contractante le droit de vendre ses documents de transport soit directement dans ses bureaux de vente soit, à sa discrétion, par l’intermédiaire de ses agents, à
toute personne et à toute organisation ou tout organisme dans toute monnaie convertible.
(4) L’une ou l’autre des Parties contractantes accordera à toute entreprise désignée
de l’autre Partie contractante le droit d’assurer le traitement de ses propres clients ou, à sa
discrétion, par l’intermédiaire d’une troisième agence. Cette procédure s’applique aussi
aux services d’embarquement.
69
Volume 2647, I-47154
Article 12
(1) Pour assurer ses services aériens, une entreprise désignée a le droit d’utiliser des
aéronefs qui ne lui appartiennent pas conformément au présent Accord.
(2) Chaque Partie contractante assume l’entière responsabilité de la sécurité et de la
navigabilité des aéronefs qu’elle n’a pas immatriculés, qui sont utilisés par une de ses entreprises désignées et n’appartiennent pas à celle-ci. La responsabilité de l’entreprise désignée n’est pas affectée.
(3) Une entreprise désignée d’une Partie contractante avisera les autorités aéronautiques compétentes de l’autre Partie contractante de son intention d’utiliser sans délai,
mais au moins quarante-huit heures à l’avance, des aéronefs qui ne lui appartiennent pas
et les informera de la durée prévue et de la fréquence d’utilisation des aéronefs, des
routes qu’ils emprunteront ainsi que de leur nationalité et de leurs marques
d’identification.
Article 13
(1) Conformément aux droits et obligations qui sont les leurs en vertu du droit international, les Parties contractantes réaffirment que l’obligation qu’elles ont l’une à
l’égard de l’autre d’assurer la sécurité de l’aviation civile contre tout acte de piraterie fait
partie intégrante du présent Accord. Sans que l’énumération ci-après limite le caractère
général de leurs droits et obligations en vertu du droit international, les Partes contractantes se conforment notamment aux dispositions de la Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs, signée à Tokyo le
14 septembre 1963, de la Convention pour la répression d’actes illicites dirigés contre la
sécurité de l’aviation civile internationale signée à Montréal le 23 septembre 1971, et du
Protocole pour la répression d’actes illicites de violence dans les aéroports, servant à
l’aviation civile internationale, complémentaire à la Convention pour la répression
d’actes illicites dirigés contre la sécurité de l’aviation civile, faite à Montréal, le
23 septembre 1971, signée à Montréal, le 24 février 1988.
(2) Les Parties contractantes se prêtent mutuellement, sur demande, toute l’aide nécessaire pour prévenir la capture illicite d’aéronefs et tous autres actes illicites portant atteinte à la sécurité desdits aéronefs, de leurs passagers et équipages, des aéroports et des
installations de navigation aérienne, ainsi que toute autre menace contre la sécurité de
l’aviation civile.
(3) Lorsqu’il se produit un accident ou que plane la menace d’un incident ou d’une
capture illicite d’un aéronef civil ou de tout autre acte illicite à l’encontre de la sécurité
de ces aéronefs, de ses passagers ou de son équipage, d’un aéroport ou d’installations de
navigation aérienne, les Parties contractantes se consultent et se prêtent mutuellement assistance pour mettre rapidement et sûrement fin, avec un minimum de risques pour des
vies humaines, audit incident et à ladite menace.
(4) Chacune des Parties contractantes adopte les mesures qu’elle juge possibles
pour faire en sorte qu’un aéronef ayant fait l’objet d’une capture illicite ou de tout autre
acte illicite tandis qu’il se trouve à terre sur son territoire y soit détenu à moins que son
départ ne soit exigé par la nécessité primordiale de protéger la vie de son équipage et de
70
Volume 2647, I-47154
ses passagers. Dans toute la mesure possible, ces mesures sont adoptées sur la base de
consultations mutuelles.
(5) Dans le cadre de leurs relations mutuelles, les Parties contractantes agissent conformément aux dispositions relatives à la sécurité du transport aérien arrêtées par
l’Organisation de l’aviation civile internationale et contenues dans les annexes à la Convention relative à l’aviation civile internationale dans la mesure où lesdites dispositions
sont applicables aux Parties contractantes; ces dernières exigent des exploitants
d’aéronefs de leur nationalité et de ceux dont l’établissement principal ou la résidence
permanente sont sis sur leur territoire, de même que des exploitants d’aéroports sis sur
leur territoire, qu’ils agissent conformément aux dispositions relatives à la sécurité de
l’aviation.
(6) Chacune des Parties contractantes s’engage à obliger lesdits exploitants
d’aéronefs à respecter les dispositions relatives à la sécurité de l’aviation visées au paragraphe 5 du présent article dont l’autre Partie exige l’application en ce qui concerne
l’entrée sur son territoire, et à prendre les mesures nécessaires afin de protéger les aéronefs et de contrôler les passagers, les équipages, leurs bagages à main ainsi que les marchandises et les provisions de bord avant et pendant l’embarquement ou le chargement.
Chacune des Parties contractantes examine de manière positive toute demande de l’autre
Partie réclamant des mesures de sécurité spéciales pour faire face à une menace particulière.
(7) Si une Partie contractante déroge aux dispositions relatives à la sécurité de
l’aviation visées dans le présent article, les autorités aéronautiques de l’autre Partie peuvent demander l’ouverture de consultations immédiates avec les autorités aéronautiques
de la première Partie. S’il n’est pas possible de parvenir à un accord satisfaisant dans un
délai d’un mois suivant la date de cette demande, les permis d’exploitation délivrés à
l’entreprise ou aux entreprises de ladite Partie contractante peuvent être retirés, annulés,
limités ou assortis de conditions. Lorsque l’urgence d’une situation l’exige, l’une ou
l’autre des Parties contractantes peut adopter des mesures provisoires avant l’expiration
du délai d’un mois.
Article 14
(1) À la demande de l’une ou l’autre des Parties contractantes, l’autre Partie contractante autorise les entreprises de transport aérien qui exercent des droits de trafic aérien dans les deux pays à prendre des mesures pour veiller à ce que soient transportés
uniquement les passagers qui sont en possession des documents nécessaires à leur entrée
ou transit dans le territoire de l’État requérant.
(2) Chaque Partie contractante acceptera d’examiner une personne à son point de
débarquement après que ladite personne aura été refoulée si cette personne est restée précédemment sur son territoire avant l’embarquement autrement qu’en transit direct. Une
Partie contractante ne renverra pas une telle personne au pays d’où elle a été précédemment refoulée.
(3) La présente disposition ne vise pas à empêcher les autorités publiques
d’examiner une personne refoulée pour déterminer son acceptation éventuelle dans l’État
ou de prendre des dispositions concernant son transfert, son déplacement ou son expul71
Volume 2647, I-47154
sion en direction de l’État dont elle est ressortissante ou qui l’accepterait autrement.
Lorsqu’une personne refoulée a perdu ou détruit ses documents de voyage, une Partie
contractante acceptera un document attestant les circonstances de l’embarquement et de
l’arrivée, délivré par les autorités publiques de la Partie contractante sur le territoire de
laquelle la personne a été refoulée.
Article 15
Des échanges de vues auront lieu le cas échéant entre les autorités aéronautiques des
Parties contractantes afin de parvenir à une coopération étroite et à une convergence de
vues sur toutes les questions concernant l’application du présent Accord.
Article 16
Chacune des Parties contractantes pourra demander à tout moment des consultations
concernant les amendements au présent Accord, le tableau de routes ou des questions
concernant l’interprétation. Il en va de même des discussions concernant l’application du
présent Accord si l’une ou l’autre des Parties contractantes considère qu’un échange de
vues au sens de l’article 15 du présent Accord n’a pas produit de résultat satisfaisant.
Lesdites consultations commenceront soixante jours à compter de la date de réception par
l’autre Partie contractante de la requête en ce sens.
Article 17
(1) Dans la mesure où un différend s’élève entre les Parties contractantes quant à
l’interprétation ou à l’application du présent Accord et qu’il ne peut être réglé conformément à l’article 16 du présent Accord, il sera soumis à un tribunal arbitral à la demande de l’une ou l’autre des Parties contractantes.
(2) Le tribunal arbitral sera constitué de la manière suivante : chaque Partie contractante désignera un arbitre et les deux arbitres conviendront d’un national d’un État tiers
qui sera le Président du tribunal et qui sera désigné par les Gouvernements des deux Parties contractantes. Les deux arbitres seront désignés dans un délai de deux mois et le Président dans un délai de trois mois à compter de la date à laquelle l’une ou l’autre des Parties contractantes aura informé l’autre Partie de son intention de soumettre le différend à
un tribunal arbitral.
(3) Si les délais spécifiés au paragraphe 2 du présent article n’ont pas été respectés,
l’une ou l’autre des Parties contractantes peut, en l’absence de tout autre arrangement
pertinent, inviter le Président du Conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale à procéder aux désignations nécessaires. Si le Président est ressortissant de l’une ou
l’autre des Parties contractantes ou s’il est empêché de toute autre manière de s’acquitter
de cette fonction, le Vice-Président procédera aux désignations nécessaires.
(4) Le tribunal arbitral prendra ses décisions à la majorité des voix. Lesdites décisions seront contraignantes pour les deux Parties contractantes. Chaque Partie contractante prendra à sa charge les frais de son propre arbitre ainsi que de sa représentation aux
procédures d’arbitrage; les honoraires du Président et tout autre dépense seront partagées
72
Volume 2647, I-47154
par moitié entre les Parties contractantes. Le tribunal arbitral déterminera à tous autres
égards sa propre procédure.
Article 18
Lorsqu’une convention multilatérale générale relative aux transports aériens acceptée par les Parties contractantes entre en vigueur, les dispositions de ladite convention
prévalent. Toute discussion visant à déterminer la mesure dans laquelle le présent Accord
est dénoncé, remplacé, amendé ou complété par les dispositions de la convention multilatérale aura lieu conformément à l’article 16 du présent Accord.
Article 19
Le présent Accord, tout amendement qui y est apporté et tout échange de notes en
vertu du paragraphe 2 de l’article 2 du présent Accord seront communiqués par la République fédérale d’Allemagne à l’Organisation de l’aviation civile internationale pour enregistrement.
Article 20
(1) Le présent Accord entrera en vigueur un mois à compter de la date à laquelle les
Parties contractantes auront informé l’autre Partie par un échange de notes
l’accomplissement des formalités constitutionnelles nécessaires à l’entrée en vigueur du
présent Accord.
(2) Chaque Partie contractante pourra à tout moment notifier à l’autre par écrit son
intention de mettre fin au présent Accord. Dans ce cas, l’Accord prendra fin un an après
la réception de la notification par l’autre Partie contractante.
FAIT à Bonn, le 26 août 1994, en double exemplaire, en langues allemande, vietnamienne et anglaise, les trois textes faisant également foi. En cas de divergences
d’interprétation des textes allemand et vietnamien, le texte anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement de la République fédérale d’Allemagne :
HENNECKE BASSEWITZ
INGOMAR JOERSS
Pour le Gouvernement de la République socialiste du Viet Nam :
NGUYEN HONG NHI
73
Volume 2647, I-47154
TABLEAU DE ROUTES
I. Routes exploitées par l’entreprise désignée par la République fédérale d’Allemagne :
Points d’origine
Points intermédiaires
République fédérale d’Allemagne
un point en Europe
ou au Moyen-Orient
et deux points en
Asie
Points sur le territoire de la République socialiste du
Viet Nam
deux points
Points situés audelà
deux points en Asie
et en Asie australe
II. Routes exploitées par l’entreprise désignée par la République socialiste du Viet
Nam :
Points d’origine
Points intermédiaires
Points sur le territoire de la République fédérale
d’Allemagne
Points situés audelà
République socialiste du Viet Nam
un point en Asie ou
au Moyen-Orient et
deux points en Europe
deux points
deux points en Europe
Note : Le droit des entreprises désignées d’assurer des services entre des points d’une route
spécifiée conformément au paragraphe 2 de l’article 2 du présent Accord se trouvant sur le territoire de l’autre Partie contractante et des points situés dans des pays tiers sera discuté et convenu
par les entreprises désignées et soumis à l’approbation des autorités aéronautiques des Parties contractantes.
74
Volume 2647, I-47155
No. 47155
____
Netherlands
and
Bahrain
Convention between the Government of the Kingdom of the Netherlands and the
Government of the Kingdom of Bahrain for the avoidance of double taxation
and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income (with protocol). The Hague, 16 April 2008
Entry into force: 24 December 2009 by notification, in accordance with article 30
Authentic texts: Arabic, Dutch and English
Registration with the Secretariat of the United Nations: Netherlands, 9 February
2010
Pays-Bas
et
Bahreïn
Convention entre le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement
du Royaume de Bahreïn tendant à éviter la double imposition et à prévenir
l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu (avec protocole). La Haye,
16 avril 2008
Entrée en vigueur : 24 décembre 2009 par notification, conformément à l'article 30
Textes authentiques : arabe, néerlandais et anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Pays-Bas, 9 février 2010
75
Volume 2647, I-47155
76
Volume 2647, I-47155
77
Volume 2647, I-47155
78
Volume 2647, I-47155
79
Volume 2647, I-47155
80
Volume 2647, I-47155
81
Volume 2647, I-47155
82
Volume 2647, I-47155
83
Volume 2647, I-47155
84
Volume 2647, I-47155
85
Volume 2647, I-47155
86
Volume 2647, I-47155
87
Volume 2647, I-47155
88
Volume 2647, I-47155
89
Volume 2647, I-47155
90
Volume 2647, I-47155
91
Volume 2647, I-47155
92
Volume 2647, I-47155
93
Volume 2647, I-47155
94
Volume 2647, I-47155
95
Volume 2647, I-47155
96
Volume 2647, I-47155
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ] 1
________
1
Printed as submitted. – Imprimé tel que soumis.
97
Volume 2647, I-47155
[ DUTCH TEXT – TEXTE NÉERLANDAIS ]
98
Volume 2647, I-47155
99
Volume 2647, I-47155
100
Volume 2647, I-47155
101
Volume 2647, I-47155
102
Volume 2647, I-47155
103
Volume 2647, I-47155
104
Volume 2647, I-47155
105
Volume 2647, I-47155
106
Volume 2647, I-47155
107
Volume 2647, I-47155
108
Volume 2647, I-47155
109
Volume 2647, I-47155
110
Volume 2647, I-47155
111
Volume 2647, I-47155
112
Volume 2647, I-47155
113
Volume 2647, I-47155
114
Volume 2647, I-47155
115
Volume 2647, I-47155
116
Volume 2647, I-47155
117
Volume 2647, I-47155
118
Volume 2647, I-47155
119
Volume 2647, I-47155
120
Volume 2647, I-47155
121
Volume 2647, I-47155
122
Volume 2647, I-47155
123
Volume 2647, I-47155
124
Volume 2647, I-47155
125
Volume 2647, I-47155
126
Volume 2647, I-47155
127
Volume 2647, I-47155
128
Volume 2647, I-47155
129
Volume 2647, I-47155
130
Volume 2647, I-47155
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
131
Volume 2647, I-47155
132
Volume 2647, I-47155
133
Volume 2647, I-47155
134
Volume 2647, I-47155
135
Volume 2647, I-47155
136
Volume 2647, I-47155
137
Volume 2647, I-47155
138
Volume 2647, I-47155
139
Volume 2647, I-47155
140
Volume 2647, I-47155
141
Volume 2647, I-47155
142
Volume 2647, I-47155
143
Volume 2647, I-47155
144
Volume 2647, I-47155
145
Volume 2647, I-47155
146
Volume 2647, I-47155
147
Volume 2647, I-47155
148
Volume 2647, I-47155
149
Volume 2647, I-47155
150
Volume 2647, I-47155
151
Volume 2647, I-47155
152
Volume 2647, I-47155
153
Volume 2647, I-47155
154
Volume 2647, I-47155
155
Volume 2647, I-47155
156
Volume 2647, I-47155
157
Volume 2647, I-47155
158
Volume 2647, I-47155
159
Volume 2647, I-47155
160
Volume 2647, I-47155
161
Volume 2647, I-47155
[TRANSLATION – TRADUCTION]
CONVENTION ENTRE LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DES PAYSBAS ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DE BAHREÏN TENDANT À ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION ET À PRÉVENIR
L’ÉVASION FISCALE EN MATIÈRE D’IMPÔTS SUR LE REVENU
Le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement du Royaume de
Bahreïn,
Désireux de conclure une Convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu,
Sont convenus de ce qui suit :
CHAPITRE PREMIER. CHAMP DE LA CONVENTION
Article premier. Personnes visées
La présente Convention s’applique aux personnes qui sont des résidents de l’un des
États contractants ou des deux.
Article 2. Impôts visés
1. La présente Convention s’applique aux impôts sur le revenu perçus pour le
compte d’un État contractant, d’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales, quel que soit le système de perception.
2. Sont considérés comme impôts sur le revenu, tous les impôts perçus sur le revenu total ou sur des éléments du revenu, y compris les impôts sur les gains provenant de
l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers, les impôts sur le montant global des traitements et salaires payés par les entreprises, ainsi que les impôts sur les plus-values.
3. Les impôts auxquels s’applique la Convention sont notamment :
a) Au Royaume de Bahreïn, l’impôt sur le revenu payable dans le cadre du décret n° 22/1979 de l’Émir (ci-après dénommé « l’impôt bahreïni »);
b) Aux Pays-Bas :
(i) L’impôt sur le revenu (inkomstenbelasting);
(ii) L’impôt sur les salaires (loonbelasting);
(iii) L’impôt sur les sociétés (vennootschapsbelasting), y compris le prélèvement de l’État sur les bénéfices nets de l’exploitation des ressources
naturelles, effectué conformément au Mijnbouwwet (Acte relatif à
l’exploitation des mines);
(iv) L’impôt sur les dividendes (dividendbelasting);
(ci-après dénommés « l’impôt néerlandais »).
162
Volume 2647, I-47155
4. La Convention s’applique aussi aux impôts de nature identique ou sensiblement
analogue, qui seraient établis après la date de sa signature et qui s’ajouteraient aux impôts existants ou qui les remplaceraient. Les autorités compétentes des États contractants
se communiqueront les modifications importantes apportées à leur législation fiscale.
CHAPITRE II. DÉFINITIONS
Article 3. Définitions générales
Aux fins de la présente Convention, à moins que le contexte n’exige une interprétation différente :
a) Les expressions « un État contractant » et « l’autre État contractant »
s’entendent, selon le contexte, du Royaume de Bahreïn (Bahreïn) ou du
Royaume des Pays-Bas (les Pays-Bas);
b) Le terme « Bahreïn » s’entend du Royaume de Bahreïn et, utilisé au sens géographique, comprend le territoire national, la mer territoriale ainsi que toute
zone située au-delà de la mer territoriale, y compris la zone économique exclusive et le plateau continental sur lesquels Bahreïn a juridiction et exerce ses
droits souverains conformément aux dispositions du droit international et aux
lois et règlements nationaux de Bahreïn;
c) Le terme « Pays-Bas » s’entend de la partie du Royaume des Pays-Bas qui est
située en Europe, y compris sa mer territoriale et toute zone située au-delà de la
mer territoriale sur laquelle les Pays-Bas, conformément au droit international,
exercent leur juridiction ou leurs droits souverains;
d) Le terme « personne » s’entend des personnes physiques, des sociétés et de tout
autre groupement de personnes;
e) Le terme « société » s’entend de toute personne morale et de toute entité considérée comme une personne morale aux fins d’imposition ou tout autre entité imposable constituée ou reconnue conformément au droit de l’un ou l’autre des
États contractants en tant que personne morale;
f) Le terme « entreprise » s’applique à l’exercice de toute activité industrielle ou
commerciale;
g) Les expressions « entreprise d’un État contractant » et « entreprise de l’autre
État contractant » s’entendent respectivement d’une entreprise exploitée par un
résident d’un État contractant et d’une entreprise exploitée par un résident de
l’autre État contractant;
h) L’expression « trafic international » s’entend de tout transport effectué par un
navire ou un aéronef exploité par une entreprise d’un État contractant, sauf lorsque le navire ou l’aéronef est exploité uniquement entre des points situés dans
l’autre État contractant;
i) L’expression « autorité compétente » s’entend :
(i) Dans le cas de Bahreïn, du Ministre des finances ou de son représentant habilité;
163
Volume 2647, I-47155
(ii) Dans le cas des Pays-Bas, du Ministre des finances ou de son représentant
habilité;
j) Le terme « ressortissant » désigne :
(i) Dans le cas de Bahreïn, toute personne physique possédant la nationalité ou
la citoyenneté de Bahreïn et toute personne morale, société de personnes ou
association tirant son statut en tant que tel des lois en vigueur à Bahreïn; et
(ii) Dans le cas des Pays-Bas, toute personne physique possédant la nationalité
des Pays-Bas et toute personne morale, société de personnes ou association
tirant son statut en tant que tel des lois en vigueur aux Pays-Bas;
k) Le terme « activité » désigne l’exécution de services professionnels et d’autres
activités de caractère indépendant.
2. Aux fins de l’application de la présente Convention à tout moment par l’un des
États contractants, tout terme ou expression qui n’y est pas défini a, à moins que le contexte n’exige une interprétation différente, le sens que lui attribue, au moment considéré,
le droit de cet État concernant les impôts auxquels s’applique la Convention; le sens attribué audit terme ou à ladite expression par la législation fiscale de cet État l’emportant
sur celui qui lui est attribué par les autres lois de cet État.
Article 4. Résident
1. Aux fins de la présente Convention, l’expression « résident d’un État contractant » désigne toute personne qui, en vertu de la législation de cet État, est assujettie à
l’impôt dans cet État en raison de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction
ou de tout autre critère de nature analogue, à l’exclusion de toute personne assujettie à
l’impôt dans cet État uniquement au titre des revenus en provenance de sources qui y
sont situées.
2. L’expression « résident d’un État contractant » comprend également cet État,
ses subdivisions politiques ou collectivités locales et un fonds de pension reconnu et contrôlé conformément aux dispositions réglementaires d’un État contractant et dont le revenu est généralement exonéré d’impôt dans cet État.
3. Lorsque, en vertu des dispositions du paragraphe 1, une personne physique est
résidente des deux États contractants, sa situation sera réglée de la manière suivante :
a) Elle est considérée comme résidente de l’État où elle dispose d’un foyer
d’habitation permanent; si elle dispose d’un foyer d’habitation permanent
dans les deux États, elle est considérée comme résidente de l’État avec lequel ses liens personnels et économiques sont les plus étroits (centre des intérêts vitaux);
b) Si l’État où elle a son centre d’intérêts vitaux ne peut être déterminé, ou si
elle ne dispose d’un foyer d’habitation permanent dans aucun des États, elle
est considérée comme résidente de l’État où elle séjourne de façon habituelle;
c) Si cette personne séjourne de façon habituelle dans les deux États, ou si elle
ne le fait dans aucun des deux, elle est considérée comme un résident uniquement de l’État dont elle possède la nationalité;
164
Volume 2647, I-47155
d) Si cette personne possède la nationalité des deux États ou si elle ne possède
la nationalité d’aucun d’eux, les autorités compétentes des États contractants tranchent la question d’un commun accord.
4. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne autre qu’une personne physique est un résident des deux États, les autorités compétentes des États
s’efforcent de résoudre la question à l’amiable, eu égard à son siège de direction effective, à son lieu d’immatriculation ou de constitution et à tout autre élément pertinent. À
défaut d’un accord amiable entre les autorités compétentes, elles s’efforcent de déterminer par accord mutuel le mode d’application de la Convention à ladite personne.
Article 5. Établissement stable
1. Aux fins de la présente Convention, l’expression « établissement stable » désigne une installation fixe d’affaires par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce
tout ou partie de son activité.
2. L’expression « établissement stable » comprend notamment :
a) Un siège de direction;
b) Une succursale;
c) Un bureau;
d) Une usine;
e) Un atelier;
f) Une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu
d’extraction de ressources naturelles;
g) Un comptoir de vente; et
h) Un entrepôt par rapport à une personne offrant des services de stockage à
d’autres.
3. Un chantier de construction ou un projet de construction ou d’installation constitue un établissement stable uniquement s’il dure plus de 12 mois.
4. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, l’expression « établissement stable » n’est pas réputée comprendre :
a) L’usage d’installations aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison de biens ou de marchandises appartenant à l’entreprise;
b) L’entreposage de biens ou marchandises appartenant à l’entreprise aux
seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison;
c) L’entreposage de biens ou marchandises appartenant à l’entreprise aux
seules fins de transformation par une autre entreprise;
d) L’utilisation d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’acheter des
biens ou des marchandises ou de recueillir des informations pour
l’entreprise;
e) L’utilisation d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’exercer,
pour l’entreprise, toute autre activité de caractère préparatoire ou auxiliaire;
165
Volume 2647, I-47155
f)
L’utilisation d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’une combinaison quelconque des activités mentionnées aux alinéas a) à e) du présent
paragraphe, sous réserve que l’activité générale de l’installation fixe
d’affaires résultant de cette combinaison d’activités ait un caractère préparatoire ou auxiliaire.
5. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, lorsqu’une personne —
autre qu’un agent indépendant auquel s’applique le paragraphe 6 — agit pour le compte
d’une entreprise et dispose dans un État contractant du pouvoir, qu’elle y exerce habituellement, de conclure des contrats au nom de l’entreprise, cette entreprise est réputée
avoir un établissement stable dans cet État pour toutes les activités que ladite personne
exerce pour elle, à moins que ces activités ne restent limitées à celles visées au paragraphe 4 et qui, exercées dans un lieu fixe d’affaires, n’en feraient pas, en vertu des dispositions dudit paragraphe, un établissement stable.
6. Une entreprise n’est pas réputée avoir un établissement stable dans un État contractant du seul fait qu’elle exerce son activité dans cet État par l’entremise d’un courtier,
d’un commissionnaire général ou de tout autre intermédiaire jouissant d’un statut indépendant, si ces personnes agissent dans le cadre de leur activités ordinaires.
7. Le fait qu’une société qui est un résident d’un État contractant contrôle ou est
contrôlée par une société qui est résident de l’autre État contractant ou qui y exerce son
activité (que ce soit par l’intermédiaire d’un établissement stable ou non) ne suffit pas, en
lui-même, à faire de l’une de ces sociétés un établissement stable de l’autre.
CHAPITRE III. IMPÔT SUR LES REVENUS
Article 6. Revenus immobiliers
1. Les revenus qu’un résident d’un État contractant tire de biens immobiliers (y
compris les revenus des exploitations agricoles ou forestières) situés dans l’autre État
contractant sont imposables dans cet autre État.
2. L’expression « bien immobilier » a le sens que lui attribue le droit de l’État contractant où les biens considérés sont situés. L’expression comprend en tout cas les accessoires, le cheptel mort ou vif, l’équipement utilisé dans les exploitations agricoles et forestières, les droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit privé concernant la
propriété foncière, l’usufruit des biens immobiliers et les droits à des paiements variables
ou fixes pour l’exploitation ou la concession de l’exploitation de gisements minéraux,
sources, et autres ressources naturelles; les navires et aéronefs ne sont pas considérés
comme des biens immobiliers.
3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aux revenus provenant de
l’exploitation directe, de la location ou de l’affermage, ainsi que de toute autre forme
d’exploitation de biens immobiliers.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 s’appliquent également aux revenus
provenant des biens immobiliers d’une entreprise.
166
Volume 2647, I-47155
Article 7. Bénéfices des entreprises
1. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant ne sont imposables que
dans cet État, à moins que l’entreprise n’exerce son activité dans l’autre État contractant
par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé. Si l’entreprise exerce son activité d’une telle façon, les bénéfices de l’entreprise sont imposables dans cet autre État,
mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cet établissement stable.
2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3, lorsqu’une entreprise d’un État
contractant exerce son activité dans l’autre État contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, il est imputé, dans chaque État contractant, à cet établissement stable les bénéfices qu’il aurait pu réaliser s’il avait constitué une entreprise distincte exerçant des activités identiques ou analogues dans des conditions identiques ou
analogues et traitant en toute indépendance avec l’entreprise dont il constitue un établissement stable.
3. Pour déterminer les bénéfices d’un établissement stable, sont admises en déduction les dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris
les dépenses de direction et les frais généraux d’administration ainsi exposés, soit dans
l’État où est situé cet établissement stable, soit ailleurs.
4. S’il est d’usage, dans un État contractant, de déterminer les bénéfices imputables à un établissement stable selon une répartition des bénéfices totaux de l’entreprise
entre ses diverses parties, aucune disposition du paragraphe 2 n’empêchera ledit État
contractant de déterminer les bénéfices imposés selon la méthode habituelle de répartition. Toutefois, les résultats de la méthode de répartition adoptée doivent être conformes
aux principes énoncés dans le présent article.
5. Aucun bénéfice n’est imputé à un établissement stable pour la seule raison que
ledit établissement stable a acheté des biens ou des marchandises pour l’entreprise.
6. Aux fins des paragraphes précédents, les bénéfices à imputer à l’établissement
stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins qu’il n’existe des
motifs valables et suffisants de procéder autrement.
7. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu traités séparément
dans d’autres articles de la présente Convention, les dispositions desdits articles ne sont
pas affectées par celles du présent article.
Article 8. Transport maritime et aérien
1. Les bénéfices qu’une entreprise d’un État contractant tire de l’exploitation de
navires ou d’aéronefs en trafic international ne sont imposables que dans cet État.
2. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aussi aux bénéfices provenant de
la participation à un pool, une exploitation en commun ou un organisme international
d’exploitation.
3. L’Accord entre le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement du Royaume de Bahreïn concernant l’exemption réciproque d’impôt sur le revenu
et sur les bénéfices tirés du transport aérien international signé le 5 février 2007 à Manama reste en vigueur. Toutefois, si la présente Convention prévoit un traitement plus favo167
Volume 2647, I-47155
rable des éléments de revenu considérés, la présente Convention s’applique aussi dans la
mesure où elle est plus favorable.
Article 9. Entreprises associées
1.
Lorsque :
a) Une entreprise d’un État contractant participe, directement ou indirectement, à la direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise de l’autre
État contractant, ou que
b) Les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise d’un État contractant et
d’une entreprise de l’autre État contractant,
et que, dans l’un et l’autre cas, les conditions régissant les relations commerciales ou financières des deux entreprises sont différentes de celles qui régiraient les relations entre
des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces conditions, auraient pu être réalisés par l’une des entreprises, mais n’ont pu l’être du fait de ces conditions, peuvent être
inclus dans les bénéfices de cette entreprise et imposés en conséquence. Il est toutefois
entendu que la conclusion par des entreprises associées d’arrangements, tels que les arrangements de partage des coûts ou les accords de services généraux, pour ou sur la base
de l’imputation des dépenses exécutives, des frais généraux d’administration, des dépenses techniques et commerciales, des frais de recherche et développement et autres
frais comparables, n’est pas en soi une condition au sens de la phrase précédente.
2. Si un État contractant inclut dans les bénéfices d’une entreprise de cet État, et
impose en conséquence, des bénéfices sur lesquels une entreprise de l’autre État contractant a été imposée dans l’autre État et que les bénéfices ainsi inclus sont des bénéfices qui
auraient été réalisés par l’entreprise du premier État si les conditions convenues entre les
deux entreprises avaient été celles convenues entre des entreprises indépendantes, l’autre
État procède à un ajustement approprié du montant de l’impôt perçu sur ces bénéfices.
Pour déterminer cet ajustement, il est tenu compte des autres dispositions de la Convention et, si nécessaire, les autorités compétentes des deux États contractants se consultent.
Article 10. Dividendes
1. Les dividendes payés par une société qui est résidente d’un État contractant à un
résident de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, ces dividendes sont aussi imposables dans l’État contractant dont la
société qui paie les dividendes est résidente, et selon la législation de cet État; mais si la
personne qui reçoit les dividendes en est le bénéficiaire effectif, l’impôt ainsi établi ne
peut dépasser :
a) Zéro (0) pour cent du montant brut des dividendes si le bénéficiaire effectif
est une société dont le capital est entièrement ou partiellement divisé en actions et qui détient directement au moins 10 % (dix pour cent) du capital de
la société qui paye le dividende;
b) Dix (10) pour cent du montant brut des dividendes dans tous les autres cas.
168
Volume 2647, I-47155
3. Les autorités compétentes des États contractants règlent d’un commun accord
les modalités d’application du paragraphe 2.
4. Les dispositions du paragraphe 2 n’affectent pas l’imposition de la société au
titre des bénéfices qui servent au paiement des dividendes.
5. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus
provenant d’actions, actions ou bons de jouissance, valeurs minières, parts de fondateur
ou autres parts bénéficiaires — à l’exception des créances — ainsi que les revenus
d’autres parts sociales soumis au même régime fiscal que les revenus d’actions par la législation de l’État dont la société distributrice est résidente.
6. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 8 ne s’appliquent pas si le bénéficiaire
effectif des dividendes, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant dont la société distributrice des dividendes est un résident, une activité industrielle
ou commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé et que la participation génératrice des dividendes s’y rattache effectivement. Dans ces cas, les dispositions de l’article 7 sont applicables.
7. Lorsqu’une société, résidente d’un État contractant tire des bénéfices ou des revenus de l’autre État contractant, cet autre État ne peut percevoir aucun impôt sur les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont payés à un résident de cet autre État ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes
se rattache effectivement à un établissement stable situé dans cet autre État contractant, ni
prélever aucun impôt, au titre de l’imposition des bénéfices non distribués de la société,
sur les bénéfices non distribués de la société, même si les dividendes payés ou les bénéfices non distribués consistent en tout ou en partie en bénéfices ou revenus provenant de
cet autre État.
8. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 7 n’empêchent pas les Pays-Bas
d’appliquer leur législation nationale appelée « taxation conservatoire » (« conserverende
aanslag ») sur une personne physique, s’agissant d’une participation substantielle, conformément à la législation fiscale des Pays-Bas, dans une société qui est un résident des
Pays-Bas. La disposition précédente ne s’applique que dans le cas où l’évaluation ou une
partie de l’évaluation est encore pendante.
9. À l’égard aux dividendes visés à l’alinéa a) du paragraphe 2, versés par une société résidente des Pays-Bas si, conformément au droit en vigueur à Bahreïn, l’imposition
desdits dividendes à Bahreïn résulte en une charge fiscale de moins de 10 % (dix pour
cent) du montant brut des dividendes, les Pays-Bas peuvent prélever des impôts ne dépassant pas 10 % (dix pour cent) du montant brut des dividendes.
10. Toutefois, les dispositions du paragraphe 9 ne s’appliquent pas si les dividendes
sont payés par une société résidente des Pays-Bas et si le bénéficiaire effectif des dividendes est le Gouvernement de Bahreïn, l’une de ses subdivisions politiques ou collectivité locale, au sens du paragraphe 2 de l’article 4, établi à Bahreïn, ou une société résidant à Bahreïn et si :
a) Le bénéficiaire effectif du capital de la société qui perçoit les dividendes est
le Gouvernement de Bahreïn ou toute subdivision politique ou collectivité
locale au sens du paragraphe 2 de l’article 4; ou
169
Volume 2647, I-47155
b) Les actions de ladite société sont régulièrement négociées sur le marché
boursier de Bahreïn; ou
c) La société recevant les dividendes est engagée dans des affaires ou des
échanges actifs à Bahreïn.
11. Lorsqu’une société ne satisfait pas à l’une des conditions visées au paragraphe 10, les dispositions du paragraphe 9 ne s’appliquent pas non plus à l’égard de ladite société s’il est établi par accord mutuel entre les autorités compétentes des États contractants, conformément à l’article 25 de la Convention, que ladite société n’est pas constituée ni gérée à Bahreïn à la seule fin de garantir les avantages de l’alinéa a) du paragraphe 2 et sous réserve que la société qui perçoit les dividendes réside à Bahreïn et soit
le bénéficiaire effectif des dividendes.
12. Nonobstant les dispositions de l’alinéa b) du paragraphe 2, l’État contractant,
dont la société qui paye les dividendes est un résident, peut imposer les dividendes à un
taux conforme à sa législation nationale si le propriétaire effectif des dividendes est une
personne physique et un ressortissant de l’autre État contractant ainsi qu’un ressortissant
d’un État tiers. Toutefois, si l’État contractant, dont la société qui paye les dividendes est
un résident, a conclu un accord tendant à éviter la double imposition avec l’État tiers visé
à la phrase précédente, l’impôt prélevé sur lesdits dividendes ne peut pas être supérieur
au taux prévu pour les dividendes versés aux personnes physiques aux termes dudit accord.
Article 11. Revenus des créances
1. Les revenus de créances produits dans un État contractant et dont le bénéficiaire
effectif est un résident de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État uniquement.
2. L’expression « revenus de créances » au sens du présent article désigne les revenus de créances de toute nature, assorties ou non de garanties hypothécaires, et ouvrant
ou non le droit de participation aux bénéfices du débiteur, et, notamment, les revenus des
fonds publics et des obligations d’emprunt, y compris les primes et lots attachés à ces
titres. Les pénalisations pour paiement tardif ne sont pas considérées comme un revenu
de créance au sens du présent article.
3. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des revenus des créances, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État
contractant d’où proviennent les revenus des créances une activité industrielle ou commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé et que la créance génératrice des revenus se rattache effectivement à l’établissement stable. Dans ce cas, les
dispositions de l’article 7 sont applicables.
4. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant
des revenus des créances, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède
celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation
170
Volume 2647, I-47155
de chaque État contractant compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.
Article 12. Redevances
1. Les redevances provenant d’un État contractant et dont le bénéficiaire est un résident de l’autre État contractant sont imposables uniquement dans cet autre État.
2. Au sens du présent article, le terme « redevances » désigne les rémunérations de
toute nature payées pour l’usage ou la concession de l’usage d’un droit d’auteur sur une
œuvre littéraire, artistique ou scientifique, y compris les films cinématographiques, d’un
brevet, d’une marque de fabrique ou de commerce, d’un dessin ou d’un modèle, d’un
plan, d’une formule ou d’un procédé secret ou pour des informations relatives à une expérience industrielle, commerciale ou scientifique.
3. Les dispositions des paragraphes 1 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des redevances, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant d’où proviennent les redevances, une activité économique par l’intermédiaire d’un
établissement stable qui y est situé et que le droit ou le bien au titre duquel les redevances
sont payées se rattache effectivement à cet établissement stable. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 sont applicables.
4. Lorsque, en raison de relations spéciales qui existent entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant
des redevances, compte tenu de la prestation pour laquelle elles sont payées, excède celui
dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce
cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque
État contractant et compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.
Article 13. Gains en capital
1. Les gains qu’un résident d’un État contractant tire de l’aliénation de biens immobiliers visés à l’article 6 et situés dans l’autre État contractant sont imposables dans
cet autre État.
2. Les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers faisant partie de l’actif
économique d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant a dans
l’autre État contractant, y compris ceux provenant de l’aliénation de l’établissement
stable (seul ou avec l’ensemble de l’entreprise) sont imposables dans cet autre État.
3. Les gains tirés par une entreprise d’un État contractant de l’aliénation de navires
ou d’aéronefs exploités en trafic international ou les biens mobiliers affectés à
l’exploitation desdits navires ou aéronefs ne sont imposables que dans cet État.
4. Les gains provenant de l’aliénation de tous biens autres que ceux visés aux paragraphes 1, 2 et 3 ne sont imposables que dans l’État contractant dont le cédant est un
résident.
5. Les dispositions du paragraphe 4 n’empêchent pas les Pays-Bas d’appliquer leur
législation nationale appelée « taxation conservatoire » (« conserverende aanslag ») sur
171
Volume 2647, I-47155
une personne physique, s’agissant d’une participation substantielle, conformément à la
législation fiscale des Pays-Bas, dans une société qui est un résident des Pays-Bas. La
disposition précédente ne s’applique que dans le cas où l’évaluation ou une partie de
l’évaluation est encore pendante.
Article 14. Revenus professionnels
1. Sous réserve des dispositions des articles 15, 17, 18 et 19, les salaires, traitements et autres rémunérations similaires qu’un résident d’un État contractant reçoit au
titre d’un emploi salarié ne sont imposables que dans cet État, sauf si l’emploi est exercé
dans l’autre État contractant. Dans ce cas, la rémunération reçue à ce titre peut être imposée dans cet autre État.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, la rémunération qu’un résident
d’un État contractant reçoit au titre d’un emploi salarié exercé dans l’autre État contractant n’est imposable que dans le premier État si :
a) Le bénéficiaire séjourne dans l’autre État pendant une ou plusieurs périodes
ne dépassant pas 183 jours au total au cours de toute période de 12 mois
commençant ou finissant pendant l’exercice fiscal concerné; et
b) Les rémunérations sont versées par un employeur ou pour le compte d’un
employeur qui n’est pas un résident de l’autre État; et
c) La charge des rémunérations n’est pas supportée par un établissement stable
que l’employeur a dans l’autre État.
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations
perçues au titre d’un emploi salarié exercé à bord d’un navire ou d’un aéronef exploité en
trafic international par un résident d’un État contractant peuvent être imposées dans cet
État.
Article 15. Tantièmes d’administrateur
1. Les tantièmes et autres rétributions qu’un résident d’un État contractant reçoit
en sa qualité de membre du conseil d’administration d’une société qui est un résident de
l’autre État contractant, sont imposables dans cet autre État contractant.
2. Lorsque qu’une société est un résident des Pays-Bas, l’expression « membre du
conseil d’administration » comprend à la fois un « bestuurder » et un « commissaris ».
Les termes « bestuurder » et « commissaris » désignent respectivement les personnes
chargées des fonctions de direction de la société et les personnes chargées des fonctions
de contrôle de la société.
Article 16. Artistes du spectacle et sportifs
1. Nonobstant les dispositions des articles 7 et 14, les revenus qu’un résident d’un
État contractant tire des activités qu’il exerce à titre personnel dans l’autre État contractant en tant qu’artiste du spectacle, tel qu’un artiste de théâtre, de cinéma, de radio et de
télévision, ou en tant que musicien ou sportif, sont imposables dans cet autre État.
172
Volume 2647, I-47155
2. Lorsque les revenus d’activités qu’un artiste du spectacle ou un sportif exerce
personnellement en cette qualité sont attribués non pas à l’artiste ou au sportif lui-même
mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des
articles 7 et 14 dans l’État contractant où l’artiste ou le sportif exerce ses activités.
3. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas aux revenus provenant d’activités exercées par un résident d’un État contractant dans l’autre État contractant si le séjour dans cet autre État est intégralement ou largement financé totalement ou
principalement au moyen de fonds publics d’un ou des deux États contractants, de leurs
subdivisions politiques ou collectivités locales ou s’il a lieu dans le cadre d’un accord
culturel entre les Gouvernements des États contractants. Dans ce cas, les revenus ne sont
imposables que dans l’État contractant dont l’artiste ou le sportif est un résident.
Article 17. Pension, rentes et prestations de sécurité sociale
1. Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l’article 18, les pensions, les
rentes et autres rémunérations provenant d’un État contractant et versées à un résident de
l’autre État contractant peuvent être imposées dans le premier État.
2. Les pensions et autres paiements versés en vertu des dispositions de la législation de sécurité sociale d’un État contractant à un résident de l’autre État contractant sont
imposables dans le premier État.
3. Une pension, une rente ou une autre rémunération analogue est réputée provenir
d’un État contractant si et dans la mesure où les contributions ou les paiements associés à
la pension ou à la rente ou aux droits qui en découlent donnent droit à un abattement fiscal dans cet État. Le transfert d’une pension ou d’une rente ou de toute autre rémunération analogue d’un fonds de pension ou d’une compagnie d’assurances dans un État contractant à un fonds de pension ou une compagnie d’assurances dans un autre État ne limite en aucune façon les droits d’imposition du premier État en vertu du présent article.
4. Le terme « rente » désigne une somme déterminée, payable périodiquement à
échéances fixes, la vie durant ou pendant une période déterminée ou déterminable, en
vertu d’une obligation d’effectuer les paiements en contrepartie d’un capital suffisant
versé intégralement ou en une valeur appréciable en espèces.
5. Les dispositions du présent article s’appliquent également en cas de compensation forfaitaire au titre d’une pension, d’une rente ou d’une autre rémunération similaire
avant la date à laquelle la pension, la rente ou l’autre rémunération similaire commence.
6. Le fait qu’une pension ou une rémunération similaire tombe sous le présent article ou sous l’article 18, et dans quelle mesure, est déterminé par la nature de l’emploi
antérieur, dans le secteur privé ou comme fonctionnaire, pendant lequel le droit à cette
partie de pension ou rémunération similaire s’est édifié.
Article 18. Fonction publique
1.
a)
Les salaires, traitements et autres rémunérations similaires payés par un État
contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales à
173
Volume 2647, I-47155
une personne physique, au titre de services rendus à cet État ou à cette subdivision ou collectivité locale, sont imposables exclusivement dans cet État;
b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations similaires ne
sont imposables que dans l’autre État contractant si les services sont rendus
dans cet autre État et si la personne en est résidente :
(i) Lorsqu’elle en a la nationalité; ou
(ii) Lorsqu’elle n’y a pas établi sa résidence à la seule fin de rendre les services considérés.
2. a) Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, toute pension et autre rémunération similaire payée par un État contractant ou par une de ses subdivisions
politiques ou de ses collectivités locales, soit directement, soit par prélèvement sur des fonds qu’ils ont constitués, à une personne physique au titre de
services rendus à cet État ou à cette subdivision ou collectivité est imposable uniquement dans cet État;
b) Toutefois, ces pensions et autres rémunérations similaires sont imposables
exclusivement dans l’autre État contractant si la personne physique est un
résident de cet autre État et en possède la nationalité.
3. Les dispositions des articles 14, 15, 16 et 17 s’appliquent aux traitements, salaires, pensions et autres rémunérations similaires payées au titre de services rendus dans
le cadre d’une activité industrielle exercée par un État contractant, l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales.
Article 19. Professeurs d’université et enseignants
1. Les paiements qu’un professeur d’université ou un enseignant qui est un résident d’un État contractant et qui séjourne pendant deux ans au plus dans l’autre État contractant aux fins d’enseignement ou de recherche scientifique dans une université, un collège ou un autre établissement, reçoit au titre de cet enseignement ou de cette recherche
ne sont imposables que dans le premier État.
2. Le présent article ne s’applique pas aux revenus des travaux de recherche si
ceux-ci sont effectués principalement pour le bénéfice privé d’une ou de plusieurs personnes déterminées.
Article 20. Étudiants
Les sommes qu’un étudiant ou un apprenti qui est, ou était immédiatement avant de
se rendre dans un État contractant, un résident de l’autre État contractant et qui séjourne
dans le premier État aux seules fins de ses études ou de sa formation, reçoit pour couvrir
ses frais d’entretien, d’études ou de formation ne sont pas imposables dans cet État, à
condition que ces paiements proviennent de sources situées en dehors de cet État.
174
Volume 2647, I-47155
Article 21. Autres revenus
1. Les éléments de revenu d’un résident d’un État contractant, d’où qu’ils proviennent, qui ne sont pas traités dans les articles précédents de la présente Convention ne sont
imposables que dans cet État.
2. Les dispositions du paragraphe 1 du présent article ne s’appliquent pas aux revenus autres que ceux provenant de biens définis comme des biens immobiliers au paragraphe 2 de l’article 6, si le bénéficiaire desdits revenus, résident d’un État contractant,
exerce dans l’autre État contractant une activité industrielle ou commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, et que le droit ou le bien générateur du revenu s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 sont
applicables.
CHAPITRE IV. ÉLIMINATION DE LA DOUBLE IMPOSITION
Article 22. Élimination de la double imposition
1. Les Pays-Bas, en imposant leurs résidents, peuvent inclure dans l’assiette de
l’impôt les éléments de revenu qui, conformément aux dispositions de la présente Convention, sont imposables ou seront imposés uniquement à Bahreïn.
2. Toutefois, lorsqu’un résident des Pays-Bas perçoit des éléments de revenu qui,
conformément aux dispositions des paragraphes 1, 3 et 4 de l’article 6, du paragraphe 1
de l’article 7, du paragraphe 7 de l’article 10, du paragraphe 3 de l’article 11, du paragraphe 3 de l’article 12, des paragraphes 1 et 2 de l’article 13, des paragraphes 1 (alinéa a) et 2 (alinéa a) de l’article 18 et du paragraphe 2 de l’article 21 de la présente Convention, sont imposables à Bahreïn et sont inclus dans l’assiette visée au paragraphe 1,
les Pays-Bas exemptent lesdits éléments de revenu en accordant une réduction de leur
impôt. Cette réduction est calculée conformément aux dispositions de la loi néerlandaise
pour l’élimination de la double imposition. À cet effet, lesdits éléments de revenu sont
réputés inclus dans le montant total des éléments de revenu qui sont exemptés de l’impôt
néerlandais en vertu de ces dispositions.
3. En outre, les Pays-Bas accordent une déduction de l’impôt néerlandais ainsi calculé au titre des éléments de revenu qui, conformément aux dispositions des paragraphes 2 et 8 de l’article 10, du paragraphe 5 de l’article 13, des paragraphes 1 et 3 de
l’article 14, du paragraphe 1 de l’article 15, des paragraphes 1 et 2 de l’article 16 et des
paragraphes 1, 2 et 5 de l’article 17 de la présente Convention, sont imposables à Bahreïn
dans la mesure où ces éléments de revenu sont inclus dans l’assiette visée au paragraphe
1. Le montant de cette réduction est égal à l’impôt payé à Bahreïn sur ces éléments de revenu. Il ne peut toutefois, si les dispositions de la loi néerlandaise pour l’élimination de
la double imposition le prévoient, excéder le montant de la déduction qui serait accordée
si les éléments de revenu ainsi inclus étaient les seuls exonérés de l’impôt néerlandais en
vertu des dispositions de la loi néerlandaise pour l’élimination de la double imposition.
Le présent paragraphe ne limitera pas les dégrèvements autorisés maintenant ou ultérieurement par les dispositions de la loi néerlandaise pour l’élimination de la double im175
Volume 2647, I-47155
position, mais uniquement pour ce qui est du calcul de la déduction de l’impôt néerlandais au titre de l’accumulation des revenus provenant de plusieurs pays et du report à des
années ultérieures de l’impôt payé à Bahreïn sur lesdits éléments de revenu.
4. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2, les Pays-Bas permettent une déduction de l’impôt néerlandais pour l’impôt payé à Bahreïn sur des éléments de revenu
qui, conformément au paragraphe 1 de l’article 7, au paragraphe 7 de l’article 10, au paragraphe 3 de l’article 11, au paragraphe 3 de l’article 12 et au paragraphe 2 de
l’article 21 de la présente Convention, sont imposables à Bahreïn dans la mesure où ces
éléments sont inclus dans l’assiette mentionnée au paragraphe 1 et pour autant que les
dispositions de la législation néerlandaise sur la double imposition permettent la déduction de l’impôt néerlandais sur l’impôt perçu dans un autre pays sur ces éléments de revenu. Pour le calcul de cette déduction, les dispositions du paragraphe 3 du présent article s’appliquent.
5. Dans le cas de Bahreïn, la double imposition est éliminée comme suit :
a) Lorsqu’un résident de Bahreïn reçoit des revenus qui, conformément aux
dispositions de la présente Convention, sont imposables aux Pays-Bas, Bahreïn peut accorder sur l’impôt qu’il perçoit sur les revenus de ce résident,
une déduction d’un montant égal à l’impôt sur le revenu payé aux PaysBas. Cette déduction ne peut toutefois pas dépasser la partie de l’impôt sur
le revenu, telle que calculée avant l’octroi de la réduction, qui peut être attribuée aux revenus susceptibles d’être imposés aux Pays-Bas; et
b) Lorsque, en conformité avec toute disposition de la présente Convention,
les revenus perçus par un résident de Bahreïn sont exemptés d’impôts à Bahreïn, Bahreïn peut toutefois, dans le calcul de l’impôt sur le revenu restant
de ce résident, tenir compte du revenu exempté.
CHAPITRE V. DISPOSITIONS SPÉCIALES
Article 23. Activités en mer
1. Les dispositions du présent article s’appliquent nonobstant toutes autres dispositions de la présente Convention. Toutefois, le présent article ne s’applique pas lorsque les
activités en mer d’une personne constituent pour cette personne un établissement stable
en vertu des dispositions de l’article 5.
2. Au sens du présent article, l’expression « activités en mer » désigne les activités
qui sont exercées en mer dans le cadre de l’exploration ou de l’exploitation du fond et du
sous-sol de la mer et de leurs ressources naturelles situées dans l’un des États contractants.
3. Une entreprise de l’un des États contractants qui exerce des activités en mer
dans l’autre État contractant est réputée, sous réserve du paragraphe 4 du présent article,
exercer, à l’égard de ces activités, une activité industrielle ou commerciale dans cet autre
État par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, à moins que les activités
en mer en question ne soient exercées dans l’autre État pendant une ou des périodes
n’excédant pas au total 30 jours au cours de toute période de 12 mois.
176
Volume 2647, I-47155
Au sens du présent paragraphe :
a) Lorsqu’une entreprise qui exerce des activités en mer dans l’autre État contractant est associée avec une autre entreprise et que cette autre entreprise
poursuit, pour le même projet, des activités en mer substantiellement similaires à celles qui sont ou étaient exercées par la première entreprise, et que
lesdites activités exercées par les deux entreprises — lorsque mises ensemble — excèdent une période de 30 jours, chaque entreprise est considérée comme exerçant ses activités pendant une période excédant 30 jours au
cours de toute période de 12 mois;
b) Une entreprise est considérée comme étant associée avec une autre entreprise si l’une détient, directement ou indirectement, au moins un tiers du
capital de l’autre ou si une personne détient directement ou indirectement
au moins un tiers du capital des deux entreprises.
4. Toutefois, aux fins du paragraphe 3 du présent article, on considère que
l’expression « activités en mer » ne comprend pas :
a) Une ou toute combinaison des activités mentionnées au paragraphe 4 de
l’article 5;
b) Le remorquage ou l’ancrage par des navires principalement prévus à ces
fins et toute autre activité exercée par ces navires;
c) Le transport d’approvisionnements ou de personnel par un navire ou un aéronef en trafic international.
5. Nonobstant la deuxième phrase du paragraphe 1 du présent article, les salaires,
traitements et autres rémunérations similaires qu’un résident de l’un des États contractants reçoit au titre d’un emploi salarié exercé dans le cadre d’activités en mer exercées
par l’intermédiaire d’un établissement stable dans l’autre État contractant sont, dans la
mesure où l’emploi est exercé dans l’autre État, imposables dans cet autre État.
6. Sur présentation de preuves certifiant qu’un impôt a été acquitté à Bahreïn sur
les éléments de revenu imposables à Bahreïn, conformément à l’article 7 au titre du paragraphe 3 du présent article, conformément à l’article 14 au titre du paragraphe 3 du présent article ou conformément au paragraphe 5 du présent article, les Pays-Bas accordent
une réduction de leur impôt qui sera calculée conformément aux règles énoncées au paragraphe 2 de l’article 22.
Article 24. Non-discrimination
1. Les ressortissants d’un État contractant ne seront soumis, dans l’autre État contractant, à aucune imposition ni obligation y relative différente ou plus lourde que celles
auxquelles sont ou peuvent être assujettis les ressortissants de cet autre État qui se trouvent dans la même situation, notamment au regard de la résidence. Nonobstant les dispositions de l’article premier, la présente disposition s’applique également aux individus
qui ne sont pas des résidents de l’un ou des deux États contractants.
2. Les apatrides qui sont résidents d’un des États contractants ne seront soumis
dans l’un ou l’autre État contractant à aucune imposition ou obligation y relative, différente ou plus lourde que celles auxquelles sont ou peuvent être assujettis les ressortis177
Volume 2647, I-47155
sants de l’État concerné qui se trouvent dans la même situation, notamment au regard de
la résidence.
3. L’imposition d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant a
dans l’autre État contractant, n’est pas établie dans cet autre État contractant d’une façon
moins favorable que celle des entreprises de cet autre État contractant qui exercent les
mêmes activités. La présente disposition ne peut être interprétée comme obligeant un État
contractant à accorder aux résidents de l’autre État contractant les abattements, réductions et allégements fiscaux personnels, en fonction de la situation ou des charges de famille, qu’il accorde à ses propres résidents.
4. À moins que les dispositions du paragraphe 1 de l’article 9, du paragraphe 4 de
l’article 11, du paragraphe 4 de l’article 12 ne soient applicables, les revenus des
créances, redevances et autres dépenses payés par une entreprise d’un État contractant à
un résident de l’autre État contractant sont déductibles, pour la détermination des bénéfices imposables de cette entreprise, dans les mêmes conditions que s’ils avaient été
payés à un résident du premier État contractant.
5. Les entreprises d’un État contractant, dont le capital est en totalité ou en partie,
directement ou indirectement, détenu ou contrôlé par un ou plusieurs résidents de l’autre
État contractant, ne seront assujetties, dans le premier État, à aucune imposition ni obligation y relative, différente ou plus lourde que celles auxquelles sont ou peuvent être assujetties d’autres entreprises similaires du premier État.
6. Les contributions versées par ou pour le compte d’une personne physique qui
fournit des services dans un État contractant à un plan de pension reconnu aux fins de
l’imposition dans l’autre État contractant, seront considérées aux fins d’imposition dans
le premier État de la même manière que les contributions payées à un plan de pension qui
est reconnu aux fins d’imposition dans le premier État, pourvu que :
a) Ladite personne contribuait déjà audit plan de pension avant de devenir un
résident du premier État; et
b) L’autorité compétente du premier État mentionné estime que le plan de
pension correspond à un plan de pension reconnu aux fins d’imposition par
cet État.
Aux fins du présent paragraphe, « plan de pension » comprend un plan de pension
créé en vertu d’un système de sécurité sociale.
7. Les dispositions du présent article s’appliquent, nonobstant les dispositions de
l’article 2, aux impôts de toute nature ou dénomination.
Article 25. Procédure amiable
1. Lorsqu’une personne estime que les mesures prises par l’un des États contractants ou par les deux entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non conforme
aux dispositions de la présente Convention, elle peut, indépendamment des recours prévus par le droit interne de ces États, soumettre son cas à l’autorité compétente de l’État
contractant dont elle est un résident ou, si son cas relève du paragraphe 1 de l’article 24,
à celle de l’État contractant dont elle possède la nationalité. Le cas doit être soumis dans
178
Volume 2647, I-47155
un délai de trois ans à partir de la première notification des mesures qui entraînent une
imposition non conforme aux dispositions de la Convention.
2. L’autorité compétente s’efforce, si la réclamation lui paraît fondée et si elle
n’est pas elle-même en mesure d’y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas
à l’amiable avec l’autorité compétente de l’autre État contractant, en vue d’éviter une imposition non conforme à la Convention. Tout accord ainsi conclu est appliqué par les autorités compétentes quels que soient les délais prévus par le droit interne des États contractants.
3. Les autorités compétentes des États contractants s’efforcent, à l’amiable, de résoudre les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels peut donner lieu l’interprétation
ou l’application de la présente Convention. Elles peuvent aussi se concerter en vue
d’éliminer la double imposition dans les cas non prévus par la Convention.
4. Les autorités compétentes des États contractants peuvent communiquer directement entre elles en vue de parvenir à un accord, au sens des paragraphes précédents.
5. Si les difficultés ou les doutes auxquels peuvent donner lieu l’interprétation ou
l’application de la présente Convention ne peuvent être réglés par les autorités compétentes des États contractants selon la procédure amiable visée aux paragraphes précédents
du présent article dans un délai de deux ans après que le problème a été posé, l’affaire
peut, à la demande de l’un ou l’autre des États contractants, être soumise à l’arbitrage,
uniquement après épuisement des procédures conformément aux dispositions des paragraphes 1 à 4 du présent article et pour autant que le ou les contribuable(s) concerné(s)
consente(nt) par écrit à être lié(s) par la décision de la commission d’arbitrage. La décision de la commission d’arbitrage dans une affaire donnée est contraignante pour les
deux États contractants et le ou les contribuable(s) à l’égard de cette affaire.
Article 26. Échange de renseignements
1. Les autorités compétentes des États contractants échangent les renseignements
vraisemblablement pertinents pour l’application des dispositions de la présente Convention ou pour l’administration et l’application des législations internes relatives aux impôts
de toute nature et dénomination perçus pour le compte des États contractants, de leurs
subdivisions politiques ou collectivités locales, dans la mesure où l’imposition qu’elle
prévoit n’est pas contraire à la Convention. L’échange de renseignements n’est pas limité
par les articles 1 à 2.
2. Les renseignements reçus, conformément au paragraphe 1, par un État contractant sont tenus secrets de la même manière que les renseignements obtenus en application
de la législation interne de cet État et sont divulgués uniquement aux personnes ou autorités (y compris les tribunaux et organes administratifs) concernées par l’établissement ou
le recouvrement des impôts visés au paragraphe 1, par les procédures ou poursuites concernant ces impôts ou par les décisions sur les recours y relatifs ou par le contrôle de
ceux-ci. Lesdites personnes ou autorités n’utilisent ces renseignements qu’à ces fins.
Elles peuvent faire état de ces renseignements au cours des audiences publiques de tribunaux ou dans des jugements.
3. Les États contractants peuvent communiquer à une commission d’arbitrage établie conformément au paragraphe 5 de l’article 25 les renseignements nécessaires au dé179
Volume 2647, I-47155
roulement de la procédure d’arbitrage. Les membres de la commission d’arbitrage respectent les restrictions décrites au paragraphe 2 du présent article en matière de communication de ces renseignements.
4. Les dispositions des paragraphes précédents ne peuvent en aucun cas être interprétées comme imposant à un État contractant l’obligation :
a) De prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation et à sa
pratique administrative ou à celles de l’autre État contractant;
b) De fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus en vertu de sa
législation ou dans le cadre de sa pratique administrative normale ou de
celles de l’autre État contractant;
c) De fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel, professionnel ou un procédé commercial ou des renseignements
dont la communication serait contraire à l’ordre public;
d) De fournir des renseignements qui ne sont ni détenus par ses autorités ni en
la possession ou sous le contrôle de personnes relevant de sa compétence
territoriale.
5. Si des renseignements sont demandés par un État contractant conformément au
présent article, l’autre État contractant utilise les pouvoirs dont il dispose pour obtenir les
renseignements demandés même s’il n’en a pas besoin à ses propres fins fiscales.
L’obligation qui figure dans la phrase précédente est soumise aux limitations prévues au
paragraphe 4 sauf si ces limitations sont susceptibles d’empêcher un État contractant de
communiquer des renseignements uniquement parce que ceux-ci ne présentent pas
d’intérêt pour lui dans le cadre national.
6. En aucun cas les dispositions du paragraphe 4 ne peuvent être interprétées
comme permettant à un État contractant de refuser de fournir des renseignements uniquement parce que ceux-ci sont détenus par une banque, un autre établissement financier,
un mandataire ou une personne agissant en tant qu’agent ou fiduciaire ou parce que ces
renseignements se rattachent aux droits de propriété d’une personne.
Article 27. Assistance en matière de recouvrement des impôts
Les États contractants conviennent, dans les limites de leurs structures fiscales, de se
prêter mutuellement assistance et soutien en vue de la notification et du recouvrement des
impôts visés à l’article 2 ainsi que des relèvements, majorations, pénalités de retard, frais
et amendes ne présentant pas un caractère pénal.
Article 28. Membres des missions diplomatiques et postes consulaires
1. Aucune disposition de la présente Convention ne porte atteinte aux privilèges
fiscaux dont bénéficient les agents diplomatiques ou les fonctionnaires consulaires en
vertu des règles générales du droit international ou des dispositions d’accords particuliers.
2. Aux fins de la Convention, une personne physique, membre d’une mission diplomatique ou fonctionnaire consulaire d’un État contractant dans l’autre État contractant
180
Volume 2647, I-47155
ou dans un État tiers, et qui est un ressortissant de l’État accréditant, sera réputée être un
résident de l’État accréditant si elle y est soumise aux mêmes obligations en matière
d’impôts sur le revenu que les résidents de cet État.
3. La Convention ne s’applique pas aux organisations internationales, à leurs institutions et fonctionnaires ni aux membres d’une mission diplomatique ou aux fonctionnaires consulaires d’un État tiers, présents dans un État contractant, s’ils n’y sont pas
soumis aux mêmes obligations en matière d’impôts sur le revenu que les résidents de cet
État.
Article 29. Extension territoriale
1. La présente Convention peut être étendue dans son intégralité ou avec les modifications nécessaires, aux pays du Royaume des Pays-Bas qui ne sont pas situés en Europe, si le pays concerné impose une fiscalité similaire par sa nature à celle imposée à la
partie du Royaume des Pays-Bas située en Europe. Toute extension territoriale de cette
nature prend effet à compter de cette date et sous réserve des modifications et conditions,
y compris en matière de dénonciation, qui seront spécifiées et convenues par échange de
notes diplomatiques entre les États contractants.
2. À moins que les Parties n’en conviennent autrement, la dénonciation de la Convention ne met pas fin à son extension à un pays auquel elle s’appliquait conformément
au présent article.
CHAPITRE VI. DISPOSITIONS FINALES
Article 30. Entrée en vigueur
La présente Convention entrera en vigueur le trentième jour suivant la dernière à
échoir des dates auxquelles les Gouvernements respectifs se seront notifié par écrit
l’accomplissement des formalités constitutionnelles requises dans leurs États respectifs et
ses dispositions s’appliqueront aux années et périodes d’imposition commençant le
1er janvier ou après le 1er janvier de l’année civile suivant celle de l’entrée en vigueur de
la Convention.
Article 31. Dénonciation
La présente Convention restera en vigueur jusqu’à sa dénonciation par un État contractant. Chaque État contractant peut la dénoncer par la voie diplomatique, moyennant
notification écrite donnée six mois au moins avant la fin de toute année civile après
l’expiration d’un délai de cinq ans à compter de la date de son entrée en vigueur. En pareil cas, la Convention cessera d’être applicable aux années et périodes d’imposition
commençant après la fin de l’année civile au cours de laquelle le préavis de dénonciation
a été donné.
181
Volume 2647, I-47155
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment habilités, ont signé la présente Convention.
FAIT à La Haye, le 16 avril 2008, en double exemplaire, en langues néerlandaise,
arabe et anglaise, les trois textes faisant également foi. En cas de divergence
d’interprétation entre les textes néerlandais et arabe, le texte anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas :
J. C. DE JAGER
Pour le Gouvernement du Royaume de Bahreïn :
AHMED BIN MOHAMMED AL-KHALIFA
182
Volume 2647, I-47155
PROTOCOLE
Au moment de signer la Convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu conclue ce jour entre le Royaume
de Bahreïn et le Royaume des Pays-Bas, les soussignés sont convenus que les dispositions suivantes feront partie intégrante de la Convention.
A. GÉNÉRALITÉS
1. Il est entendu que les dispositions de la Convention qui sont identiques ou substantiellement identiques aux dispositions correspondantes du Modèle de convention fiscale de l’OCDE concernant le revenu et la fortune seront interprétées conformément aux
Commentaires de l’OCDE sur lesdites dispositions au moment de la signature de la Convention et aux modifications ultérieures clarifiant les Commentaires de l’OCDE sur ces
dispositions. L’accord visé dans la phrase qui précède ne s’applique à aucune interprétation contraire convenue dans le présent Protocole, à aucune interprétation contraire convenue par les autorités compétentes après l’entrée en vigueur de la Convention, ni à aucune réserve ou observation à l’égard du Modèle de convention fiscale de l’OCDE ou
des Commentaires de l’OCDE par l’un des États contractants.
2. Tout élément de revenu perçu par une personne fiscalement transparente en vertu des lois de l’un ou l’autre État, ou par son intermédiaire, sera considéré comme un
élément de revenu perçu par un résident d’un État dans la mesure où ledit élément est
traité aux fins de la législation fiscale dudit État comme le revenu d’un résident. Si, en
vertu de la phrase précédente, un élément de revenu est considéré par un État comme acquis par une personne qui est un résident de cet État et si le même élément de revenu est
considéré par l’autre État comme acquis par une autre personne qui est un résident dudit
autre État, ladite phrase n’empêche aucun des États d’imposer l’élément au titre du revenu considéré par ledit État comme réalisé par la personne en question.
3. Lorsque, conformément au paragraphe 2, un élément de revenu est imposé dans
un État contractant au nom d’une entité qui est fiscalement transparente en vertu de la législation de l’autre État et est aussi imposé au nom d’un résident de l’autre État contractant en tant que participant à cette entité, cet autre État prévoira un allégement des impôts
prélevés dans le premier État sur cet élément de revenu conformément aux dispositions
de l’article 22.
B. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 3, PARAGRAPHE 2 ET L’ARTICLE 25
Il est entendu que si les autorités compétentes des États contractants sont parvenues,
par accord mutuel, à une solution dans le cadre de la Convention concernant des situations dans lesquelles :
a. L’application du paragraphe 2 de l’article 3 eu égard à l’interprétation d’un
terme non défini dans la Convention, ou
183
Volume 2647, I-47155
b.
Des différences dans la qualification (par exemple d’un élément de revenu ou
d’une personne),
seraient susceptibles d’entraîner une double imposition ou une double exonération, cette
solution, après publication par les deux autorités compétentes sera aussi contraignante
pour l’application des dispositions de la Convention dans d’autres situations similaires.
C. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 4
Une personne physique vivant à bord d’un navire, qui n’est résident ni de l’un ni de
l’autre des États contractants, est réputée être un résident de l’État contractant où se
trouve le port d’attache du navire.
D. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 5, PARAGRAPHE 2, ALINÉAS G ET H
Il est entendu qu’un comptoir de vente et un entrepôt par rapport à une personne offrant des services de stockage à d’autres ne peuvent être réputés être des établissements
stables que si les autres activités de l’entreprise dans l’autre État contractant consistent en
des activités industrielles et commerciales qui constituent un établissement stable au sens
de l’article 5.
E. EN CE QUI CONCERNE LES ARTICLES 5, 6, 7, 13 ET 23
Il est entendu que les droits d’exploration et d’exploitation des ressources naturelles
seront considérés comme des biens immobiliers situés dans l’État contractant dans lequel
sont situés le fond marin et le sous-sol auxquels ils se rattachent et que ces droits seront
considérés comme les actifs d’un établissement stable situé dans cet État. Il est en outre
entendu que les droits susmentionnés comprennent les droits aux intérêts ou aux bénéfices des actifs produits en vertu de cette exploration ou exploitation.
F. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 7
1. Les paiements reçus en contrepartie de services techniques, y compris des
études ou enquêtes de nature scientifique, géologique ou technique ou de services de
conseils ou de supervision seront réputés être des paiements auxquels les dispositions de
l’article 7 s’appliquent.
2. En ce qui concerne les paragraphes 1 et 2 de l’article 7, lorsqu’une entreprise
d’un État contractant vend des biens et des marchandises ou réalise ses activités dans
l’autre État contractant, par le biais d’un établissement stable qui y est situé, les bénéfices
de cet établissement stable ne seront pas calculés en fonction de la somme totale reçue
par l’entreprise mais bien en fonction de la part du revenu de l’entreprise qui peut être attribuée à l’activité réelle de l’établissement stable en matière de ventes ou d’activités.
Plus particulièrement, dans le cas de contrats d’étude, d’approvisionnement, de montage
ou de construction d’équipements ou d’installations industrielles, commerciales ou scientifiques, ou de travaux publics, lorsque l’entreprise possède un établissement stable, les
bénéfices qui peuvent être attribués à cet établissement stable ne seront pas déterminés
sur la base du montant total du contrat mais bien sur la fraction du contrat qui est effectivement réalisée par l’établissement stable dans l’État contractant où il est situé. Les béné184
Volume 2647, I-47155
fices ayant trait à la partie du contrat menée à bien par le siège social de l’entreprise ne
seront imposés que dans l’État contractant dont l’entreprise est résidente.
G. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 8
Il est entendu que les dispositions de l’article 8 s’appliquent également aux impôts
perçus sur la base des recettes brutes concernant le transport des passagers et des marchandises en trafic international.
H. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 10
Nonobstant les dispositions du paragraphe 2 de l’article 10, l’État contractant dont la
société est un résident ne percevra pas d’impôts sur les dividendes payés par cette société, si le bénéficiaire effectif des dividendes est un fonds de pension visé au paragraphe 2
de l’article 4.
EN CE QUI CONCERNE LES ARTICLES 10, 11 ET 12
I.
Si l’impôt prélevé à la source excède le montant de l’impôt exigible en vertu des
dispositions des articles 10, 11 ou 12, une demande de remboursement du montant de
l’impôt en excédant doit être introduite auprès de l’autorité compétente de l’État ayant
procédé au prélèvement, dans un délai de trois ans à compter de l’expiration de l’année
civile au cours de laquelle l’impôt a été prélevé.
J.
EN CE QUI CONCERNE LES ARTICLES 10 ET 13
Il est entendu que le revenu perçu suite à la liquidation (partielle ou non) d’une société ou au rachat de ses propres actions par une société sera considéré comme un revenu
d’actions et non comme une plus-value du capital.
K. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 25
Les autorités compétentes des États peuvent aussi convenir, en ce qui concerne tout
accord conclu à la suite d’une procédure amiable au sens de l’article 25, le cas échéant
allant à l’encontre de leurs législations nationales respectives, que l’État dans lequel
l’accord susvisé se traduit par une taxe supplémentaire n’imposera pas d’augmentations,
surtaxes, intérêts et frais en rapport avec cette taxe supplémentaire, si l’autre État où intervient une réduction correspondante d’impôt du fait de l’accord s’abstient de verser les
intérêts qui seraient dus à la suite de cette réduction d’impôt.
L. EN CE QUI CONCERNE L’ARTICLE 26
1. Les dispositions de l’article 26 s’appliqueront en conséquence aux renseignements pertinents pour l’application des dispositions réglementaires des Pays-Bas relatives
aux revenus par les autorités des Pays-Bas concernées par la mise en œuvre,
l’administration et l’application desdites dispositions réglementaires relatives aux revenus.
185
Volume 2647, I-47155
2. Tout renseignement reçu en vertu du paragraphe 1 du présent article en ce qui
concerne l’article 26 de la présente Convention sera utilisé aux seules fins de la détermination et de la perception des contributions et de la détermination et de l’octroi des avantages au titre des dispositions réglementaires relatives aux revenus visées au paragraphe 1.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment habilités, ont signé le présent Protocole.
FAIT à La Haye, le 16 avril 2008, en double exemplaire, en langues néerlandaise,
arabe et anglaise, les trois textes faisant également foi. En cas de divergence
d’interprétation entre les textes néerlandais et arabe, le texte anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas :
J. C. DE JAGER
Pour le Gouvernement du Royaume de Bahreïn :
AHMED BIN MOHAMMED AL-KHALIFA
186
Volume 2647, I-47156
No. 47156
____
Netherlands
and
Indonesia
Agreement between the Kingdom of the Netherlands and the Republic of Indonesia
on mutual administrative assistance for the proper application of customs law
and for the prevention, investigation and combating of customs offences. The
Hague, 24 June 2003
Entry into force: 1 January 2010 by notification, in accordance with article 21
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: Netherlands, 22 February
2010
Pays-Bas
et
Indonésie
Accord entre le Royaume des Pays-Bas et la République d'Indonésie relatif à l'assistance administrative mutuelle pour l'application appropriée des lois douanières
et pour la prévention, l'enquête et la lutte contre les infractions douanières. La
Haye, 24 juin 2003
Entrée en vigueur : 1er janvier 2010 par notification, conformément à l'article 21
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Pays-Bas, 22 février 2010
187
Volume 2647, I-47156
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
188
Volume 2647, I-47156
189
Volume 2647, I-47156
190
Volume 2647, I-47156
191
Volume 2647, I-47156
192
Volume 2647, I-47156
193
Volume 2647, I-47156
194
Volume 2647, I-47156
195
Volume 2647, I-47156
196
Volume 2647, I-47156
197
Volume 2647, I-47156
198
Volume 2647, I-47156
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE ROYAUME DES PAYS-BAS ET LA RÉPUBLIQUE
D’INDONÉSIE RELATIF À L’ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE POUR L’APPLICATION APPROPRIÉE DES LOIS DOUANIÈRES ET POUR LA PRÉVENTION, L’ENQUÊTE ET LA LUTTE
CONTRE LES INFRACTIONS DOUANIÈRES
Le Royaume des Pays-Bas et la République d’Indonésie, ci-après dénommés les Parties contractantes,
Considérant qu’il importe de déterminer avec exactitude les droits de douane et
autres impôts perçus sur l’importation ou l’exportation et d’appliquer correctement les
dispositions concernant les interdictions, restrictions et contrôles,
Considérant que les infractions à la législation douanière portent préjudice à leurs intérêts économiques, fiscaux, sociaux, culturels, de santé publique et commerciaux,
Considérant que le trafic transfrontières de stupéfiants, de substances psychotropes,
de produits dangereux, d’espèces menacées et de déchets toxiques constitue un danger
pour la société,
Considérant que le trafic illégal transfrontières d’armes, d’explosifs, de substances
chimiques, biologiques et nucléaires constitue un danger pour la société,
Reconnaissant la nécessité d’une coopération internationale dans les questions liées à
l’application et au respect de leurs législations douanières,
Convaincus que les mesures contre les infractions douanières peuvent devenir plus
efficaces grâce à une étroite collaboration entre leurs administrations des douanes, fondée
sur de claires dispositions légales,
Eu égard aux instruments pertinents du Conseil de coopération douanière, notamment à la Recommandation sur l’assistance mutuelle administrative du 5 décembre 1953,
Vu également les conventions internationales qui contiennent des instructions sur les
interdictions, les restrictions et les mesures spéciales de contrôle de certaines marchandises spécifiques,
Sont convenus de ce qui suit :
CHAPITRE PREMIER. DÉFINITIONS
Article premier
Aux fins du présent Accord :
1. L’expression « administration des douanes » s’entend pour le Royaume des
Pays-Bas, de l’administration centrale chargée de l’application de la législation douanière, et pour la République d’Indonésie, de la Direction générale des douanes et des
droits d’accise du Ministère des finances;
199
Volume 2647, I-47156
2. L’expression « législation douanière » s’entend de toutes les dispositions légales
et administratives applicables ou imposables par les administrations des douanes en ce
qui concerne l’importation, l’exportation, la circulation ou le stockage des marchandises;
3. L’expression « infraction douanière » s’entend de toute violation ou de toute
tentative de violation de la législation douanière;
4. L’expression « créances douanières » s’entend de tous montants de droits et de
taxes auxquels le présent Accord s’applique et des augmentations, surtaxes, arriérés de
paiement, intérêts et coûts afférents auxdits droits et taxes qui ne peuvent être recouvrés
dans l’une des Parties contractantes;
5. L’expression « personne » s’entend d’une personne physique ou d’une personne
morale;
6. L’expression « fiche signalétique » s’entend de toute donnée concernant une
personne identifiée ou identifiable;
7. L’expression « informations » s’entend des données (traitées ou non), documents, rapports, copies certifiées et authentifiées desdits documents ou autres communications sur tout support, y compris électronique;
8. L’expression « autorités requérantes » s’entend de l’administration des douanes
qui demande une assistance;
9. L’expression « autorités requises » s’entend de l’administration des douanes à
qui l’on demande une assistance.
CHAPITRE II. CHAMP D’APPLICATION DE L’ACCORD
Article 2
1. Les Parties contractantes, par l’intermédiaire de leurs administrations des
douanes, se fournissent réciproquement une assistance administrative dans les conditions
spécifiées dans le présent Accord, pour assurer l’application correcte de la législation
douanière et pour prévenir les infractions douanières, faire des enquêtes à leur sujet et
lutter contre elles ainsi qu’en vue du recouvrement des créances douanières.
2. L’assistance prévue au titre du présent Accord par l’une ou l’autre Partie contractante est fournie conformément à ses dispositions légales et administratives nationales
et dans les limites de la compétence et des ressources disponibles de son administration
des douanes.
3. Le présent Accord ne porte pas atteinte aux obligations contractées par le
Royaume des Pays-Bas au titre de la législation de l’Union européenne relative à ses
obligations actuelles et à venir en tant qu’État membre de l’Union européenne et au titre
de toute législation adoptée pour l’exécution de ces obligations, ni à ses obligations actuelles et à venir, telles qu’elles résultent ou résulteront d’accords internationaux entre les
États membres de l’Union européenne, ni aux obligations de la République d’Indonésie
dans le cadre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), signée à Phuket, en Thaïlande, le 1er mars 1997.
200
Volume 2647, I-47156
4. Le présent Accord ne vise que l’assistance administrative mutuelle entre les Parties contractantes; les dispositions du présent Accord ne donnent pas le droit à une personne privée d’obtenir, de supprimer ou d’exclure une preuve quelle qu’elle soit ou
d’entraver l’exécution d’une demande.
5. Le présent Accord ne porte pas atteinte aux règles qui régissent l’assistance mutuelle en matière pénale. Si l’assistance mutuelle devait être fournie dans le cadre d’un
autre accord en vigueur entre les Parties contractantes, l’autorité requise indique les autorités compétentes.
CHAPITRE III. PORTÉE DE L’ASSISTANCE
Article 3
1. Les administrations des douanes se fournissent réciproquement, soit sur demande soit de leur propre initiative, les informations permettant d’assurer une application
correcte de la législation douanière et de prévenir les infractions douanières, d’enquêter à
leur sujet et de lutter contre elles ainsi que de procéder au recouvrement des créances
douanières.
2. L’une ou l’autre administration des douanes peut, en procédant à des enquêtes
au nom de l’autre, agir comme si les enquêtes étaient faites pour son propre compte ou
sur demande d’un autre organisme de son propre État.
Article 4
1. Sur demande, les autorités requises fournissent toutes les informations sur la législation et les procédures douanières dans la Partie contractante, qui présentent un intérêt pour les enquêtes liées à une infraction douanière.
2. L’une ou l’autre administration des douanes communique, soit sur demande soit
de sa propre initiative et sans délai, les informations disponibles liées à :
a) De nouvelles modalités d’application de la législation douanière qui ont fait
preuve de leur efficacité;
b) De nouvelles tendances, possibilités ou méthodes relevées dans la manière
de commettre des infractions douanières.
Article 5
Les administrations des douanes peuvent se fournir une assistance technique mutuelle en matière douanière, notamment :
a) L’échange de fonctionnaires des douanes lorsque cet échange est mutuellement
bénéfique à l’amélioration de la compréhension des modalités douanières de
l’autre Partie contractante;
b) Une formation et une assistance dans le développement des compétences spécialisées des fonctionnaires des douanes;
201
Volume 2647, I-47156
c)
L’échange d’informations et d’expériences en ce qui concerne l’utilisation de
l’équipement d’interception et de détection;
d) L’échange d’experts spécialisés en matière douanière;
e) L’échange de données professionnelles, scientifiques et techniques ayant trait à
la législation et aux procédures douanières.
CHAPITRE IV. EXEMPLES D’ASSISTANCE
Article 6
Sur demande, les autorités requises fournissent aux autorités requérantes les renseignements qui établissent que :
a) Les marchandises qui sont importées sur le territoire douanier de la Partie contractante requérante ont été légalement exportées sur le territoire douanier de la
Partie contractante requise;
b) Les marchandises exportées du territoire douanier de la Partie contractante requérante ont été légalement importées sur le territoire douanier de la Partie contractante requise avec, le cas échéant, l’indication du régime douanier qui a été
appliqué aux marchandises.
Article 7
1.
Sur demande, les autorités requises exercent une surveillance spéciale sur :
a) Les personnes connues des autorités requérantes pour avoir commis une infraction à la législation douanière ou soupçonnées de l’avoir fait, en particulier celles qui entrent sur le territoire douanier de la Partie contractante
requise et en sortent;
b) Les marchandises transportées ou stockées, notifiées par les autorités requérantes comme pouvant donner lieu à un trafic illicite vers le territoire douanier de la Partie contractante requérante;
c) Les moyens de transport soupçonnés par les autorités requérantes d’être utilisés pour commettre des infractions douanières sur le territoire douanier de
la Partie contractante requérante.
2. Les administrations des douanes peuvent autoriser, conformément à leur législation nationale, par accord et arrangement mutuel, sous leur contrôle, l’importation sur le
territoire douanier de leurs États respectifs, l’exportation de ce territoire ou le transit via
ce territoire, de marchandises impliquées dans un trafic illicite, en vue de mettre fin à ce
trafic.
202
Volume 2647, I-47156
Article 8
1. Les administrations des douanes se fournissent réciproquement, soit sur demande soit de leur propre initiative, des informations sur les transactions réalisées ou envisagées qui constituent ou semblent constituer une infraction à la législation douanière.
2. Dans les cas graves susceptibles d’entraîner des dommages importants sur
l’économie, la santé publique ou un intérêt vital quelconque de l’une des Parties contractantes, les administrations des douanes de l’autre Partie contractante fournissent sans retard et de leur propre initiative, chaque fois que possible, des informations.
3. Les administrations des douanes peuvent convenir, selon des conditions qui seront fixées conformément au paragraphe 2 de l’article 19 du présent Accord, de fournir
des informations de manière systématique afin de faciliter le commerce légitime et/ou
d’améliorer l’application de la législation douanière dans le cas d’un risque sérieux pour
la société.
Article 9
1. Les administrations des douanes se fournissent une assistance mutuelle en vue
du recouvrement des créances douanières conformément à leurs dispositions légales et
administratives nationales respectives ayant trait au recouvrement de leurs propres
créances de droits et taxes.
2. Les administrations des douanes établissent, d’un commun accord, les règles régissant l’application du présent Accord conformément au paragraphe 2 de l’article 19 du
présent Accord. Ces règles peuvent contenir les expressions et les conditions dans lesquelles l’application par les autorités requises de leurs dispositions légales et administratives au sens du paragraphe 1 du présent article est laissée à l’appréciation desdites autorités.
CHAPITRE V. INFORMATIONS
Article 10
1. Les informations originales ne sont demandées que dans les cas où des copies
certifiées ne sauraient suffire et elles sont renvoyées le plus rapidement possible; les
droits des autorités requises ou de tiers ne sont pas modifiés.
2. Les informations devant être échangées dans le cadre du présent Accord sont
accompagnées de toutes les précisions pertinentes pour leur interprétation et leur utilisation.
203
Volume 2647, I-47156
CHAPITRE VI. EXPERTS ET TÉMOINS
Article 11
Sur demande, les autorités requises autorisent leurs fonctionnaires à comparaître devant un tribunal de l’autre Partie contractante en qualité d’experts ou de témoins à propos
d’infractions à la législation douanière.
CHAPITRE VII. COMMUNICATION DES DEMANDES
Article 12
1. Les demandes d’assistance dans le cadre du présent Accord sont adressées directement à l’administration des douanes de l’autre Partie contractante, se font par écrit et
sont accompagnées de tous les documents considérés comme utiles. Lorsque la situation
l’exige, les demandes peuvent être également faites oralement, mais dans ce cas, elles
doivent être rapidement confirmées par écrit.
2. Les demandes faites conformément au paragraphe 1 du présent article contiennent les précisions suivantes :
a) Le nom des autorités requérantes;
b) L’objet et la raison de la demande;
c) Un rapide exposé du problème, des aspects légaux et de la nature de la procédure;
d) Les noms et adresses des parties concernées par la procédure, si ceux-ci
sont connus.
3. La demande par l’une ou l’autre administration douanière de suivre une certaine
procédure sera respectée, sous réserve des dispositions légales et administratives nationales de la Partie contractante requise.
4. Les informations et renseignements visés dans le présent Accord sont communiqués aux agents spécialement désignés à cet effet par chaque administration douanière.
La liste des agents ainsi désignés est fournie à l’administration douanière de l’autre Partie
contractante conformément au paragraphe 2 de l’article 19 du présent Accord.
CHAPITRE VIII. SUITE DONNÉE AUX DEMANDES
Article 13
Si les autorités requises ne disposent pas des informations demandées, elles entreprennent des recherches pour les obtenir, conformément à leurs dispositions légales et
administratives nationales. Ces enquêtes prévoient l’établissement de déclarations faites
204
Volume 2647, I-47156
par les personnes qui sont en mesure de fournir des informations relatives à une infraction à la législation douanière ainsi que par des témoins et des experts.
Article 14
1. Sur demande écrite, les fonctionnaires désignés par les autorités requérantes
peuvent, avec l’autorisation des autorités requises et sous réserve des conditions que ces
dernières peuvent imposer, pour le déroulement d’une enquête relative à une infraction
douanière :
a) Consulter dans les services des autorités requises les documents, registres et
autres données pertinentes en vue d’extraire toute information relative à ladite infraction;
b) Prendre copie des documents, registres et autres données pertinentes au sujet de ladite infraction;
c) Assister à une enquête menée par les autorités requises sur le territoire
douanier de la Partie contractante requise et présentant un intérêt pour les
autorités requérantes.
2. Lorsque des fonctionnaires des autorités requérantes se trouvent sur le territoire
de l’autre Partie contractante, dans les conditions prévues à l’article 11 du paragraphe 1
du présent article, ils doivent à tout moment être en mesure de fournir la preuve de leur
titre officiel.
3. Pendant leur séjour, ils bénéficient de la même protection que celle accordée
aux fonctionnaires douaniers de l’autre Partie contractante, conformément à la législation
en vigueur, et sont responsables de toute infraction qu’ils pourraient commettre.
CHAPITRE IX. CARACTÈRE CONFIDENTIEL DES INFORMATIONS
Article 15
1. Les informations communiquées au titre du présent Accord ne sont utilisées
qu’aux fins du présent Accord et par les administrations des douanes, sauf dans les cas
où celles qui ont fourni ces informations approuvent expressément leur utilisation à
d’autres fins ou par d’autres autorités. Cette utilisation est alors soumise à toutes restrictions fixées par l’administration des douanes qui ont fourni les informations. Les informations de ce type ne peuvent, si la légalisation nationale de la Partie contractante qui les
a fournies le prescrit, être utilisées dans les poursuites pénales qu’après l’accord du Procureur ou des autorités judiciaires de la Partie contractante qui les a fournies.
2. Toute information reçue aux termes du présent Accord bénéficie au moins de la
même protection et de la même confidentialité que celles dont jouit le même type
d’informations, aux termes de la législation nationale concernant les ressortissants de la
Partie contractante où elle est reçue, quelle que soit la nationalité, la citoyenneté ou la résidence des personnes concernées.
205
Volume 2647, I-47156
3. La divulgation d’informations à la Commission européenne ou à toute autorité
douanière des États membres de l’Union européenne, conformément aux obligations du
Royaume des Pays-Bas mentionnées au paragraphe 3 de l’article 2 du présent Accord, sera préalablement notifiée à l’administration des douanes de la République d’Indonésie.
4. La divulgation d’informations à toute administration des douanes des États
membres de l’ASEAN, conformément aux obligations de la République d’Indonésie
mentionnées au paragraphe 3 de l’article 2 du présent Accord, sera préalablement notifiée à l’administration des douanes du Royaume des Pays-Bas.
Article 16
1. Les renseignements personnels échangés dans le cadre du présent Accord sont
soumis à un niveau de protection équivalent à celui qui est prévu par la Partie contractante qui les fournit.
2. Les Parties contractantes se fournissent réciproquement toute la législation correspondant au présent article, relativement à la protection des renseignements personnels
de leurs États respectifs.
3. Aucun renseignement personnel ne sera échangé tant que les Parties contractantes n’auront pas convenu, conformément au paragraphe 2 de l’article 19 du présent
Accord, que le niveau de protection est équivalent dans chacune des Parties contractantes.
CHAPITRE X. DÉROGATIONS
Article 17
1. Les autorités requises ne peuvent être tenues de fournir l’assistance prévue dans
le présent Accord si cette dernière risque de troubler l’ordre public ou de porter atteinte à
tout autre intérêt vital de la Partie contractante requise ou entraînerait la violation d’un
secret industriel, commercial ou professionnel.
2. S’il s’avère que les autorités requérantes ne seraient pas en mesure de donner
suite à une demande similaire si elle était faite par les autorités requises, elles signalent ce
fait dans leur demande. La suite donnée à une demande de ce genre est laissée à la discrétion des administrations des douanes requises.
3. L’assistance peut être retardée par les autorités requises au motif qu’elle entraverait une enquête, des poursuites ou une procédure en cours. Dans ce cas, les autorités
requises se consultent avec les autorités requérantes pour déterminer si l’assistance peut
être soumise aux conditions imposées par les autorités requises.
4. Lorsque l’assistance est refusée ou retardée, les raisons de ce refus ou de ce retard sont fournies.
206
Volume 2647, I-47156
CHAPITRE XI. FRAIS
Article 18
1. Les administrations des douanes renoncent à demander le remboursement des
frais entraînés par l’exécution du présent Accord, à l’exception des dépenses et indemnités encourues par les experts et les témoins ainsi que les coûts des traducteurs et des interprètes autres que les fonctionnaires de l’État, qui seront à la charge des autorités requérantes.
2. Les conséquences pécuniaires d’un recouvrement qui a été jugé injustifié en ce
qui concerne la réalité des créances douanières concernées ou de la validité de
l’instrument qui permettrait sa réclamation dans la Partie contractante requérante sont à la
charge des autorités requérantes.
3. Si des dépenses importantes et spéciales sont ou seront nécessaires pour donner
suite à la demande, les Parties contractantes se consultent pour déterminer les conditions
dans lesquelles sera donnée suite à la demande, ainsi que la manière dont seront répartis
les coûts.
CHAPITRE XII. MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD
Article 19
1. Les administrations des douanes prennent les mesures voulues pour que leurs
fonctionnaires chargés des enquêtes sur les infractions à la législation douanière ou de la
lutte contre celles-ci entretiennent des relations personnelles et directes entre eux.
2. Les administrations des douanes décideront de nouveaux arrangements détaillés
dans le cadre du présent Accord, en vue de faciliter la mise en œuvre de ce dernier.
3. Les administrations des douanes s’efforcent de résoudre d’un commun accord
tous les problèmes et incertitudes résultant de l’interprétation ou de l’application du présent Accord.
4. Les différends pour lesquels aucune solution n’est trouvée sont réglés par la
voie diplomatique.
CHAPITRE XIII. APPLICATION
Article 20
1. En ce qui concerne la République d’Indonésie, le présent Accord s’applique au
territoire de la République d’Indonésie tel qu’il est défini dans sa législation nationale et
les secteurs des mers adjacents sur lesquels la République d’Indonésie exerce sa souve-
207
Volume 2647, I-47156
raineté ou sa juridiction conformément aux dispositions de la Convention des Nations
Unies sur le droit de la mer de 1982.
2. En ce qui concerne le Royaume des Pays-Bas, le présent Accord s’applique à
son territoire en Europe. Il peut toutefois être étendu, soit entièrement soit après avoir fait
l’objet des modifications nécessaires, aux Antilles néerlandaises ou à Aruba.
3. Cette extension prendra effet à la date spécifiée et convenue dans les notes
échangées par la voie diplomatique et elle est soumise aux mêmes modifications et conditions, y compris celles relatives à la dénonciation, également spécifiées et convenues
dans les notes diplomatiques.
CHAPITRE XIV. ENTRÉE EN VIGUEUR ET DÉNONCIATION
Article 21
1. Le présent Accord entre en vigueur le premier jour du deuxième mois après lequel les Parties contractantes se sont réciproquement notifié par écrit et par la voie diplomatique que les formalités constitutionnelles nécessaires pour l’entrée en vigueur du
présent Accord sont terminées.
2. Le présent Accord est conclu pour une durée indéterminée mais chaque Partie
contractante peut y mettre fin à tout moment après notification par la voie diplomatique.
3. La dénonciation prend effet trois mois à partir de la date de la notification de
dénonciation envoyée à l’autre Partie contractante. Les démarches en cours au moment
de la dénonciation sont néanmoins poursuivies et menées à leur terme, conformément
aux dispositions du présent Accord.
4. Sauf indication contraire, la dénonciation du présent Accord ne met pas fin non
plus à son application dans les Antilles néerlandaises ou à Aruba, si cette extension a été
menée conformément aux dispositions du paragraphe 2 de l’article 20.
Article 22
1. Sur demande, les Parties contractantes se réunissent pour réexaminer le présent
Accord.
2. Tout amendement au présent Accord accepté par les Parties contractantes entre
en vigueur le premier jour du deuxième mois après lequel les Parties contractantes se
sont réciproquement notifié par écrit et par la voie diplomatique que les formalités constitutionnelles nécessaires pour l’entrée en vigueur de l’amendement sont terminées.
208
Volume 2647, I-47156
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés par leurs Gouvernements
respectifs, ont signé le présent Accord.
FAIT le 24 juin 2003 à La Haye, en deux exemplaires originaux dans la langue anglaise.
Pour le Royaume des Pays-Bas :
MAARTEN BRABERS
Pour la République d’Indonésie :
EDDY ABDURRACHMAN
209
Volume 2647, I-47157
No. 47157
____
Argentina
and
Saudi Arabia
Agreement on technical and scientific-technological co-operation between the Argentine Republic and the Kingdom of Saudi Arabia. Buenos Aires, 25 September 2000
Entry into force: 11 May 2007 by notification, in accordance with article X
Authentic texts: Arabic, English and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 17 February
2010
Argentine
et
Arabie saoudite
Accord de coopération technique, scientifique et technologique entre la République
argentine et le Royaume d'Arabie saoudite. Buenos Aires, 25 septembre 2000
Entrée en vigueur : 11 mai 2007 par notification, conformément à l'article X
Textes authentiques : arabe, anglais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine, 17 février 2010
211
Volume 2647, I-47157
212
Volume 2647, I-47157
213
Volume 2647, I-47157
214
Volume 2647, I-47157
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ]
215
Volume 2647, I-47157
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
216
Volume 2647, I-47157
217
Volume 2647, I-47157
218
Volume 2647, I-47157
219
Volume 2647, I-47157
220
Volume 2647, I-47157
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
221
Volume 2647, I-47157
222
Volume 2647, I-47157
223
Volume 2647, I-47157
224
Volume 2647, I-47157
225
Volume 2647, I-47157
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION TECHNIQUE, SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LE ROYAUME
D’ARABIE SAOUDITE
La République argentine et le Royaume d’Arabie saoudite, ci-après dénommés « les
Parties »,
Animés par le désir de renforcer les liens d’amitié unissant de longue date leurs deux
peuples,
Compte tenu de l’Accord de coopération économique et technique du 12 août 1981,
en vigueur entre les Parties,
Conscients de l’intérêt pour les deux Parties de promouvoir et favoriser le développement technique, scientifique et technologique,
Reconnaissant les avantages pour les deux Parties de la coopération dans les domaines d’intérêt mutuel,
Convaincus de l’importance d’instituer des mécanismes favorisant le développement
de ce processus ainsi que de la nécessité de mettre en œuvre des programmes spécifiques
en matière de coopération technique, scientifique et technologique, en raison de leurs effets sur le développement économique et social de leurs pays respectifs,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
1. L’objectif du présent Accord est de promouvoir la coopération technique, scientifique et technologique et le transfert de technologies entre les Parties à travers
l’élaboration et la mise en œuvre, par consentement mutuel, de programmes, projets et
autres formes de coopération technique, scientifique et technologique et le transfert de
technologies, qui feront l’objet d’accords spécifiques conclus par la voie diplomatique.
2. La participation d’agences et organismes des secteurs public et privé, tels que
les universités, agences de recherche technique et scientifique et agences non gouvernementales, sera prise en considération dans l’application desdits programmes et projets. En
outre, les Parties prendront en considération l’importance du transfert de technologies
ainsi que de la mise en œuvre de projets de développement, de projets de développement
régional et intégré et de projets établissant un lien entre les centres de recherche et de développement et les entreprises des deux pays.
Article II
1. Chaque projet définira ses objectifs généraux et spécifiques, indiquera ses activités, ses résultats obtenus, ses ressources techniques et financières, ses programmes de
travail ainsi que les domaines d’application des projets et le nom des institutions et/ou
226
Volume 2647, I-47157
organisations participantes. Le projet mentionnera les obligations, y compris les obligations financières, de chaque institution et/ou organisation participante.
2. Chaque projet sera régulièrement évalué, à la demande des organismes de coordination mentionnés à l’article IV.
Article III
La coopération technique, scientifique et technologique entre les Parties pourra donner lieu à des activités choisies selon la meilleure convenance parmi les activités suivantes :
a) Mise en œuvre conjointe ou coordonnée de programmes de recherche et/ou de
développement et du transfert de technologies;
b) Envoi d’experts;
c) Fourniture des équipements et du matériel nécessaires à la mise en œuvre de
projets spécifiques;
d) Préparation de programmes de formation professionnelle destinés aux stagiaires;
e) Création et mise en activité d’institutions et de laboratoires de recherche ou de
centres de formation;
f) Organisation de séminaires et de conférences;
g) Services de conseil;
h) Appui de projets conjoints de développement technologique établissant un lien
entre les centres de recherche et les sociétés;
i) Échange d’informations à caractère technique, scientifique et technologique.
Article IV
1. Afin d’assurer la mise en place d’un moyen adéquat de contrôle des actions de
coopération prévues dans le présent Accord et afin d’optimiser les conditions de sa mise
en œuvre, les Parties créeront une Commission mixte Argentine-Arabie saoudite de coopération technique, scientifique et technologique, composée de représentants des deux
Gouvernements ainsi que d’institutions dont les activités ont une incidence directe sur la
coopération technique, scientifique et technologique des deux pays.
2. La Commission mixte se réunira tous les deux (2) ans, en alternance en République argentine et au Royaume d’Arabie saoudite.
3. La Commission mixte sera présidée par les fonctionnaires affectés par le Ministère des affaires étrangères, du commerce international et du culte de la République argentine et la Présidence de la Nation respectivement, par l’entremise du Secrétariat aux
sciences, technologies et innovation productive de la République argentine, ainsi que par
le Gouvernement du Royaume d’Arabie saoudite, par l’entremise de la Cité du roi Abdulaziz pour la science et la technologie.
227
Volume 2647, I-47157
4.
La Commission mixte aura pour fonctions :
a) D’évaluer et de définir les domaines d’application prioritaires des projets
spécifiques de coopération technique, scientifique et technologique ainsi
que le transfert de technologies;
b) De proposer aux Parties les programmes et/ou projets qu’elle juge nécessaire de mettre en œuvre;
c) D’analyser, d’évaluer, d’approuver et de réviser les programmes, projets et
autres formes de coopération technique, scientifique et technologique et le
transfert de technologies; et
d) De garantir l’application des dispositions du présent Accord et de formuler
aux Parties les recommandations qu’elle juge appropriées.
Article V
1.
Les coûts des activités énumérées à l’article III seront répartis comme suit :
a) Les coûts inhérents aux voyages des professionnels en direction et en provenance de la destination finale de la Partie hôte et à leur assistance médicale seront assurés par la Partie expéditrice.
b) La Partie hôte assumera les frais de voyage, de séjour, d’entretien et de
transport local.
2. Les coûts inhérents aux formations et spécialisations de professionnels dans des
établissements publics ou privés d’homologues seront entièrement assurés par la Partie
requérante.
3. Les modalités et conditions financières seront convenues par les Parties.
Article VI
Les Parties accorderont, conformément à leur législation nationale, toutes les facilités nécessaires à l’entrée, au séjour et au départ du personnel en déplacement qui prendra
officiellement part aux projets de coopération. Les membres dudit personnel ne se livreront à aucune activité autre que celle liée à l’objet du voyage ni ne recevront aucun paiement autre que celui prévu par le présent Accord, sans avoir reçu l’autorisation préalable
des Parties.
Article VII
1. Les Parties s’accorderont mutuellement, dans le respect de leur législation nationale, les facilités administratives et fiscales nécessaires à l’entrée et à la sortie des
équipements et du matériel requis dans le cadre de la mise en œuvre des projets.
2. En ce qui concerne l’échange d’informations scientifiques et technologiques, les
Parties émettront des restrictions chaque fois qu’elles le jugeront utile.
228
Volume 2647, I-47157
Article VIII
Les droits de propriété intellectuelle de chaque invention, produit, procédé, etc., résultant des programmes et/ou projets conjoints de développement et de recherche scientifiques et technologiques constitueront une propriété commune et feront l’objet, dans
chaque cas, d’accords distincts, conformément au régime international en vigueur en matière de propriété intellectuelle.
Article IX
Tout différend entre les Parties concernant l’application et l’interprétation du présent
Accord sera résolu par la voie diplomatique.
Article X
1. Le présent Accord entrera en vigueur à la date de réception de la dernière des
notifications par lesquelles les Parties se communiquent mutuellement l’accomplissement
des procédures légales internes requises à cet effet.
2. Le présent Accord restera en vigueur pendant une période de trois ans, renouvelable indéfiniment et automatiquement pour la même durée, à moins que l’une des Parties
ne le dénonce par notification écrite adressée à l’autre Partie six mois au préalable, par la
voie diplomatique. En cas de dénonciation, les projets et programmes en cours
d’exécution se poursuivront conformément aux modalités et conditions du présent Accord.
3. Au moment de l’entrée en vigueur du présent Accord, les règles concernant la
coopération technique visées aux articles premier, 2 (paragraphe 2), 3, 5 et 6 de l’Accord
de coopération économique et technique, signé à Buenos Aires le 12 août 1981, seront
remplacées. Les accords supplémentaires et projets spécifiques en cours d’exécution à
ladite date se poursuivront jusqu’à leur terme.
FAIT à Buenos Aires le 25 septembre 2000, correspondant au 27 Joumada al-thani
1421 h, en deux exemplaires originaux en langues espagnole, arabe et anglaise, tous les
textes faisant également foi. En cas de divergence, le texte anglais prévaudra.
Pour la République argentine :
ADALBERTO RODRÍGUEZ GIAVARINI
Pour le Royaume d’Arabie saoudite :
SAUD AL FAISAL BIN ABDULAZIZ AL SAUD
229
Volume 2647, I-47158
No. 47158
____
Netherlands
and
Suriname
Exchange of notes constituting an agreement between the Kingdom of the Netherlands and the Republic of Suriname on the status of Dutch military and civilian
personnel stationed in the Republic of Suriname for training purposes. Paramaribo, 29 June 2004 and 26 August 2004
Entry into force: 26 August 2004, in accordance with the provisions of the said notes
Authentic text: Dutch
Registration with the Secretariat of the United Nations: Netherlands, 22 February
2010
Pays-Bas
et
Suriname
Échange de notes constituant un accord entre le Royaume des Pays-Bas et la République du Suriname relatif au statut du personnel néerlandais militaire et civil
stationné en République du Suriname pour entrainement. Paramaribo, 29 juin
2004 et 26 août 2004
Entrée en vigueur : 26 août 2004, conformément aux dispositions desdites notes
Texte authentique : néerlandais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Pays-Bas, 22 février 2010
231
Volume 2647, I-47158
[ DUTCH TEXT – TEXTE NÉERLANDAIS ]
232
Volume 2647, I-47158
233
Volume 2647, I-47158
234
Volume 2647, I-47158
235
Volume 2647, I-47158
236
Volume 2647, I-47158
[TRANSLATION – TRADUCTION] 1
________
1
Translation supplied by the Government of the Netherlands – Traduction fournie par le Gouvernement
des Pays-Bas.
237
Volume 2647, I-47158
238
Volume 2647, I-47158
239
Volume 2647, I-47158
240
Volume 2647, I-47158
[TRANSLATION – TRADUCTION]
I
Ambassade du Royaume des Pays-Bas
Paramaribo
Paramaribo, 29 juin 2004
PRM-CDP/04/192
L’Ambassade du Royaume des Pays-Bas auprès de la République du Suriname présente ses compliments au Ministère des affaires étrangères de la République du Suriname
et a l’honneur de proposer un accord entre le Royaume des Pays-Bas et la République du
Suriname (« les Parties ») relatif au statut du personnel militaire et civil du Ministère
néerlandais de la défense stationné en République du Suriname pour entraînement, selon
les conditions suivantes.
Article premier. Privilèges et immunités
1. Le personnel militaire et civil du Ministère néerlandais de la défense stationné
en République du Suriname pour entraînement (« personnel néerlandais ») se conformera
aux lois et pratiques en vigueur dans la République du Suriname.
2. Le personnel néerlandais jouira de privilèges et immunités identiques à ceux accordés au personnel technique et administratif des missions diplomatiques par la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961.
Article II. Arrangements supplémentaires
Les conditions régissant les activités d’entraînement peuvent être définies dans un
arrangement entre les Ministres de la défense des deux Parties.
Article III. Conditions relatives à l’entrée et la sortie
1. Le personnel néerlandais sera autorisé à entrer sur le territoire de la République
du Suriname dans le cadre d’activités d’entraînement, sur présentation d’une carte
d’identité militaire.
2. Les biens importés en République du Suriname par le Royaume des Pays-Bas
dans le cadre du présent Accord seront exemptés de contrôles douaniers et autres formalités douanières ainsi que de tous droits, taxes et autres prélèvements à l’entrée sur le territoire de la République du Suriname et à la sortie de celui-ci.
241
Volume 2647, I-47158
Article IV. Responsabilité
Le Gouvernement de la République du Suriname et le Gouvernement du Royaume
des Pays-Bas conviennent de se libérer mutuellement de toute responsabilité en cas de
dommage physique ou matériel subi par l’autre Partie, y compris des blessures mortelles,
dans le cadre des fonctions officielles de l’une ou l’autre Partie, sauf si ledit dommage
résulte d’un faute grave ou intentionnelle.
Article V. Services médicaux et dentaires
Le personnel néerlandais peut recourir aux services médicaux et dentaires militaires
et civils de la République du Suriname, aux mêmes conditions auxquelles est soumis le
personnel militaire de la République du Suriname. Tous les services médicaux et dentaires ainsi que l’évacuation d’urgence par la voie militaire seront gratuits.
Article VI. Armes et munitions
1. Le personnel militaire néerlandais est habilité à posséder et à porter des armes et
des munitions associées, pour autant qu’il y soit autorisé en vertu des règlements qui lui
sont applicables. Lesdites armes et munitions seront stockées conformément aux règlements en vigueur en République du Suriname.
2. Le personnel militaire néerlandais est uniquement autorisé à utiliser des armes
dans le cadre des entraînements, à des endroits déterminés à cet effet par les autorités surinamaises et agréés par les autorités néerlandaises et surinamaises.
3. Les autorités surinamaises assureront la sécurité et la sûreté du personnel néerlandais pendant son séjour en République du Suriname.
4. D’autres accords écrits liés à la sécurité et la sûreté du personnel et aux armes et
munitions seront conclus avant le début des activités d’entraînement.
Article VII. Permis de conduire et utilisation des routes
1. La République du Suriname acceptera comme valide, sans frais ni enquêtes
supplémentaires, tout permis de conduire civil ou militaire délivré au personnel néerlandais par les autorités compétentes du Royaume des Pays-Bas.
2. Les véhicules de service enregistrés appartenant au Royaume des Pays-Bas seront exempts de toutes taxes liées à la circulation sur les routes de la République du Suriname dans le cadre des activités d’entraînement.
Article VIII. Communications
Le personnel néerlandais est autorisé à employer son propre système de transmission
radio dans le cadre d’activités conjointes utilisant des fréquences attribuées par la République du Suriname. Le personnel néerlandais peut utiliser le spectre radioélectrique gratuitement.
242
Volume 2647, I-47158
Article IX. Différends
Tout différend entre les Parties découlant de l’application ou de l’interprétation du
présent Accord sera résolu par voie de consultation, si nécessaire par la voie diplomatique, entre les autorités concernées des deux Parties.
Article X. Validité
1. Le présent Accord restera en vigueur pendant une période d’un an.
2. Chacune des Parties peut dénoncer le présent Accord moyennant un préavis de
deux mois.
Si la proposition ci-dessus rencontre l’agrément du Gouvernement de la République
du Suriname, l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas a l’honneur de proposer que la
présente Note et la Note en réponse du Ministère constituent un accord entre le Royaume
des Pays-Bas et la République du Suriname, qui entrera en vigueur à la date de réception
de la Note en réponse.
L’Ambassade du Royaume des Pays-Bas saisit l’occasion pour renouveler au Ministère des affaires étrangères de la République du Suriname les assurances de sa plus haute
considération.
Ministère des affaires étrangères de la République du Suriname
Bureau du protocole
Paramaribo
243
Volume 2647, I-47158
II
Ministère des affaires étrangères de la République du Suriname
Paramaribo, 26 août 2004
N° 5006/04
Le Ministère des affaires étrangères de la République du Suriname présente ses
compliments à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas et a l’honneur d’accuser réception de sa Note PRM-CDP/04/192 du 29 juin 2004, qui se lit comme suit :
[Voir note I]
Le Ministère des affaires étrangères a l’honneur de confirmer que la proposition cidessus relative au statut du personnel militaire et civil du Ministère néerlandais de la défense stationné en République du Suriname pour entraînement rencontre l’agrément du
Gouvernement de la République du Suriname et que la Note de l’Ambassade et la présente Note en réponse constituent un accord entre le Royaume des Pays-Bas et la République du Suriname.
Le Ministère des affaires étrangères de la République du Suriname saisit l’occasion
pour renouveler à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas les assurances de sa plus
haute considération.
L’Ambassade du Royaume des Pays-Bas
Paramaribo
244
Volume 2647, I-47159
No. 47159
____
United Nations
and
Malta
Exchange of letters constituting an agreement between the United Nations and the
Government of Malta regarding the holding of the International Meeting in
support of Israeli-Palestinian Peace held in Qawra on 12 and 13 February 2010.
New York, 20 January 2010 and 21 January 2010
Entry into force: 21 January 2010, in accordance with the provisions of the said letters
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: ex officio, 2 February 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Organisation des Nations Unies
et
Malte
Échange de lettres constituant un accord entre l'Organisation des Nations Unies et
le Gouvernement de Malte relatif à la réunion internationale à l'appui de la
paix israélo-palestinienne tenue à Qawra les 12 et 13 février 2010. New York,
20 janvier 2010 et 21 janvier 2010
Entrée en vigueur : 21 janvier 2010, conformément aux dispositions desdites lettres
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : d'office, 2 février 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée
générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
245
Volume 2647, I-47160
No. 47160
____
Spain
and
Chile
Exchange of notes constituting an agreement between the Kingdom of Spain and
the Republic of Chile on the participation in municipal elections of nationals of
each State residing on the territory of the other State (with annexes). Madrid,
12 May 2009 and Santiago, 12 May 2009
Entry into force: 1 February 2010 by notification, in accordance with the provisions of
the said notes
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Spain, 22 February 2010
Espagne
et
Chili
Échange de notes constituant un accord entre le Royaume d'Espagne et la République du Chili relatif à la participation aux élections municipales des ressortissants de chacun des États résidant sur le territoire de l'autre État (avec annexes). Madrid, 12 mai 2009 et Santiago, 12 mai 2009
Entrée en vigueur : 1er février 2010 par notification, conformément aux dispositions
desdites notes
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Espagne, 22 février 2010
247
Volume 2647, I-47160
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
248
Volume 2647, I-47160
249
Volume 2647, I-47160
250
Volume 2647, I-47160
251
Volume 2647, I-47160
252
Volume 2647, I-47160
[TRANSLATION – TRADUCTION]
I
Madrid, 12 May 2009
Sir,
Considering the desire to strengthen the deep historical and cultural bonds that have
always existed between the Kingdom of Spain and the Republic of Chile, and the close
ties of friendship that have traditionally united our peoples,
Considering the increase in migrations and the resulting mobility of persons, and
with a view to facilitating the integration of each country's nationals resident in the territory of the other country,
Considering that these relations of friendship should be reflected in greater social
and political participation by the nationals of both countries in their place of residence,
Considering that in Spain there are three types of elections: for national institutions,
general elections; for territorial entities with autonomous status, elections to their assemblies; and municipal elections, which are deemed essential for developing participation
by the nationals of both countries in their municipalities of residence, and are the elections to which this note refers.
Considering that participation in municipal elections by the nationals of each country
resident in the territory of the other country will allow for greater integration and will
provide better assurance of their political and social rights:
1. The Spanish Government requests the Government of the Republic of Chile,
consistent with its legislation, to grant Spanish residents the right to vote in municipal
elections in the Republic of Chile.
2. The Spanish Government, pursuant to the Constitution and applicable legislation, will grant citizens of the Republic of Chile the right to vote in Spanish municipal
elections.
3. The conditions for exercising the right of citizens of the Republic of Chile to
vote in Spanish municipal elections are set forth in the Annex to this note.
4. Provided that the right to vote recognized in this Agreement is respected, both
parties reserve the right to amend the aforesaid laws and conditions. Information concerning such amendments shall be provided through the diplomatic channel.
5. This Agreement shall enter into force on the first day of the month following
that in which the Parties inform each other, through the diplomatic channel, of the completion of the constitutional procedures required for its entry into force.
6. Notice of termination of this Agreement shall be given in writing through the
diplomatic channel. The Agreement shall cease to have effect 30 days after the date on
which the other Party receives such notice of termination.
253
Volume 2647, I-47160
I have the honour to propose to you that, if the contents of this note and its annex are
accepted by the Republic of Chile, this note and its annex, together with your reply, shall
constitute an Agreement between the Kingdom of Spain and the Republic of Chile.
Accept, Sir, etc.,
MIGUEL ÁNGEL MORATINOS CUYAUBÉ
Minister of Foreign Affairs and Cooperation
H. E. Mariano Fernández,
Minister of Foreign Affairs
Republic of Chile
254
Volume 2647, I-47160
ANNEX
CONDITIONS FOR EXERCISE OF THE RIGHT TO VOTE IN SPANISH MUNICIPAL ELECTIONS
BY CITIZENS OF THE REPUBLIC OF CHILE
1. Citizens of the Republic of Chile shall have the right to vote in municipal elections.
2. They must have a permit to reside in Spain.
3. They must have resided in Spain, legally and continuously, for at least
five (5) years before their application for inclusion in the electoral rolls.
4. They shall vote in the municipality where they are normally resident, and they
must be entered in its municipal register (padrón municipal).
5. Inclusion in the electoral rolls of aliens resident in Spain is an essential prerequisite for the exercise of the right to vote, and shall take place at the request of the interested party. The application shall be submitted to the municipal office (Ayuntamiento) of
the municipality in whose pardon (municipal register) the applicant is entered. The time
limit for the submission of applications shall be established for each election.
255
Volume 2647, I-47160
II
Republic of Chile
Ministry of Foreign Affairs
Santiago, 12 May 2009
Sir,
I have the honour to acknowledge receipt of your note from Madrid dated 12 May of
this year and its Annex reading as follows:
[See note I]
I have the honour to inform you that, consistent with legislation of the Republic of
Chile, Spanish citizens have the right to vote in municipal elections in the Republic of
Chile, under the conditions set forth in the Annex to this note.
Consequently, and as indicated in your above-mentioned note, I have the honour to
inform you that the Republic of Chile accept the proposal of the Kingdom of Spain and
that, consequently, this reply and its annex, together with your note and its annex, shall
constitute an Agreement between the Republic of Chile and the Kingdom of Spain,
which shall enter into force on the first day of the month following that in which the Parties inform each other, through the diplomatic channel, of the completion of the constitutional procedures required for its entry into force.
Accept, Sir, etc.
MARIANO FERNANDEZ AMUNÁTEGUI
Minister of Foreign Affairs
H. E. Miguel Ángel Moratinos Cuyaubé
Minister of Foreign Affairs and Cooperation
Kingdom of Spain
256
Volume 2647, I-47160
ANNEX
CONDITIONS FOR EXERCISING THE RIGHT TO VOTE IN MUNICIPAL ELECTIONS IN THE
REPUBLIC OF CHILE BY SPANISH CITIZENS
1.
2.
3.
4.
Spanish citizens shall have the right to vote in municipal elections.
They must have a permit to reside in the Republic of Chile.
They must have been resident in the Republic of Chile for more than five (5)
years and meet the requirements outlined in the Constitution and the laws.
Exercise the right to vote in the municipality corresponding to their voter registration.
257
Volume 2647, I-47160
[TRANSLATION – TRADUCTION]
I
Madrid, le 12 mai 2009
Monsieur le Ministre,
Considérant le souhait de consolider les liens historiques et culturels profonds qui
existent depuis toujours entre le Royaume d’Espagne et la République du Chili et les
liens d’amitié étroits qui traditionnellement unissent nos deux peuples,
Considérant l’augmentation des migrations et la mobilité des personnes qu’elles engendrent, et poussés par le désir de faciliter l’intégration des ressortissants de chacun des
États résidant sur le territoire de l’autre,
Considérant que ces rapports d’amitié doivent se traduire par une plus grande participation sociale et politique des ressortissants des deux pays dans leur lieu de résidence,
Considérant qu’en Espagne, il existe trois types d’élections : des élections générales
pour les institutions nationales; des élections aux assemblées pour les organes territoriaux
dotés d’un statut d’autonomie; et des élections municipales, qui sont considérées comme
essentielles pour accroître la participation des ressortissants des deux pays dans leurs
communes de résidence et sont de ce fait celles faisant l’objet de la présente Note,
Considérant que la participation aux élections municipales des ressortissants de chacun des États résidant sur le territoire de l’autre État permettra une meilleure intégration
et assurera davantage leurs droits politiques et sociaux :
1. Le Gouvernement espagnol demande au Gouvernement de la République du
Chili que, conformément à sa législation, les citoyens espagnols aient le droit de vote aux
élections municipales de la République du Chili.
2. Le Gouvernement espagnol, conformément aux dispositions de la constitution et
de la législation en vigueur, reconnaîtra aux ressortissants de la République du Chili le
droit de vote aux élections municipales espagnoles.
3. Les conditions relatives à l’exercice du droit de vote aux élections municipales
espagnoles pour les ressortissants de la République du Chili figurent en annexe de la présente Note.
4. Tant que le droit de vote reconnu dans le présent Accord sera maintenu, les
deux Parties se réservent le droit de modifier les lois et conditions mentionnées plus haut.
Ces modifications seront notifiées par la voie diplomatique.
5. Le présent Accord entrera en vigueur le premier jour du mois suivant celui au
cours duquel les Parties se seront notifié réciproquement, par la voie diplomatique,
l’accomplissement des formalités constitutionnelles prescrites à cet effet.
6. Le présent Accord peut être dénoncé au moyen d’une notification écrite adressée par la voie diplomatique. Il cesse alors d’avoir effet 30 jours civils après la date à laquelle l’autre Partie a reçu la notification le dénonçant.
J’ai l’honneur de proposer à Monsieur le Ministre que si le contenu de la présente
note et de son annexe rencontrent l’agrément de la République du Chili, celles-ci et votre
réponse constituent un Accord entre le Royaume d’Espagne et la République du Chili.
258
Volume 2647, I-47160
Je saisis cette occasion pour vous réitérer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma
très haute considération.
MIGUEL ÁNGEL MORATINOS CUYAUBÉ
Ministre des relations extérieures et de la coopération
Monsieur Mariano Fernández
Ministre des relations extérieures
République du Chili
259
Volume 2647, I-47160
ANNEXE
CONDITIONS POUR L’EXERCICE DU DROIT DE VOTE AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES ESPAGNOLES POUR LES RESSORTISSANTS DE LA RÉPUBLIQUE DU CHILI
1. Les citoyens de la République du Chili peuvent exercer le droit de vote actif aux
élections municipales.
2. Ils doivent être en possession de l’autorisation correspondante de résidence en
Espagne.
3. Ils doivent avoir résidé en Espagne légalement et sans interruption depuis au
moins les cinq (5) années antérieures à leur demande d’inscription sur les listes
d’électeurs.
4. Ils doivent être domiciliés dans la municipalité où ils votent et y être inscrits au
rôle municipal.
5. L'inscription sur les listes électorales des étrangers résidant en Espagne, condition indispensable pour pouvoir exercer le droit de vote, s'effectue à la demande de la
partie intéressée. La demande doit être présentée à la mairie (Ayuntamiento) de la municipalité sur le rôle duquel l'intéressé est inscrit. La date limite pour le dépôt des demandes
d'inscription est fixée pour chaque élection.
260
Volume 2647, I-47160
II
République du Chili
Ministère des relations extérieures
Santiago, le 12 mai 2009
Monsieur le Ministre,
J’ai l’honneur d’accuser réception de votre note rédigée à Madrid et datée du 12 mai
courant, et de son Annexe, dont le texte se lit comme suit :
[Voir note 1]
J'ai l'honneur de vous faire connaître que, conformément à la législation de la République du Chili, les citoyens espagnols disposent du droit de vote aux élections municipales chiliennes, selon les conditions qui figurent à l’Annexe à la présente Note.
Par conséquent et en vertu des stipulations contenues dans la note susmentionnée,
j’ai l'honneur de vous faire savoir que la République du Chili accepte la proposition du
Royaume d’Espagne et que, de ce fait, cette réponse, votre note et l'annexe y mentionnée
constituent un Accord entre la République du Chili et le Royaume d'Espagne, qui entrera
en vigueur le premier jour du mois suivant celui au cours duquel les Parties se sont notifiées réciproquement, par la voie diplomatique, l’accomplissement des formalités constitutionnelles prescrites à cet effet.
Je saisis cette occasion pour vous réitérer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma
très haute considération.
MARIANO FERNÁNDEZ AMUNÁTEGUI
Ministre des relations extérieures
Monsieur Miguel Ángel Moratinos Cuyaubé
Ministre des relations extérieures et de la coopération
du Royaume d'Espagne
261
Volume 2647, I-47160
ANNEXE
CONDITIONS D’EXERCICE DU DROIT DE VOTE AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES DANS LA
RÉPUBLIQUE DU CHILI POUR LES RESSORTISSANTS ESPAGNOLS
1. Les citoyens espagnols peuvent exercer le droit de vote actif aux élections municipales.
2. Ils doivent être en possession du permis de séjour correspondant dans la République du Chili.
3. Ils doivent avoir résidé dans la République du Chili depuis au moins les
cinq (5) années antérieures à leur demande d’inscription sur les listes d’électeurs, conformément aux exigences énoncées dans la Constitution et les lois.
4. Ils doivent être domiciliés dans la municipalité correspondant à leurs inscriptions électorales.
262
Volume 2647, I-47161
No. 47161
____
South Africa
and
Mozambique
Agreement between the Government of the Republic of South Africa and the Government of the Republic of Mozambique regarding the waiver of visa requirements for holders of ordinary passports. Pretoria, 15 April 2005
Entry into force: 29 April 2005 by notification, in accordance with article 9
Authentic texts: English and Portuguese
Registration with the Secretariat of the United Nations: South Africa, 16 February
2010
Afrique du Sud
et
Mozambique
Accord entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement
de la République du Mozambique relatif à la suppression de visas pour les détenteurs de passeports ordinaires. Pretoria, 15 avril 2005
Entrée en vigueur : 29 avril 2005 par notification, conformément à l'article 9
Textes authentiques : anglais et portugais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Afrique du Sud, 16 février
2010
263
Volume 2647, I-47161
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
264
Volume 2647, I-47161
265
Volume 2647, I-47161
266
Volume 2647, I-47161
267
Volume 2647, I-47161
268
Volume 2647, I-47161
[ PORTUGUESE TEXT – TEXTE PORTUGAIS ]
269
Volume 2647, I-47161
270
Volume 2647, I-47161
271
Volume 2647, I-47161
272
Volume 2647, I-47161
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SUDAFRICAINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU MOZAMBIQUE RELATIF À LA SUPPRESSION DE VISAS POUR LES DÉTENTEURS DE PASSEPORTS ORDINAIRES
Préambule
Le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement de la République du Mozambique (ci-après dénommés conjointement les « Parties » et au singulier
une « Partie »),
Désireux de renforcer les relations et de promouvoir le développement économique,
commercial, culturel et social entre les deux pays, et
Reconnaissant le rôle historique joué par la circulation des personnes pour le développement économique, culturel et social entre les deux pays,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Suppression de visas
1) Les citoyens d’un pays, détenteurs de passeports ordinaires en cours de validité
ou de documents de voyage équivalents dans ledit pays, sont autorisés à entrer sur le territoire de l’autre pays sans visa pour des visites de 30 jours maximum aux fins desquelles
un permis de séjour temporaire sera délivré.
2) Les passeports et documents de voyage visés au paragraphe 1 doivent être valables pendant au moins 30 jours à compter de l’entrée sur le territoire du pays visité.
Article 2. Champ d’application
La suppression de visas prévue par le présent Accord ne s’applique pas aux citoyens
d’un pays, détenteurs d’un permis de séjour, de travail ou d’études dans l’autre pays.
Article 3. Application des lois
Le présent Accord ne prive par les citoyens d’un pays de l’obligation de respecter les
lois internes en vigueur sur le territoire de l’autre pays, qui sont relatives à l’entrée, au séjour et à la sortie dudit autre pays.
Article 4. Interdiction d’entrée
Le présent Accord n’empêche pas une Partie de refuser l’entrée de toute personne
considérée comme indésirable sur le territoire de ladite Partie.
273
Volume 2647, I-47161
Article 5. Suspension de l’Accord
Une Partie peut suspendre temporairement l’application du présent Accord pour des
raisons d’ordre public, de sécurité nationale, de sûreté ou de santé publique.
Article 6. Échange de spécimens
1) Les Parties échangeront des spécimens de leurs passeports ordinaires et documents de voyage.
2) En cas d’introduction de nouveaux passeports ordinaires ou de modification des
documents de voyage, la Partie en question fournira à l’autre Partie des spécimens de ces
nouveaux passeports ou documents de voyage, dans un délai d’au moins 30 jours avant
la date d’introduction.
3) Les spécimens des passeports ordinaires et documents de voyage visés aux paragraphes 1 et 2 seront échangés par la voie diplomatique.
Article 7. Règlement des différends
Tout différend entre les Parties résultant de l’interprétation, de l’application ou de la
mise en œuvre du présent Accord sera réglé à l’amiable dans le cadre de consultations ou
de négociations entre les Parties.
Article 8. Amendements
Le présent Accord peut être amendé par consentement mutuel des Parties dans le
cadre d’un échange de notes, par la voie diplomatique.
Article 9. Entrée en vigueur, durée et dénonciation
1) Le présent Accord entrera en vigueur à la date à laquelle chaque Partie a notifié
par écrit à l’autre, par la voie diplomatique, que les exigences constitutionnelles et les
exigences du droit interne en vigueur, requises pour sa mise en œuvre ont été respectées.
La date d’entrée en vigueur sera celle de la dernière notification.
2) Le présent Accord restera en vigueur jusqu’à sa dénonciation conformément au
paragraphe 3.
3) Le présent Accord peut être dénoncé par l’une ou l’autre des Parties sur notification à l’autre, par la voie diplomatique, de son intention de le dénoncer moyennant un
préavis écrit d’un (1) mois.
274
Volume 2647, I-47161
EN FOI DE QUOI, les soussignés, dûment autorisés à cet effet par leurs Gouvernements respectifs, ont signé et scellé le présent Accord en double exemplaire en langues
anglaise et portugaise, tous les textes faisant également foi.
FAIT à Pretoria, le 15 avril 2005.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
Pour le Gouvernement de la République du Mozambique :
275
Volume 2647, I-47162
No. 47162
____
South Africa
and
Libya
Bilateral Air Services Agreement between the Government of the Republic of South
Africa and the Great Socialist People's Libyan Arab Jamahiriya for scheduled
air services between their territories and beyond (with annex). Tripoli, 9 March
2005
Entry into force: 6 September 2006 by notification, in accordance with article 22
Authentic texts: Arabic and English
Registration with the Secretariat of the United Nations: South Africa, 16 February
2010
Afrique du Sud
et
Libye
Accord bilatéral relatif aux services aériens entre le Gouvernement de la République sud-africaine et la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste relatif aux services aériens réguliers entre leurs territoires et au-delà (avec
annexe). Tripoli, 9 mars 2005
Entrée en vigueur : 6 septembre 2006 par notification, conformément à l'article 22
Textes authentiques : arabe et anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Afrique du Sud, 16 février
2010
277
Volume 2647, I-47162
278
Volume 2647, I-47162
279
Volume 2647, I-47162
280
Volume 2647, I-47162
281
Volume 2647, I-47162
282
Volume 2647, I-47162
283
Volume 2647, I-47162
284
Volume 2647, I-47162
285
Volume 2647, I-47162
286
Volume 2647, I-47162
287
Volume 2647, I-47162
288
Volume 2647, I-47162
289
Volume 2647, I-47162
290
Volume 2647, I-47162
291
Volume 2647, I-47162
292
Volume 2647, I-47162
293
Volume 2647, I-47162
294
Volume 2647, I-47162
295
Volume 2647, I-47162
296
Volume 2647, I-47162
297
Volume 2647, I-47162
298
Volume 2647, I-47162
299
Volume 2647, I-47162
300
Volume 2647, I-47162
301
Volume 2647, I-47162
302
Volume 2647, I-47162
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ]
303
Volume 2647, I-47162
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
304
Volume 2647, I-47162
305
Volume 2647, I-47162
306
Volume 2647, I-47162
307
Volume 2647, I-47162
308
Volume 2647, I-47162
309
Volume 2647, I-47162
310
Volume 2647, I-47162
311
Volume 2647, I-47162
312
Volume 2647, I-47162
313
Volume 2647, I-47162
314
Volume 2647, I-47162
315
Volume 2647, I-47162
316
Volume 2647, I-47162
317
Volume 2647, I-47162
318
Volume 2647, I-47162
319
Volume 2647, I-47162
320
Volume 2647, I-47162
321
Volume 2647, I-47162
322
Volume 2647, I-47162
323
Volume 2647, I-47162
324
Volume 2647, I-47162
325
Volume 2647, I-47162
326
Volume 2647, I-47162
327
Volume 2647, I-47162
328
Volume 2647, I-47162
329
Volume 2647, I-47162
330
Volume 2647, I-47162
331
Volume 2647, I-47162
332
Volume 2647, I-47162
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD BILATÉRAL RELATIF AUX SERVICES AÉRIENS ENTRE LE
GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SUD-AFRICAINE ET LA
GRANDE JAMAHIRIYA ARABE LIBYENNE POPULAIRE ET SOCIALISTE RELATIF AUX SERVICES AÉRIENS RÉGULIERS ENTRE
LEURS TERRITOIRES ET AU-DELÀ
Le Gouvernement de la République sud-africaine et la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, ci-après dénommés collectivement « les Parties contractantes » ou individuellement « la Partie contractante »,
Étant parties à la Convention relative à l’aviation civile internationale ouverte à la
signature à Chicago le 7 décembre 1944,
Désireux de contribuer au progrès de l’aviation civile internationale,
Désireux de conclure un accord afin d’établir des services aériens,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définitions
Aux fins du présent Accord, les termes ou expressions :
« Autorités aéronautiques » s’entendent, dans le cas de la Grande Jamahiriya arabe
libyenne populaire et socialiste, de l’Administration de l’aviation civile et, dans le cas du
Gouvernement de la République sud-africaine, du Ministre responsable de l’aviation civile ou dans les deux cas, de toute personne physique ou morale habilitée à exercer les
fonctions actuellement exercées par lesdites autorités;
« Services convenus » et « routes spécifiées » s’entendent respectivement du service
aérien international organisé dans le cadre du présent Accord et de la route spécifiée dans
l’Annexe au présent Accord;
« Accord » s’entend du présent Accord, de ses annexes et des amendements éventuellement apportés à celui-ci;
« Convention » s’entend de la Convention relative à l’aviation civile internationale
ouverte à la signature à Chicago le 7 décembre 1944 et comprenant :
(a) Toute annexe ou tout amendement adopté en vertu de l’article 90 de la Convention pourvu que cette annexe ou cet amendement soient contraignants et engagent les deux Parties contractantes; et
(b) Tout amendement entré en vigueur aux termes de l’article 94(a) de la Convention et ratifiée par les Parties contractantes aux termes de leur droit interne applicable;
« Service aérien », « entreprise de transport aérien », « service aérien international »,
« territoire » et « escale non commerciale » ont la signification qui leur est respectivement attribuée aux articles 2 et 96 de la Convention;
333
Volume 2647, I-47162
« Entreprise de transport aérien désignée » s’entend de l’entreprise de transport aérien qui a été désignée et agréée conformément à l’article 3 du présent Accord;
« Équipement normal » s’entend d’un article autre que les provisions de bord et
pièces de rechange amovibles pour l’usage à bord d’un aéronef en cours de vol y compris
les équipements de première aide et de survie;
« Pièce de rechange » s’entend d’un article servant à effectuer des réparations ou
servant de pièce de remplacement et destiné à être intégré à l’aéronef;
« Provisions de bord » s’entendent d’articles consommables rapidement et destinés à
être utilisés ou vendus à bord d’un aéronef pendant le vol, y compris les vivres;
« Tarif » s’entend des prix facturés pour le transport de passagers, de bagages et de
marchandises ainsi que les conditions dans lesquelles ces prix s’appliquent, y compris les
prix et les conditions de fourniture des services pour compte de tiers et d’autres services
auxiliaires, mais à l’exclusion des rémunérations et des conditions applicables au transport du courrier;
« Redevance d’usage » s’entend d’une taxe imposée aux entreprises de transport aérien pour la fourniture d’équipements ou de services de navigation aérienne à l’aéroport
ou de sécurité aérienne, y compris les services associés et équipements connexes.
Article 2. Octroi des droits
(1) Sauf disposition contraire précisée dans l’Annexe, chacune des Parties contractantes accorde à l’autre Partie contractante les droits suivants aux fins de l’exploitation de
services de transports aériens internationaux par l’entreprise ou les entreprises désignées
de ladite autre Partie contractante :
(a) Le droit de survoler son territoire sans y atterrir;
(b) Le droit d’y faire des escales non commerciales;
(c) Le droit d’atterrir sur le territoire de l’autre Partie contractante afin d’y embarquer et débarquer des passagers, des bagages, des marchandises et du
courrier lors de l’exploitation d’un service convenu; et
(d) Les droits autrement spécifiés dans le présent Accord.
(2) Rien dans le paragraphe (1) du présent article ne saurait être interprété comme
conférant à une entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante le droit
d’embarquer sur le territoire de l’autre Partie contractante des passagers, des bagages, des
marchandises et du courrier pour les transporter moyennant rémunération ou en vertu
d’un contrat de location à destination d’un autre point du territoire de l’autre Partie contractante.
Article 3. Désignation et autorisation
(1) Chaque Partie contractante a le droit de désigner, par écrit et par la voie diplomatique, à l’autre Partie contractante une ou plusieurs entreprises de transport aérien
pour l’exploitation des services convenus sur les routes spécifiées et de supprimer, modi-
334
Volume 2647, I-47162
fier par écrit et par la voie diplomatique la désignation d’une entreprise de transport aérien.
(2) Les services convenus peuvent débuter à tout moment, entièrement ou en partie,
mais pas avant que :
(a) La Partie contractante qui a obtenu les droits ait désigné une entreprise de
transport aérien pour la route convenue conformément au paragraphe (1);
(b) La Partie contractante octroyant les droits ait donné dans les délais les plus
courts possibles et sous réserve de l’article 4 l’autorisation appropriée
d’exploitation à l’entreprise de transport aérien concernée;
(c) Un tarif ne soit établi conformément à l’article 5 en vigueur; et que
(d) Un horaire qui a été désapprouvé n’ait été déposé conformément à
l’article 15.
(3) Afin d’octroyer l’autorisation d’exploitation appropriée prévue au paragraphe (2), les autorités aéronautiques d’une Partie contractante peuvent exiger que
l’entreprise de transport aérien désignée de l’autre Partie contractante leur démontre être
en mesure de remplir les conditions prescrites par la législation nationale appliquée dans
des conditions normales et de manière raisonnable à l’exploitation de services aériens internationaux par ces autorités conformément aux dispositions de la Convention.
Article 4. Révocation et suspension de l’autorisation
(1) S’agissant d’une entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante, les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante ont le droit de refuser
l’autorisation à laquelle il est fait référence à l’article 3, d’annuler ou de suspendre cette
autorisation ou d’imposer des conditions, à titre temporaire ou permanent, à tout moment
dans les cas suivants :
(a) L’entreprise de transport aérien ne peut démontrer être en mesure de se conformer à la législation nationale appliquée dans des conditions normales et
de façon raisonnable par les autorités aéronautiques de la première Partie
contractante conformément à la Convention;
(b) Les autorités aéronautiques d’une Partie contractante ne sont pas convaincues que ladite entreprise de transport aérien est une société enregistrée et
ayant son siège d’activité principal sur le territoire de la Partie contractante
qui la désigne et possède une autorisation d’exploitation appropriée délivrée
par la Partie contractante désignant l’entreprise de transport aérien;
(c) L’entreprise de transport aérien enfreint les conditions d’exploitation prescrites dans le présent Accord.
(2) À moins qu’il ne soit indispensable de prendre des mesures immédiates pour
empêcher des infractions aux lois auxquelles il est fait référence ci-dessus, les droits
énumérés au paragraphe (1) ne seront exercés qu’après consultations menées conformément à l’article 17 avec les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante.
335
Volume 2647, I-47162
Article 5. Tarifs
(1) Les tarifs appliqués par les entreprises de transport aérien désignées d’une Partie
contractante pour les services couverts par l’Accord sont établis à des niveaux raisonnables, compte dûment tenu de tous les éléments d’appréciation pertinents, y compris de
l’intérêt des usagers, des frais d’exploitation, des caractéristiques opérationnelles du service et d’autres considérations commerciales inhérentes au marché.
(2) Les Parties contractantes conviennent d’accorder une attention particulière aux
tarifs censés inacceptables parce qu’ils apparaissent déraisonnablement discriminatoires,
anormalement élevés ou par trop restrictifs en raison d’un abus de position dominante ou
considérés comme étant de par nature prédatrices.
(3) Les tarifs sont chaque fois que possible établis par les entreprises de transport
aérien prises individuellement. Toutefois, les tarifs peuvent être convenus par les entreprises de transport aérien des Parties contractantes si les deux Parties permettent aux entreprises de transport aérien désignées de participer aux mécanismes internationaux appropriés de coordination des tarifs. Tout accord tarifaire résultant de cette participation
est soumis à l’approbation de chaque Partie contractante et peut être désapprouvé à tout
moment, que cet accord ait été ou non approuvé précédemment.
(4) Chaque Partie contractante peut exiger que les tarifs soient notifiés ou déposés
par la ou les entreprises de transport aérien désignée(s) de l’autre Partie contractante pour
le transport à destination ou en provenance de son territoire.
(5) Un délai de notification ou de dépôt ne pouvant dépasser sept (7) jours au
maximum avant la date d’entrée en vigueur peut être exigé. Dans des cas particuliers, ce
délai maximum peut être raccourci.
(6) Aucune Partie contractante ne prend des mesures unilatérales de nature à empêcher la mise en application d’un tarif proposé ou la reconduction d’un tarif effectif d’une
entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante quelle qu’elle soit.
(7) Si les autorités aéronautiques d’une Partie contractante considèrent qu’un tarif
proposé qui a été déposé auprès de leurs services par une entreprise de transport aérien
désignée de l’autre Partie contractante est en contradiction avec les dispositions du paragraphe (2) ci-dessus, elles peuvent demander des consultations avec les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante. Cette consultation, qui peut se faire par correspondance, devra être terminée dans les trente (30) jours à compter de la date de réception
de la demande et à moins que les autorités des deux Parties contractantes n’en décident
autrement, le tarif entrera en vigueur à la fin de cette période.
Article 6. Activités commerciales
(1) Une entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante est, à titre
de réciprocité, autorisée à établir sur le territoire de l’autre Partie contractante des bureaux en vue d’y promouvoir et d’y vendre des services de transport aérien.
(2) L’entreprise de transport aérien désignée de chaque Partie contractante peut
faire entrer et employer sur le territoire de l’autre Partie les personnels de direction,
commercial, technique et d’exploitation nécessaires pour la prestation de services de
336
Volume 2647, I-47162
transport aérien. Ces besoins en personnel peuvent être satisfaits en faisant appel, au gré
de l’entreprise, soit à ses propres effectifs, soit à toute autre organisation, société ou entreprise travaillant sur le territoire de l’autre Partie contractante et autorisée à y assurer
les prestations en question.
(3) Chaque Partie contractante octroie à l’entreprise de transport aérien désignée de
l’autre Partie contractante le droit de s’engager dans la vente en direct de services de
transport aérien sur son territoire et, à la discrétion de l’entreprise de transport aérien, par
l’intermédiaire de ses agents. Chaque entreprise de transport aérien désignée a le droit de
vendre ces services de transport et il sera loisible à quiconque d’acheter ces services de
transport dans n’importe quelle devise. Les activités seront exercées conformément à la
législation nationale en vigueur sur le territoire de cette Partie contractante.
(4) L’entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante a le droit de
payer les dépenses locales faites sur le territoire de l’autre Partie contractante dans la
monnaie locale ou, pour autant que cela ne soit pas contraire à la réglementation monétaire locale, dans des monnaies librement convertibles.
Article 7. Concurrence loyale
(1) Chaque Partie contractante accorde aux entreprises de transport aérien désignées
des deux Parties contractantes le même traitement équitable quant à la fourniture des services de transport aérien international visés par le présent Accord.
(2) Chaque Partie contractante prend toutes mesures appropriées qui sont de sa
compétence pour éliminer toutes les formes de discrimination ou toutes les pratiques de
concurrence déloyale affaiblissant la position concurrentielle des entreprises de transport
aérien de l’autre Partie contractante.
(3) Aucune Partie contractante n’impose aux entreprises de transport aérien désignées de l’autre Partie une exigence de premier refus, un rapport de partage du trafic, des
frais pour non-objection ou toute autre condition en matière de capacité, de fréquence ou
de trafic qui serait incompatible avec les finalités du présent Accord.
Article 8. Droits de douane et autres charges
(1) Les aéronefs exploités sur les services convenus par l’entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante ainsi que l’équipement normal, les carburants, les
lubrifiants, y compris les liquides hydrauliques, les fournitures techniques consommables, les pièces de rechange, les provisions de bord, y compris la nourriture, les boissons, les boissons alcoolisées, le tabac et d’autres produits destinés à la vente aux passagers ou à la consommation en quantités limitées par ceux-ci durant le vol et les autres articles destinés à ou utilisés uniquement pour l’exploitation ou l’entretien en transport aérien qui sont à bord d’un tel aéronef seront, à l’entrée sur le territoire de l’autre Partie
contractante, exemptés de tous droits de douane et taxes pour autant que cet équipement,
ces fournitures et provisions restent à bord de l’aéronef jusqu’à ce qu’ils soient réexportés ou consommés pendant le vol sur le service convenu.
337
Volume 2647, I-47162
(2) Seront également exemptés de droits de douane, droits d’accise et autres taxes et
droits nationaux ou locaux à l’exception des frais basés sur le coût du service fourni concernant :
(a) Les provisions de bord embarquées sur le territoire de la Partie contractante
dans les limites éventuellement fixées par les autorités compétentes de ladite Partie contractante et destinées à être utilisées à bord de l’aéronef exploité sur un service aérien international par l’entreprise de transport aérien
désignée de l’autre Partie contractante;
(b) Les pièces de rechange (y compris les moteurs) et l’équipement normal importés sur le territoire d’une Partie contractante pour l’entretien ou la réparation de l’aéronef exploitant les services convenus par l’entreprise de
transport aérien désignée de l’autre Partie contractante;
(c) Les carburants et les lubrifiants (y compris les liquides hydrauliques) destinés à l’entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante en
vue d’approvisionner les aéronefs exploitant les services convenus et ce
même si ces fournitures sont destinées à être utilisées sur toute partie du
voyage au-dessus du territoire de l’autre Partie contractante où elles ont été
prises à bord; et
(d) Les bagages et les marchandises en transit direct.
(3) Les articles auxquels il est fait référence aux alinéas (a), (b), (c) et (d) du paragraphe (2) peuvent faire l’objet d’un suivi ou d’un contrôle douanier.
(4) L’équipement normal ainsi que les pièces de rechange, les provisions de bord,
les carburants, les lubrifiants (y compris les liquides hydrauliques) et les autres articles
auxquels il est fait référence au paragraphe (1) normalement conservés à bord de
l’aéronef exploité par l’entreprise de transport aérien désignée d’une Partie contractante
ne peuvent être déchargés dans le territoire de l’autre Partie contractante qu’avec
l’approbation des autorités douanières de ce territoire. Dans ce cas, lesdits articles peuvent être placés sous la surveillance de ces autorités douanières jusqu’à ce qu’ils soient
réexportés ou aliénés d’une autre manière conformément à la législation nationale de
cette Partie contractante.
(5) Les exemptions prévues dans le présent article sont également accordées lorsque
l’entreprise de transport aérien désignée de chaque Partie contractante a conclu des arrangements avec une autre ou plusieurs autres entreprises de transport aérien en vue de
louer ou de céder sur le territoire de l’autre Partie contractante des articles auxquels il est
fait référence aux paragraphes (1) et (2) et ce pour autant que l’autre entreprise de transport aérien bénéficie des mêmes exemptions de la part de l’autre Partie contractante.
Article 9. Redevances d’usage
(1) Les redevances d’usage pouvant être imposées par les autorités compétentes ou
les organismes compétents de chaque Partie contractante aux entreprises de transport aérien de l’autre Partie contractante seront justes, raisonnables, non injustement discriminatoires et équitablement appliquées entre les différentes catégories d’usagers. En aucune
circonstance, ces redevances d’usage appliquées aux entreprises de transport aérien de
338
Volume 2647, I-47162
l’autre Partie contractante ne peuvent être moins favorables que celles appliquées à une
autre entreprise de transport aérien au moment où les redevances sont déterminées.
(2) Les redevances d’usage imposées aux entreprises de transport aérien de l’autre
Partie contractante pourront refléter, mais n’excéderont pas, le coût total supporté par les
autorités compétentes ou les organismes compétents chargés de fournir l’aéroport ad hoc
ainsi que l’environnement aéroportuaire, les services et les installations de navigation et
de sécurité aérienne adéquats à l’aéroport ou au sein du système aéroportuaire. Ce coût
total peut comprendre un rendement de l’actif raisonnable après amortissements. Les installations et les services pour lesquels des redevances d’usage sont appliquées seront
fournis en tenant compte de leur efficacité et de leur caractère économique.
(3) Chaque Partie contractante encouragera l’organisation de consultations entre ses
autorités compétentes ou organismes compétents responsables de la perception des redevances d’usage sur son territoire et les entreprises de transport aérien utilisant les services
et les installations, et elle encouragera les autorités compétentes ou les organismes compétents et les entreprises de transport aérien à procéder aux échanges d’informations qui
s’avéreront nécessaires pour permettre une évaluation précise du caractère raisonnable
des redevances conformément aux principes énoncés aux paragraphes (1) et (2) du présent article. Chaque Partie contractante encouragera les autorités compétentes à aviser les
usagers dans des délais raisonnables de toute proposition de changement des redevances
afin de leur permettre d’exprimer leur point de vue avant que le changement n’ait lieu.
(4) Un préavis raisonnable sera si possible donné à l’entreprise de transport aérien
désigné chaque fois que des propositions de changement des redevances auxquelles il est
fait référence dans le présent article seront faites, accompagnées des informations et des
données pertinentes à l’appui pour lui permettre d’exprimer et de faire valoir son point de
vue avant que les changements ne soient opérés.
Article 10. Transfert de fonds
(1) Sous réserve des lois nationales applicables des Parties contractantes,
l’entreprise ou les entreprises de transport aérien de chaque Partie contractante sont habilitées à transférer du territoire de vente vers leur propre territoire les excédents de dépenses sur les recettes réalisés sur le territoire de vente.
Dans ces transferts nets entrent en ligne de compte le produit de la vente, directe ou
par l’entremise d’agents, des services de transport aérien et des services auxiliaires ou
supplémentaires au transport aérien ainsi que les intérêts commerciaux normaux perçus
sur ces recettes.
(2) La ou les entreprise(s) de transport désignée(s) de chaque Partie contractante reçoivent l’autorisation de procéder à ces transferts sans retard indu au taux de change officiel applicable par la Banque centrale ou toute autre banque agréée pour la conversion de
la monnaie locale.
(3) Dans l’éventualité où le mode de paiement entre les Parties contractantes serait
régi par un accord spécial, cet accord serait d’application.
339
Volume 2647, I-47162
Article 11. Application des lois, règlements et formalités
(1) Les lois et formalités nationales ainsi que les règlements nationaux en vigueur
sur le territoire d’une Partie contractante quelle qu’elle soit qui régissent l’entrée ou le séjour sur son territoire ou la sortie de son territoire d’aéronefs affectés à des services aériens internationaux ou régissant l’exploitation et la navigation desdits aéronefs
s’appliquent également à l’entreprise de transport aérien désignée de l’autre Partie contractante à leur entrée sur ledit territoire et jusqu’à ce qu’ils le quittent.
(2) Les lois et formalités nationales ainsi que les règlements nationaux en vigueur
sur le territoire d’une des Parties contractantes en matière d’immigration, de passeports
ou d’autres documents de voyage agréés, d’entrée, de dédouanement, de douane et de
quarantaine sont applicables aux équipages, aux passagers ou en leur nom, aux marchandises et au courrier transportés par les aéronefs de l’entreprise de transport aérien désignée de l’autre Partie contractante, à leur entrée et à leur sortie du territoire de ladite Partie contractante, ainsi que pendant leur séjour sur celui-ci.
(3) Les passagers, les bagages et les marchandises en transit direct sur le territoire
de l’une des Parties contractantes et qui ne quittent pas la zone de l’aéroport réservée à
cet effet ne sont soumis, sauf s’il s’agit de mesures de sécurité prises pour contrer la violence et la saisie illégale d’aéronefs, qu’à un contrôle sommaire.
(4) Aucune Partie contractante n’accorde sa préférence à une autre entreprise de
transport aérien que celle désignée par l’autre Partie contractante en ce qui concerne
l’application de sa réglementation applicable en matière douanière, d’immigration, de
quarantaine et autres règlements similaires ou quant à l’utilisation des aéroports, des couloirs aériens et des services du trafic aérien et autres installations sous son contrôle.
(5) Sur demande de l’autre Partie contractante, chaque Partie contractante fournit
des copies des lois et procédures pertinentes ainsi que des règlements auxquels il est fait
référence dans le présent Accord.
Article 12. Reconnaissance des certificats et licences
(1) Un certificat de navigabilité, un brevet d’aptitude et toute licence délivrée ou validée par une Partie contractante et qui est toujours en vigueur est reconnu valide par
l’autre Partie contractante pour l’exploitation des services convenus, à condition que ce
certificat ou cette licence ait été délivré ou validé conformément aux normes minimales
établies aux termes de la Convention et à la condition supplémentaire que chaque Partie
contractante se réserve le droit de refuser de reconnaître, aux fins de vols organisés conformément aux droits conférés par les dispositions du paragraphe (2) de l’article 2, le
brevet d’aptitude et toute licence accordé à ses propres ressortissants par l’autre État.
(2) Si les privilèges ou conditions d’une licence ou d’un certificat délivré ou validé
par une Partie contractante permettent de déroger aux normes établies par la Convention,
que cette dérogation ait été déclarée ou non à l’Organisation de l’aviation civile internationale, l’autre Partie contractante peut, sans préjudice des droits appartenant à la première Partie contractante, demander à consulter conformément à l’article 17 la première
Partie contractante aux fins de s’assurer que la pratique en question est acceptable pour
elle.
340
Volume 2647, I-47162
Article 13. Sûreté de l’aviation
(1) Chaque Partie contractante peut demander des consultations relatives aux
normes de sécurité appliquées par l’autre Partie contractante en ce qui concerne les installations aéronautiques, les équipages, les aéronefs et l’exploitation des entreprises désignées. Si, à la suite de ces consultations, une Partie contractante estime que l’autre Partie
contractante n’applique et n’administre pas de façon satisfaisante des normes et des exigences de sécurité au moins égales aux normes minimales qui peuvent être déterminées
aux termes de la Convention, les conclusions de la première Partie contractante et les mesures qui, selon elle, doivent être prises pour une mise en conformité avec les normes minimales seront notifiées à l’autre Partie contractante. Cette Partie contractante prendra les
mesures correctives appropriées. Si l’autre Partie contractante ne prend pas les mesures
appropriées dans un délai raisonnable, qui ne saurait en aucun cas être supérieur à
quinze (15) jours, l’article 4 sera d’application.
(2) Lorsqu’il est essentiel pour la sûreté de l’exploitation des lignes aériennes que
des mesures soient prises immédiatement, une Partie contractante peut se prévaloir de
l’article 4 du présent Accord pour agir avant la tenue de consultations.
(3) Toute mesure prise par une Partie contractante conformément aux paragraphes (1) et (2) du présent article sera abrogée dès que l’autre Partie contractante se sera mise en conformité avec les dispositions du présent article relatives à la sécurité.
Article 14. Sécurité de l’aviation
(1) Conformément à leurs droits et obligations en droit international, les Parties
contractantes affirment que leur obligation de protéger, dans leurs rapports mutuels,
l’aviation civile contre les actes d’intervention illicite, pour en assurer la sûreté, fait partie intégrante du présent Accord.
(2) Sous réserve de la législation nationale et sans qu’il soit dérogé au caractère général de leurs droits et obligations au regard du droit international, les Parties contractantes se conforment en particulier aux dispositions de la Convention relative aux infractions et à certains actes survenant à bord des aéronefs ouverte à la signature à Tokyo le
14 septembre 1963, de la Convention pour la répression de la capture illicite d’aéronefs
ouverte à la signature à La Haye le 16 décembre 1970, de la Convention pour la répression d’actes illicites dirigés contre la sécurité de l’aviation civile ouverte à la signature à
Montréal le 23 septembre 1971 et tout autre accord multilatéral concernant la sûreté de
l’aviation civile liant les deux Parties contractantes.
(3) Les Parties contractantes se prêtent mutuellement, sur demande, toute
l’assistance nécessaire pour prévenir les actes de capture illicite d’aéronefs civils et
autres actes illicites dirigés contre la sécurité de ces aéronefs, leurs passagers et équipages, des aéroports et des installations et services de navigation aérienne ainsi que toute
autre menace pour la sécurité de l’aviation civile.
(4) Les Parties contractantes, dans leurs rapports mutuels, se conforment aux dispositions relatives à la sécurité de l’aviation qui ont été établies par l’Organisation de
l’aviation civile internationale et qui sont désignées en tant qu’annexes à la Convention
341
Volume 2647, I-47162
relative à l’aviation civile internationale dans la mesure où ces dispositions s’appliquent
aux deux Parties contractantes.
(5) Les Parties contractantes exigent des exploitants d’aéronefs immatriculés par
elles ou des exploitants qui ont le siège principal de leur exploitation ou leur résidence
permanente sur leur territoire respectif et des exploitants d’aéroport situés sur leur territoire respectif qu’ils se conforment aux dispositions relatives à la sécurité de l’aviation
qui s’appliquent aux deux Parties contractantes.
(6) Chaque Partie contractante accepte que ses exploitants d’aéronefs soient invités
à observer les dispositions de sécurité de l’aviation reprises au paragraphe (4) ci-dessus
imposées par l’autre Partie contractante pour l’entrée sur, le départ du ou le séjour sur le
territoire de cette autre Partie contractante. Chaque Partie contractante s’assurera que des
mesures adéquates soient effectivement prises sur son territoire en vue de protéger les aéronefs ainsi que des contrôles de sûreté des passagers, des équipages, des bagages à
main, des bagages, du fret et des provisions de bord aient lieu avant et pendant
l’embarquement ou le chargement. Chaque Partie contractante examine aussi avec diligence et dans un esprit positif toute demande que lui adresse l’autre Partie contractante
en vue d’obtenir que des mesures de sécurité spéciales soient prises pour protéger
l’aviation civile contre une menace particulière.
(7) Si un acte de saisie illicite d’aéronef civil ou tout autre acte illicite dirigé contre
la sécurité de cet aéronef, ses passagers et équipages, aéroports et installations et services
de navigation aérienne est commis ou lorsqu’il y a menace d’un tel acte, les Parties contractantes s’entraident en facilitant les communications et autres mesures appropriées
destinées à mettre fin avec rapidité à l’acte ou la menace d’acte sans trop de risques en
vie humaine.
(8) Chaque Partie contractante prend les mesures qu’elle juge utiles pour s’assurer
qu’un aéronef de l’autre Partie contractante faisant l’objet d’un acte de saisie illicite ou
de tout autre acte d’ingérence illégale qui se trouve sur son sol y soit maintenu à moins
que son départ ne soit nécessité par le devoir impérieux de protéger la vie de son équipage et des passagers. Chaque fois que cela s’avère possible, ces mesures sont prises sur
la base de consultations avec l’autre Partie contractante.
(9) Si une Partie contractante a de fortes raisons de croire que l’autre Partie contractante déroge aux dispositions du présent article, les autorités aéronautiques de la première
Partie contractante peuvent demander des consultations immédiates avec les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante. Le fait de ne pouvoir parvenir à un accord satisfaisant dans les quinze (15) jours à compter de la date d’une requête de ce genre justifie l’application du paragraphe (1) de l’article 4. Si l’urgence le justifie, une Partie contractante peut agir aux termes de l’article 4 avant l’expiration du délai de
quinze (15) jours. Il sera mis fin à toute action prise en vertu de ce paragraphe dès que
l’autre Partie contractante applique les dispositions du présent article.
Article 15. Horaires
(1) Toute entreprise de transport aérien désignée de chaque Partie contractante doit
présenter à l’agrément des autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante, 30 jours
342
Volume 2647, I-47162
au plus tard avant la date prévue de début des services sur la route spécifiée, l’horaire des
vols qu’elle envisage d’assurer sur les services convenus.
(2) L’entreprise désignée qui souhaite exploiter des vols supplémentaires en dehors
de l’horaire approuvé, doit obtenir la permission préalable des autorités aéronautiques de
la Partie contractante concernée.
(3) Toute modification ultérieure de l’horaire approuvé doit être soumise aux fins
d’approbation aux autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante.
Article 16. Fourniture de données statistiques
Les autorités aéronautiques d’une Partie contractante communiquent sur demande ou
font en sorte que leur(s) entreprise(s) de transport aérien désignée(s) fournisse(nt) si nécessaire aux autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante des relevés statistiques
périodiques ou autres, y compris notamment mais non exclusivement des relevés statistiques sur le trafic de leur(s) entreprise(s) de transport aérien entre points situés sur le territoire de l’autre Partie contractante et d’autres points sur les routes spécifiées.
Article 17. Consultations et amendement de l’Accord
(1) Dans un esprit d’étroite collaboration, les autorités aéronautiques des Parties
contractantes peuvent se consulter régulièrement afin de s’assurer que les dispositions du
présent Accord sont appliquées et respectées dans des limites satisfaisantes.
(2) Chacune des Parties contractantes peut demander à engager des consultations en
vue d’amender l’une ou l’autre clause de l’Accord. À moins que les deux Parties contractantes ne prennent d’autres arrangements, ces consultations commenceront dans les
soixante (60) jours à compter de la date de réception de la demande faite par l’autre Partie contractante. Ces consultations peuvent avoir lieu lors de réunions ou par correspondance.
(3) Tout amendement apporté à l’Accord ayant été décidé par les Parties contractantes sera effectué par voie d’échange de notes et prendra effet à compter de la date à
laquelle les Parties contractantes se seront informé par écrit et par la voie diplomatique
de ce que leurs formalités législatives respectives ont été accomplies.
(4) Nonobstant les dispositions du paragraphe (3) ci-dessus, tout amendement de
l’Annexe à l’Accord fera l’objet d’un accord écrit entre les autorités aéronautiques et
prendra effet à la date fixée par lesdites autorités.
Article 18. Règlement des différends
(1) Si un différend s’élève entre les Parties contractantes à propos de
l’interprétation ou de l’application du présent Accord, les Parties contractantes
s’efforcent en premier lieu de régler ce différend par voie de négociation.
(2) Si les Parties contractantes ne parviennent pas à s’entendre par la négociation,
elles peuvent convenir de porter le différend devant une personne indépendante ou un
organisme indépendant aux fins de médiation.
343
Volume 2647, I-47162
(3) (a) Si un règlement ne peut être obtenu conformément aux paragraphes (1)
et (2) ci-dessus, le différend sera, à la demande de l’une ou de l’autre Partie
contractante, soumis à la décision d’un tribunal composé de trois arbitres.
(b) Chaque Partie contractante désigne un arbitre et le troisième arbitre, désigné
conjointement par les deux arbitres ainsi désignés, présidera le tribunal.
(c) Chaque Partie contractante désigne un arbitre dans un délai de
soixante (60) jours à compter de la date de réception d’un avis de l’autre
Partie contractante signifié par la voie diplomatique demandant l’arbitrage
du différend par ce tribunal et le tiers arbitre, qui sera un ressortissant d’un
État tiers, sera désigné dans un délai complémentaire de soixante (60) jours.
(d) Si l’une des Parties contractantes omet de désigner un arbitre dans les délais
spécifiés ou si le tiers arbitre n’est pas désigné dans les délais spécifiés, le
Président du Conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale
pourra être appelé par l’autre Partie contractante à désigner, selon le cas, le
ou les arbitres à condition que le Président ne soit pas un ressortissant de
l’autre Partie contractante, auquel cas le Vice-Président de ce Conseil pourra être ainsi requis. Dans un cas de ce genre, le ou les arbitres désignés par
ledit Président ou Vice-Président selon le cas ne seront pas des ressortissants ou des résidents permanents des États respectifs des Parties contractantes.
(4) Le tribunal détermine les limites de ses compétences conformément au présent
Accord et fixe son propre règlement.
(5) Chaque Partie contractante supporte les frais de son propre arbitre. Sous réserve
de la sentence finale rendue par le tribunal, les Parties contractantes supportent à parts
égales les frais d’arbitrage intermédiaires. Aux fins du présent paragraphe, les frais intermédiaires comprennent les frais du Président du tribunal, ses honoraires et dépenses et
l’ensemble des débours encourus par l’Organisation de l’aviation civile internationale en
rapport avec la désignation du Président et/ou de l’arbitre de la Partie ayant éventuellement omis de désigner son arbitre comme indiqué au paragraphe (3)(d) de l’Accord.
(6) Les Parties contractantes se conforment à la décision provisoire et à la sentence
finale rendues par le tribunal.
(7) Si l’une des Parties contractantes ne se conforme pas à la sentence envisagée au
paragraphe (6), l’autre Partie contractante peut exercer ses droits conformément à
l’article 4 du présent Accord.
(8) Dans l’attente que l’arbitrage ait lieu et que le tribunal ait rendu sa sentence, les
Parties contractantes continuent de remplir toutes les obligations qui sont les leurs aux
termes du présent Accord.
Article 19. Dénonciation de l’Accord
(1) Chacune des Parties contractantes peut, à tout moment, notifier à l’autre Partie
contractante par écrit et par la voie diplomatique sa décision de mettre fin au présent Accord.
344
Volume 2647, I-47162
(2) Cette notification est transmise simultanément à l’Organisation de l’aviation civile internationale. L’Accord prend fin douze (12) mois après la date de réception de la
notification par l’autre Partie contractante, à moins qu’elle ne soit retirée d’un commun
accord avant l’expiration de ce délai. Si la Partie contractante destinataire n’accuse pas
réception de la notification, celle-ci est réputée avoir été reçue par elle quatorze (14) jours après être parvenue à l’Organisation de l’aviation civile internationale.
Article 20. Enregistrement auprès de l’OACI
Le présent Accord et tous les amendements ultérieurs qui y seraient apportés seront
soumis à l’Organisation de l’aviation civile internationale aux fins d’enregistrement.
Article 21. Applicabilité des accords multilatéraux et des conventions multilatérales
(l) Les dispositions du présent Accord sont supplétives par rapport aux dispositions
de la Convention dans la mesure où elles s’appliquent aux services aériens internationaux.
(2) Le présent Accord sera censé avoir été amendé par les dispositions de n’importe
quelle convention internationale ou de n’importe quel accord multilatéral pouvant éventuellement avoir force obligatoire vis-à-vis des deux Parties contractantes.
(3) Les Parties contractantes peuvent se consulter l’une l’autre pour déterminer les
conséquences pour l’Accord du remplacement mentionné au paragraphe 2 du présent article et convenir des amendements à apporter à l’Accord qui s’imposent.
Article 22. Entrée en vigueur
L’Accord entrera en vigueur à la date à laquelle chaque Partie contractante aura avisé l’autre par écrit et par la voie diplomatique de ce que les formalités législatives nécessaires à sa mise en application ont été accomplies.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés par leurs États respectifs,
ont signé et scellé le présent Accord en deux exemplaires originaux en langues anglaise
et arabe, les deux textes faisant également foi, étant entendu toutefois que, en cas de conflit entre ceux-ci, le texte anglais prévaut.
FAIT en double exemplaire à Tripoli le 9 mars 2005.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
Pour la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste :
345
Volume 2647, I-47162
ANNEXE
TABLEAU DES ROUTES
1. La ou les entreprise(s) de transport aérien désignée(s) de la Grande Jamahiriya
arabe libyenne populaire et socialiste seront habilitées à exploiter des services aériens sur
les routes spécifiées ci-dessous :
Points dans la
Grande Jamahiriya
Points intermédiaires
à spécifier ultérieurement
Points en Afrique du
Sud à spécifier ultérieurement
Points au-delà à
spécifier ultérieurement
2. La ou les entreprises de transport aérien désignée(s) du Gouvernement de la République sud-africaine seront habilitées à exploiter des services aériens sur les routes
spécifiées ci-dessous :
Points en
Afrique du
Sud
Points intermédiaires à
spécifier ultérieurement
Points dans la
Grande Jamahiriya
à spécifier ultérieurement
Points au-delà à
spécifier ultérieurement
Notes :
(1) Tout point sur les routes ci-dessus pourra, au gré de l’entreprise de transport aérien concernée, être omis sur un vol ou sur tous les vols, à condition que le point de départ ou le point
d’arrivée de tous les services soit situé sur le territoire du pays qui a désigné l’entreprise de transport aérien.
(2) À moins que les autorités aéronautiques des Parties contractantes n’en décident autrement, les points intermédiaires et au-delà seront desservis sans les droits de trafic de cinquième liberté.
346
Printed at the United Nations, New York
13-23524—June 2013—200
ISSN 0379-8267
Sales No. TS2647
USD $35
ISBN 978-92-1-900619-5
UNITED
NATIONS
TREATY
SERIES
Volume
2647
2010
I. Nos.
47154-47162
RECUEIL
DES
TRAITÉS
NATIONS
UNIES
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
12
Размер файла
9 296 Кб
Теги
series, treaty, 2647, 777
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа