close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

882.Treaty Series 2653

код для вставкиСкачать
Treaty Series
Treaties and international agreem ents
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2653
2010
I. Nos. 47201-47215
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
UNITED NATIONS • NATIONS UNIES
Treaty Series
Treaties and international agreem ents
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2653
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
United Nations • Nations Unies
New York, 2013
Copyright © United Nations 2013
All rights reserved
Manufactured in the United Nations
Print ISBN: 978-92-1-900630-0
e-ISBN: 978-92-1-056202-7
Copyright © Nations Unies 2013
Tous droits réservés
Imprimé aux Nations Unies
Volume 2653, Table of Contents
TABLE OF CONTENTS
I
Treaties and international agreements
registered in March 2010
Nos. 47201 to 47215
No. 47201. Germany and Brazil:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Federative Republic of Brazil on cooperation in the
energy sector with focus on renewable energy and energy efficiency. Brasilia, 14 May 2008 ........................................................................................
3
No. 47202. Germany and Brazil:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Federative Republic of Brazil concerning the gainful employment of members of the families of members of a diplomatic
mission or career-consular post. Berlin, 14 February 2008 ..........................
33
No. 47203. Germany and Ethiopia:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the Federal Democratic Republic of Ethiopia concerning financial cooperation (Project: Rehabilitation of Addis AbabaGedo Road phase I and II). Addis Ababa, 19 February 1998 .......................
35
No. 47204. Germany and Ethiopia:
Agreement between the Transitional Government of Ethiopia and the Government of the Federal Republic of Germany concerning financial cooperation (Projects "Sector-related imports programme for industry" and other
projects). Addis Ababa, 20 October 1993 ....................................................
37
No. 47205. Germany and Madagascar:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Republic of Madagascar concerning financial cooperation (Basic Health Care in Mahajanga Region). Antananarivo,
8 April 1998 .................................................................................................
39
No. 47206. Germany and Chad:
Agreement concerning financial cooperation between the Government of the
Federal Republic of Germany and the Government of the Republic of
Chad. N'Djamena, 8 May 1998.....................................................................
III
41
Volume 2653, Table of Contents
No. 47207. Germany and Senegal:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Republic of Senegal concerning financial cooperation (Projects: "Restructuring of the irregular settlements of Pikine, Dakar", "Water Supply Eleven Regional Towns"). Dakar, 30 April 1998 ........
43
No. 47208. Netherlands and Gabon:
Exchange of notes constituting an Agreement between the Kingdom of the
Netherlands and the Republic of Gabon concerning the status of military
and civilian personnel of the Ministry of Defence of the contracting parties, present in each other's territory for activities related to bilateral military cooperation. Libreville, 3 August 2009 and Yaoundé, 16 October
2009 ..............................................................................................................
45
No. 47209. Netherlands and Azerbaijan:
Convention between the Kingdom of the Netherlands and the Republic of
Azerbaijan for the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income and on capital (with protocol).
Baku, 22 September 2008.............................................................................
59
No. 47210. Denmark and Bosnia and Herzegovina:
Agreement between the Kingdom of Denmark and Bosnia and Herzegovina on
the facilitation of the issuance of visas. Copenhagen, 2 July 2008 ...............
199
No. 47211. Turkey and Morocco:
Agreement on technical cooperation in the field of water between the Government of the Republic of Turkey and the Government of the Kingdom of
Morocco. Rabat, 26 November 2008............................................................
265
No. 47212. New Zealand and Philippines:
Memorandum of Agreement (MoA) on labour cooperation between the Government of New Zealand and the Government of the Republic of the Philippines (with annex). Wellington, 4 November 2008 and Manila, 9 December 2008 .................................................................................................
285
No. 47213. New Zealand and Japan:
Agreement between the Government of New Zealand and the Government of
Japan on cooperation in science and technology. Tokyo, 28 October 2009 .
No. 47214. New Zealand and Samoa:
Agreement between the Government of New Zealand and the Government of
the Independent State of Samoa concerning the temporary stay of members of the New Zealand armed forces on the territory of the Independent
IV
315
Volume 2653, Table of Contents
State of Samoa (New Zealand - Samoa Visiting Forces Agreement). Apia,
7 July 2009 ...................................................................................................
331
No. 47215. New Zealand and Philippines:
Agreement between the Government of New Zealand and the Government of
the Republic of the Philippines on air services (with annex). Singapore,
20 November 2007 .......................................................................................
V
353
Volume 2653, Table des matières
TABLE DES MATIÈRES
I
Traités et accords internationaux
enregistrés en mars 2010
Nos 47201 à 47215
No
47201. Allemagne et Brésil:
Accord entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement de la République fédérative du Brésil relatif à la coopération dans le secteur de l'énergie, en particulier en matière d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique.. Brasilia, 14 mai 2008............................
No
47202. Allemagne et Brésil:
Accord entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement de la République fédérative du Brésil concernant l'emploi
rémunéré pour les membres de la famille d’un membre d'une mission diplomatique ou d'un poste consulaire. Berlin, 14 février 2008 ......................
No
37
47205. Allemagne et Madagascar:
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République de Madagascar
(Projet "Santé de base dans la région de Mahajanga"). Antananarivo, 8
avril 1998......................................................................................................
No
35
47204. Allemagne et Éthiopie:
Accord entre le Gouvernement de transition de l'Éthiopie et le Gouvernement
de la République fédérale d'Allemagne concernant la coopération financière (Projets "Programme connexe dans le secteur des importations industrielles" et autres projets). Addis-Abeba, 20 octobre 1993 .....................
No
33
47203. Allemagne et Éthiopie:
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement de la République fédérale démocratique d'Éthiopie concernant la coopération financière (Projet : Réhabilitation de la route d'Addis Abeba-Gedo phase I et II). Addis-Abeba, 19 février 1998 .....................
No
3
39
47206. Allemagne et Tchad:
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Tchad..
N'Djamena, 8 mai 1998 ................................................................................
VII
41
Volume 2653, Table des matières
No
47207. Allemagne et Sénégal:
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Sénégal (Projets : "Restructuration de Pikine Irrégulier de Dakar", "Approvisionnement
en eau potable de 11 villes régionales"). Dakar, 30 avril 1998 ....................
No
47208. Pays-Bas et Gabon:
Échange de notes constituant un Accord entre le Royaume des Pays-Bas et la
République du Gabon concernant le statut du personnel civil et militaire
des Ministères de la Défense des parties contractantes, présents dans les
deux territoires pour des activités liées à la coopération militaire bilatérale.
Libreville, 3 août 2009 et Yaoundé, 16 octobre 2009 ..................................
No
285
47213. Nouvelle-Zélande et Japon:
Accord de coopération en science et en technologie entre le Gouvernement de
la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement du Japon. Tokyo, 28 octobre
2009 ..............................................................................................................
No
265
47212. Nouvelle-Zélande et Philippines:
Mémorandum d'accord sur la coopération dans le domaine du travail entre le
Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de la République des Philippines (avec annexe). Wellington, 4 novembre 2008 et
Manille, 9 décembre 2008 ............................................................................
No
199
47211. Turquie et Maroc:
Accord de coopération technique dans le domaine de l'eau entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement du Royaume du Maroc.
Rabat, 26 novembre 2008 .............................................................................
No
59
47210. Danemark et Bosnie-Herzégovine:
Accord entre le Royaume du Danemark et la Bosnie-Herzégovine en vue de
faciliter la délivrance de visas. Copenhague, 2 juillet 2008..........................
No
45
47209. Pays-Bas et Azerbaïdjan:
Convention entre le Royaume des Pays-Bas et la République d'Azerbaïdjan
tendant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu et sur la fortune (avec protocole). Bakou,
22 septembre 2008........................................................................................
No
43
47214. Nouvelle-Zélande et Samoa:
Accord entre le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de
l'État indépendant du Samoa relatif au séjour temporaire des membres des
forces armées de Nouvelle-Zélande sur le territoire de l'État indépendant
VIII
315
Volume 2653, Table des matières
du Samoa (Accord Nouvelle-Zélande – Samoa sur les forces en visite).
Apia, 7 juillet 2009 .......................................................................................
No
331
47215. Nouvelle-Zélande et Philippines:
Accord relatif aux services aériens entre le Gouvernement de la NouvelleZélande et le Gouvernement de la République des Philippines (avec annexe). Singapour, 20 novembre 2007 ...........................................................
IX
353
NOTE BY THE SECRETARIAT
Under Article 102 of the Charter of the United Nations, every treaty and every international agreement entered into by any Member of the United Nations after the coming into force of the Charter shall, as soon as
possible, be registered with the Secretariat and published by it. Furthermore, no party to a treaty or international
agreement subject to registration which has not been registered may invoke that treaty or agreement before any
organ of the United Nations. The General Assembly, by resolution 97 (I), established regulations to give effect
to Article 102 of the Charter (see text of the regulations, vol. 859, p. VIII; http://treaties.un.org/doc/source/publi
cations/practice/registration_and_publication.pdf).
The terms "treaty" and "international agreement" have not been defined either in the Charter or in the regulations, and the Secretariat follows the principle that it acts in accordance with the position of the Member
State submitting an instrument for registration that, so far as that party is concerned, the instrument is a treaty
or an international agreement within the meaning of Article 102. Registration of an instrument submitted by a
Member State, therefore, does not imply a judgement by the Secretariat on the nature of the instrument, the status of a party or any similar question. It is the understanding of the Secretariat that its acceptance for registration of an instrument does not confer on the instrument the status of a treaty or an international agreement if it
does not already have that status, and does not confer upon a party a status which it would not otherwise have.
*
* *
Disclaimer: All authentic texts in the present Series are published as submitted for registration by a party
to the instrument. Unless otherwise indicated, the translations of these texts have been made by the Secretariat
of the United Nations, for information.
NOTE DU SECRÉTARIAT
Aux termes de l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tout traité ou accord international conclu par
un Membre des Nations Unies après l'entrée en vigueur de la Charte sera, le plus tôt possible, enregistré au
Secrétariat et publié par lui. De plus, aucune partie à un traité ou accord international qui aurait dû être
enregistré mais ne l'a pas été ne pourra invoquer ledit traité ou accord devant un organe de l’Organisation des
Nations Unies. Par sa résolution 97 (I), l'Assemblée générale a adopté un règlement destiné à mettre en
application l'Article 102 de la Charte (voir texte du règlement, vol. 859, p. IX; http://treaties.un.org/doc/source/
publications/practice/registration_and_publication-fr.pdf).
Les termes « traité » et « accord international » n'ont été définis ni dans la Charte ni dans le règlement, et
le Secrétariat a pris comme principe de s'en tenir à la position adoptée à cet égard par l'État Membre qui a présenté l'instrument à l'enregistrement, à savoir qu’en ce qui concerne cet État partie, l'instrument constitue un
traité ou un accord international au sens de l'Article 102. Il s'ensuit que l'enregistrement d'un instrument présenté par un État Membre n'implique, de la part du Secrétariat, aucun jugement sur la nature de l'instrument, le statut d'une partie ou toute autre question similaire. Le Secrétariat considère donc que son acceptation pour enregistrement d’un instrument ne confère pas audit instrument la qualité de traité ou d'accord international si ce
dernier ne l'a pas déjà, et qu'il ne confère pas à une partie un statut que, par ailleurs, elle ne posséderait pas.
*
* *
Déni de responsabilité : Tous les textes authentiques du présent Recueil sont publiés tels qu’ils ont été
soumis pour enregistrement par l’une des parties à l’instrument. Sauf indication contraire, les traductions de ces
textes ont été établies par le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, à titre d'information.
I
Treaties and international agreements
registered in
March 2010
Nos. 47201 to 47215
Traités et accords internationaux
enregistrés en
mars 2010
os
N 47201 à 47215
Volume 2653, I-47201
No. 47201
____
Germany
and
Brazil
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Federative Republic of Brazil on cooperation in the energy
sector with focus on renewable energy and energy efficiency. Brasilia, 14 May
2008
Entry into force: 30 December 2009 by notification, in accordance with article 9
Authentic texts: English, German and Portuguese
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Allemagne
et
Brésil
Accord entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil relatif à la coopération dans le
secteur de l'énergie, en particulier en matière d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique. Brasilia, 14 mai 2008
Entrée en vigueur : 30 décembre 2009 par notification, conformément à l'article 9
Textes authentiques : anglais, allemand et portugais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
3
Volume 2653, I-47201
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
4
Volume 2653, I-47201
5
Volume 2653, I-47201
6
Volume 2653, I-47201
7
Volume 2653, I-47201
8
Volume 2653, I-47201
9
Volume 2653, I-47201
10
Volume 2653, I-47201
11
Volume 2653, I-47201
[ GERMAN TEXT – TEXTE ALLEMAND ]
12
Volume 2653, I-47201
13
Volume 2653, I-47201
14
Volume 2653, I-47201
15
Volume 2653, I-47201
16
Volume 2653, I-47201
17
Volume 2653, I-47201
18
Volume 2653, I-47201
19
Volume 2653, I-47201
[ PORTUGUESE TEXT – TEXTE PORTUGAIS ]
20
Volume 2653, I-47201
21
Volume 2653, I-47201
22
Volume 2653, I-47201
23
Volume 2653, I-47201
24
Volume 2653, I-47201
25
Volume 2653, I-47201
26
Volume 2653, I-47201
27
Volume 2653, I-47201
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE
D’ALLEMAGNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRATIVE DU BRÉSIL RELATIF À LA COOPÉRATION DANS LE
SECTEUR DE L’ÉNERGIE, EN PARTICULIER EN MATIÈRE
D’ÉNERGIE RENOUVELABLE ET D’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
Le Gouvernement de la République d’Allemagne et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil (ci-après dénommés les Parties),
Conscients de la demande croissante d’énergie et de la hausse des prix, ainsi que du
réchauffement indiscutable du système climatique, tel qu’indiqué dans le quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, lequel requiert une action renforcée pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, conformément au régime international relevant de la Convention-cadre des
Nations Unies sur les changements climatiques, de son Protocole de Kyoto et du Plan
d’action de Bali,
Considérant le fait qu’il s’avère nécessaire de garantir un approvisionnement et une
consommation énergétiques sûrs et durables,
Conscients de la nécessité d’établir une coopération concernant les processus de génération d’énergie et l’efficacité énergétique permettant de réduire l’émission de polluants
et de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et de garantir un développement durable,
Dans le but partagé de coopérer à l’amélioration et au développement d’une infrastructure d’énergie durable par le biais de mesures axées sur l’efficacité énergétique et les
économies d’énergie et par une utilisation accrue des énergies renouvelables,
Considérant l’intérêt mutuel d’une coopération bilatérale visant au développement de
technologies, en particulier dans le domaine de l’efficacité énergétique et de l’énergie renouvelable, et à leur diffusion,
Conscients des avantages économiques et environnementaux mutuels découlant des
échanges scientifiques, technologiques, industriels et commerciaux dans le secteur de
l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables,
Compte tenu de l’intérêt mutuel du renforcement du partenariat dans le secteur de
l’énergie, tel que prévu dans le plan d’action approuvé par les Gouvernements du Brésil
et de l’Allemagne en février 2002,
Compte tenu de l’Accord de base relatif à la coopération technique entre les Parties,
signé le 17 septembre 1996, et de l’Accord-cadre de coopération relatif à la recherche
scientifique et au développement technologique entre les Parties, signé le 20 mars 1996,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Le principal objectif du présent Accord est d’améliorer et de développer une infrastructure d’énergie durable afin d’assurer un approvisionnement et une consommation
28
Volume 2653, I-47201
énergétiques sûrs et durables, en particulier par le biais de mesures axées sur l’efficacité
énergétique et les économies d’énergie et par une utilisation accrue des énergies renouvelables. À cette fin, et pour contribuer au développement durable, les Parties s’efforceront
de promouvoir et de stimuler le dialogue politique, les échanges scientifiques et technologiques et la participation du secteur privé aux initiatives mises au point dans le cadre du
présent Accord.
Article 2
Les Parties conviennent de se réunir afin de discuter des manières de renforcer davantage la coopération bilatérale et d’évaluer les résultats respectifs aux termes du présent
Accord, le cas échéant en collaboration avec la commission conjointe Allemagne-Brésil.
Article 3
Les domaines suivants conviennent à une coopération bilatérale en vertu du présent
Accord :
(1) Énergies renouvelables :
La production durable et l’utilisation de sources d’énergie renouvelable, telles que :
L’énergie hydroélectrique
L’énergie éolienne
L’énergie solaire
La biomasse
Les déchets solides
L’énergie géothermique
L’océan
Les biocarburants
(2) Efficacité énergétique :
Toutes les formes d’utilisation rationnelle de l’énergie, telles que :
- Les développements dans la génération, la transmission et la distribution
d’électricité;
- La fiabilité et la sécurité du système électrique;
- La cogénération d’électricité et de chaleur;
- Les procédures et les mesures appliquées aux bâtiments, systèmes de transport, appareils ménagers et autres équipements, ainsi que les processus industriels;
- La mesure de la consommation d’énergie, les procédures d’audit et de vérification;
- Les meilleures pratiques d’évaluation de l’efficacité des politiques et des mesures
d’efficacité énergétique.
(3) Technologies de propulsion et de génération innovantes.
(4) Mécanisme pour un développement propre : favoriser le développement et la
mise en œuvre d’activités sous forme de projet au titre du mécanisme pour un dévelop29
Volume 2653, I-47201
pement propre du Protocole de Kyoto impliquant des participants des deux pays dans le
secteur de l’énergie.
5. Meilleures techniques disponibles appliquées à la prospection, l’exploitation et
l’utilisation durables de pétrole, de charbon et de gaz.
Article 4
(1) Les Parties échangent des informations et des données d’expérience dans les
domaines de coopération indiqués à l’article 3. Cela comprend des modèles de soutien financier, la métrologie, la normalisation, des règlements techniques, des procédures
d’évaluation de la conformité, la diffusion des meilleures pratiques, le développement industriel et les aspects sociaux et environnementaux connexes.
(2) Afin de renforcer la coopération dans les domaines visés à l’article 3, les Parties
créent des groupes de travail spécifiques. Le premier de ces groupes portera sur les biocarburants et sera chargé d’assurer l’échange d’informations sur les questions commerciales, les normes, la certification environnementale et sociale et la production et
l’utilisation de biocarburants, selon les trois piliers du développement durable : aspects
environnemental, économique et social.
(3) Les Parties conviennent également de promouvoir l’échange d’informations dans
des domaines tels que l’accès aux marchés et les barrières commerciales, afin de faciliter
le commerce international.
(4) L’échange de savoir-faire sera promu par des consultations au niveau gouvernemental, via la participation à des séminaires et ateliers communs et à des foires et expositions commerciales. Les Parties appuient l’échange de scientifiques et d’experts et
l’utilisation plus large de groupes mixtes existants avec le secteur des entreprises.
(5) Le cas échéant, les Parties agissent conjointement en ce qui concerne la recherche et le développement des secteurs en vertu de l’article 3.
(6) Les Parties conviennent d’échanger des informations concernant leurs positions
dans les instances internationales relatives aux domaines énumérés à l’article 3.
Article 5
(1) Conformément à la législation nationale et aux accords internationaux en vigueur
dans les deux pays, les Parties sont tenues de respecter les droits de propriété intellectuelle créés ou accordés dans le cadre de la mise en œuvre du présent Accord.
(2) En accord avec le premier paragraphe du présent article, les Parties prévoient
que les entités partenaires s’accordent à l’avance sur les modalités régissant les droits de
propriété intellectuelle créés ou accordés dans le cadre de la mise en œuvre du présent
Accord concernant, entre autres, l’acquisition de la propriété, la maintenance, l’utilisation
et l’exploitation commerciale desdits droits de propriété intellectuelle, ainsi que la confidentialité des informations dont la publication et/ou la divulgation pourraient compromettre l’acquisition des droits de propriété intellectuelle.
30
Volume 2653, I-47201
Article 6
Les Parties se réfèrent aux mécanismes existants de financement de la coopération au
service du développement dans les domaines de l’énergie renouvelable et de l’efficacité
énergétique.
Article 7
(1) Conformément aux crédits budgétaires de chaque Partie, les frais liés aux activités entreprises dans le cadre du présent Accord sont subordonnés à la disponibilité des
fonds appropriés.
(2) Les frais de voyage, en particulier les billets d’avion et les indemnités journalières résultant des activités menées dans le cadre du présent Accord sont supportés respectivement par chacune des Parties.
(3) Les frais liés aux projets, aux services d’assistance, de consultation et autres sont
supportés par la Partie requérante, sauf stipulation contraire des Parties.
Article 8
Tout litige concernant l’interprétation ou l’application du présent Accord sera réglé
par la voie diplomatique.
Article 9
(1) Le présent Accord entrera en vigueur lorsque les deux Parties auront accompli
leurs procédures juridiques et lorsque les notes diplomatiques auront été échangées.
(2) Le présent Accord demeurera en vigueur pendant une période de quinze ans à
compter du jour de son entrée en vigueur et sera tacitement reconduit pour des périodes
successives de cinq ans, pour autant qu’il ne soit pas dénoncé par l’une des Parties au
moins douze mois avant son expiration.
FAIT à Brasilia le 14 mai 2008, en double exemplaire en langues allemande, portugaise et anglaise, les trois textes faisant également foi. En cas d’interprétation divergente
des textes allemand et portugais, le texte anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement de la République d’Allemagne :
DAGMAR WÖHRL
FRIEDRICH PROT VON KUNOW
Pour le Gouvernement de la République fédérative du Brésil :
SAMUEL PINHEIRO GUIMARÃES NETO
31
Volume 2653, I-47202
No. 47202
____
Germany
and
Brazil
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Federative Republic of Brazil concerning the gainful employment of members of the families of members of a diplomatic mission or career-consular post. Berlin, 14 February 2008
Entry into force: 1 March 2010 by notification, in accordance with article 7
Authentic texts: German and Portuguese
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Brésil
Accord entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil concernant l'emploi rémunéré
pour les membres de la famille d’un membre d'une mission diplomatique ou
d'un poste consulaire. Berlin, 14 février 2008
Entrée en vigueur : 1er mars 2010 par notification, conformément à l'article 7
Textes authentiques : allemand et portugais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
33
Volume 2653, I-47203
No. 47203
____
Germany
and
Ethiopia
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Federal Democratic Republic of Ethiopia concerning financial cooperation (Project: Rehabilitation of Addis Ababa-Gedo Road phase I
and II). Addis Ababa, 19 February 1998
Entry into force: 19 February 1998 by mutual agreement
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Éthiopie
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement de la République fédérale démocratique d'Éthiopie concernant
la coopération financière (Projet : Réhabilitation de la route d'Addis AbebaGedo phase I et II). Addis-Abeba, 19 février 1998
Entrée en vigueur : 19 février 1998 par consentement mutuel
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
35
Volume 2653, I-47204
No. 47204
____
Germany
and
Ethiopia
Agreement between the Transitional Government of Ethiopia and the Government
of the Federal Republic of Germany concerning financial cooperation (Projects
"Sector-related imports programme for industry" and other projects). Addis
Ababa, 20 October 1993
Entry into force: 20 October 1993 by signature, in accordance with article 6
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Éthiopie
Accord entre le Gouvernement de transition de l'Éthiopie et le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne concernant la coopération financière (Projets
"Programme connexe dans le secteur des importations industrielles" et autres
projets). Addis-Abeba, 20 octobre 1993
Entrée en vigueur : 20 octobre 1993 par signature, conformément à l'article 6
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
37
Volume 2653, I-47205
No. 47205
____
Germany
and
Madagascar
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of Madagascar concerning financial cooperation
(Basic Health Care in Mahajanga Region). Antananarivo, 8 April 1998
Entry into force: 8 April 1998 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: French and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Madagascar
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale
d'Allemagne et le Gouvernement de la République de Madagascar (Projet
"Santé de base dans la région de Mahajanga"). Antananarivo, 8 avril 1998
Entrée en vigueur : 8 avril 1998 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : français et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
39
Volume 2653, I-47206
No. 47206
____
Germany
and
Chad
Agreement concerning financial cooperation between the Government of the Federal Republic of Germany and the Government of the Republic of Chad. N'Djamena, 8 May 1998
Entry into force: 8 May 1998 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: French and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Tchad
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale
d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Tchad. N'Djamena, 8 mai
1998
Entrée en vigueur : 8 mai 1998 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : français et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
41
Volume 2653, I-47207
No. 47207
____
Germany
and
Senegal
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of Senegal concerning financial cooperation
(Projects: "Restructuring of the irregular settlements of Pikine, Dakar", "Water Supply Eleven Regional Towns"). Dakar, 30 April 1998
Entry into force: 30 April 1998 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: French and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 12 March 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Sénégal
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale
d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Sénégal (Projets : "Restructuration de Pikine Irrégulier de Dakar", "Approvisionnement en eau potable de 11 villes régionales"). Dakar, 30 avril 1998
Entrée en vigueur : 30 avril 1998 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : français et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 12 mars 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
43
Volume 2653, I-47208
No. 47208
____
Netherlands
and
Gabon
Exchange of notes constituting an Agreement between the Kingdom of the Netherlands and the Republic of Gabon concerning the status of military and civilian
personnel of the Ministry of Defence of the Contracting Parties, present in each
other's territory for activities related to bilateral military cooperation. Libreville, 3 August 2009 and Yaoundé, 16 October 2009
Entry into force: 16 October 2009, in accordance with the provisions of the said notes
Authentic text: French
Registration with the Secretariat of the United Nations: Netherlands, 9 March 2010
Pays-Bas
et
Gabon
Échange de notes constituant un Accord entre le Royaume des Pays-Bas et la République du Gabon concernant le statut du personnel civil et militaire des Ministères de la Défense des Parties contractantes, présents dans les deux territoires
pour des activités liées à la coopération militaire bilatérale. Libreville, 3 août
2009 et Yaoundé, 16 octobre 2009
Entrée en vigueur : 16 octobre 2009, conformément aux dispositions desdites notes
Texte authentique : français
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Pays-Bas, 9 mars 2010
45
Volume 2653, I-47208
[ FRENCH TEXT – TEXTE FRANÇAIS ]
46
Volume 2653, I-47208
47
Volume 2653, I-47208
48
Volume 2653, I-47208
49
Volume 2653, I-47208
50
Volume 2653, I-47208
51
Volume 2653, I-47208
(voir Note I)
52
Volume 2653, I-47208
[TRANSLATION – TRADUCTION]
I
GABONESE REPUBLIC
MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS, COOPERATION, THE FRANCOPHONIE
AND REGIONAL INTEGRATION
Libreville, 3 August 2009
Ref. No. 02317 MAECFIR/SG/DAJ
The Ministry of Foreign Affairs, Cooperation, the Francophonie and Regional Integration presents its compliments to the Embassy of the Kingdom of the Netherlands at
Yaoundé and, with reference to its note verbale No. YAO/08/345 of 11 April 2008, on the
conclusion of an agreement concerning the status of civilian and military personnel of the
Kingdom of the Netherlands in the Gabonese Republic, has the honour to submit herewith
the new proposal from the Government of the Gabonese Republic, which reads as follows:
Article I. Definitions
For the purposes of this Agreement and the implementation thereof, the following
meanings shall apply:
1. “Personnel”: the civilian and military personnel of the Ministries of Defence of the
Parties;
2. “Military personnel”: the military personnel of the Ministry of Defence of the
sending State, including foreign military personnel forming an integral part of military
units of the sending State on the basis of an exchange programme;
3. “Family member”: Any person defined or recognized as a family member of the
personnel of the sending State by the laws of the sending State.
Article II. Entry and exit requirements
1. The personnel of the sending State and their family members shall have the right to
enter, stay in and depart from the territory of the receiving State. The personnel of the
sending State shall enjoy the same freedom of movement as nationals of the receiving
State.
2. The authorities of the receiving State shall allow the personnel of the sending State
free entry into and exit from the territory of the receiving State upon presentation of a
valid identity card and an individual or group mission order. The authorities of the receiving State shall allow the family members of the personnel of the sending State free entry
into and exit from the territory of the receiving State upon presentation of a valid pass-
53
Volume 2653, I-47208
port. The personnel of the sending State shall be exempt from fees and taxes on passports
and visas.
Article III. Discipline and jurisdiction
1. Disciplinary jurisdiction over the personnel of the sending State shall remain the
prerogative of the competent authorities of the sending State.
2. The personnel of the sending State and their family members shall respect the laws
in force in the receiving State and shall refrain from any activity contrary to the spirit of
this Agreement and, in particular, from any political activity in the receiving State. The
officer in command of the personnel of the sending State shall take all necessary steps to
that end.
3. The personnel of the sending State and their family members shall enjoy immunity
from legal process during their stay in the receiving State pursuant to this Agreement and
shall consequently be under the exclusive jurisdiction of the sending State. In addition,
the personnel of the sending State and their family members shall be exempt from judicial
proceedings of any kind, including any request for extradition or surrender submitted by a
third State for offences committed prior to their entry into the receiving State.
4. The Government of the receiving State may request the Government of the sending
State to waive the immunity of a member of the personnel of the sending State or of a
family member in cases of particular importance for the receiving State. In such event, the
Parties shall consult each other with a view to safeguarding each other’s legitimate interests.
5. a. If the authorities of the receiving State take into custody a member of the personnel of the sending State, they shall so inform the officer in command of the personnel
of the sending State and shall submit to that officer, without delay, a report on the matter.
If the authorities of the receiving State take into custody a family member of such personnel, they shall transmit, without delay, a report on the matter to the diplomatic mission of
the sending State.
b. The authorities of the sending State shall inform the authorities of the receiving
State of their decision to institute legal action against the member of the personnel of the
sending State or against a family member, and of the outcome of the proceedings initiated
in the sending State.
Article IV. Importation and exportation
1. The receiving State shall exempt from duties, fees and taxes on importation and
exportation or other charges levied in the receiving State on the equipment, materials,
supplies and other property imported into the receiving State by the sending State under
this Agreement.
2. The equipment, materials, supplies and other property imported into the receiving
State by the sending State under this Agreement shall be free from control.
3. The baggage, personal effects, products or other goods for the personal use of the
personnel of the sending State or of their family members, imported into the receiving
54
Volume 2653, I-47208
State, shall be exempt from duties, fees and taxes on importation and exportation or any
other charges levied in the receiving State.
Article V. Arms and uniforms
1. The sending State shall respect the rules and restrictions established by the receiving State with regard to the use and storage of arms and ammunitions.
2. The military personnel of the sending State may wear their national military uniforms while performing their official duties.
Article VI. Driving permits
The receiving State shall accept as valid, without a driving test or payment of fees,
the current and valid civilian or military driving permit of the personnel of the sending
State or of their family members for the category of motor vehicles identical to those for
which the driving permit was issued by the sending State.
Article VII. Claims
1. The Parties waive any claims against each other for damage to or loss of government property used by their armed forces and for injury (including injury resulting in
death) suffered by their personnel, arising out of their official duties.
2. Paragraph 1 of this article shall not apply if the damage to or loss of government
property or the injury (including injury resulting in death) suffered by personnel, as referred to in that paragraph, is the result of gross negligence or wilful misconduct.
3. Third party claims (other than contractual claims) for any loss, damage or injury
caused by the personnel of the sending State shall be settled by the receiving State on behalf of the sending State, in accordance with the laws and regulations of the receiving
State. Costs related to the settlement of any such claim shall be reimbursed by the sending
State.
4. Third party claims for any loss, damage or injury caused by the personnel of either
Party in the performance of their official duties shall be settled by the receiving State, also
on behalf of the sending State, in accordance with the laws and regulations of the receiving State. Costs related to the settlement of any such claim shall be shared equally between the Parties.
Article VIII
(a) Medical and dental assistance
1. The personnel of the sending State shall be declared medically and dentally fit
prior to taking part in activities in the receiving State.
2. The personnel of the sending State shall be granted emergency medical and dental
assistance free of charge during their entire stay in the receiving State, in the framework
of this Agreement.
55
Volume 2653, I-47208
3. All other medical and dental assistance, including hospitalization, shall be granted
under the same conditions as those applicable to the personnel of the receiving State.
(b) Death
1. The authorities of the sending State present in the receiving State shall have the
right to arrange for the repatriation of the remains of a deceased member of the personnel
of the sending State, or those of a deceased family member, together with his or her personal effects, and may take the appropriate steps to that end.
2. An autopsy on the remains of a deceased member of the personnel of the sending
State, or of a deceased family member, shall not be conducted without the consent of the
authorities of that State and without a representative of that State being present.
3. The receiving State and the sending State shall cooperate to the fullest extent possible to ensure the repatriation, without delay, of the remains of any deceased member of
the personnel of the sending State or of a family member.
Article IX. Detailed arrangements
Detailed arrangements concerning the performance of an activity may be made between the Ministries of Defence of the two Parties.
Article X. Settlement of disputes
Any dispute arising out of the application or implementation of this Agreement shall
be settled through consultation between the competent authorities of the Parties, including, where appropriate, through the diplomatic channel.
Article XI. Duration and termination
1. This Agreement shall remain in force for a period of one (1) year.
2. Either Party may terminate this Agreement at any time, by giving three (3) months’
written notice in advance to the other Party.
If the foregoing provisions are acceptable to the Government of the Kingdom of the
Netherlands, the Ministry proposes that this note and the positive note of reply from the
Embassy shall constitute an Agreement between the two Governments, which shall enter
into force on the date of the reply from the Embassy.
Embassy of the Kingdom of the Netherlands
Yaoundé
56
Volume 2653, I-47208
II
EMBASSY OF THE KINGDOM OF THE NETHERLANDS
Yaoundé, 16 October 2009
No. YAO/09/897
The Embassy of the Kingdom of the Netherlands at Yaoundé presents its compliments to the Ministry of Foreign Affairs, Cooperation, the Francophonie and Regional Integration of the Republic of Gabon and has the honour to refer to its note verbale No.
02317/MAECFIR/SG/DAJ of 3 August 2009, on the conclusion of an agreement concerning the status of civilian and military personnel of the Kingdom of the Netherlands in the
Gabonese Republic, which reads as follows:
(See note I)
The Embassy of the Kingdom of the Netherlands has the honour to inform the Ministry of Foreign Affairs, Cooperation, the Francophonie and Regional Integration that the
foregoing provisions are acceptable to the Government of the Kingdom of the Netherlands.
Consequently, the said note verbale from the Ministry and this note verbale from the
Embassy shall constitute an Agreement between the Government of the Kingdom of the
Netherlands and the Government of the Gabonese Republic, which shall enter into force
on the date of the present note verbale.
The Embassy of the Kingdom of the Netherlands at Yaoundé takes this opportunity
to renew to the Ministry of Foreign Affairs, Cooperation, the Francophonie and Regional
Integration of the Gabonese Republic the assurances of its highest consideration.
Ministry of Foreign Affairs, Cooperation,
the Francophonie and Regional Integration of the Gabonese Republic
Libreville
57
Volume 2653, I-47209
No. 47209
____
Netherlands
and
Azerbaijan
Convention between the Kingdom of the Netherlands and the Republic of Azerbaijan for the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal evasion
with respect to taxes on income and on capital (with protocol). Baku, 22 September 2008
Entry into force: 18 December 2009 by notification, in accordance with article 31
Authentic texts: Azerbaijani, Dutch and English
Registration with the Secretariat of the United Nations: Netherlands, 30 March 2010
Pays-Bas
et
Azerbaïdjan
Convention entre le Royaume des Pays-Bas et la République d'Azerbaïdjan tendant
à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts
sur le revenu et sur la fortune (avec protocole). Bakou, 22 septembre 2008
Entrée en vigueur : 18 décembre 2009 par notification, conformément à l'article 31
Textes authentiques : azerbaïdjanais, néerlandais et anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Pays-Bas, 30 mars 2010
59
Volume 2653, I-47209
[ AZERBAIJANI TEXT – TEXTE AZERBAÏDJANAIS ]
60
Volume 2653, I-47209
61
Volume 2653, I-47209
62
Volume 2653, I-47209
63
Volume 2653, I-47209
64
Volume 2653, I-47209
65
Volume 2653, I-47209
66
Volume 2653, I-47209
67
Volume 2653, I-47209
68
Volume 2653, I-47209
69
Volume 2653, I-47209
70
Volume 2653, I-47209
71
Volume 2653, I-47209
72
Volume 2653, I-47209
73
Volume 2653, I-47209
74
Volume 2653, I-47209
75
Volume 2653, I-47209
76
Volume 2653, I-47209
77
Volume 2653, I-47209
78
Volume 2653, I-47209
79
Volume 2653, I-47209
80
Volume 2653, I-47209
81
Volume 2653, I-47209
82
Volume 2653, I-47209
83
Volume 2653, I-47209
84
Volume 2653, I-47209
85
Volume 2653, I-47209
86
Volume 2653, I-47209
87
Volume 2653, I-47209
88
Volume 2653, I-47209
89
Volume 2653, I-47209
90
Volume 2653, I-47209
91
Volume 2653, I-47209
92
Volume 2653, I-47209
93
Volume 2653, I-47209
94
Volume 2653, I-47209
95
Volume 2653, I-47209
96
Volume 2653, I-47209
97
Volume 2653, I-47209
98
Volume 2653, I-47209
99
Volume 2653, I-47209
100
Volume 2653, I-47209
101
Volume 2653, I-47209
102
Volume 2653, I-47209
[ DUTCH TEXT – TEXTE NÉERLANDAIS ]
103
Volume 2653, I-47209
104
Volume 2653, I-47209
105
Volume 2653, I-47209
106
Volume 2653, I-47209
107
Volume 2653, I-47209
108
Volume 2653, I-47209
109
Volume 2653, I-47209
110
Volume 2653, I-47209
111
Volume 2653, I-47209
112
Volume 2653, I-47209
113
Volume 2653, I-47209
114
Volume 2653, I-47209
115
Volume 2653, I-47209
116
Volume 2653, I-47209
117
Volume 2653, I-47209
118
Volume 2653, I-47209
119
Volume 2653, I-47209
120
Volume 2653, I-47209
121
Volume 2653, I-47209
122
Volume 2653, I-47209
123
Volume 2653, I-47209
124
Volume 2653, I-47209
125
Volume 2653, I-47209
126
Volume 2653, I-47209
127
Volume 2653, I-47209
128
Volume 2653, I-47209
129
Volume 2653, I-47209
130
Volume 2653, I-47209
131
Volume 2653, I-47209
132
Volume 2653, I-47209
133
Volume 2653, I-47209
134
Volume 2653, I-47209
135
Volume 2653, I-47209
136
Volume 2653, I-47209
137
Volume 2653, I-47209
138
Volume 2653, I-47209
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
139
Volume 2653, I-47209
140
Volume 2653, I-47209
141
Volume 2653, I-47209
142
Volume 2653, I-47209
143
Volume 2653, I-47209
144
Volume 2653, I-47209
145
Volume 2653, I-47209
146
Volume 2653, I-47209
147
Volume 2653, I-47209
148
Volume 2653, I-47209
149
Volume 2653, I-47209
150
Volume 2653, I-47209
151
Volume 2653, I-47209
152
Volume 2653, I-47209
153
Volume 2653, I-47209
154
Volume 2653, I-47209
155
Volume 2653, I-47209
156
Volume 2653, I-47209
157
Volume 2653, I-47209
158
Volume 2653, I-47209
159
Volume 2653, I-47209
160
Volume 2653, I-47209
161
Volume 2653, I-47209
162
Volume 2653, I-47209
163
Volume 2653, I-47209
164
Volume 2653, I-47209
165
Volume 2653, I-47209
166
Volume 2653, I-47209
167
Volume 2653, I-47209
168
Volume 2653, I-47209
169
Volume 2653, I-47209
170
Volume 2653, I-47209
171
Volume 2653, I-47209
[TRANSLATION – TRADUCTION]
CONVENTION ENTRE LE ROYAUME DES PAYS-BAS ET LA RÉPUBLIQUE D’AZERBAÏDJAN TENDANT À ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION ET À PRÉVENIR L’ÉVASION FISCALE EN MATIÈRE
D’IMPÔTS SUR LE REVENU ET SUR LA FORTUNE
Le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement de la République
d’Azerbaïdjan,
Désireux de conclure une convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu et sur la fortune entre les deux
États,
Sont convenus de ce qui suit :
CHAPITRE PREMIER. CHAMP DE LA CONVENTION
Article premier. Champ d’application personnelle
La présente Convention s’applique aux personnes qui sont des résidents de l’un des
États contractants ou des deux.
Article 2. Impôts visés
1. La présente Convention s’applique aux impôts sur le revenu et sur la fortune perçus pour le compte d’un État contractant, d’une de ses subdivisions politiques ou territoriales administratives, ou de ses collectivités locales, quel que soit le système de perception.
2. Sont considérés comme impôts sur le revenu et sur la fortune les impôts perçus sur
le revenu total, sur la fortune totale ou sur des éléments du revenu ou de la fortune, y
compris les impôts sur les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers, les impôts sur le montant global des salaires payés par les entreprises, ainsi que les
impôts sur les plus-values.
3. Les impôts auxquels s’appliquent la Convention sont notamment :
a) Aux Pays-Bas :
- L’impôt sur le revenu (inkomstenbelasting);
- L’impôt sur les salaires (loonbelasting);
- L’impôt sur les sociétés (vennootschapsbelasting), y compris le prélèvement de
l’État sur les bénéfices nets de l’exploitation des ressources naturelles, effectué conformément à la loi sur l’industrie minière (Mijnbouwwet);
- L’impôt sur les dividendes (dividendbelasting), (ci-après dénommé « impôt néerlandais »);
172
Volume 2653, I-47209
b) En Azerbaïdjan :
- L’impôt sur le revenu des personnes morales;
- L’impôt sur le revenu des personnes physiques;
- L’impôt sur la propriété, (ci-après dénommé « impôt de l’Azerbaïdjan »).
4. La Convention s’applique aussi aux impôts de nature identique ou sensiblement
analogue, instaurés après la date de sa signature et qui s’ajoutent ou se substituent aux
impôts actuels. Les autorités compétentes des États contractants se communiquent toutes
les modifications importantes apportées à leur législation fiscale.
CHAPITRE II. DÉFINITIONS
Article 3. Définitions générales
1. Aux fins de la présente Convention, à moins que le contexte n’appelle une interprétation différente :
a. Le terme « État contractant » désigne le Royaume des Pays-Bas (les Pays-Bas) ou
la République d’Azerbaïdjan (Azerbaïdjan), selon le contexte; le terme « États contractants » désigne le Royaume des Pays-Bas (les Pays-Bas) et la République d’Azerbaïdjan
(Azerbaïdjan);
b. Le terme « Pays-Bas » désigne la partie du Royaume des Pays-Bas qui est située en
Europe, y compris sa mer territoriale et toute zone située au-delà de la mer territoriale, sur
laquelle les Pays-Bas, conformément au droit international, exercent leur juridiction ou
leurs droits souverains sur le fond de la mer, son sous-sol et ses eaux surjacentes ainsi que
sur leurs ressources naturelles;
c. Le terme « Azerbaïdjan » désigne le territoire de la République d’Azerbaïdjan, y
compris les eaux intérieures de la République d’Azerbaïdjan, le secteur de la mer Caspienne (lac) appartenant à la République d’Azerbaïdjan et l’espace aérien situé au-dessus
de la République d’Azerbaïdjan, sur lesquels les droits souverains et la juridiction de la
République d’Azerbaïdjan peuvent être exercés à l’égard du sous-sol, des fonds marins et
de leurs ressources naturelles, ainsi que les autres zones qui ont été ou qui pourraient être
définies en conformité avec le droit international et la législation de la République azerbaïdjanaise;
d. Le terme « personne » s’entend des personnes physiques, des sociétés et de tout
autre groupement de personnes;
e. Le terme « société » s’entend de toute personne morale et de toute entité considérée comme une personne morale aux fins d’imposition;
f. Les expressions « entreprise d’un État contractant » et « entreprise de l’autre État
contractant » s’entendent respectivement d’une entreprise exploitée par un résident d’un
État contractant et d’une entreprise exploitée par un résident de l’autre État contractant.
g. L’expression « trafic international » désigne tout transport effectué par un navire
ou un aéronef exploité par une entreprise d’un État contractant, sauf lorsque le navire ou
l’aéronef n’est exploité qu’entre des points situés dans l’autre État contractant;
173
Volume 2653, I-47209
h. Le terme « ressortissant » désigne :
i) Toute personne physique possédant la nationalité d’un État contractant;
ii) Toute personne morale, société de personnes (partnership) ou association constituée conformément à la législation en vigueur dans un État contractant;
i. L’expression « autorité compétente » désigne :
i) Aux Pays-Bas, le Ministre des finances ou son représentant autorisé;
ii) En Azerbaïdjan, le Ministère des finances et le Ministère des impôts.
2. Aux fins de l’application de la Convention par l’un des États contractants, tout
terme ou expression qui n’y est pas défini a, à moins que le contexte n’exige une interprétation différente, le sens que lui attribue, au moment considéré, le droit de cet État concernant les impôts auxquels s’applique la Convention, le sens attribué audit terme ou à ladite expression par la législation fiscale de cet État l’emportant sur celui qui lui est attribué par les autres lois de cet État.
Article 4. Résidence
1. Aux fins de la présente Convention, l’expression « résident d’un État contractant »
désigne toute personne qui, en vertu de la législation de cet État, est assujettie à l’impôt
dans cet État, en raison de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction, du lieu
de sa constitution en société ou de tout autre critère de nature analogue, et inclut également ledit État, ses subdivisions politiques ou territoriales administratives, ou autorités
locales. Ce terme exclut toutefois toute personne assujettie à l’impôt dans cet État uniquement au titre de la fortune ou des revenus en provenance de sources qui y sont situées.
2. Lorsque, en vertu des dispositions du paragraphe 1, une personne physique est résidente des deux États contractants, sa situation sera réglée de la manière suivante :
a) Elle sera considérée comme résidente de l’État où elle dispose d’un foyer
d’habitation permanent; si elle dispose d’un foyer d’habitation permanent dans les deux
États, elle sera considérée comme résidente de l’État avec lequel ses liens personnels et
économiques sont les plus étroits (centre des intérêts vitaux);
b) Si l’État où elle a son centre d’intérêts vitaux ne peut être déterminé ou si elle ne
dispose d’un foyer d’habitation permanent dans aucun des deux États, elle sera considérée
comme résidente de l’État où elle séjourne de façon habituelle;
c) Si elle séjourne de façon habituelle dans les deux États ou si elle ne séjourne de
façon habituelle dans aucun d’eux, elle sera considérée comme résidente uniquement de
l’État dont elle possède la nationalité;
d) Si cette personne possède la nationalité des deux États ou si elle ne possède la nationalité d’aucun d’eux, les autorités compétentes des États contractants tranchent la question d’un commun accord.
3. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne autre qu’une personne physique est un résident des deux États contractants, elle sera considérée uniquement comme un résident de l’État où se situe son siège de direction effective.
174
Volume 2653, I-47209
Article 5. Établissement stable
1. Aux fins de la présente Convention, l’expression « établissement stable » s’entend
d’un lieu fixe d’affaires par l’intermédiaire duquel une entreprise exerce tout ou partie de
son activité.
2. L’expression « établissement stable » s’entend notamment :
a) D’un siège de direction;
b) D’une succursale;
c) D’un bureau;
d) D’une usine;
e) D’un atelier; et
f) D’une mine, d’un puits de pétrole et de gaz, d’une carrière et de tout autre lieu
d’extraction de ressources naturelles.
3. a) Un chantier de construction ou un projet de construction ou d’installation dans
un État contractant, y compris les activités de surveillance, constitue un établissement
stable mais dans cet État contractant uniquement si ce chantier, ce projet ou ces activités
ont une durée supérieure à douze (12) mois;
b) La fourniture de services, y compris les services de consultants, dans un État contractant par une entreprise agissant par l’intermédiaire de salariés ou d’autre personnel
engagé par l’entreprise à cette fin, constitue un établissement stable uniquement si les activités de cette nature se poursuivent (pour le même projet ou un projet connexe) dans cet
État pendant plus de six (6) mois.
4. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, on considère qu’il n’y a
pas « établissement stable » :
a) S’il est fait usage d’installations aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison des biens ou des marchandises appartenant à l’entreprise;
b) Si des biens ou des marchandises appartenant à l’entreprise sont entreposées aux
seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison;
c) Si des biens ou des marchandises appartenant à l’entreprise sont entreposées aux
seules fins de transformation par une autre entreprise;
d) Si une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins d’acheter des biens ou
des marchandises, de réunir ou diffuser des informations, ou de mener des activités de
marketing à caractère préparatoire ou auxiliaire pour l’entreprise;
e) Si la conclusion (y compris la simple signature) de contrats de prêt, de livraison de
marchandises ou de services techniques est facilitée, lorsque ces activités pour
l’entreprise sont à caractère préparatoire ou auxiliaire;
f) Si des lieux fixes d’affaires sont utilisés aux seules fins d’exercer, pour
l’entreprise, toute autre activité de caractère préparatoire ou auxiliaire;
g) Si une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins de l’exercice combiné
des activités mentionnées aux alinéas a) à f), dans la mesure où l’ensemble des activités
ainsi exercées dans cette installation fixe d’affaires a un caractère préparatoire ou auxiliaire.
175
Volume 2653, I-47209
5. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, lorsqu’une personne  autre
qu’un agent jouissant d’un statut indépendant auquel s’applique le paragraphe 7  agit
pour le compte d’une entreprise et dispose dans un État contractant de pouvoirs qu’elle y
exerce habituellement lui permettant de conclure des contrats pour le compte de
l’entreprise, cette entreprise est considérée comme ayant un établissement stable dans cet
État pour toutes les activités que cette personne exerce pour l’entreprise, à moins que les
activités de cette personne ne soient limitées à celles qui sont mentionnées au paragraphe 4 et qui, si elles étaient exercées par l’intermédiaire d’une installation fixe
d’affaires, ne permettraient pas de considérer cette installation comme un établissement
stable selon les dispositions de ce paragraphe.
6. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, il est considéré qu’une
compagnie d’assurances résidente d’un État contractant a, sauf en ce qui concerne les
réassurances, un établissement stable dans l’autre État contractant si elle récolte des
primes sur le territoire de cet autre État ou si elle assure contre des risques situés dans cet
État par l’intermédiaire d’une personne autre qu’un agent indépendant auquel s’applique
le paragraphe 7 du présent article.
7. Une entreprise n’est pas considérée comme ayant un établissement stable dans un
État contractant du seul fait qu’elle y exerce son activité par l’entremise d’un courtier,
d’un commissionnaire général ou de tout autre agent jouissant d’un statut indépendant, à
condition que ces personnes agissent dans le cadre ordinaire de leur activité.
Toutefois, lorsque les activités de l’intermédiaire sont exercées exclusivement ou
presque exclusivement pour le compte de l’entreprise, il n’est pas considéré comme un
agent jouissant d’un statut indépendant au sens du présent paragraphe, sauf s’il est démontré que les transactions entre l’agent et l’entreprise ont été effectuées dans des conditions de pleine concurrence.
8. Le fait qu’une société qui est un résident d’un État contractant contrôle ou est contrôlée par une société qui est un résident de l’autre État contractant ou qui y exerce son
activité (que ce soit par l’intermédiaire d’un établissement stable ou non) ne suffit pas en
lui-même à faire de l’une quelconque de ces sociétés un établissement stable de l’autre.
CHAPITRE III. IMPOSITION DES REVENUS
Article 6. Revenus immobiliers
1. Les revenus qu’un résident d’un État contractant tire de biens immobiliers, y compris les revenus des exploitations agricoles ou forestières, situés dans l’autre État contractant, sont imposables dans cet autre État.
2. L’expression « biens immobiliers » a le sens que lui attribue le droit de l’État contractant dans lequel les biens considérés sont situés. L’expression comprend en tout cas
les accessoires immobiliers, le cheptel mort ou vif et l’équipement utilisé à des fins agricoles et forestières, les droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit privé concernant la propriété foncière, l’usufruit des biens immobiliers et le droit à des paiements variables ou fixes pour l’exploitation ou la concession d’exploitation de gisements miné-
176
Volume 2653, I-47209
raux, de sources et autres ressources naturelles; les navires, les bateaux et les aéronefs ne
sont pas considérés comme des biens immobiliers.
3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aux revenus provenant de
l’exploitation directe, de la location ou de toute autre forme d’exploitation des biens immobiliers.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 s’appliquent également aux revenus provenant des biens immobiliers d’une entreprise ainsi qu’aux revenus des biens immobiliers
servant à l’exercice d’une profession indépendante.
Article 7. Bénéfices des entreprises
1. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant ne sont imposables que dans
cet État, à moins que l’entreprise n’exerce son activité dans l’autre État contractant par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé. Si l’entreprise exerce son activité
d’une telle façon, les bénéfices de l’entreprise sont imposables dans l’autre État, mais
uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cet établissement stable.
2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3, lorsqu’une entreprise d’un État
contractant exerce son activité dans l’autre État contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, il est imputé, dans chaque État contractant, à cet établissement stable les bénéfices qu’il aurait pu réaliser s’il avait constitué une entreprise distincte et séparée exerçant des activités identiques ou analogues dans des conditions identiques ou analogues et traitant en toute indépendance avec l’entreprise dont il constitue un
établissement stable.
3. Pour déterminer les bénéfices d’un établissement stable, sont admises en déduction
les dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris les dépenses de direction et les frais généraux d’administration ainsi exposés, soit dans l’État où
est situé cet établissement stable, soit ailleurs.
4. S’il est d’usage, dans un État contractant, de déterminer les bénéfices imputables à
un établissement stable sur la base d’une répartition des bénéfices totaux de l’entreprise
entre ses diverses parties (méthode indirecte), aucune disposition du paragraphe 2
n’empêche cet État de déterminer les bénéfices imposables selon la répartition en usage;
la méthode de répartition adoptée doit cependant être telle que le résultat obtenu soit conforme aux principes contenus dans le présent article.
5. Aucun bénéfice n’est imputé à un établissement stable du fait qu’il a simplement
acheté des marchandises pour l’entreprise.
6. Aux fins des paragraphes précédents, les bénéfices à imputer à l’établissement
stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins qu’il n’existe un
motif valable et suffisant de procéder autrement.
7. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu traités séparément dans
d’autres articles de la présente Convention, les dispositions de ces articles ne sont pas affectées par les dispositions du présent article.
177
Volume 2653, I-47209
Article 8. Navigation maritime et transport aérien
1. Les bénéfices (revenus) d’une entreprise d’un État contractant provenant de
l’exploitation de navires ou d’aéronefs ne sont imposables que dans ledit État contractant.
2. Pour l’application du présent article, les bénéfices (revenus) tirés de l’exploitation
de navires ou aéronefs en trafic international comprennent :
a) Les bénéfices (revenus) tirés de la location coque nue de navires ou aéronefs, et
b) Les bénéfices (revenus) tirés de l’exploitation, de l’entretien ou de la location de
conteneurs (y compris des remorques et du matériel connexe de transport de conteneurs)
servant au transport de biens ou de marchandises,
si la location ou l’utilisation, l’entretien ou la location, selon le cas, est accessoire à
l’exploitation des navires ou aéronefs en trafic international.
3. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 s’appliquent aussi aux bénéfices (revenus)
du trafic international provenant de la participation à un pool, une exploitation en commun ou un organisme international d’exploitation.
Article 9. Entreprises associées
1. Si :
a) Une entreprise d’un État contractant participe directement ou indirectement à la direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise de l’autre État contractant, ou que
b) Les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au
contrôle ou au capital d’une entreprise d’un État contractant et d’une entreprise de l’autre
État contractant,
et que, dans l’un et l’autre cas, les conditions régissant les relations commerciales ou financières des deux entreprises sont différentes de celles qui régiraient les relations entre
des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces conditions, auraient pu être réalisés par l’une des entreprises, mais n’ont pu l’être du fait de ces conditions, peuvent être
inclus dans les bénéfices de cette entreprise et imposés en conséquence.
2. Lorsqu’un État contractant inclut dans les bénéfices d’une entreprise de cet État, et
impose en conséquence, des bénéfices sur lesquels une entreprise de l’autre État contractant a été imposée dans cet autre État, et que les bénéfices ainsi inclus sont des bénéfices
qui auraient été réalisés par l’entreprise du premier État si les conditions convenues entre
les deux entreprises avaient été celles qui auraient été convenues entre des entreprises indépendantes, l’autre État procède à un ajustement approprié du montant de l’impôt qui y a
été perçu sur ces bénéfices si cet autre État considère que cet ajustement est justifié. Pour
déterminer cet ajustement, il est tenu compte des autres dispositions de la présente Convention et, si c’est nécessaire, les autorités compétentes des États contractants se consultent.
178
Volume 2653, I-47209
Article 10. Dividendes
1. Les dividendes payés par une société qui est résidente d’un État contractant et dont
est bénéficiaire un résident de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, ces dividendes sont aussi imposables dans l’État contractant dont la société qui paie les dividendes est résidente, et selon la législation de cet État; mais si la
personne qui reçoit les dividendes en est le bénéficiaire effectif, l’impôt ainsi établi ne
peut excéder :
a) 5 % du montant brut des dividendes si le bénéficiaire effectif est une société qui
possède au moins 25 % du capital de la société qui paie les dividendes, sous réserve
qu’un investissement d’au moins 200 000 euros ait été réalisé dans le capital de cette société;
b) 10 % du montant brut des dividendes dans tous les autres cas.
3. Les dispositions du paragraphe 2 n’affectent pas l’imposition de la société au titre
des bénéfices qui servent au paiement des dividendes.
4. Les dispositions du paragraphe 2 n’affectent pas l’imposition de la société au titre
des bénéfices qui servent au paiement des dividendes.
5. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus provenant d’actions, actions ou droits de jouissance, parts de mine, part de fondateurs ou autres
parts bénéficiaires, à l’exception des créances, ainsi que les revenus d’autres parts sociales soumises au même régime fiscal que les revenus d’actions par la législation de
l’État dont la société distributrice est un résident.
6. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas si le bénéficiaire effectif des dividendes, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant,
dont la société qui paie les dividendes est un résident, une activité commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé ou exerce dans cet autre État une
profession indépendante au moyen d’une base fixe qui y est située, et si la participation
génératrice des dividendes se rattache effectivement à cet établissement stable ou à cette
base fixe. Les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, suivant les cas, sont alors applicables.
7. Lorsqu’une société qui est un résident d’un État contractant tire des bénéfices ou
des revenus de l’autre État contractant, cet autre État ne peut percevoir d’impôt sur les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont payés à un résident de cet autre État ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes se
rattache effectivement à un établissement stable ou à une base fixe situés dans cet autre
État, ni prélever d’impôt, au titre de l’imposition des bénéfices non distribués, sur les bénéfices non distribués de la société, même si les dividendes payés ou les bénéfices non
distribués consistent en tout ou en partie en bénéfices ou revenus provenant de cet autre
État.
Article 11. Intérêts
1. Les intérêts provenant de l’un des États contractants et payés à un résident de
l’autre État contractant peuvent être imposés dans cet autre État.
179
Volume 2653, I-47209
2. Toutefois, ces intérêts peuvent également être imposés dans l’État contractant d’où
ils proviennent et selon la législation de cet État, mais si la personne qui perçoit les intérêts en est le bénéficiaire effectif, l’impôt ainsi établi exigé ne peut excéder 10 % du montant brut des intérêts.
3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2, les intérêts provenant d’un État contractant et payés à un résident de l’autre État contractant qui en est le bénéficiaire effectif
ne sont imposables que dans cet autre État contractant, à condition que l’une des conditions suivantes soit remplie :
i) Le débiteur ou le bénéficiaire des intérêts est le Gouvernement d’un État contractant lui-même, un organisme public, une subdivision politique ou territoriale administrative, ou une collectivité locale de celui-ci, ou la banque centrale d’un État contractant;
ii) Les intérêts sont payés au titre d’un prêt qui a été approuvé par le Gouvernement
de l’État contractant dont le débiteur est un résident;
iii) Les intérêts sont payés au titre d’un prêt octroyé, approuvé, garanti ou assuré par
le Gouvernement d’un État contractant, la banque centrale d’un État contractant, ou un
organisme ou une agence gouvernementale (y compris une institution financière) appartenant au Gouvernement d’un État contractant ou contrôlé par lui;
iv) Les intérêts sont payés au titre d’un contrat de financement ou d’un retard de
paiement lié à la vente à crédit d’un équipement industriel, commercial ou scientifique, ou
à la construction d’installations industrielles, commerciales ou scientifiques, ainsi que de
travaux publics.
4. Les autorités compétentes des États contractants règlent d’un commun accord les
modalités d’application des limitations des paragraphes 2 et 3.
5. Le terme « intérêts » employé dans le présent article désigne les revenus des
créances de toute nature, assorties ou non de garanties hypothécaires ou d’une clause de
participation aux bénéfices du débiteur, et notamment les revenus des fonds publics et des
obligations d’emprunts, y compris les primes et lots attachés à ces titres. Les pénalisations
pour paiement tardif ne sont pas considérées comme des intérêts au sens du présent article.
6. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant d’où proviennent les intérêts, une activité industrielle ou commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, ou exécute dans cet autre État
contractant des services personnels au moyen d’une base fixe qui y est située, et que la
créance au titre de laquelle les intérêts sont payés s’y rattache effectivement. Dans ce cas,
les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, selon le cas, sont applicables.
7. Les intérêts sont considérés comme provenant d’un État Contractant lorsque le débiteur est un résident de cet État. Toutefois, lorsque le débiteur des intérêts, qu’il soit ou
non un résident de l’un des États contractants, a dans l’un des États contractants un établissement stable ou une base fixe, en rapport avec lequel ou laquelle la dette donnant lieu
au paiement des intérêts a été contractée, et que cet établissement stable ou cette base fixe
supporte la charge de ces intérêts, ceux-ci sont considérés comme provenant de l’État où
est situé l’établissement stable ou la base fixe.
180
Volume 2653, I-47209
8. Lorsqu’en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire
effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des intérêts, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède celui dont seraient
convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce cas, la partie
excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque État contractant
et compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.
9. Toutefois, les dispositions du présent article ne seront pas applicables si la créance
au titre de laquelle les intérêts sont payés est créée ou cédée afin de tirer avantage dudit
article et non pas pour des raisons commerciales légitimes. Dans le cas où un État contractant envisage d’appliquer la présente disposition, son autorité compétente concerte au
préalable l’autorité compétente de l’autre État contractant.
Article 12. Redevances
1. Les redevances recueillies dans un État contractant et payées à un résident de
l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, ces redevances sont aussi imposables dans l’État contractant d’où elles
proviennent et selon la législation de cet État; mais si le bénéficiaire effectif est un résident de l’autre État contractant, l’impôt ainsi établi ne peut excéder :
a) 5 % du montant brut des redevances versées pour un brevet, un dessin ou un modèle, un plan, une formule ou un procédé secrets, ou pour des informations relatives à une
expérience industrielle, commerciale ou scientifique, dès lors que ce brevet, ce dessin ou
modèle, ce plan, cette formule ou ce procédé secrets, ou ces informations ne remontent
pas à plus de trois (3) ans;
b) 10 % du montant brut des redevances, dans tous les autres cas.
3. Les autorités compétentes des États contractants régleront d’un commun accord les
modalités d’application de la limitation du paragraphe 2.
4. Le terme « redevances » employé dans le présent article désigne les rémunérations
de toute nature payées pour l’usage ou la concession de l’usage d’un droit d’auteur sur
une œuvre littéraire, artistique ou scientifique (y compris les films cinématographiques et
les films ou bandes pour émissions radiophoniques ou télévisées), un logiciel
d’ordinateur, un brevet, une marque de fabrique ou de commerce, un dessin ou un modèle, un plan ou une formule ou un procédé secrets, ou pour des informations relatives à
une expérience industrielle, commerciale ou scientifique.
5. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des redevances, résident de l’un des États contractants, exerce dans l’autre État
d’où proviennent les redevances, soit une activité industrielle ou commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, soit une profession indépendante
au moyen d’une base fixe qui y est située, et que le droit ou le bien générateur des redevances se rattache effectivement à l’établissement stable ou à la base fixe en question. Ce
sont alors les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, selon le cas, qui s’appliquent.
6. Les redevances sont considérées comme provenant de l’un des États contractants
lorsque le débiteur est un résident de cet État. Toutefois, lorsque le débiteur des rede181
Volume 2653, I-47209
vances, qu’il soit ou non résident de l’un des États contractants, a dans un État contractant
un établissement stable ou une base fixe en rapport avec lequel ou laquelle l’engagement
donnant lieu aux redevances a été contracté, et que cet établissement stable ou cette base
fixe supporte la charge de ces redevances, celles-ci sont considérées comme provenant de
l’État où est situé l’établissement stable ou la base fixe.
7. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire
effectif des redevances ou que l’un et l’autre entretiennent avec une tierce personne, le
montant des redevances, compte tenu de la prestation, du droit ou des informations pour
lesquels elles sont payées, excède celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne
s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements
reste imposable selon la législation de chaque État contractant, eu égard aux autres dispositions de la présente Convention.
8. Toutefois, les dispositions du présent article ne seront pas applicables si les droits
générateurs des redevances sont créés ou conférés afin de tirer avantage dudit article et
non pas pour des raisons commerciales légitimes. Dans le cas où un État contractant envisage d’appliquer la présente disposition, son autorité compétente concerte au préalable
l’autorité compétente de l’autre État contractant.
Article 13. Gains en capital
1. Les gains d’un résident d’un État contractant qui proviennent de l’aliénation de
biens immobiliers visés à l’article 6 et situés dans l’autre État contractant sont imposables
dans cet autre État.
2. Lorsqu’un résident d’un État contractant possède plus de 50 % du capital-actions
ou contrôle plus de 50 % des droits de vote d’une société résidente de l’autre État contractant (autre qu’une société dont les actions sont cotées en bourse), et que les biens de
cette société se composent essentiellement de biens immobiliers situés dans l’autre État,
toute plus-value que ce résident tire de l’aliénation d’actions dans cette société est imposable dans cet autre État. Aux fins du présent paragraphe, le terme « biens immobiliers »
ne comprend pas les biens immobiliers dans lesquels la société exerce son activité. Les
dispositions du présent paragraphe ne s’appliquent pas si une telle plus-value découle
d’une réorganisation de société, d’une fusion, d’une séparation ou d’une opération semblable.
3. Les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers, qui font partie de l’actif
d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant a dans l’autre État contractant, ou de biens mobiliers appartenant à une base fixe dont un résident de l’un des
États contractants dispose dans l’autre État contractant pour l’exercice d’une profession
indépendante, y compris de tels gains provenant de l’aliénation de cet établissement stable
(seul ou avec l’ensemble de l’entreprise) ou de cette base fixe, sont imposables dans cet
autre État.
4. Les gains tirés par le résident d’un État contractant de l’aliénation de navires ou
d’aéronefs exploités en trafic international par une entreprise de cet État contractant ou de
biens mobiliers affectés à l’exploitation de ces navires ou aéronefs sont imposables uniquement dans cet État contractant.
182
Volume 2653, I-47209
5. Les gains résultant de la cession d’un bien autre que ceux visés aux paragraphes 1, 2, 3 et 4 sont imposables exclusivement dans l’État contractant dont le cédant
est un résident.
6. Les dispositions du paragraphe 5 ne portent pas atteinte au droit de chacun des
États contractants de lever, conformément à sa propre législation fiscale, un impôt sur les
gains provenant de l’aliénation d’actions ou de bons de jouissance d’une société dont le
capital est réparti, en partie ou en totalité, en actions et qui, en vertu de la législation de
cet État, est un résident de cet État, tirés par une personne physique qui est un résident de
l’autre État contractant et qui a été un résident du premier État au cours des dix années
qui précèdent immédiatement l’aliénation des actions ou des bons de jouissance.
Article 14. Profession libérale
1. Les revenus qu’une personne physique qui est un résident d’un État contractant tire
d’une profession libérale ou d’autres activités de caractère indépendant ne sont imposables que dans cet État. Toutefois, ces revenus sont aussi imposables dans l’autre État
contractant dans les cas suivants :
a) Si elle dispose habituellement dans cet autre État contractant d’une base fixe pour
l’exercice de ses activités; dans ce cas, seule la part de revenus imputable à cette base fixe
est imposable dans cet autre État; ou
b) Si son séjour dans l’autre État contractant ne s’étend pas sur une période ou des
périodes d’une durée supérieure à 183 jours au cours de toute période de douze (12) mois
commençant et se terminant durant l’exercice fiscal concerné; dans ce cas, seule la part
des revenus provenant de ses activités exercées dans cet autre État y est imposable.
2. L’expression « professions indépendantes » inclut notamment les activités scientifiques, littéraires, artistiques, éducatives ou pédagogiques ainsi que la pratique libérale
des médecins, avocats, ingénieurs, architectes, dentistes, comptables et vérificateurs.
Article 15. Professions dépendantes
1. Sous réserve des dispositions des articles 16, 18, 19 et 20, les salaires, traitements
et autres rémunérations similaires qu’un résident d’un État contractant reçoit au titre d’un
emploi salarié ne sont imposables que dans cet État, sauf si l’emploi est exercé dans
l’autre État contractant. Dans ce cas, la rémunération reçue à ce titre peut être imposée
dans cet autre État.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, la rémunération qu’un résident d’un
État contractant reçoit au titre d’un emploi salarié exercé dans l’autre État contractant
n’est imposable que dans le premier État si :
a) Le bénéficiaire séjourne dans l’autre État pendant une ou plusieurs périodes ne dépassant pas 183 jours au total au cours de toute période de douze (12) mois commençant
ou finissant pendant l’exercice fiscal concerné; et
b) Les rémunérations sont versées par un employeur ou pour le compte d’un employeur qui n’est pas un résident de l’autre État; et
183
Volume 2653, I-47209
c) La charge des rémunérations n’est pas supportée par un établissement stable que
l’employeur a dans l’autre État.
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations perçues au titre d’un emploi exercé à bord de navires ou d’aéronefs exploités en trafic international par une entreprise de l’un des États contractants sont imposables dans cet État
contractant.
Article 16. Tantièmes d’administrateurs
Les tantièmes, jetons de présence et autres rémunérations analogues qu’un résident
de l’un des États contractants reçoit à titre de membre du conseil d’administration d’une
société résidente de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
Article 17. Artistes et sportifs
1. Nonobstant les dispositions des articles 14 et 15, les revenus qu’un résident d’un
État contractant tire de ses activités personnelles exercées dans l’autre État contractant en
tant qu’artiste du spectacle tel qu’un artiste de théâtre, de cinéma, de la radio ou de la télévision, ou en tant que musicien ou sportif, sont imposables dans cet autre État.
2. Lorsque les revenus d’activités qu’un artiste du spectacle ou un sportif exerce personnellement et en cette qualité sont attribués non pas à l’artiste ou au sportif lui-même
mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des
articles 7, 14 et 15, dans l’État contractant où les activités de l’artiste ou du sportif sont
exercées.
3. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas aux revenus provenant
d’activités exercées dans l’un des États par les artistes ou sportifs si le séjour dans cet
autre État est financé substantiellement au moyen de fonds publics de l’autre État ou l’une
de ses subdivisions politiques ou territoriales administratives, ou de l’une de ses collectivités locales. Dans ce cas, les revenus ne sont imposables que dans l’État contractant dont
l’artiste professionnel ou le sportif est un résident.
Article 18. Pensions
Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l’article 19, les pensions et autres
rémunérations similaires qui sont payées au titre d’un emploi antérieur à un résident d’un
État contractant sont imposables exclusivement dans cet État.
Article 19. Fonction publique
1. a) Les traitements, salaires et autres rémunérations analogues, autres que les pensions, qui sont payés par un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou
territoriales administratives, ou l’une de ses collectivités locales, à une personne physique
au titre de services rendus à cet État ou à cette subdivision ou collectivité, sont imposables exclusivement dans cet État.
184
Volume 2653, I-47209
b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations analogues ne sont imposables que dans l’autre État contractant si les services sont rendus dans cet État et si la
personne physique est un résident de cet État qui :
i) Possède la nationalité de cet État; ou
ii) N’est pas devenu un résident de cet État à la seule fin de rendre les services.
2. a) Toute pension payée par un État contractant, une subdivision politique ou territoriale administrative, ou une collectivité locale de cet État, ou par prélèvement sur des
fonds qu’ils ont constitués, à une personne physique au titre de services rendus à cet État,
cette subdivision ou cette collectivité n’est imposable que dans cet État.
b) Toutefois, ladite pension n’est imposable que dans l’autre État contractant si la
personne physique est un résident et un ressortissant de cet État.
3. Les dispositions des articles 15, 16, 17 et 18 s’appliquent aux salaires, traitements
et autres rémunérations analogues, ainsi qu’aux pensions payées au titre des services rendus dans le cadre d’une activité industrielle ou commerciale exercée par un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou territoriales administratives, ou l’une de ses
collectivités locales.
Article 20. Étudiants
Les sommes qu’un étudiant ou un stagiaire qui est, ou était immédiatement avant de
se rendre dans un État contractant, un résident de l’autre État contractant et qui séjourne
dans le premier État aux seules fins de ses études ou de sa formation, reçoit pour couvrir
ses frais d’entretien, d’études ou de formation ne sont pas imposables dans cet État, à
condition qu’elles proviennent de sources situées en dehors de cet État.
Article 21. Autres revenus
1. Les éléments de revenu d’un résident d’un État contractant, d’où qu’ils proviennent, qui ne sont pas traités dans les articles précédents de la présente Convention ne sont
imposables que dans cet État.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas aux revenus, autres que les
revenus qui proviennent de biens immobiliers au sens du paragraphe 2 de l’article 6, lorsque le bénéficiaire de tels revenus, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État
soit une activité industrielle et commerciale par le biais d’un établissement stable qui y est
situé, soit une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui y est située, et que le
droit ou le bien générateur des revenus s’attache effectivement à cet établissement stable
ou à cette base fixe. Ce sont alors les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, selon le
cas, qui s’appliquent.
3. Toutefois, les dispositions du présent article ne seront pas applicables si les droits
générateurs des revenus sont créés ou conférés afin de tirer avantage dudit article et non
pas pour des raisons commerciales légitimes. Dans le cas où un État contractant envisage
d’appliquer la présente disposition, son autorité compétente concerte au préalable
l’autorité compétente de l’autre État contractant.
185
Volume 2653, I-47209
CHAPITRE IV. IMPOSITION DE LA FORTUNE
Article 22. Fortune
1. La fortune constituée par des biens immobiliers visés à l’article 6, que possède un
résident d’un État contractant et qui sont situés dans l’autre État contractant, est imposable dans cet autre État.
2. La fortune constituée par des biens mobiliers qui font partie de l’actif d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant a dans l’autre État contractant, ou
par des biens mobiliers qui appartiennent à une base fixe dont un résident d’un État contractant dispose dans l’autre État contractant pour l’exercice d’une profession indépendante, est imposable dans cet autre État.
3. Le capital d’une entreprise d’un État contractant constituée par des navires ou des
aéronefs exploités en trafic international et par les biens meubles consacrés à
l’exploitation de ces navires et de ces aéronefs, n’est imposable que dans cet État contractant.
4. Tous les autres éléments de la fortune d’un résident d’un État contractant ne sont
imposables que dans cet État.
CHAPITRE V. ÉLIMINATION DE LA DOUBLE IMPOSITION
Article 23. Élimination de la double imposition
1. Les Pays-Bas, en imposant leurs résidents, peuvent inclure dans l’assiette de
l’impôt les éléments de revenu qui, conformément aux dispositions de la présente Convention, sont imposables en Azerbaïdjan.
2. Toutefois, lorsqu’un résident des Pays-Bas perçoit des éléments de revenu qui,
conformément aux dispositions de l’article 6, de l’article 7, du paragraphe 6 de
l’article 10, du paragraphe 6 de l’article 11, du paragraphe 5 de l’article 12, des paragraphes 1, 2 et 3 de l’article 13, du paragraphe 1 de l’article 14, des paragraphes 1 et 3 de
l’article 15, de l’article 18, de l’alinéa a) du paragraphe 1 et de l’alinéa a) du paragraphe 2
de l’article 19, et du paragraphe 2 de l’article 21 de la présente Convention, sont imposables en Azerbaïdjan et sont inclus dans l’assiette visée au paragraphe 1, les Pays-Bas
exemptent lesdits éléments de revenu en accordant une réduction de l’impôt. Cette réduction est calculée conformément aux dispositions de la loi néerlandaise pour l’élimination
de la double imposition. À cet effet, lesdits éléments de revenu sont réputés inclus dans le
montant total des éléments de revenu qui sont exemptés de l’impôt néerlandais en vertu
de ces dispositions.
3. En outre, les Pays-Bas accordent une déduction de l’impôt néerlandais ainsi calculé au titre des éléments de revenu qui, conformément aux dispositions du paragraphe 2 de
l’article 10, du paragraphe 2 de l’article 11, du paragraphe 2 de l’article 12, du paragraphe 6 de l’article 13, de l’article 16, des paragraphes 1 et 2 de l’article 17 ou des paragraphes 1 et 2 de l’article 22 de la présente Convention, sont imposables en Azerbaïdjan
186
Volume 2653, I-47209
dans la mesure où ces éléments de revenu sont inclus dans l’assiette visée au paragraphe 1. Le montant de cette déduction est égal à l’impôt payé en Azerbaïdjan sur ces
éléments de revenu. Il ne peut toutefois excéder le montant de la déduction qui serait accordée si les éléments de revenu ainsi inclus étaient les seuls exonérés de l’impôt néerlandais en vertu des dispositions de la loi néerlandaise pour l’élimination de la double imposition.
4. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2, les Pays-Bas admettront en déduction
de l’impôt néerlandais, l’impôt payé en Azerbaïdjan sur les éléments de revenu qui, conformément à l’article 7, au paragraphe 6 de l’article 10, au paragraphe 6 de l’article 11, au
paragraphe 5 de l’article 12 et au paragraphe 2 de l’article 21 de la présente Convention,
sont imposables en Azerbaïdjan, dans la mesure où ces éléments sont inclus dans
l’assiette visée au paragraphe 1, pour autant que les Pays-Bas, au titre des dispositions de
la législation néerlandaise pour éviter la double imposition, admettent en déduction de
l’impôt néerlandais, l’impôt perçu dans un autre pays sur ces éléments de revenu. Pour le
calcul de ces déductions, les dispositions du paragraphe 3 du présent article sont alors applicables.
5. En Azerbaïdjan, la double imposition sera éliminée comme suit :
Si un résident d’Azerbaïdjan reçoit des revenus ou détient des biens aux Pays-Bas
qui, conformément aux dispositions de la présente Convention, sont imposables aux PaysBas, le montant d’impôt payé aux Pays-Bas sur les revenus ou les biens sera déduit de
l’impôt perçu de cette personne au titre de ces revenus ou de ces biens en Azerbaïdjan.
Cette déduction n’excédera pas toutefois le montant d’impôt dû en Azerbaïdjan sur les revenus ou les biens calculé conformément à la loi et aux règles d’imposition de
l’Azerbaïdjan.
CHAPITRE VI. DISPOSITIONS PARTICULIÈRES
Article 24. Activités en mer
1. Les dispositions du présent article s’appliquent nonobstant toutes autres dispositions de la présente Convention. Toutefois, le présent article ne s’applique pas lorsque les
activités en mer d’une personne constituent pour cette personne un établissement stable en
vertu des dispositions de l’article 5 ou une base fixe en vertu des dispositions de
l’article 14.
2. Au sens du présent article, l’expression « activités en mer » désigne les activités
qui sont exercées en mer dans le cadre de l’exploration ou de l’exploitation du fond et du
sous-sol de la mer, et de leurs ressources naturelles situées dans l’un des États contractants.
3. Une entreprise de l’un des États contractants qui exerce des activités en mer dans
l’autre État contractant est réputée, sous réserve du paragraphe 4 du présent article, exercer, à l’égard de ces activités, une activité industrielle ou commerciale dans cet autre État
par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, à moins que les activités en
mer en question ne soient exercées dans l’autre État pendant une ou des périodes
n’excédant pas au total trente (30) jours au cours de toute période de douze (12) mois.
187
Volume 2653, I-47209
Au sens du présent paragraphe :
a) Lorsqu’une entreprise qui exerce des activités en mer dans l’autre État contractant
est associée avec une autre entreprise et que cette autre entreprise poursuit, pour le même
projet, des activités en mer substantiellement similaires à celles qui sont ou étaient exercées par la première entreprise, et que lesdites activités exercées par les deux entreprises
lorsque mises ensemble excèdent une période de trente (30) jours, chaque entreprise est
considérée comme exerçant ses activités pendant une période excédant trente (30) jours
au cours de toute période de douze (12) mois;
b) Une entreprise est considérée comme étant associée avec une autre entreprise si
l’une détient, directement ou indirectement, au moins un tiers du capital de l’autre ou si
une personne détient directement ou indirectement au moins un tiers du capital des deux
entreprises.
4. Toutefois, aux fins du paragraphe 3 du présent article, on considère que
l’expression « activités en mer » ne comprend pas :
a) Une ou toute combinaison des activités mentionnées au paragraphe 4 de l’article 5;
b) Le remorquage ou l’ancrage par des navires principalement prévus à ces fins et
toute autre activité exercée par ces navires;
c) Le transport d’approvisionnements ou de personnel par un navire ou un aéronef en
trafic international.
5. Un résident d’un État contractant qui mène dans l’autre État contractant des activités en mer, qui consistent en l’exercice d’une profession indépendante ou d’autres activités de caractère indépendant, est réputé mener ces activités au moyen d’une base fixe située dans l’autre État contractant dès lors que les activités en mer en question durent pendant une période continue d’au moins trente (30) jours.
6. Les salaires, traitements et autres rémunérations similaires qu’un résident de l’un
des États contractants reçoit au titre d’un emploi salarié exercé dans le cadre d’activités
en mer exercées par l’intermédiaire d’un établissement stable dans l’autre État contractant
sont, dans la mesure où l’emploi est exercé dans l’autre État, imposables dans cet autre
État.
7. Lorsqu’est produit un document de preuve démontrant que les impôts ont été payés
en Azerbaïdjan sur des éléments de revenus qui sont imposables en Azerbaïdjan en vertu
de l’article 7 et de l’article 14 relativement aux paragraphes 3 et 5 du présent article, en
vertu de l’article 15 relativement au paragraphe 3 ou 5 du présent article et en vertu du
paragraphe 6 du présent article, les Pays-Bas accordent une réduction de leur impôt, calculée conformément aux règles exposées au paragraphe 2 de l’article 23.
Article 25. Non-discrimination
1. Les ressortissants d’un État contractant ne sont soumis dans l’autre État contractant
à aucune imposition ou obligation y relative, qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujettis les ressortissants de cet autre État qui se trouvent
dans la même situation, notamment au regard de la résidence. La présente disposition
s’applique aussi, nonobstant les dispositions de l’article premier, aux personnes qui ne
sont pas des résidents de l’un ou des deux États contractants.
188
Volume 2653, I-47209
2. Les apatrides qui ont la qualité de résident d’un État contractant ne sont assujettis
dans l’un ou l’autre des États contractants à aucun impôt ou obligation y relative, autres
ou plus onéreux que les impôts et obligations y relatives auxquels sont ou pourraient être
assujettis les ressortissants de l’État contractant concerné qui se trouvent dans la même situation.
3. L’imposition d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant a
dans l’autre État contractant, n’est pas établie dans cet autre État d’une façon moins favorable que l’imposition des entreprises de cet autre État contractant qui exercent les mêmes
activités. La présente disposition ne peut être interprétée comme obligeant un État contractant à accorder aux résidents de l’autre État contractant les déductions personnelles,
abattements et réductions d’impôt en fonction de la situation ou des charges de famille
qu’il accorde à ses propres résidents.
4. À moins que les dispositions du paragraphe 1 de l’article 9, du paragraphe 8 de
l’article 11, ou du paragraphe 7 de l’article 12, ne soient applicables, les intérêts, redevances et autres dépenses payés par une entreprise d’un État contractant à un résident de
l’autre État contractant sont déductibles, pour la détermination des bénéfices imposables
de cette entreprise, dans les mêmes conditions que s’ils avaient été payés par un résident
du premier État. De même, les dettes d’une entreprise d’un État contractant envers un résident de l’autre État contractant sont déductibles, pour la détermination de la fortune imposable de cette entreprise, dans les mêmes conditions que si elles avaient été contractées
envers un résident du premier État.
5. Les entreprises d’un État contractant, dont le capital est en totalité ou en partie, directement ou indirectement, détenu ou contrôlé par un ou plusieurs résidents de l’autre
État contractant, ne sont soumises dans le premier État à aucune imposition ou obligation
y relative, qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujetties les autres entreprises similaires du premier État.
6. Les dispositions du présent article s’appliquent, nonobstant les dispositions de
l’article 2, aux impôts de toute nature ou dénomination.
Article 26. Procédure amiable
1. Lorsqu’une personne estime que les mesures prises par un État contractant ou par
les deux États contractants entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non conforme aux dispositions de la présente Convention, elle peut, indépendamment des recours
prévus par les lois internes de ces États, soumettre son cas à l’autorité compétente de
l’État contractant dont elle est résidente ou, si son cas relève du paragraphe 1 de l’article
25, à celle de l’État contractant dont elle est un ressortissant. Le cas doit être soumis dans
un délai de trois ans, à compter de la première notification des mesures qui entraînent une
imposition non conforme aux dispositions de la présente Convention.
2. L’autorité compétente s’efforce, si la réclamation lui paraît fondée et si elle n’est
pas elle-même en mesure d’y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas par
voie d’accord amiable avec l’autorité compétente de l’autre État contractant, en vue
d’éviter une imposition non conforme à la présente Convention. L’accord est appliqué
quels que soient les délais prévus par le droit interne des États contractants.
189
Volume 2653, I-47209
3. Les autorités compétentes des États contractants s’efforcent de résoudre d’un
commun accord les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels peuvent donner lieu
l’interprétation ou l’application de la présente Convention. Elles peuvent aussi se concerter en vue d’éliminer la double imposition dans les cas non prévus par la Convention.
4. Les autorités compétentes des États contractants peuvent communiquer directement entre elles, y compris par le biais d’une commission mixte, en vue de parvenir à un
accord au sens des paragraphes précédents.
5. Si, après les procédures visées aux paragraphes 1 à 4, un différend résultant de
l’interprétation ou de l’application de la Convention dans une affaire donnée ne peut être
réglé à l’amiable par les autorités compétentes des États contractants, l’affaire pourra,
d’un commun accord entre les autorités compétentes, être réglée pacifiquement conformément à toutes procédures reconnues sur le plan international. Ces procédures sont convenues entre les autorités compétentes des États contractants.
Article 27. Échange de renseignements
1. Les autorités compétentes des États contractants échangent les renseignements nécessaires pour appliquer les dispositions de la présente Convention ou celles de la législation interne des États contractants relatives aux impôts de toute nature et de toute catégorie perçus pour le compte des États contractants, de leurs subdivisions politiques ou territoriales administratives, ou collectivités locales, dans la mesure où l’imposition que prévoit cette législation n’est pas contraire à la Convention. L’échange de renseignements
n’est pas limité par l’article premier et l’article 2. Les renseignements reçus par un État
contractant sont tenus secrets de la même manière que les renseignements obtenus en application de la législation interne de cet État et sont divulgués uniquement aux personnes
ou autorités (y compris les tribunaux et organes administratifs, ainsi que tout organe de
règlement des différends créé sur la base du paragraphe 5 de l’article 26) concernées par
l’établissement ou le recouvrement des impôts visés dans la première phrase, par les procédures ou poursuites concernant ces impôts, ou par les décisions sur les recours y relatifs. Lesdites personnes ou autorités n’utilisent ces renseignements qu’à ces fins. Elles
peuvent faire état de ces renseignements au cours des audiences publiques de tribunaux
ou dans des jugements.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne peuvent en aucun cas être interprétées comme
imposant à un État contractant l’obligation :
a) De prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation ou à sa pratique
administrative ou à celles de l’autre État contractant;
b) De fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus sur la base de sa législation ou dans le cadre de sa pratique administrative normale ou de celles de l’autre
État contractant;
c) De fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel,
professionnel, ou un procédé commercial ou des renseignements dont la communication
serait contraire à l’ordre public.
190
Volume 2653, I-47209
Article 28. Assistance en matière de recouvrement des impôts
1. Les États contractants se prêtent mutuellement assistance pour recouvrer les
créances fiscales. Cette assistance n’est pas limitée par l’article premier et l’article 2. Les
autorités compétentes des États contractants pourront arrêter d’un commun accord les
modalités d’application du présent article.
2. Le terme « créance fiscale » employé dans le présent article désigne un montant dû
au titre d’impôts de toute nature et de toute catégorie perçus pour le compte des États
contractants, ou de leurs subdivisions politiques ou territoriales administratives, ou de
leurs collectivités locales, dans la mesure où l’imposition qu’elle prévoit n’est pas contraire à la Convention ou à tout autre instrument auquel les États contractants sont parties,
ainsi que des intérêts, pénalités administratives et coûts de recouvrement ou conservation
liés à ce montant.
3. Lorsqu’une créance fiscale d’un État contractant est exécutoire en vertu de la législation de cet État et est due par une personne qui, au moment considéré, ne peut, en vertu
de ladite législation, empêcher son recouvrement, cette créance fiscale est acceptée, à la
demande de l’autorité compétente de cet État, en vue de son recouvrement par l’autorité
compétente de l’autre État contractant. Cette créance fiscale est recouvrée par cet autre
État conformément aux dispositions de sa législation applicables en matière d’exécution
et de recouvrement de ses propres impôts, comme s’il s’agissait d’une créance fiscale de
cet autre État.
4. Lorsqu’une créance fiscale d’un État contractant est une créance à l’égard de laquelle cet État peut, en vertu de sa législation, prendre des mesures conservatoires en vue
d’assurer son recouvrement, cette créance doit être acceptée, à la demande de l’autorité
compétente de cet État, aux fins de l’adoption de mesures conservatoires par l’autorité
compétente de l’autre État contractant. Cet autre État prend des mesures conservatoires à
l’égard de cette créance fiscale conformément aux dispositions de sa législation, comme
s’il s’agissait d’une créance fiscale de cet autre État, et ce même si, au moment où ces
mesures sont appliquées, la créance n’est pas exécutoire dans le premier État ou est due
par une personne qui a le droit d’empêcher son recouvrement.
5. Nonobstant les dispositions des paragraphes 3 et 4, les délais de prescription et la
priorité applicables, en vertu de la législation d’un État contractant, à une créance fiscale
en raison de sa nature en tant que telle ne s’appliquent pas à une créance fiscale acceptée
par cet État aux fins du paragraphe 3 ou 4. En outre, une créance fiscale acceptée par un
État contractant aux fins du paragraphe 3 ou 4 ne peut se voir appliquer aucune priorité
dans cet État en vertu de la législation de l’autre État contractant.
6. Les procédures concernant l’existence, la validité ou le montant d’une créance fiscale d’un État contractant ne sont soumises qu’aux tribunaux ou organismes administratifs
de cet État. Aucune disposition du présent article ne saurait être interprétée comme créant
ou conférant un droit de se prévaloir de ces procédures devant un tribunal ou un organisme administratif de l’autre État contractant.
7. Lorsqu’à tout moment après qu’une demande ait été formulée par un État contractant en vertu du paragraphe 3 ou 4 et avant que l’autre État contractant ait recouvré et
transmis la créance fiscale en question au premier État, cette créance fiscale cesse d’être :
191
Volume 2653, I-47209
a) Dans le cas d’une demande présentée en vertu du paragraphe 3, une créance fiscale
du premier État qui est exécutoire en vertu des lois de cet État et est due par une personne
qui, à ce moment, ne peut, en vertu des lois de cet État, empêcher son recouvrement; ou
b) Dans le cas d’une demande présentée en vertu du paragraphe 4, une créance fiscale du premier État à l’égard de laquelle cet État peut, en vertu de sa législation, prendre
des mesures conservatoires pour assurer son recouvrement.
L’autorité compétente du premier État notifie promptement ce fait à l’autorité compétente de l’autre État et le premier État, au choix de l’autre État, suspend ou retire sa demande.
8. Les dispositions du présent article ne peuvent en aucun cas être interprétées
comme imposant à un État contractant l’obligation :
a) De prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation ou à sa pratique
administrative ou à celles de l’autre État contractant;
b) De prendre des mesures qui seraient contraires à l’ordre public;
c) De prêter assistance si l’autre État contractant n’a pas pris toutes les mesures raisonnables de recouvrement ou de conservation, selon le cas, qui sont disponibles en vertu
de sa législation ou de sa pratique administrative;
d) De prêter assistance dans les cas où la charge administrative qui en résulte pour cet
État est nettement disproportionnée par rapport aux avantages qui peuvent en être tirés
par l’autre État contractant.
Article 29. Membres de missions diplomatiques et consulaires
1. Aucune disposition de la présente Convention ne porte atteinte aux privilèges fiscaux dont bénéficient les agents diplomatiques ou les fonctionnaires consulaires en vertu
des règles générales du droit international ou des dispositions d’accords particuliers.
2. Aux fins de la présente Convention, une personne physique qui est membre d’une
mission diplomatique ou fonctionnaire consulaire d’un État contractant dans l’autre État
contractant ou dans un État tiers, et qui est un ressortissant de l’État accréditant, sera réputée être un résident seulement de l’État accréditant, si elle est soumise aux mêmes obligations en matière d’impôts sur le revenu que les résidents de cet État.
3. La Convention ne s’applique pas aux organisations internationales, à leurs institutions et fonctionnaires ni aux membres d’une mission diplomatique ou aux fonctionnaires
consulaires d’un État tiers, présents dans un État contractant, s’ils n’y sont pas soumis aux
mêmes obligations en matière d’impôts sur le revenu que les résidents de cet État.
Article 30. Extension territoriale
1. La présente Convention peut, si les pays concernés le désirent, être étendue dans
son intégralité ou avec les modifications nécessaires, au territoire des Antilles néerlandaises, d’Aruba ou des deux, si le pays concerné impose une fiscalité sensiblement similaire par sa nature à celle à laquelle s’applique la Convention. Toute extension territoriale
de cette nature prend effet à compter de la date convenue dans les notes échangées par la
192
Volume 2653, I-47209
voie diplomatique et sous réserve des modifications et conditions, y compris en matière
de dénonciation, qui seront spécifiées dans ces notes.
2. À moins que les Parties n’en conviennent autrement, la dénonciation de la Convention ne met pas fin à son extension à un pays auquel elle s’appliquait conformément au
présent article.
CHAPITRE VII. DISPOSITIONS FINALES
Article 31. Entrée en vigueur
La présente Convention entre en vigueur le jour suivant la dernière date à laquelle les
Gouvernements se sont mutuellement notifié par écrit l’accomplissement des procédures
internes requises dans leurs États respectifs, et ses dispositions s’appliqueront aux années
et périodes d’imposition commençant le 1er janvier de l’année civile suivant celle de
l’entrée en vigueur de la Convention.
Article 32. Dénonciation
La présente Convention reste en vigueur jusqu’à sa dénonciation par l’un des États
contractants. Chaque État contractant peut dénoncer la Convention par la voie diplomatique, moyennant notification écrite donnée six mois au moins avant la fin de toute année
civile après l’expiration d’un délai de cinq (5) ans à compter de la date de son entrée en
vigueur. En pareil cas, la Convention cesse d’être applicable aux années et périodes
d’imposition commençant après la fin de l’année civile au cours de laquelle le préavis de
dénonciation a été donné.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés, ont signé la présente Convention.
FAIT à Baku, le 22 septembre 2008, en double exemplaire, en langues néerlandaise,
azerbaïdjanaise et anglaise, les trois textes faisant également foi. En cas de divergence
d’interprétation entre les textes néerlandais et azerbaïdjanais, le texte anglais prévaut.
Pour le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas :
J. C. DE JAGER
Pour le Gouvernement de la République d’Azerbaïdjan :
F. MAMMADOV
193
Volume 2653, I-47209
PROTOCOLE
Au moment de signer la Convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu, conclue ce jour entre le Royaume
des Pays-Bas et la République d’Azerbaïdjan, les soussignés sont convenus que les dispositions suivantes feront partie intégrante de la Convention.
I.
Il est entendu que les dispositions de la Convention qui sont rédigées conformément
aux dispositions correspondantes du Modèle de convention fiscale de l’OCDE ou du Modèle de convention des Nations Unies concernant les doubles impositions entre pays développés et pays en développement sont, d’une manière générale, acceptées comme ayant
le même sens que celui exprimé à cet égard dans les commentaires de l’OCDE ou des Nations Unies. Ce qui est entendu dans la phrase précédente ne s’appliquera à aucune interprétation contraire convenue par les autorités compétentes après l’entrée en vigueur de la
Convention. Les commentaires (dans leur version révisée en tant que de besoin) constituent un moyen d’interprétation. En cas de divergence d’interprétation, au sens exprimé
dans les commentaires de l’OCDE et du Modèle des Nations Unies, une interprétation
commune devra, s’il y a lieu, être recherchée d’un commun accord conformément à
l’article 26.
II.
Il est entendu que la Convention s’applique aux impôts sur la fortune dès que, après
sa signature, les Pays-Bas introduisent un impôt général sur la fortune.
III. En ce qui concerne l’article 4
Une personne physique vivant à bord d’un navire, qui ne dispose d’un domicile réel
ni dans l’un ni dans l’autre des États contractants, est réputée être un résident de l’État
contractant où se trouve le port d’attache du navire.
IV. En ce qui concerne l’article 5
On peut supposer que la personne qui est autorisée à négocier tous les éléments et détails d’un contrat qui lie de quelque façon l’entreprise exerce cette autorité dans un État
contractant même si le contrat est signé par une autre personne dans l’autre État contractant où l’entreprise est située.
194
Volume 2653, I-47209
V. En ce qui concerne les articles 5, 6, 7, 13 et 24
Il est entendu que les droits d’exploration et d’exploitation des ressources naturelles
sont considérés comme des biens immobiliers situés dans l’État contractant qui possède le
fond marin et le sous-sol annexe auxquels ils sont liés, et que ces droits sont réputés faire
partie des biens d’un établissement stable dans cet État. Il est entendu en outre que les
droits ainsi visés incluent les droits à des bénéfices d’actifs produits par cette exploration
ou exploitation, ou à des participations dans ces actifs.
VI. En ce qui concerne l’article 7
En ce qui concerne les paragraphes 1 et 2 de l’article 7, lorsqu’une entreprise d’un
État contractant vend des biens ou marchandises ou exerce des activités dans l’autre État
contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, les bénéfices de
cet établissement stable ne seront pas déterminés sur la base du montant total reçu par
l’entreprise mais uniquement sur la base de la fraction du revenu de l’entreprise qui est
imputable à l’activité effective de l’établissement stable en ce qui concerne ces ventes ou
activités. Plus précisément, dans le cas de contrats pour l’étude, la fourniture,
l’installation ou la construction d’équipements ou de locaux industriels, commerciaux ou
scientifiques, ou de travaux publics, lorsque l’entreprise a un établissement stable, les bénéfices imputables audit établissement stable ne seront pas déterminés sur la base du montant total du contrat, mais uniquement sur la base de la part du contrat effectivement exécutée par l’établissement stable de l’État contractant où l’établissement stable est situé.
Les bénéfices liés à la part du contrat qui est exécutée par le siège de l’entreprise ne seront imposables que dans l’État contractant dont l’entreprise est un résident.
En ce qui concerne le paragraphe 1 de l’article 7, les bénéfices tirés de la vente de
biens et de marchandises identiques ou semblables à celles que vend un établissement
stable, ou d’autres activités industrielles ou commerciales identiques ou semblables à
celles exercées par cet établissement stable, pour autant qu’il soit prouvé que la transaction concernée a été réalisée afin d’éviter l’imposition dans l’État contractant où
l’établissement stable est situé.
VII. En ce qui concerne les articles 7 et 14
Les paiements reçus pour des services techniques, y compris des études ou enquêtes
de nature scientifique, technique ou géologique, ou pour des services de supervision ou de
conseils, sont réputés être des paiements auxquels s’appliquent les dispositions de
l’article 7 ou de l’article 14.
VIII. En ce qui concerne l’article 9
En ce qui concerne le paragraphe 1 de l’article 9, il est entendu que la conclusion par
des entreprises associées d’arrangements, tels que les arrangements de partage des coûts
ou les accords de services généraux, pour ou sur la base de l’imputation des dépenses
exécutives, des frais généraux d’administration, des dépenses techniques et commerciales,
195
Volume 2653, I-47209
des frais de recherche et développement et autres frais comparables, n’est pas en soi une
condition au sens de ce paragraphe. Toutefois, cela n’empêche pas l’un des États contractants de vérifier que les conditions de ces arrangements sont établies comme prévu au paragraphe 1 de l’article 9.
IX. En ce qui concerne les articles 10, 11 et 12
En cas d’impôt prélevé à la source en excès du montant de l’impôt exigible en vertu
des dispositions des articles 10, 11 ou 12, les demandes de remboursement du trop-perçu
doivent être déposées auprès de l’autorité compétente de l’État ayant perçu l’impôt, dans
un délai de cinq ans à compter de l’expiration de l’année civile durant laquelle l’impôt a
été retenu.
X. En ce qui concerne les articles 10 et 13
Il est entendu que, dans le cas des Pays-Bas, les revenus perçus dans le cadre de la liquidation (partielle) d’une entreprise ou d’un achat d’actions propres par une société sont
traités comme des revenus provenant d’actions et non comme des gains en capital.
XI. En ce qui concerne l’article 11
Un établissement financier, comme mentionné à l’alinéa iii) du paragraphe 3 de
l’article 11, comprend notamment : la Société de financement du développement des
Pays-Bas (Nederlandse Financierings maatschappij voor Ontwikkelingslanden N.V.) et la
Banque d’investissement néerlandaise pour les pays en voie de développement (Nederlandse Investeringsbank voor Ontwikkelingslanden N.V.). En ce qui concerne
l’Azerbaïdjan, un organisme ou une agence gouvernementale, comme mentionnés à
l’alinéa iii) du paragraphe 3 de l’article 11, comprend notamment le State Oil Fund
d’Azerbaïdjan.
Il est également entendu que la liste des organismes et des agences gouvernementales
à laquelle s’applique l’alinéa iii) du paragraphe 3 de l’article 11 pourrait être convenue,
en tant que de besoin, entre les autorités compétentes des États contractants.
XII. En ce qui concerne l’article 16
Il est entendu que l’expression « membre du conseil d’administration » désigne, dans
le cas des Pays-Bas, un « bestuurder » ou un « commissaris ». Il est entendu en outre que
le « bestuurder » ou le « commissaris » d’une société néerlandaise désigne les personnes
qui sont désignées comme telles par l’Assemblée générale des actionnaires ou par tout
autre organe compétent de cette société et qui sont chargées respectivement de la direction générale de la société et de sa surveillance.
196
Volume 2653, I-47209
XIII. En ce qui concerne l’article 18
1. Il est entendu que les pensions et autres rémunérations analogues versées à un résident d’un État contractant au titre d’un emploi antérieur comprendront :
a) Toute pension et autre paiement versés en vertu des dispositions d’un régime de
sécurité sociale;
b) Toute rente.
2. Il est entendu en outre que l’article 18 ne sera pas applicable lorsque les pensions
et autres rémunérations analogues ne sont pas de nature périodique, ou si l’État contractant dont le bénéficiaire effectif des pensions et autres rémunérations analogues est un résident exonère d’impôt ces rémunérations. Dans ce cas, ces rémunérations sont imposables dans l’État contractant d’où elles proviennent.
3. Le terme « rente » désigne une somme déterminée, payable périodiquement à
échéances fixes, pendant une période déterminée ou déterminable, en vertu d’une obligation d’effectuer les paiements en contrepartie d’un capital suffisant versé intégralement ou
en une valeur appréciable en espèces.
XIV. En ce qui concerne l’article 21
Il est entendu que l’article 21 ne sera pas applicable aux autres revenus si l’État contractant dont le bénéficiaire effectif de ces revenus est un résident exonère d’impôt ces revenus. Dans ce cas, ces revenus sont imposables dans l’État contractant d’où ils proviennent.
XV. En ce qui concerne l’article 23
En ce qui concerne les Pays-Bas, il est entendu que pour le calcul de la réduction
mentionnée au paragraphe 2 de l’article 23, les éléments de la fortune visés au paragraphe 1 de l’article 22 sont pris en compte pour le montant de celle-ci, réduit du montant
des dettes hypothécaires grevant cette fortune, et les éléments de la fortune visés au paragraphe 2 de l’article 22 sont pris en compte pour le montant de celle-ci, réduit du montant
des dettes appartenant à l’établissement stable ou à la base fixe.
XVI. En ce qui concerne l’article 27
Il est entendu que l’échange de renseignements est également un instrument important pour lutter contre l’évasion fiscale, notamment pour prévenir la fraude et faciliter
l’administration des dispositions statutaires visant à lutter contre l’évasion légale.
XVII. En ce qui concerne l’article 27
En ce qui concerne les Pays-Bas, les dispositions de l’article 26 ne s’appliqueront
pas, en ce qui concerne les subdivisions politiques ou collectivités locales, aux impôts qui
ne sont pas visés par la présente Convention, tant que la législation nationale des Pays197
Volume 2653, I-47209
Bas n’introduit pas une base juridique conforme au Modèle de convention fiscale de
l’OCDE de 2003.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés, ont signé le présent Protocole.
FAIT à Baku le 22 septembre 2008, en double exemplaire, en langues néerlandaise,
azerbaïdjanaise et anglaise, les trois textes faisant également foi. En cas de divergence
d’interprétation entre les textes néerlandais et azerbaïdjanais, le texte anglais prévaut.
Pour le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas :
J. C. DE JAGER
Pour le Gouvernement de la République d’Azerbaïdjan :
F. MAMMADOV
198
Volume 2653, I-47210
No. 47210
____
Denmark
and
Bosnia and Herzegovina
Agreement between the Kingdom of Denmark and Bosnia and Herzegovina on the
facilitation of the issuance of visas. Copenhagen, 2 July 2008
Entry into force: 1 April 2009 by notification, in accordance with article 13
Authentic texts: Bosnian, Croatian, Danish, English and Serbian
Registration with the Secretariat of the United Nations: Denmark, 24 March 2010
Danemark
et
Bosnie-Herzégovine
Accord entre le Royaume du Danemark et la Bosnie-Herzégovine en vue de faciliter
la délivrance de visas. Copenhague, 2 juillet 2008
Entrée en vigueur : 1er avril 2009 par notification, conformément à l'article 13
Textes authentiques : bosniaque, croate, danois, anglais et serbe
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Danemark, 24 mars 2010
199
Volume 2653, I-47210
[ BOSNIAN TEXT – TEXTE BOSNIAQUE ]
200
Volume 2653, I-47210
201
Volume 2653, I-47210
202
Volume 2653, I-47210
203
Volume 2653, I-47210
204
Volume 2653, I-47210
205
Volume 2653, I-47210
206
Volume 2653, I-47210
207
Volume 2653, I-47210
208
Volume 2653, I-47210
[ CROATIAN TEXT – TEXTE CROATE ]
209
Volume 2653, I-47210
210
Volume 2653, I-47210
211
Volume 2653, I-47210
212
Volume 2653, I-47210
213
Volume 2653, I-47210
214
Volume 2653, I-47210
215
Volume 2653, I-47210
216
Volume 2653, I-47210
217
Volume 2653, I-47210
[ DANISH TEXT – TEXTE DANOIS ]
218
Volume 2653, I-47210
219
Volume 2653, I-47210
220
Volume 2653, I-47210
221
Volume 2653, I-47210
222
Volume 2653, I-47210
223
Volume 2653, I-47210
224
Volume 2653, I-47210
225
Volume 2653, I-47210
226
Volume 2653, I-47210
227
Volume 2653, I-47210
228
Volume 2653, I-47210
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
229
Volume 2653, I-47210
230
Volume 2653, I-47210
231
Volume 2653, I-47210
232
Volume 2653, I-47210
233
Volume 2653, I-47210
234
Volume 2653, I-47210
235
Volume 2653, I-47210
236
Volume 2653, I-47210
237
Volume 2653, I-47210
238
Volume 2653, I-47210
239
Volume 2653, I-47210
240
Volume 2653, I-47210
241
Volume 2653, I-47210
242
Volume 2653, I-47210
243
Volume 2653, I-47210
244
Volume 2653, I-47210
[ SERBIAN TEXT – TEXTE SERBE ]
245
Volume 2653, I-47210
246
Volume 2653, I-47210
247
Volume 2653, I-47210
248
Volume 2653, I-47210
249
Volume 2653, I-47210
250
Volume 2653, I-47210
251
Volume 2653, I-47210
252
Volume 2653, I-47210
253
Volume 2653, I-47210
254
Volume 2653, I-47210
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE ROYAUME DU DANEMARK ET LA BOSNIEHERZÉGOVINE EN VUE DE FACILITER LA DÉLIVRANCE DE VISAS
Le Royaume du Danemark et la Bosnie-Herzégovine, ci-après dénommées les Parties,
Désireux, comme premier pas concret vers le régime de déplacement sans obligation
de visa, de promouvoir les contacts entre leurs peuples comme condition importante d’un
développement constant de leurs liens économiques, humanitaires, culturels, scientifiques
et autres, en facilitant la délivrance de visas aux ressortissants de la Bosnie-Herzégovine,
Rappelant que, à compter du 21 juillet 2005, tous les citoyens de l’UE sont dispensés
de l’obligation de visa pour leurs voyages en Bosnie-Herzégovine d’une durée ne dépassant pas 90 jours ou pour leur transit par le territoire de la Bosnie-Herzégovine,
Reconnaissant que si la Bosnie-Herzégovine réintroduisait l’obligation de visa pour
les citoyens de l’UE, les mesures visant à faciliter la délivrance de visas prévues dans le
présent Accord en faveur des ressortissants de la Bosnie-Herzégovine s’appliqueraient automatiquement et de manière identique, sur une base de réciprocité, aux citoyens danois,
Reconnaissant que cette facilitation ne devrait pas favoriser la migration illégale et
prêtant une attention particulière aux questions de sécurité et de réadmission,
Rappelant que le Royaume du Danemark et la Bosnie-Herzégovine reconnaissent et
appliquent leur Accord concernant le retour des personnes qui ne remplissent pas ou ne
remplissent plus les conditions pour l’entrée, le séjour ou la résidence sur le territoire de
l’autre État et qui est entré en vigueur le 1er novembre 2004,
Se fondant sur l’Accord entre la Communauté européenne et la Bosnie-Herzégovine
visant à faciliter la délivrance de visas et la déclaration commune concernant le Royaume
du Danemark qui y est jointe en annexe,
Sont convenus des dispositions suivantes :
Article premier. Objet et champ d’application
1. Le présent Accord vise à faciliter la délivrance de visas aux ressortissants de la
Bosnie-Herzégovine pour des séjours dont la durée prévue n’excède pas 90 jours, par période de 180 jours.
2. Si la Bosnie-Herzégovine réintroduisait l’obligation de visa pour les citoyens de
l’UE ou certaines catégories de ces citoyens, les mesures visant à faciliter la délivrance de
visas prévues dans le présent Accord en faveur des ressortissants de la BosnieHerzégovine s’appliqueraient automatiquement et de manière identique, sur une base de
réciprocité, aux citoyens danois.
255
Volume 2653, I-47210
Article 2. Clause générale
1. Les mesures visant à faciliter la délivrance de visas prévues dans le présent Accord s’appliquent aux ressortissants de la Bosnie-Herzégovine dans la seule mesure où
ceux-ci ne sont pas dispensés de l’obligation de visa par les dispositions législatives et réglementaires de l’Union européenne ou du Danemark, par le présent Accord ou par
d’autres accords internationaux.
2. Le droit national de la Bosnie-Herzégovine, ou du Danemark ou de l’Union européenne, s’applique aux questions qui ne relèvent pas des dispositions du présent Accord, comme le refus de délivrer un visa, la reconnaissance des documents de voyage, la
preuve de moyens de subsistance suffisants, le refus d’entrée et les mesures d’expulsion.
Article 3. Définitions
Aux fins du présent Accord, on entend par :
a) « Citoyen du Danemark » : une personne qui possède la nationalité danoise.
b) « Ressortissants de la Bosnie-Herzégovine » : une personne qui détient la nationalité de la Bosnie-Herzégovine.
c) « Visa » : une autorisation délivrée ou une décision prise par le Danemark, qui
est nécessaire à :
- L’entrée pour un séjour envisagé au Danemark ou dans plusieurs États membres
de l’espace Schengen, pour une période dont la durée totale n’excède pas 90 jours;
- L’entrée pour traverser le territoire du Danemark ou de plusieurs États membres
de l’espace Schengen.
d) « Personne en séjour régulier » : un ressortissant de la Bosnie-Herzégovine autorisé ou habilité, en droit national ou de l’Union européenne, à séjourner plus de 90 jours
sur le territoire d’un État membre de l’espace Schengen.
e) « État membre de l’espace Schengen » : tout État appliquant intégralement
l’acquis de Schengen.
f) « Espace Schengen » : espace composé des États membres signataires de la Convention d’application de l’accord de Schengen.
Article 4. Preuves littérales justifiant l’objet du voyage
1. Pour les catégories suivantes de ressortissants de la Bosnie-Herzégovine, les documents énumérés ci-après suffisent à justifier l’objet du voyage sur le territoire de l’autre
Partie :
a) Pour les membres des délégations officielles qui, à la suite d’une invitation officielle adressée à la Bosnie-Herzégovine, participent à des réunions, consultations, négociations ou programmes d’échange ainsi qu’à des événements ayant lieu sur le territoire
du Danemark à l’initiative d’organisations intergouvernementales :
- Une lettre délivrée par une autorité de la Bosnie-Herzégovine confirmant que le
demandeur est un membre de sa délégation se rendant sur le territoire du Danemark pour
256
Volume 2653, I-47210
participer aux événements susmentionnés, accompagnée d’une copie de l’invitation officielle;
b) Pour les hommes et femmes d’affaires et les représentants d’organisations
d’entreprises :
- Une invitation écrite émanant d’une personne morale ou société hôte, ou d’un
bureau ou d’une filiale de celle-ci, d’une organisation ou des autorités nationales ou locales du Danemark, ou d’un comité d’organisation de foires, conférences et symposiums
commerciaux et industriels tenus sur le territoire du Danemark, approuvée par la Chambre
du commerce extérieur de Bosnie-Herzégovine;
c) Pour les représentants d’organisations de la société civile qui entreprennent des
voyages à des fins éducatives, de séminaires et de conférences, y compris dans le cadre de
programmes d’échange :
- Une demande écrite émanant de l’organisation hôte, une confirmation que la personne représente l’organisation de la société civile et le certificat d’établissement de
l’organisation en question émanant du registre ad hoc, délivré par une autorité de l’État
conformément à la législation nationale;
d) Pour les conducteurs fournissant des services de transport international de marchandises et de passagers vers le territoire du Danemark dans des véhicules immatriculés
en Bosnie-Herzégovine :
- Une demande écrite émanant de la Chambre du commerce extérieur de BosnieHerzégovine, indiquant l’objet, la durée et la fréquence des voyages;
e) Pour le personnel de wagons, wagons frigorifiques et locomotives de trains internationaux circulant vers le territoire du Danemark :
- Une demande écrite émanant de la société de chemins de fer compétente de la
Bosnie-Herzégovine indiquant l’objet, la durée et la fréquence des voyages;
f) Pour les journalistes :
- Un certificat ou autre document délivré par une organisation professionnelle, attestant que la personne concernée est un journaliste qualifié, et un document délivré par
l’employeur, indiquant que le voyage a pour objet la réalisation d’un travail journalistique;
g) Pour les personnes participant à des activités scientifiques, culturelles et artistiques, y compris des programmes d’échanges universitaires ou autres :
- Une invitation écrite à participer à ces activités, émanant de l’organisation hôte;
h) Pour les écoliers, les étudiants, les étudiants de troisième cycle et les enseignants
accompagnateurs qui entreprennent des voyages d’études ou à but éducatif, y compris
dans le cadre de programmes d’échange ou d’activités parascolaires :
- Une invitation écrite ou un certificat d’inscription délivré(e) par l’école primaire
ou secondaire, l’académie, l’institut, l’université ou la faculté hôte, ou une carte
d’étudiant, ou un certificat concernant les cours auxquels les visiteurs doivent assister;
i) Pour les participants à des manifestations sportives internationales et les personnes les accompagnant à titre professionnel :
257
Volume 2653, I-47210
- Une invitation écrite émanant de l’organisation hôte : autorités compétentes, fédérations sportives nationales ou le Comité national olympique du Danemark;
j) Pour les participants à des programmes d’échanges officiels organisés par des
villes jumelées :
- Une invitation écrite émanant du chef de l’administration/du maire de ces villes;
k) Pour les parents proches  conjoint, enfants (y compris adoptifs), parents (y
compris parents ayant la garde légale), grands-parents et petits-enfants  rendant visite à
des ressortissants de la Bosnie-Herzégovine en séjour régulier sur le territoire du Danemark :
- Une invitation écrite émanant de la personne hôte;
l) Pour les personnes en visite pour des raisons médicales et celles qui doivent les
accompagner :
- Un document officiel de l’établissement médical confirmant la nécessité d’y
suivre un traitement ainsi que d’être accompagné, et la preuve de moyens financiers suffisants pour payer ce traitement médical;
m) Pour les personnes se rendant aux obsèques d’un membre de leur famille :
- Un document officiel confirmant le décès, ainsi que l’existence d’un lien de parenté ou autre entre le demandeur et le défunt;
n) Pour les représentants de communautés religieuses traditionnelles en BosnieHerzégovine rendant visite à des membres des diasporas de la Bosnie-Herzégovine sur le
territoire du Danemark :
- Une demande écrite émanant du chef de la communauté religieuse en Bosnie-Herzégovine, indiquant l’objet, la durée et la fréquence des voyages;
o) Pour les membres de professions libérales participant à des foires, des conférences, des symposiums et des séminaires internationaux ou à d’autres événements analogues ayant lieu sur le territoire du Danemark :
- Une invitation écrite de l’organisation hôte confirmant que la personne concernée participe à l’événement;
p) Pour des personnes souhaitant se rendre dans un cimetière militaire ou civil :
- Un document officiel confirmant l’existence et le maintien de la tombe concernée, ainsi que l’existence d’un lien de parenté ou autre entre le demandeur et le défunt;
q) Pour les personnes voyageant à des fins touristiques :
- Un certificat ou une preuve de paiement délivré(e) par une agence de voyage ou
un voyagiste accrédité par le Danemark ou l’un des États membres de l’espace Schengen
dans le cadre de la coopération consulaire locale, confirmant la réservation d’un voyage
organisé.
2. L’invitation ou la demande écrite visée au paragraphe 1 du présent article contient les informations suivantes :
a) Pour la personne invitée : nom et prénom, date de naissance, sexe, nationalité,
numéro de la pièce d’identité, date et objet du voyage, nombre d’entrées et, s’il y a lieu,
nom du conjoint et des enfants mineurs l’accompagnant;
258
Volume 2653, I-47210
b) Pour la personne invitante :
- Nom, prénom et adresse; ou
c) Pour la personne morale, la société ou l’organisation invitante :
- Nom complet et adresse; et
- Si l’invitation émane d’une organisation, le nom et la fonction du signataire;
- Si la personne invitante est une personne morale ou une société, ou un bureau ou
une filiale de celle-ci établie sur le territoire du Danemark, son numéro d’immatriculation,
tel que requis par le droit danois.
3. Pour les catégories de personnes visées au paragraphe 1 du présent article, toutes
les catégories de visas sont délivrées selon la procédure simplifiée sans qu’il y ait lieu de
produire une autre justification, invitation ou validation concernant l’objet du voyage prévue par le droit du Danemark.
Article 5. Délivrance de visas à entrées multiples
1. Les missions diplomatiques et les postes consulaires du Danemark délivrent des
visas à entrées multiples, d’une durée de validité pouvant aller jusqu’à cinq ans, aux catégories de personnes suivantes :
a) Les membres de la Cour et du ministère public de Bosnie-Herzégovine, sous réserve que ces personnes ne soient pas dispensées de l’obligation de visa par le présent
Accord, dans l’exercice de leurs fonctions et pour une durée de validité limitée à leur
mandat, si celui-ci est inférieur à cinq ans;
b) Les membres permanents de délégations officielles qui, à la suite d’une invitation officielle adressée à la Bosnie-Herzégovine, participent régulièrement à des réunions,
consultations, négociations ou programmes d’échange ainsi qu’à des événements ayant
lieu sur le territoire du Danemark à l’initiative d’organisations intergouvernementales;
c) Les parents proches  conjoints et les enfants (y compris adoptifs)  qui rendent visite à des ressortissants de la Bosnie-Herzégovine en séjour régulier sur le territoire
du Danemark, pour une durée de validité limitée à celle de l’autorisation de séjour de ces
citoyens.
2. Les missions diplomatiques et les postes consulaires du Danemark délivrent des
visas à entrées multiples, d’une durée de validité pouvant aller jusqu’à un an, aux catégories de personnes suivantes, sous réserve que, durant l’année précédant la demande, ces
personnes aient obtenu au moins un visa, qu’elles l’aient utilisé dans le respect de la législation régissant l’entrée et le séjour sur le territoire de l’État hôte et qu’elles aient des
raisons de solliciter un visa à entrées multiples :
a) Les membres des délégations officielles qui, à la suite d’une invitation officielle
adressée à la Bosnie-Herzégovine, participent à des réunions, consultations, négociations
ou programmes d’échange ainsi qu’à des événements ayant lieu sur le territoire du Danemark à l’initiative d’organisations intergouvernementales;
b) Les hommes et femmes d’affaires et les représentants d’entreprises se rendant régulièrement au Danemark;
259
Volume 2653, I-47210
c) Les conducteurs fournissant des services de transport international de marchandises et de passagers vers le territoire du Danemark dans des véhicules immatriculés en
Bosnie-Herzégovine;
d) Le personnel de wagons, wagons frigorifiques et locomotives de trains internationaux circulant vers le territoire du Danemark;
e) Les journalistes;
f) Les personnes participant à des activités scientifiques culturelles et artistiques, y
compris des programmes d’échanges universitaires ou autres, qui se rendent régulièrement au Danemark;
g) Les étudiants, y compris de troisième cycle, qui entreprennent régulièrement des
voyages d’études ou à but éducatif, y compris dans le cadre de programmes d’échange;
h) Les participants à des manifestations sportives internationales et les personnes
les accompagnant à titre professionnel;
i) Les participants à des programmes d’échanges officiels organisés par des villes
jumelées;
j) Les personnes en visite régulière pour des raisons médicales et celles qui doivent
les accompagner;
k) Les représentants de communautés religieuses traditionnelles en BosnieHerzégovine rendant régulièrement visite à des membres des diasporas de la BosnieHerzégovine sur le territoire du Danemark;
l) Les représentants d’organisations de la société civile se rendant régulièrement au
Danemark dans un but éducatif ou participant à des séminaires ou à des conférences, y
compris dans le cadre de programmes d’échanges;
m) Les membres de professions libérales participant à des foires, conférences, symposiums ou séminaires internationaux ou à d’autres événements analogues, qui se rendent
régulièrement au Danemark.
3. Les missions diplomatiques et les postes consulaires du Danemark délivrent des
visas à entrées multiples, d’une durée de validité de deux ans au minimum et de cinq ans
au maximum, aux catégories de personnes visées au paragraphe 2 du présent article, sous
réserve que, durant les deux années précédant la demande, ces personnes aient utilisé leur
visa à entrées multiples d’une durée d’un an dans le respect de la législation régissant
l’entrée et le séjour sur le territoire de l’État hôte et que leurs raisons de solliciter un visa
à entrées multiples soient toujours valables.
4. La durée totale du séjour des personnes visées aux paragraphes 1 à 3 du présent
article sur le territoire du Danemark et de tout autre État membre de l’espace Schengen ne
peut excéder 90 jours par période de 180 jours.
Article 6. Droits prélevés pour le traitement des demandes de visa
1. Le droit prélevé pour le traitement des demandes de visa des ressortissants de la
Bosnie-Herzégovine est de 35 euros.
Ce montant peut être revu en appliquant la procédure prévue à l’article 13, paragraphe 4.
260
Volume 2653, I-47210
Si la Bosnie-Herzégovine réintroduisait l’obligation de visa pour les citoyens de
l’UE, le droit de visa prélevé ne serait pas supérieur à 35 € ou au montant convenu après
révision intervenant conformément à la procédure prévue à l’article 13, paragraphe 4.
2. Les catégories de personnes suivantes sont exonérées de droits de visa :
a) Les parents proches  conjoints, enfants (y compris adoptifs), parents (y compris parents ayant la garde légale), grands-parents et petits-enfants  de ressortissants de
la Bosnie-Herzégovine en séjour régulier sur le territoire du Danemark;
b) Les membres de délégations officielles qui, à la suite d’une invitation officielle
adressée à la Bosnie-Herzégovine, participent à des réunions, consultations, négociations
ou programmes d’échange ainsi qu’à des événements ayant lieu sur le territoire du Danemark à l’initiative d’organisations intergouvernementales;
c) Les membres de la Cour et du ministère public de Bosnie-Herzégovine, sous réserve que ces personnes ne soient pas dispensées de l’obligation de visa par le présent
Accord;
d) Les écoliers, les étudiants, les étudiants de troisième cycle et les enseignants accompagnateurs qui entreprennent des voyages d’études ou à but éducatif;
e) Les enfants de moins de six ans;
f) Les personnes handicapées et la personne les accompagnant, le cas échéant;
g) Les personnes qui ont présenté des documents attestant la nécessité de leur
voyage pour raisons de santé ou familiales, y compris pour recevoir un traitement médical
urgent, auquel cas la personne les accompagnant est aussi exonérée de droit de visa, ou
pour assister aux obsèques d’un parent proche, ou pour rendre visite à un parent proche
gravement malade;
h) Les participants à des manifestations sportives internationales et les personnes
les accompagnant à titre professionnel;
i) Les personnes participant à des activités scientifiques culturelles et artistiques, y
compris des programmes d’échanges universitaires ou autres;
j) Les participants à des programmes d’échanges officiels organisés par des villes
jumelées;
k) Les journalistes;
l) Les représentants de communautés religieuses traditionnelles en BosnieHerzégovine rendant visite à des membres des diasporas de la Bosnie-Herzégovine sur le
territoire du Danemark;
m) Les représentants d’organisations de la société civile qui voyagent pour participer à des réunions, à des séminaires, à des programmes d’échanges ou à des formations;
n) Les conducteurs fournissant des services de transport international de marchandises et de passagers vers le territoire du Danemark dans des véhicules immatriculés en
Bosnie-Herzégovine;
o) Le personnel de wagons, wagons frigorifiques et locomotives de trains internationaux circulant vers le territoire du Danemark;
p) Les retraités;
261
Volume 2653, I-47210
q) Les membres des professions libérales participant à des foires, conférences,
symposiums et séminaires internationaux ou à d’autres événements analogues ayant lieu
sur le territoire du Danemark.
Article 7. Durée des procédures de traitement des demandes de visa
1. Les missions diplomatiques et les postes consulaires du Danemark prennent la
décision de délivrer ou non un visa dans un délai de 10 jours de calendrier suivant la réception de la demande de visa et des documents requis aux fins de sa délivrance.
2. Le délai imparti pour prendre une décision sur une demande de visa peut être
étendu à 30 jours de calendrier, notamment lorsqu’un examen complémentaire de la demande se révèle nécessaire.
3. En cas d’urgence, le délai imparti pour prendre une décision sur une demande de
visa peut être ramené à trois jours ouvrables, voire moins.
Article 8. Départ en cas de perte ou de vol de documents
Les citoyens du Danemark et de la Bosnie-Herzégovine qui ont perdu leurs documents d’identité ou qui se les sont fait voler durant leur séjour sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine ou du Danemark peuvent quitter ce territoire sur la base de documents
d’identité valables délivrés par une mission diplomatique ou un poste consulaire du Danemark ou de la Bosnie-Herzégovine qui les habilitent à franchir la frontière, sans visa ni
autre forme d’autorisation.
Article 9. Prorogation du visa dans des circonstances exceptionnelles
Les ressortissants de la Bosnie-Herzégovine qui, pour des raisons de force majeure,
n’ont pas la possibilité de quitter le territoire du Danemark à la date indiquée par leur visa
voient celui-ci prorogé gratuitement, conformément à la législation appliquée par l’État
d’accueil, pour toute la période nécessaire à leur retour dans leur État de résidence.
Article 10. Passeports diplomatiques
1. Les ressortissants de la Bosnie-Herzégovine titulaires de passeports diplomatiques en cours de validité peuvent entrer sur le territoire du Danemark, le quitter et le
traverser sans visa.
2. Les personnes mentionnées au paragraphe 1 du présent article peuvent séjourner
sur le territoire du Danemark et de tout autre État membre de l’espace Schengen pour une
durée n’excédant pas 90 jours par période de 180 jours.
Article 11. Validité territoriale des visas
Sous réserve des règles et dispositions réglementaires nationales en matière de sécurité nationale appliquées par le Danemark, et sous réserve des règles de l’UE relatives aux
262
Volume 2653, I-47210
visas à validité territoriale limitée, les ressortissants de la Bosnie-Herzégovine sont habilités à se déplacer sur le territoire de l’espace Schengen dans les mêmes conditions que les
citoyens de l’Union européenne.
Article 12. Suivi de l’Accord
Les représentants des Parties se réunissent si nécessaire à la demande de l’une des
Parties pour examiner la mise en œuvre du présent Accord et, s’ils le jugent nécessaire,
proposer des modifications audit Accord, en particulier en fonction des changements apportés à l’Accord entre la Communauté européenne et la Bosnie-Herzégovine en vue de
faciliter la délivrance des visas.
Article 13. Dispositions finales
1. Le présent Accord est ratifié ou approuvé par les Parties conformément à leurs
procédures respectives et entre en vigueur le premier jour du deuxième mois suivant la
date à laquelle les Parties se notifient mutuellement le terme des procédures susmentionnées.
2. Le présent Accord est conclu pour une durée indéterminée, sauf dénonciation effectuée conformément au paragraphe 5 du présent article.
3. Le présent Accord peut être modifié d’un commun accord écrit entre les Parties.
Les modifications entrent en vigueur après que les Parties se sont mutuellement notifié le
terme des procédures internes qu’elles doivent respectivement appliquer à cet effet.
4. Chaque Partie peut suspendre l’application de tout ou partie du présent Accord
pour des raisons d’ordre public, de protection de sa sécurité nationale ou de protection de
la santé publique. La décision de suspension est notifiée à l’autre Partie au plus tard
48 heures avant son entrée en vigueur. Dès que la suspension n’a plus lieu d’être, la Partie
qui en a pris la décision en informe immédiatement l’autre Partie.
5. Chaque Partie peut dénoncer le présent Accord par notification écrite à l’autre
Partie. Le présent Accord cesse d’être en vigueur 90 jours après la date de cette notification.
FAIT à Copenhague le 2 juillet 2008, en double exemplaire dans chacune des
langues officielles des Parties et en anglais, chacun de ces textes faisant également foi.
Pour le Royaume du Danemark :
BIRTHE RØNN HORNBECH
Pour la Bosnie-Herzégovine :
TARIK SADOVIC
263
Volume 2653, I-47211
No. 47211
____
Turkey
and
Morocco
Agreement on technical cooperation in the field of water between the Government
of the Republic of Turkey and the Government of the Kingdom of Morocco.
Rabat, 26 November 2008
Entry into force: 25 May 2009 by notification, in accordance with article 6
Authentic texts: Arabic, English and Turkish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Turkey, 25 March 2010
Turquie
et
Maroc
Accord de coopération technique dans le domaine de l'eau entre le Gouvernement
de la République turque et le Gouvernement du Royaume du Maroc. Rabat,
26 novembre 2008
Entrée en vigueur : 25 mai 2009 par notification, conformément à l'article 6
Textes authentiques : arabe, anglais et turc
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Turquie, 25 mars 2010
265
Volume 2653, I-47211
266
Volume 2653, I-47211
267
Volume 2653, I-47211
268
Volume 2653, I-47211
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ]
269
Volume 2653, I-47211
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
270
Volume 2653, I-47211
271
Volume 2653, I-47211
272
Volume 2653, I-47211
273
Volume 2653, I-47211
274
Volume 2653, I-47211
275
Volume 2653, I-47211
[ TURKISH TEXT – TEXTE TURC ]
276
Volume 2653, I-47211
277
Volume 2653, I-47211
278
Volume 2653, I-47211
279
Volume 2653, I-47211
280
Volume 2653, I-47211
281
Volume 2653, I-47211
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION TECHNIQUE DANS LE DOMAINE DE
L’EAU ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE TURQUE
ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC
Le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement du Royaume du Maroc, ci-après dénommés « les Parties contractantes »,
Considérant les liens d’amitié existant entre leurs deux pays et désireux de les renforcer,
Convaincus qu’une meilleure coordination de leurs efforts de coopération et un meilleur échange d’expérience dans le domaine de l’eau contribueront au développement économique et social de leurs pays,
Conscients de l’importance de la protection, de la gestion et du développement durable des ressources en eau au profit de leurs populations,
Désireux de promouvoir une collaboration fondée sur l’échange d’expérience et la
consolidation des capacités des ressources humaines concernant le développement, la gestion et la protection des ressources en eau,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Objectifs
Le but du présent Accord est de promouvoir les activités mutuelles de formation, de
coopération et d’échange de personnel technique concernant les activités liées au développement et à la gestion des ressources en eau, conformément à l’accord de coopération
technique dans le domaine de l’eau, en tenant compte de l’égalité et de l’intérêt mutuel, et
de définir les principes techniques afin d’atteindre cet objectif.
Article 2. Parties chargées de la mise en œuvre
Les Parties chargées de la mise en œuvre du présent Accord sont la Direction générale des travaux hydrauliques de l’État (DSI) du Ministère de l’environnement et des forêts pour le compte de la République turque, et le Secrétariat d’État auprès du Ministère
de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement pour le compte du Royaume du
Maroc.
Article 3. Contenu
Le contenu du présent Accord de coopération technique dans le domaine de l’eau
comprend les principales questions suivantes :
3.1 Le renforcement des relations amicales et l’amélioration de la compréhension
entre les deux pays;
282
Volume 2653, I-47211
3.2 L’échange de connaissances concernant la structure organisationnelle des travaux
hydrauliques dans les deux pays;
3.3 L’échange de connaissances et d’expérience acquises en matière d’études, de projets, de construction et de gestion des travaux hydrauliques;
3.3.1 La coopération bilatérale en matière de protection et de gestion des ressources
en eau, d’exploitation des barrages et de projets de transfert de l’eau;
3.3.2 L’échange de connaissances concernant les nouvelles technologies et autres innovations dans le domaine de la construction, de l’exploitation et de la gestion des barrages, y compris les études sur les travaux hydrauliques assistés par ordinateur et satellite
et, le cas échéant, la visite de projets pilotes sur le site;
3.3.3 L’échange des connaissances techniques et d’expérience concernant la réinstallation des familles touchées par les projets de barrages et les questions liées à
l’expropriation;
3.3.4 L’échange de connaissances et d’expérience sur les techniques et les technologies utilisées dans les travaux mis en œuvre concernant les ressources en eaux de surface
et en eaux souterraines et la gestion des bassins hydrauliques;
3.4 L’annonce à l’autre pays de programmes de formation technique, de conférences,
de séminaires internationaux, etc., qui seront organisés dans le domaine de l’eau;
3.5 La mise en place de programmes de formation à court terme et l’organisation de
voyages techniques sur le terrain, décidées d’un commun accord;
3.6 Lorsque cela est nécessaire, l’échange de connaissances et d’expérience avec les
universités, les instituts de recherche, les laboratoires et les sociétés privées qui réalisent
des études/travaillent dans le secteur de l’eau;
3.7 L’échange de connaissances et de l’expertise dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau, y compris l’exploitation économique de l’eau, la réalimentation artificielle des aquifères, la gestion des inondations et des sécheresses;
3.8 Le renforcement de la coordination des événements internationaux dans le domaine de l’eau et de la participation à ceux-ci, notamment le 5e Forum mondial de l’eau
ainsi que les ateliers régionaux;
3.9 D’autres questions d’intérêt mutuel.
Article 4. Visites bilatérales
Selon le présent Accord de coopération technique, les deux Parties organiseront des
visites pour leur personnel sur une base d’égalité. Pour ces visites :
4.1 Le nombre des participants et la durée de la visite seront déterminés par un Accord bilatéral.
4.2 En principe, la Partie qui envoie les visiteurs prend en charge tous les frais engagés au cours des voyages d’étude ou des séances de formation.
283
Volume 2653, I-47211
Article 5. Mise en œuvre
Les Parties contractantes conviennent que la Direction générale des travaux hydrauliques de l’État (DSI) du Ministère de l’environnement et des forêts pour le compte de la
République turque et le Secrétariat d’État auprès du Ministère de l’énergie, des mines,
de l’eau et de l’environnement chargé de l’eau et de l’environnement pour le compte du
Royaume du Maroc fassent fonction d’institutions de liaison pour coordonner et organiser
les questions liées aux activités bilatérales.
Selon le présent Accord, la coopération technique dans le domaine de l’eau est soumise aux lois, dispositions juridiques et règles en vigueur respectives dans les deux pays.
Cette coopération technique est mise en œuvre en respectant les obligations internationales des Parties.
Selon le présent Accord, une Partie contractante ne devra ni publier les données, informations et résultats obtenus dans le cadre de la coopération, ni les communiquer à
d’autres pays sans la permission de l’autre Partie.
Article 6. Entrée en vigueur
Le présent Accord entre en vigueur à la date suivant la réception de la dernière notification écrite par laquelle les Parties s’informent mutuellement que les procédures internes nécessaires pour son entrée en vigueur ont été accomplies. Il est conclu pour une
période d’un an et peut être révisé si l’une ou les deux Parties le jugent nécessaire. Si aucune démarche n’a été entreprise, il sera automatiquement prorogé chaque année. L’une
ou l’autre Partie peut dénoncer le présent Accord à n’importe quel moment, après
l’expiration de la première période d’un an, moyennant un préavis écrit d’un an envoyé
par la voie diplomatique à l’autre Partie.
FAIT le 26 novembre 2008, à Rabat, au Maroc, en deux exemplaires originaux, en
langues turque, arabe et anglaise, tous les textes faisant également foi. En cas de divergence sur l’interprétation, le texte anglais prévaut.
Pour le Gouvernement de la République turque :
VEYSEL EROĞLU
Ministre de l’environnement et des forêts
Pour le Gouvernement du Royaume du Maroc :
AMINA BENKHADRA
Ministère de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement
284
Volume 2653, I-47212
No. 47212
____
New Zealand
and
Philippines
Memorandum of Agreement (MoA) on labour cooperation between the Government
of New Zealand and the Government of the Republic of the Philippines (with
annex). Wellington, 4 November 2008 and Manila, 9 December 2008
Entry into force: 18 June 2009 by notification, in accordance with article 7
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: New Zealand, 9 March 2010
Nouvelle-Zélande
et
Philippines
Mémorandum d'accord sur la coopération dans le domaine du travail entre le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de la République des
Philippines (avec annexe). Wellington, 4 novembre 2008 et Manille, 9 décembre
2008
Entrée en vigueur : 18 juin 2009 par notification, conformément à l'article 7
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Nouvelle-Zélande, 9 mars
2010
285
Volume 2653, I-47212
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
286
Volume 2653, I-47212
287
Volume 2653, I-47212
288
Volume 2653, I-47212
289
Volume 2653, I-47212
290
Volume 2653, I-47212
291
Volume 2653, I-47212
292
Volume 2653, I-47212
293
Volume 2653, I-47212
294
Volume 2653, I-47212
295
Volume 2653, I-47212
296
Volume 2653, I-47212
297
Volume 2653, I-47212
298
Volume 2653, I-47212
299
Volume 2653, I-47212
300
Volume 2653, I-47212
301
Volume 2653, I-47212
302
Volume 2653, I-47212
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MÉMORANDUM D’ACCORD SUR LA COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DU TRAVAIL ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE
DES PHILIPPINES
Le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de la République des
Philippines (ci-après dénommés collectivement les « Parties » ou individuellement une
« Partie » à moins que le contexte n’en dispose autrement),
Désireux de formuler, sur la base de la coopération, de la consultation et du dialogue,
une approche des questions liées au domaine du travail qui tienne compte des circonstances particulières, des besoins et des aspirations futures des Parties et reflète leur désir
de consolider leurs relations économiques et politiques croissantes,
Rappelant leur résolution d’améliorer les conditions de travail et les normes de vie
dans leurs pays respectifs et de protéger, d’améliorer et de consolider les droits fondamentaux des travailleurs, en tenant compte des différents niveaux de développement national,
Reconnaissant leur adhésion à la législation, aux politiques et aux pratiques les plus
strictes dans le domaine du travail et qu’ils s’engagent à les maintenir dans le cadre du
développement économique et de la libéralisation du commerce,
Cherchant à promouvoir des politiques et des pratiques de travail saines et une coopération plus étendue et plus rapprochée, et à améliorer les capacités et les possibilités
des Parties afin d’y parvenir,
Partageant l’aspiration commune selon laquelle le libre-échange et l’investissement
devraient déboucher sur la création d’emplois, un travail décent et des emplois intéressants pour les travailleurs, aux niveaux national et international, conformément aux principes universels énoncés dans les instruments internationaux sur le travail et l’emploi,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Objectifs
Les objectifs des Parties seront les suivants :
a) Promouvoir une meilleure compréhension du système de travail de chaque Partie,
des politiques et pratiques de travail saines et un travail décent, et améliorer les capacités
et possibilités des Parties;
b) Servir de forum de discussion et d’échange de points de vue sur les questions du
travail intéressantes ou préoccupantes;
c) Promouvoir une meilleure compréhension et observation des principes consacrés
par la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son
suivi (1998) et par d’autres instruments internationaux sur le travail et l’emploi auxquels
elles sont parties;
303
Volume 2653, I-47212
d) Appuyer les engagements pris par les Parties dans le présent Mémorandum
d’accord en vue d’améliorer les conditions de travail et la qualité de vie au travail dans
leurs pays respectifs; et
e) Faciliter la coopération et le dialogue afin de renforcer les relations plus larges
entre les Parties.
Article 2. Principes fondamentaux
1. Les Parties réaffirment leurs obligations en tant que membres de l’OIT et leur adhésion aux principes de la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi (1998).
2. Chaque Partie s’efforcera de garantir que ses lois, réglementations, politiques et
pratiques nationales du travail sont en harmonie avec leurs engagements internationaux
respectifs en matière de travail.
3. Les Parties respectent leurs droits souverains de définir leurs propres politiques et
leurs priorités nationales et de définir, d’administrer et d’appliquer leurs propres lois et
réglementations dans le domaine du travail.
4. Les Parties reconnaissent qu’il n’est pas approprié de définir ni d’utiliser leurs
propres lois, réglementations, politiques et pratiques à des fins de protectionnisme commercial.
5. Les Parties reconnaissent qu’il n’est pas approprié d’encourager le commerce ou
les investissements en diminuant ou en réduisant les protections offertes par les lois, réglementations, politiques et pratiques nationales du travail.
6. Chaque Partie sensibilisera le public à ses lois et réglementations du travail au niveau national.
Article 3. Coopération
1. Tenant compte de leurs priorités nationales et des ressources disponibles, les Parties conviennent de coopérer dans les domaines du travail d’intérêt commun, pour leur
bénéfice réciproque. Les Parties décideront ensemble des activités de coopération spécifiques dans le domaine du travail.
2. Chaque Partie peut, le cas échéant, inviter ses syndicats et employeurs et/ou
d’autres personnes et organisations de son pays à participer à l’identification de domaines
potentiels de coopération et à la mise sur pied d’activités de coopération.
3. Les activités de coopération peuvent s’exercer dans des domaines comprenant
mais sans s’y limiter :
a) Les lois et pratiques du travail, notamment la promotion des droits et obligations
du travail et d’un travail décent;
b) L’information et les systèmes de mise en conformité et d’application;
c) Des rapports professionnels sains, notamment des consultations en matière de gestion du travail, de la coopération et du règlement de différends liés au travail;
d) La sécurité et la santé au travail;
304
Volume 2653, I-47212
e) Le développement, la formation et l’employabilité du capital humain; et
f) Les initiatives de développement des ressources humaines, notamment le partage
des tendances sur le marché du travail, la formation professionnelle, le renforcement des
capacités mutuelles, et la promotion et la protection des droits d’emploi et des obligations
des travailleurs émigrés.
4. Les activités de coopération peuvent être mises en œuvre par toute une série de
moyens, tels que l’échange des meilleures pratiques et d’informations, des études et des
projets communs, des visites d’échange, des visites, ateliers et dialogues que les Parties
peuvent convenir, y compris concernant les forums et les problèmes internationaux liés au
travail. L’annexe ci-jointe fournit quelques exemples de projets potentiels en vue d’une
éventuelle coopération.
5. Le financement des activités de coopération sera convenu par les Parties au cas par
cas.
Article 4. Mécanismes institutionnels
1. Chaque Partie désignera, dans les six mois suivant l’entrée en vigueur du présent
Mémorandum d’accord, un point de contact national pour les questions liées au travail
afin de faciliter la communication entre les Parties.
2. Afin de garantir la mise en œuvre du présent Mémorandum d’accord, d’établir un
programme de coopération et de coordonner les activités de coopération visées dans le
présent Mémorandum d’accord, les Parties établiront un comité de travail composé des
principaux responsables de leurs agences gouvernementales chargées des questions relatives au travail.
3. Le Comité de travail se réunira dans le courant de la première année qui suit la signature du présent Mémorandum d’accord, puis tous les deux ans, sauf décision contraire
prise d’un commun accord, pour :
a) Établir un programme de travail agréé d’activités de coopération;
b) Superviser et évaluer les activités de coopération;
c) Servir de voie de dialogue pour des questions d’intérêt commun;
d) Réviser le fonctionnement et les résultats du présent Mémorandum d’accord; et
e) Servir de forum de discussion et d’échange de points de vue sur les questions du
travail intéressantes ou préoccupantes en vue d’atteindre un consensus entre les Parties à
leur sujet.
4. Dans l’accomplissement de ses travaux, le Comité de travail peut consulter, ou solliciter la participation, des membres du secteur public ou d’autres secteurs pertinents sur
des questions relatives au fonctionnement du présent Mémorandum d’accord, par tous les
moyens que cette Partie considère appropriés.
5. Les Parties peuvent échanger des informations et coordonner des activités entre les
réunions par courriel, vidéoconférence ou par tout autre moyen de communication.
305
Volume 2653, I-47212
Article 5. Consultation
1. Les Parties se sont engagées à suivre les principes de respect mutuel, de dialogue,
de coopération et de consensus sur toute question connexe dans le présent Mémorandum
d’accord. En cas de litige quant à l’interprétation ou à l’application du présent Mémorandum d’accord, une Partie peut demander à consulter l’autre Partie, par le biais du point de
contact national. Les Parties déploieront tous les efforts possibles pour résoudre le litige
par voie de coopération, consultation et dialogue.
2. Si une Partie demande la convocation d’une réunion en vue de contribuer à la résolution de tels litiges, les Parties se réuniront dès que possible et, sauf décision contraire
prise d’un commun accord, au plus tard 90 jours après la demande.
3. Si le litige n’est pas résolu, il pourra être communiqué lors d’une réunion du Comité de travail, qui pourra inclure des ministres aux fins de discussions et de consultations
mutuelles.
Article 6. Divulgation d’informations
1. Aucune Partie ne divulguera des informations fournies et déclarées comme étant
confidentielles par l’autre Partie dans le cadre du présent Mémorandum d’accord sans
l’autorisation de cette autre Partie, à moins d’être tenue de ce faire en vertu des lois régissant la Partie ayant reçu les informations, sous réserve d’une ordonnance du tribunal.
2. Aucune disposition du présent Mémorandum d’accord ne sera interprétée comme
imposant à une Partie de fournir ou d’autoriser l’accès à des informations dont elle considère que la divulgation serait contraire à l’intérêt public ou aux lois régissant cette Partie.
Article 7. Entrée en vigueur, modification et dénonciation
1. Le présent Mémorandum d’accord entrera en vigueur à la date de la dernière notification par les Parties, par la voie diplomatique, indiquant l’accomplissement de leurs
formalités respectives requises au niveau national pour l’entrée en vigueur.
2. L’une ou l’autre des Parties peut proposer par écrit, par la voie diplomatique, de
modifier le présent Mémorandum d’accord. Toute modification convenue par écrit entre
les Parties entrera en vigueur selon les modalités énoncées au précédent paragraphe.
3. Le présent Mémorandum d’accord restera en vigueur pendant une durée de
trois (3) ans suivant la date de son entrée en vigueur et sera automatiquement reconduit
pour des durées de trois (3) ans à moins qu’une Partie informe l’autre Partie de son intention de le dénoncer moyennant un préavis écrit, par la voie diplomatique, d’au moins
six (6) mois avant la date de dénonciation prévue.
4. Nonobstant le paragraphe 3 et sauf accord contraire des Parties, le présent Mémorandum d’accord se poursuivra comme s’il était en vigueur pour des programmes et/ou
des projets entamés avant sa dénonciation.
306
Volume 2653, I-47212
EN FOI DE QUOI, les soussignés, dûment autorisés par leurs Gouvernements respectifs, ont signé le présent Mémorandum d’accord.
FAIT à Wellington et à Manille aux dates indiquées.
Pour le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande :
En date du 4 novembre 2008
Wellington
Pour le Gouvernement de la République des Philippines :
En date du 9 décembre 2008
Manille
307
Volume 2653, I-47212
ANNEXE AU MÉMORANDUM D’ACCORD SUR LA COOPÉRATION
DANS LE DOMAINE DU TRAVAIL : QUELQUES EXEMPLES DE
PROJETS POTENTIELS EN VUE D’UNE ÉVENTUELLE COOPÉRATION (CONFORMÉMENT À L’ARTICLE 3 DU MÉMORANDUM
D’ACCORD)
Santé et sécurité au travail
Bourse de recherche et formation dans les différents domaines de la santé et de la sécurité du travail
Renforcement des capacités dans les domaines de la santé et de la sécurité au travail
suivants :
- Vérification des équipements de protection individuelle
- Méthodes relatives à l’hygiène du travail
- Programmes sur la santé au travail et procédures de surveillance biologique
- Systèmes de gestion de la santé et de la sécurité au travail
Normes du travail
-
Étude d’évaluation sur les conditions de travail dans le secteur des centres
d’appel
Étude d’évaluation sur la mise en œuvre du cadre d’application des normes
du travail
Processus de consultations sur le travail décent et les normes internationales
du travail
Système d’information sur le marché du travail
Renforcement des capacités sur les tendances et les systèmes d’information sur le
marché du travail
- Travaux de recherche sur l’évaluation comparative des meilleures pratiques
relatives à la mise au point de systèmes d’information sur le marché du travail
Études de recherche et consultations sur les normes internationales
-
Organisation de forums/dialogues sociaux et de consultations sur les normes
internationales régissant les principes et droits fondamentaux au travail, la
promotion de l’emploi, le dialogue social et la protection sociale
308
Volume 2653, I-47212
-
-
Conduite d’études de recherche en matière politique et de documents de travail (par exemple, la cohérence macro-politique et son impact sur le travail
décent, les emplois « verts »)
Évaluation du travail décent dans le secteur public
Élaboration d’indicateurs du travail décent sur l’emploi à l’étranger
Conduite d’études sur le marché du travail
309
Volume 2653, I-47212
DÉCLARATION DE L’OIT RELATIVE AUX PRINCIPES ET DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL, QUATRE-VINGT-SIXIÈME SESSION,
GENÈVE, JUIN 1998
Attendu que la création de l’OIT procédait de la conviction que la justice sociale est
essentielle pour assurer une paix universelle et durable;
Attendu que la croissance économique est essentielle mais n’est pas suffisante pour
assurer l’équité, le progrès social et l’éradication de la pauvreté, et que cela confirme la
nécessité pour l’OIT de promouvoir des politiques sociales solides, la justice et des institutions démocratiques;
Attendu que l’OIT se doit donc plus que jamais de mobiliser l’ensemble de ses
moyens d’action normative, de coopération technique et de recherche dans tous les domaines de sa compétence, en particulier l’emploi, la formation professionnelle et les conditions de travail, pour faire en sorte que, dans le cadre d’une stratégie globale de développement économique et social, les politiques économiques et sociales se renforcent mutuellement en vue d’instaurer un développement large et durable;
Attendu que l’OIT doit porter une attention spéciale aux problèmes des personnes
ayant des besoins sociaux particuliers, notamment les chômeurs et les travailleurs migrants, mobiliser et encourager les efforts nationaux, régionaux et internationaux tendant
à résoudre leurs problèmes, et promouvoir des politiques efficaces visant à créer des emplois;
Attendu que, dans le but d’assurer le lien entre progrès social et croissance économique, la garantie des principes et des droits fondamentaux au travail revêt une importance et une signification particulières en donnant aux intéressés eux-mêmes la possibilité
de revendiquer librement et avec des chances égales leur juste participation aux richesses
qu’ils ont contribué à créer, ainsi que de réaliser pleinement leur potentiel humain;
Attendu que l’OIT est l’organisation internationale mandatée par sa Constitution, ainsi que l’organe compétent pour établir les normes internationales du travail et s’en occuper, et qu’elle bénéficie d’un appui et d’une reconnaissance universels en matière de promotion des droits fondamentaux au travail, en tant qu’expression de ses principes constitutionnels;
Attendu que, dans une situation d’interdépendance économique croissante, il est urgent de réaffirmer la permanence des principes et droits fondamentaux inscrits dans la
Constitution de l’Organisation ainsi que de promouvoir leur application universelle;
La Conférence internationale du Travail
1. Rappelle :
a) Qu’en adhérant librement à l’OIT, l’ensemble de ses membres ont accepté les
principes et droits énoncés dans sa Constitution et dans la Déclaration de Philadelphie, et
se sont engagés à travailler à la réalisation des objectifs d’ensemble de l’Organisation,
dans toute la mesure de leurs moyens et de leur spécificité;
310
Volume 2653, I-47212
b) Que ces principes et droits ont été exprimés et développés sous forme de droits et
d’obligations spécifiques dans des conventions reconnues comme fondamentales, tant à
l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Organisation.
2. Déclare que l’ensemble des membres, même lorsqu’ils n’ont pas ratifié les conventions en question, ont l’obligation, du seul fait de leur appartenance à l’Organisation, de
respecter, promouvoir et réaliser, de bonne foi et conformément à la Constitution, les
principes concernant les droits fondamentaux qui sont l’objet desdites conventions, à savoir :
a) La liberté d’association et la reconnaissance effective du droit de négociation collective;
b) L’élimination de toute forme de travail forcé ou obligatoire;
c) L’abolition effective du travail des enfants; et
d) L’élimination de la discrimination en matière d’emploi et de profession.
3. Reconnaît l’obligation qui incombe à l’Organisation d’aider ses membres, en réponse à leurs besoins établis et exprimés, de façon à atteindre ces objectifs en faisant
pleinement appel à ses moyens constitutionnels, pratiques et budgétaires, y compris par la
mobilisation des ressources et l’assistance extérieures, ainsi qu’en encourageant d’autres
organisations internationales avec lesquelles l’OIT a établi des relations, en vertu de
l’article 12 de sa Constitution, à soutenir ces efforts :
a) En offrant une coopération technique et des services de conseil destinés à promouvoir la ratification et l’application des conventions fondamentales;
b) En assistant ceux de ses membres qui ne sont pas encore en mesure de ratifier
l’ensemble ou certaines de ces conventions dans leurs efforts pour respecter, promouvoir
et réaliser les principes concernant les droits fondamentaux qui sont l’objet desdites conventions; et
c) En aidant ses membres dans leurs efforts pour instaurer un climat propice au développement économique et social.
4. Décide que, pour donner plein effet à la présente Déclaration, un mécanisme de
suivi promotionnel, crédible et efficace sera mis en œuvre conformément aux modalités
précisées dans l’annexe ci-jointe, qui sera considérée comme faisant partie intégrante de
la présente Déclaration.
5. Souligne que les normes du travail ne pourront servir à des fins commerciales protectionnistes et que rien dans la présente Déclaration et son suivi ne pourra être invoqué
ni servir à pareilles fins; en outre, l’avantage comparatif d’un quelconque pays ne pourra,
en aucune façon, être mis en cause du fait de la présente Déclaration et son suivi.
311
Volume 2653, I-47212
SUIVI DE LA DÉCLARATION
I. OBJECTIF GÉNÉRAL
Le suivi décrit ci-après aura pour objet d’encourager les efforts déployés par les
membres de l’Organisation en vue de promouvoir les principes et droits fondamentaux
consacrés par la Constitution de l’OIT ainsi que par la Déclaration de Philadelphie et réitérés dans la présente Déclaration.
Conformément à cet objectif strictement promotionnel, ce suivi devra permettre
d’identifier les domaines où l’assistance de l’OIT, à travers ses activités de coopération
technique, peut être utile à ses membres pour les aider à mettre en œuvre ces principes et
droits fondamentaux. Il ne pourra se substituer aux mécanismes de contrôle établis ou entraver leur fonctionnement; en conséquence, les situations particulières relevant desdits
mécanismes ne pourront être examinées ou réexaminées dans le cadre de ce suivi.
Les deux volets de ce suivi, décrits ci-après, feront appel aux procédures existantes;
le suivi annuel concernant les conventions non ratifiées impliquera simplement un certain
réaménagement des modalités actuelles de mise en œuvre de l’article 19, paragraphe 5 e),
de la Constitution; le rapport global permettra d’obtenir les meilleurs résultats des procédures menées en application de la Constitution.
II. SUIVI ANNUEL CONCERNANT LES CONVENTIONS FONDAMENTALES NON RATIFIÉES
A. Objet et champ d’application
1. L’objet du suivi annuel est de donner l’occasion de suivre chaque année, par un
dispositif simplifié qui se substituera au dispositif quadriennal, mis en place par le Conseil d’administration en 1995, les efforts déployés conformément à la Déclaration par les
membres qui n’ont pas encore ratifié toutes les conventions fondamentales.
2. Le suivi portera chaque année sur les quatre catégories de principes et droits fondamentaux énumérés dans la Déclaration.
B. Modalités
1. Le suivi se fera sur la base de rapports demandés aux membres au titre de
l’article 19, paragraphe 5 e), de la Constitution. Les formulaires de ces rapports seront
conçus de manière à obtenir des gouvernements qui n’ont pas ratifié une ou plusieurs des
conventions fondamentales des informations sur toutes modifications éventuelles apportées à leur législation et à leur pratique, en tenant dûment compte de l’article 23 de la
Constitution et de la pratique établie.
2. Ces rapports, tels qu’ils auront été compilés par le Bureau, seront examinés par le
Conseil d’administration.
312
Volume 2653, I-47212
3. En vue de présenter une introduction aux rapports ainsi compilés, qui pourrait appeler l’attention sur des aspects méritant éventuellement un examen plus approfondi, le
Bureau pourra faire appel à un groupe d’experts désignés à cet effet par le Conseil
d’administration.
4. Des aménagements devront être envisagés aux procédures en vigueur pour permettre aux membres non représentés au Conseil d’administration de lui apporter, de la
manière la plus appropriée, les éclaircissements qui pourraient s’avérer nécessaires ou
utiles pour compléter les informations contenues dans leurs rapports à l’occasion de ses
discussions.
III. RAPPORT GLOBAL
A. Objet et champ d’application
1. L’objet de ce rapport est d’offrir une image globale et dynamique relative à chaque
catégorie de principes et droits fondamentaux, observée au cours de la période quadriennale écoulée, et de servir de base pour évaluer l’efficacité de l’assistance apportée par
l’Organisation et déterminer des priorités pour la période suivante, sous forme de plans
d’action en matière de coopération technique ayant notamment pour objet de mobiliser les
ressources internes et externes nécessaires à leur mise en œuvre.
2. Le rapport portera à tour de rôle chaque année sur l’une des quatre catégories de
principes et droits fondamentaux.
B. Modalités
1. Le rapport sera établi sous la responsabilité du Directeur général, sur la base
d’informations officielles ou recueillies et vérifiées selon les procédures établies. Pour les
pays qui n’ont pas ratifié les conventions fondamentales, il s’appuiera, en particulier, sur
le résultat du suivi annuel susvisé. Dans le cas des membres ayant ratifié les conventions
correspondantes, il s’appuiera en particulier sur les rapports traités au titre de l’article 22
de la Constitution.
2. Ce rapport sera soumis à la Conférence en vue d’une discussion tripartite, en tant
que rapport du Directeur général. Celle-ci pourra traiter ce rapport comme un rapport distinct des rapports visés à l’article 12 de son Règlement et en débattre dans le cadre d’une
séance qui lui sera consacrée exclusivement, ou de toute autre manière appropriée. Il appartiendra ensuite au Conseil d’administration, à l’une de ses plus proches sessions, de tirer les conséquences de ce débat en ce qui concerne les priorités et plans d’action à mettre
en œuvre en matière de coopération technique lors de la période quadriennale suivante.
IV. IL EST ENTENDU QUE :
1. Le Conseil d’administration et la Conférence devront être saisis des amendements
à leurs Règlements respectifs qui seraient nécessaires pour mettre en œuvre les dispositions qui précèdent.
313
Volume 2653, I-47212
2. La Conférence devra, le moment venu, revoir, à la lumière de l’expérience acquise,
le fonctionnement de ce suivi afin de vérifier s’il a convenablement rempli l’objectif général énoncé à la partie I ci-dessus.
Le texte qui précède est le texte de la Déclaration de l’OIT relative aux principes et
droits fondamentaux au travail et son suivi dûment adoptée par la Conférence générale de
l’Organisation internationale du Travail dans sa quatre-vingt-sixième session qui s’est tenue à Genève et qui a été déclarée close le 18 juin 1998.
EN FOI DE QUOI, nous avons apposé leurs signatures, ce dix-neuvième jour
de juin 1998.
314
Volume 2653, I-47213
No. 47213
____
New Zealand
and
Japan
Agreement between the Government of New Zealand and the Government of Japan
on cooperation in science and technology. Tokyo, 28 October 2009
Entry into force: 28 October 2009 by notification, in accordance with article 10
Authentic texts: English and Japanese
Registration with the Secretariat of the United Nations: New Zealand, 9 March 2010
Nouvelle-Zélande
et
Japon
Accord de coopération en science et en technologie entre le Gouvernement de la
Nouvelle-Zélande et le Gouvernement du Japon. Tokyo, 28 octobre 2009
Entrée en vigueur : 28 octobre 2009 par notification, conformément à l'article 10
Textes authentiques : anglais et japonais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Nouvelle-Zélande, 9 mars
2010
315
Volume 2653, I-47213
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
316
Volume 2653, I-47213
317
Volume 2653, I-47213
318
Volume 2653, I-47213
319
Volume 2653, I-47213
320
Volume 2653, I-47213
321
Volume 2653, I-47213
322
Volume 2653, I-47213
323
Volume 2653, I-47213
324
Volume 2653, I-47213
325
Volume 2653, I-47213
326
Volume 2653, I-47213
[ JAPANESE TEXT – TEXTE JAPONAIS ]
327
Volume 2653, I-47213
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION EN SCIENCE ET EN TECHNOLOGIE
ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE ET LE
GOUVERNEMENT DU JAPON
Le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement du Japon (ci-après dénommés « les Parties »),
Désireux de développer les relations étroites et amicales qu’entretiennent leurs deux
pays, et conscients de l’expansion rapide des connaissances scientifiques et de leur apport
à la coopération bilatérale et internationale,
Souhaitant élargir la portée de la coopération scientifique et technologique par la
création d’un partenariat productif à des fins pacifiques et pour leur bénéfice réciproque,
et
Affirmant leur engagement à un nouveau renforcement de la coopération en matière
de science et de technologie,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Les Parties développeront des activités de coopération dans des domaines tels que la
science et la technologie, dont elles pourront convenir d’un commun accord, à des fins
pacifiques, sur la base des contributions et des avantages mutuels et équitables.
Article 2
Les formes d’activités de coopération issues du présent Accord peuvent englober les
suivantes :
a) Réunions de diverses formes, notamment des réunions d’experts, afin de
s’entretenir et d’échanger des informations sur la science et la technologie, ainsi que de
déterminer des projets et programmes de recherche et développement pouvant être utilement entrepris en coopération;
b) Échange d’informations sur les activités, politiques, pratiques, lois et règlements
concernant la recherche et le développement scientifiques et technologiques;
c) Visites et échanges de scientifiques, de personnel technique ou autres experts portant sur des thèmes généraux ou particuliers; et
d) Autres formes d’activités qui pourront être convenues d’un commun accord.
Article 3
1. Des modalités de mise en œuvre exposant les détails et les procédures applicables
aux activités de coopération scientifique déterminées d’un commun accord dans le cadre
328
Volume 2653, I-47213
du présent Accord peuvent être conclues entre les Parties ou entre leurs organismes,
comme il convient.
2. Les activités de coopération entre les Parties dans les domaines de la science et de
la technologie qui ont été entamées et non achevées à la date d’entrée en vigueur du présent Accord seront intégrées à celui-ci à la date en question.
Article 4
Les Parties sont susceptibles d’autoriser la participation de chercheurs et
d’organismes de recherche des secteurs public et privé aux activités de coopération issues
du présent Accord.
Article 5
1. Afin d’assurer une mise en œuvre efficace du présent Accord, les Parties établiront
un Comité mixte dont les fonctions seront les suivantes :
a) Échanger des informations et des avis sur les problèmes relevant de la politique
scientifique et technologique;
b) Passer en revue et discuter les activités de coopération et résultats issus du présent
Accord; et
c) Formuler des recommandations aux Parties concernant la mise en œuvre du présent Accord, ce qui peut inclure des recommandations sur d’autres activités de coopération prévues aux présentes.
2. Le Comité mixte se réunira alternativement au Japon et en Nouvelle-Zélande à des
dates fixées d’un commun accord, de préférence au moins tous les trois ans.
Article 6
1. Les renseignements scientifiques et technologiques exempts de droits de propriété
issus des activités de coopération prévues par le présent Accord sont susceptibles d’être
rendus publics par l’une ou l’autre des Parties par les voies habituelles ainsi que conformément aux procédures normales des institutions participantes.
2. Les Parties prendront dûment en considération la protection et la distribution des
droits de propriété intellectuelle ou autres droits de propriété résultant des activités de
coopération prévues par le présent Accord et se consulteront à cet effet en tant que de besoin.
Article 7
1. La mise en œuvre du présent Accord par les Parties sera assujettie à la disponibilité de fonds adéquats ainsi qu’aux lois et règlements applicables de chaque Partie.
2. Le coût des activités de coopération ressortant du présent Accord sera pris en
charge dans des conditions convenues d’un commun accord.
329
Volume 2653, I-47213
Article 8
Aucune disposition du présent Accord ne sera interprétée comme portant préjudice
aux autres accords existant entre les Parties à la date de signature du présent Accord ou
conclus par la suite.
Article 9
Tout litige entre les Parties découlant de l’interprétation ou de la mise en œuvre du
présent Accord sera réglé à l’amiable par voie de consultation entre elles.
Article 10
1. Le présent Accord entrera en vigueur à la date à laquelle les Parties se sont mutuellement notifié, par l’échange de notes diplomatiques, l’accomplissement des procédures
internes nécessaires à cette entrée en vigueur. Il reste en vigueur pendant une période de
trois ans et le demeure par la suite, sauf résiliation par l’une ou l’autre des Parties à la fin
de cette période initiale de trois ans ou à tout autre moment à partir de cette date, moyennant un préavis écrit de six mois donné par la Partie qui souhaite dénoncer l’Accord.
2. La dénonciation du présent Accord sera sans préjudice des activités de coopération
menées en vertu de l’Accord et non entièrement réalisées au moment de la dénonciation.
Article 11
Le présent Accord pourra être amendé par consentement mutuel des Parties, par
l’échange de notes diplomatiques. Sauf convention contraire entre les Parties, un amendement entrera en vigueur à la date fixée d’un commun accord par les Parties dans les
notes diplomatiques échangées.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, dûment autorisées par leurs gouvernements respectifs, ont signé le présent Accord.
FAIT en double exemplaire à Tokyo, le 28 octobre 2009, en langues japonaise et anglaise, les deux textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande :
Pour le Gouvernement du Japon :
330
Volume 2653, I-47214
No. 47214
____
New Zealand
and
Samoa
Agreement between the Government of New Zealand and the Government of the
Independent State of Samoa concerning the temporary stay of members of the
New Zealand armed forces on the territory of the Independent State of Samoa
(New Zealand - Samoa Visiting Forces Agreement). Apia, 7 July 2009
Entry into force: 7 July 2009 by signature, in accordance with article 13
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: New Zealand, 9 March 2010
Nouvelle-Zélande
et
Samoa
Accord entre le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de l'État
indépendant du Samoa relatif au séjour temporaire des membres des forces armées de Nouvelle-Zélande sur le territoire de l'État indépendant du Samoa (Accord Nouvelle-Zélande – Samoa sur les forces en visite). Apia, 7 juillet 2009
Entrée en vigueur : 7 juillet 2009 par signature, conformément à l'article 13
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Nouvelle-Zélande, 9 mars
2010
331
Volume 2653, I-47214
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
332
Volume 2653, I-47214
333
Volume 2653, I-47214
334
Volume 2653, I-47214
335
Volume 2653, I-47214
336
Volume 2653, I-47214
337
Volume 2653, I-47214
338
Volume 2653, I-47214
339
Volume 2653, I-47214
340
Volume 2653, I-47214
341
Volume 2653, I-47214
342
Volume 2653, I-47214
343
Volume 2653, I-47214
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE
ET LE GOUVERNEMENT DE L’ÉTAT INDÉPENDANT DU SAMOA
RELATIF AU SÉJOUR TEMPORAIRE DES MEMBRES DES FORCES
ARMÉES DE NOUVELLE-ZÉLANDE SUR LE TERRITOIRE DE
L’ÉTAT INDÉPENDANT DU SAMOA (ACCORD NOUVELLEZÉLANDE - SAMOA SUR LES FORCES EN VISITE)
Le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de l’État indépendant
du Samoa (ci-après dénommés « les Parties »),
Rappelant le Traité d’amitié entre leurs deux Gouvernements fait à Apia le
1er août 1962,
Réaffirmant la relation étroite établie par ce Traité, et
Désireux de contrôler les conditions régissant le séjour temporaire des membres des
Forces armées de Nouvelle-Zélande sur le territoire de l’État indépendant du Samoa
(« Samoa »),
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définition
« Contingent de Nouvelle-Zélande » désigne un ou plusieurs membres des Forces
armées de Nouvelle-Zélande autorisés à pénétrer et à séjourner sur le territoire souverain
du Samoa au titre de l’Article 3 du présent Accord, en ce compris tout membre d’une
composante civile d’un contingent néo-zélandais autre qu’un ressortissant ou une personne ayant sa résidence habituelle à Samoa.
Article 2. Objet de l’Accord
1. Le présent Accord régit l’entrée, le départ et le séjour temporaire de contingents
néo-zélandais sur le territoire souverain du Samoa.
2. Sauf disposition contraire dans le présent Accord, l’entrée, le départ et le séjour
temporaire d’un contingent néo-zélandais est régi par le droit et les règlements internes du
Samoa.
Article 3. Type, champ d’application et durée du séjour
1. Les autorités compétentes du Samoa peuvent autoriser au préalable tout contingent
néo-zélandais à entrer et séjourner temporairement sur le territoire du Samoa aux fins de
toute opération, formation, exercice ou aide au Gouvernement du Samoa.
2. Les détails relatifs au type, au champ d’application et à la durée d’un séjour donné
seront convenus mutuellement par les autorités compétentes des Parties dans le cadre d’un
accord spécifique.
344
Volume 2653, I-47214
Article 4. Conditions d’entrée, de départ et de séjour
1. Un contingent néo-zélandais peut :
a) Pénétrer sur le territoire du Samoa à bord de navires ou d’aéronefs, et rester sur ou
au-dessus de ce territoire en vertu d’un accord conclu en vertu de l’Article 3(2) du présent
Accord;
b) Débarquer de véhicules terrestres sur le territoire du Samoa;
c) Porter un uniforme militaire pendant le service; et
d) Posséder et porter au besoin des armes pendant son séjour sur le territoire du Samoa aux fins de l’objectif officiel de ce dernier.
2. En cas d’importation d’armes ou de véhicules quelconques sur le territoire du Samoa en vertu du présent Accord :
a) Toute licence ou permis requis sera accordé conformément à la législation du Samoa; et
b) D’autres détails concernant l’utilisation des véhicules ainsi que la possession et le
port d’armes par un contingent néo-zélandais sur le territoire du Samoa feront l’objet
d’une décision mutuelle;
conformément à un arrangement spécifique à sceller entre les autorités compétentes des
Parties.
3. Les autorités compétentes du Samoa doivent :
a) Faciliter l’entrée et le départ de tout contingent néo-zélandais d’un ou plusieurs
sites déterminés mutuellement par les Parties; et
b) Fournir des installations douanières et d’immigration afin d’accueillir les navires
et aéronefs transportant des membres du contingent néo-zélandais qui arrivent à Samoa.
4. Le Gouvernement du Samoa n’imposera aucune taxe au Gouvernement de la Nouvelle-Zélande en contrepartie de l’utilisation du territoire, d’installations ou de services
par un contingent néo-zélandais, à moins que de ces taxes soient convenues mutuellement
entre les autorités compétentes des Parties dans le cadre d’un accord spécifique.
5. Un contingent néo-zélandais sera autorisé à pénétrer ou quitter le territoire du Samoa en produisant :
a) Une carte d’identité personnelle délivrée par les Forces de défense néozélandaises, comportant une photographie et précisant le nom, la date de naissance, le
grade, le numéro de matricule ainsi que le service du titulaire; et
b) Un ordre de mouvement individuel ou collectif délivré par la Force de défense
néo-zélandaise certifiant que l’individu ou le groupe est un contingent néo-zélandais ou
un membre dudit contingent.
6. Un contingent néo-zélandais ne devra présenter aucun passeport pour entrer sur le
territoire du Samoa. Le Gouvernement du Samoa n’accordera pas d’exemption de la taxe
de départ à un contingent néo-zélandais.
7. Un contingent néo-zélandais peut importer sur le territoire du Samoa, en franchise
de droit, tout matériel nécessaire pour l’équipement, l’entretien, le fonctionnement et
l’appui apporté au contingent néo-zélandais, pour autant qu’une liste détaillée de
345
Volume 2653, I-47214
l’ensemble du matériel soit communiquée aux autorités du Samoa au moins une semaine
avant l’arrivée d’un contingent néo-zélandais. Les autorités du Samoa se réservent le droit
de refuser l’importation sur le territoire du Samoa du matériel repris dans ladite liste si
l’importation de ce dernier est contraire aux lois en vigueur à Samoa.
8. Tout matériel importé en vertu du paragraphe 7 du présent Article peut être réexporté librement. Les autorités compétentes des Parties établiront mutuellement les règles
d’inspection douanière et de quarantaine applicables à tout matériel importé au titre du
paragraphe 7 du présent Article dans le cadre d’un accord spécifique; tout document officiel ou matériel classifié détenu par le contingent néo-zélandais ne sera toutefois pas
soumis à ladite inspection. Le statut de tout document officiel ou confidentiel importé à
Samoa par un contingent néo-zélandais sera déterminé et certifié par l’officier supérieur
du contingent aux fins du présent paragraphe.
Article 5. Juridiction pénale et disciplinaire
1. Les autorités compétentes de la Force de défense néo-zélandaise auront le droit
d’exercer sur le territoire du Samoa les pouvoirs de juridiction pénale et disciplinaire que
leur confère la législation de Nouvelle-Zélande sur un contingent néo-zélandais, et notamment une juridiction exclusive sur le territoire néo-zélandais en ce qui concerne les infractions punies par la législation néo-zélandaise mais pas par celle du Samoa.
2. Les autorités compétentes du Samoa auront le droit d’exercer une juridiction sur
un contingent néo-zélandais pour toute infraction commise sur le territoire du Samoa et
punie par la législation du Samoa, et notamment une juridiction exclusive sur le contingent néo-zélandais en ce qui concerne les infractions punies par la législation du Samoa
mais pas par celle de la Nouvelle-Zélande.
3. Dans le cas de juridiction concurrente, les règles suivantes seront applicables :
a) Les autorités compétentes de la Force de défense néo-zélandaise auront le droit
d’exercer par priorité leur juridiction sur un contingent néo-zélandais en cas :
i) D’attentats à la sécurité de la Nouvelle-Zélande, y compris les actes de trahison,
de sabotage, d’espionnage ou de violation de toute loi liée à la protection des informations officielles de Nouvelle-Zélande;
ii) D’infractions portant uniquement atteinte à la propriété de la Nouvelle-Zélande;
iii) D’infractions portant uniquement atteinte à la personne ou à la propriété d’un
autre membre du contingent néo-zélandais; et
iv) D’infractions résultant de tout acte accompli ou négligence commise dans l'exécution du service.
b) Dans le cas de toute autre infraction commise sur le territoire du Samoa, les autorités compétentes de Samoa auront le droit d’exercer par priorité leur juridiction.
c) Si les autorités ayant le droit d’exercer par priorité leur juridiction décident de ne
pas le faire, elles en aviseront les autres autorités aussi tôt que possible.
d) Les autorités ayant le droit d’exercer par priorité leur juridiction examineront avec
bienveillance une demande de renonciation à ce droit des autres autorités, lorsque ces
dernières estiment que la renonciation revêt une importance particulière.
346
Volume 2653, I-47214
e) Aucune disposition de l’Article 5(3) du présent Accord confère le droit aux autorités compétentes de la Force de défense de Nouvelle-Zélande d’exercer une juridiction sur
les ressortissants ou les personnes ayant leur résidence habituelle à Samoa, à moins
qu’elles ne soient membres d’un contingent néo-zélandais.
4. Les autorités compétentes du Samoa et la Force de défense de Nouvelle-Zélande
doivent :
a) Se prêter mutuellement assistance dans le cadre de l’arrestation de membres d’un
contingent néo-zélandais, lorsqu’une telle arrestation s’impose pour exercer la juridiction
prévue dans le présent Article et, sous réserve des paragraphes 5 et 6 du présent Article,
et pour leur remise aux autorités qui sont appelées à exercer leur juridiction;
b) Se prêter mutuellement assistance pour la conduite des enquêtes nécessaires se
rapportant aux infractions ainsi que pour la recherche et la production de preuves concernant une infraction quelconque; et
c) Se donner mutuellement notification de la suite donnée aux affaires dans les cas où
il y a juridiction concurrente.
5. Les autorités compétentes du Samoa notifieront sans tarder les autorités compétentes de la Force de défense de Nouvelle-Zélande de l’arrestation de tout membre d’un
contingent néo-zélandais.
6. Lorsque les autorités compétentes du Samoa arrêtent un membre d’un contingent
néo-zélandais, ces autorités le libéreront au besoin à la garde du contingent néo-zélandais
à Samoa en attendant l’achèvement du procès, pour autant que la personne arrêtée soit
mise sur demande à la disposition des autorités compétentes du Samoa.
7. Lorsqu'un inculpé a été jugé conformément aux dispositions du présent article par
un tribunal militaire néo-zélandais, il ne pourra plus être jugé de nouveau du chef de la
même infraction par un quelconque tribunal du Samoa.
8. Quand un membre d’un contingent néo-zélandais est poursuivi devant les juridictions du Samoa, il se verra accordé au minimum les droits suivants :
a) Jouir des droits garantis par l’Article 14 du Pacte international relatif aux droits
civils et politiques ouvert à la signature à New York le 19 décembre 1966; et
b) Communiquer avec un représentant de Nouvelle-Zélande et, lorsque le règlement
du Tribunal le permet, obtenir que ce représentant assiste aux débats.
9. La Force de défense de Nouvelle-Zélande informera les autorités compétentes du
Samoa lorsque tout membre d’un contingent néo-zélandais s’absente sans autorisation
pendant plus de 48 heures.
Article 6. Télécommunications
1. Dans la mesure où cela s’avère nécessaire à la réalisation de l’objectif de son séjour au Samoa, un contingent néo-zélandais mettra en place et exploitera des installations
de télécommunications, y compris des systèmes radio, sur une base temporaire.
L’exploitation des systèmes radio par le contingent néo-zélandais au Samoa est subordonnée par l’approbation des fréquences appropriées par les autorités compétentes du
Samoa.
347
Volume 2653, I-47214
2. Un contingent néo-zélandais prendra toutes les mesures nécessaires pour éviter que
ses propres installations de télécommunications ou autres installations électriques ne provoquent des interférences avec les réseaux de télécommunications du Samoa. Les autorités compétentes du Samoa prendront toutes les mesures nécessaires, dans la mesure autorisée par la réglementation en vigueur, pour éviter que les installations de télécommunications ou autres installations électriques utilisées au Samoa ne provoquent des interférences avec les installations de télécommunications du contingent néo-zélandais.
Article 7. Exploitation des véhicules de la Force de défense de Nouvelle-Zélande et utilisation des aérodromes au Samoa
1. Tous les véhicules utilisés par un contingent de Nouvelle-Zélande seront immatriculés et autorisés par l’autorité compétente adéquate de Nouvelle-Zélande. Ces véhicules
porteront un numéro d’immatriculation et une marque de nationalité distinctive.
2. Un contingent néo-zélandais est tenu de respecter les lois et règlements de la circulation routière du Samoa; la Force de défense de Nouvelle Zélande pourra néanmoins appliquer ses propres normes internes pour la conception, la construction et l’équipement
des véhicules automobiles, remorques, bateaux et aéronefs. Les autorités compétentes du
Samoa veilleront au respect des lois et règlements en matière de circulation routière en
collaboration avec les autorités compétentes de la Force de défense de Nouvelle-Zélande.
3. Exception faite des cas d’urgence, un contingent néo-zélandais ne peut utiliser des
aéronefs militaires sur des aérodromes civils au Samoa que dans la limite mutuellement
convenue par les autorités compétentes des Parties dans le cadre d’un arrangement spécifique.
4. Les permis de conduire et autres permis délivrés aux membres d’un contingent
néo-zélandais par une autorité néo-zélandaise, autorisant l’utilisation de véhicules de service, de bateaux et d’aéronefs, seront également valables pour l’utilisation de tels véhicules, bateaux ou aéronefs sur le territoire du Samoa.
5. Dans la mesure autorisée par la législation de Nouvelle-Zélande, les permis de
conduire spécifiques aux véhicules de service permettront également la conduite de véhicules privés correspondants.
Article 8. Règlement des réclamations entre les Parties
1. Chaque Partie renonce à tout recours contre l’autre Partie pour :
a) Les dommages causés aux biens détenus ou utilisés par ses forces armées ou de
police, ou la perte de ceux-ci, résultant de tout acte accompli ou négligence commise par
tout membre ou toute autre personne au sein du service des formes armées ou de police de
l’autre Partie dans le cadre de l’exécution du service;
b) Les dommages pour blessures corporelles ou un décès concernant :
i)
Un membre ou toute autre personne au sein du service de la Force de
police du Samoa; ou
ii)
Un membre d’un contingent néo-zélandais.
348
Volume 2653, I-47214
2. Si une Partie (« la Partie requérante ») réclame une indemnité à l’autre Partie (« la
Partie défenderesse ») pour des dommages causés aux biens de la Partie requérante voire
la perte de ceux-ci (autre que les biens détenus ou utilisés par les forces de police ou armées de la Partie requérante), résultant de tout acte accompli ou négligence commise par
tout membre ou toute autre personne au sein du service des formes armées ou de police de
la Partie défenderesse dans le cadre de l’exécution du service, la Partie requérante se concertera avec la Partie défenderesse pour le règlement de cette demande d’indemnité.
Article 9. Règlement des demandes d’indemnité de tiers
1. Le présent Article s’applique à toute demande d’indemnité :
a) Saisie par, ou pour le compte d’une tierce partie au Samoa, résultant de tout acte
ou négligence commise par un membre d’un contingent néo-zélandais dans le cadre de
l’exécution du service, occasionnant :
i) Une blessure personnelle ou le décès d’une tierce partie; ou
ii) Des dommages ou la perte de biens d’une tierce partie au Samoa; ou
b) Faite par, ou pour le compte d’un membre d’un contingent néo-zélandais en ce qui
concerne tout acte ou mission d’une tierce partie à Samoa occasionnant :
i) Une blessure personnelle ou le décès de ce membre; ou
ii) Des dommages ou la perte de la propriété de ce membre.
2. Toute demande d’indemnité visée par le présent Article sera déposée auprès des
autorités compétentes du Samoa et considérée réglée ou jugée conformément aux lois du
Samoa.
3. Lorsque :
a) L’obligation de verser une indemnité est établie par les autorités compétentes du
Samoa en application de la législation de Samoa; ou
b) Les deux Parties reconnaissent que la législation du Samoa établirait l’obligation
de verser une indemnisation;
les autorités compétentes du Samoa règlent de telles demandes en payant l’indemnité raisonnable à laquelle la Partie requérante peut prétendre en vertu de la législation du Samoa. Un tel paiement constituera un règlement contraignant et définitif de la demande
d’indemnité.
4. Lorsque l’indemnité est versée, ou doit être payée aux termes du présent Accord,
les autorités compétentes du Samoa en communiquent le montant à la Force de défense de
Nouvelle-Zélande ainsi qu’un rapport circonstancié précisant la base d’une telle indemnité. Les autorités compétentes du Samoa discuteront et respecteront les instructions raisonnables des autorités compétentes de la Force de défense de Nouvelle-Zélande en ce qui
concerne la défense ou le règlement de la demande d’indemnisation.
5. Les autorités compétentes du Samoa ne régleront pas la demande sans l’accord
préalable de la Force de défense de Nouvelle-Zélande, qui ne sera pas refusée sans motif
raisonnable.
349
Volume 2653, I-47214
6. La charge des indemnités versées pour la réparation du dommage, y compris les
coûts raisonnables supportés par les autorités compétentes du Samoa dans le cadre du
traitement de la réparation, sera répartie entre les Parties, comme suit :
a) Lorsque la Nouvelle-Zélande est seule responsable de la réparation du dommage,
la Force de défense de Nouvelle-Zélande supportera la totalité des coûts de ladite réparation; et
b) Lorsque les Parties sont conjointement responsables de la réparation du dommage :
i) Lorsqu’il est possible de répartir la responsabilité entre les Parties, chaque Partie
supportera la part des coûts de la demande d’indemnité correspondant au degré de
responsabilité de la Partie; ou
ii) Lorsqu’il est impossible de répartir la responsabilité entre les Parties, les coûts
de la demande d’indemnité seront supportés de manière égale par les Parties.
7. Les dispositions du présent Article ne s’appliqueront pas :
a) Aux réclamations contractuelles à l’encontre d’un membre d’un contingent néozélandais à titre privé, lesquelles feront l’objet des procédures juridiques normales du
Samoa; ou
b) Aux demandes d’indemnité fondées sur l’usage de tout véhicule du contingent
néo-zélandais couvert par une police d’assurance souscrite conformément à la législation
du Samoa.
8. Les autorités compétentes du Samoa et la Force de défense de Nouvelle-Zélande
coopéreront dans la recherche des preuves nécessaires à un examen équitable et à une décision en ce qui concerne les demandes d’indemnité.
Article 10. Respect des lois et des coutumes du Samoa
1. Le Gouvernement de Nouvelle-Zélande prendra les mesures utiles pour assurer
que tout contingent néo-zélandais :
a) Respecte les lois, règlements et coutumes du Samoa;
b) S’abstient de toute activité incompatible avec l’esprit du présent Accord; et
c) S’abstient d’abuser de tout privilège accordé en vertu du présent Accord.
2. Exception faite des dispositions du présent Accord, aucune demande d’immunité
d’un membre d’un contingent néo-zélandais en vertu de son statut de servant ou
d’employé de la Force de défense de Nouvelle-Zélande ne peut, en ce qui concerne une
quelconque demande d’indemnité, procédure ou action, être présentée devant un tribunal
du Samoa.
Article 11. Règlement des litiges
Les différends concernant la mise en œuvre ou l’interprétation du présent Accord seront réglés à l’amiable par le biais de consultations et ne seront pas renvoyés pour médiation à des tierces parties.
350
Volume 2653, I-47214
Article 12. Mise en œuvre
Les modalités de la mise en œuvre du présent Accord peuvent être déterminées mutuellement par le Ministère des affaires étrangères et du commerce du Samoa et la Force
de défense de Nouvelle-Zélande par l’entremise de la Haute Commission de NouvelleZélande à Apia. Le Ministère des affaires étrangères et du commerce du Samoa et la
Force de défense de Nouvelle-Zélande s’échangeront mutuellement les coordonnées de
leurs autorités compétentes responsables de la mise en œuvre du présent Accord.
Article 13. Entrée en vigueur, période de validité et dénonciation
Le présent Accord entrera en vigueur à la date de la dernière signature Il restera en
vigueur jusqu’à l’expiration d’une période de 180 jours à compter de la date à laquelle
une Partie est notifiée par écrit par l’autre Partie, par la voie diplomatique, de son intention de mettre fin à l’Accord.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés, ont signé le présent Accord.
FAIT à Apia le 7 juin 2009, en deux exemplaires en langue anglaise.
Pour le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande :
JOHN PHILLIP KEY
Premier Ministre
Pour le Gouvernement de l’État indépendant du Samoa :
TUILAEPA LUPESOLIAI SAILELE MALIELEGAOI
Premier Ministre
351
Volume 2653, I-47215
No. 47215
____
New Zealand
and
Philippines
Agreement between the Government of New Zealand and the Government of the
Republic of the Philippines on air services (with annex). Singapore, 20 November 2007
Entry into force: 22 April 2009 by notification, in accordance with article 19
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: New Zealand, 9 March 2010
Nouvelle-Zélande
et
Philippines
Accord relatif aux services aériens entre le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et
le Gouvernement de la République des Philippines (avec annexe). Singapour,
20 novembre 2007
Entrée en vigueur : 22 avril 2009 par notification, conformément à l'article 19
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Nouvelle-Zélande, 9 mars
2010
353
Volume 2653, I-47215
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
354
Volume 2653, I-47215
355
Volume 2653, I-47215
356
Volume 2653, I-47215
357
Volume 2653, I-47215
358
Volume 2653, I-47215
359
Volume 2653, I-47215
360
Volume 2653, I-47215
361
Volume 2653, I-47215
362
Volume 2653, I-47215
363
Volume 2653, I-47215
364
Volume 2653, I-47215
365
Volume 2653, I-47215
366
Volume 2653, I-47215
367
Volume 2653, I-47215
368
Volume 2653, I-47215
369
Volume 2653, I-47215
370
Volume 2653, I-47215
371
Volume 2653, I-47215
372
Volume 2653, I-47215
373
Volume 2653, I-47215
374
Volume 2653, I-47215
375
Volume 2653, I-47215
376
Volume 2653, I-47215
377
Volume 2653, I-47215
378
Volume 2653, I-47215
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD RELATIF AUX SERVICES AÉRIENS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE ET LE GOUVERNEMENT DE
LA RÉPUBLIQUE DES PHILIPPINES
Le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et le Gouvernement de la République des
Philippines (ci-après dénommés « les Parties contractantes »),
Étant parties à la Convention relative à l’aviation civile internationale et à l’Accord
relatif au transit des services aériens internationaux, tous deux ouverts à la signature à
Chicago, le 7 décembre 1944,
Désireux de conclure un accord en vue de créer des services aériens entre leurs territoires respectifs et au-delà de ceux ci,
Désireux de garantir au plus haut degré la sûreté et la sécurité du transport aérien international,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Aux fins du présent Accord, sauf indication contraire :
a) L’expression « autorités aéronautiques » désigne, dans le cas de la République des
Philippines, le Conseil d’aéronautique civil et d’autres agences s’acquittant de fonctions
liées à l’aviation civile et dans le cas de la Nouvelle-Zélande, le Ministère en charge de
l’aviation civile ou, dans les deux cas, toute autre personne ou organisme habilité à assumer les fonctions exercées par ledit Ministère;
b) L’expression « services convenus » signifie les services aériens réguliers assurés
sur les routes indiquées dans l’annexe au présent Accord pour le transport de passagers,
de fret et de courrier, conjointement ou séparément;
c) Le terme « Accord » s’entend du présent Accord, de son annexe et de tous amendements y relatifs;
d) Le terme « Convention » s’entend de la Convention relative à l’aviation civile internationale, ouverte à la signature à Chicago le 7 décembre 1944, ainsi que toute annexe
adoptée conformément à l’article 90 de ladite Convention et tout amendement aux annexes ou à la Convention adopté conformément aux articles 90 et 94 de celle-ci, dans la
mesure où ces annexes et amendements sont entrés en vigueur à l’égard des deux Parties
contractantes;
e) L’expression « entreprise désignée » s’entend de toute entreprise de transport aérien désignée et autorisée conformément à l’article 3 du présent Accord afin de fournir
des services aériens sur les routes indiquées dans l’annexe à cet Accord;
f) Le terme « tarif » signifie le prix à payer pour le transport de passagers, de bagages
et de marchandises, ainsi que les conditions dans lesquelles ce prix s’applique, mais à
l’exclusion des rémunérations et conditions applicables à un transport du courrier;
379
Volume 2653, I-47215
g) Les expressions « services aériens », « service aérien international », « entreprise
de transport aérien », et « escale non commerciale », ont le sens que leur confère respectivement l’article 96 de la Convention; et
h) Le terme « territoire », dans le cas des Philippines, désigne le territoire tel que défini à l’article premier de la Constitution de 1987 de la République des Philippines, et,
dans le cas de la Nouvelle-Zélande, a le sens que lui confère l'article 2 de la Convention,
étant entendu que, le terme « territoire » exclut les îles Tokelau.
Article 2. Octroi des droits
1. Chaque Partie contractante accorde à l’autre Partie contractante les droits suivants
en vue de l’exploitation de services de transport aérien international par les entreprises
désignées de l’autre Partie contractante :
a) Droit de survoler le territoire de l’autre Partie contractante sans y faire escale;
b) Droit de faire des escales non commerciales sur son territoire; et
c) Droit de faire des escales sur son territoire aux fins d’embarquer et de débarquer,
dans le cadre de l’exploitation des routes indiquées dans l’annexe et en trafic international, des passagers, du fret et du courrier, conjointement ou séparément.
2. Aucune disposition du paragraphe 1 du présent article ne peut être interprétée
comme conférant à une entreprise désignée de l’une des Parties contractantes, le droit
d’embarquer sur le territoire de l’autre Partie, des passagers, du fret et du courrier transportés à titre onéreux vers un autre point du territoire de l’autre Partie contractante.
Article 3. Désignation et autorisation
1. Chaque Partie contractante a le droit de désigner par écrit à l’autre Partie contractante une ou plusieurs entreprises de transport aérien chargées d’exploiter les services
convenus sur les routes indiquées, ainsi que de révoquer ou de modifier de telles désignations.
2. Dès réception d’une telle désignation et sous réserve des dispositions de l’article 4
du présent Accord, les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante accordent
sans délai à l’entreprise ou aux entreprises de transport aérien désignées les autorisations
appropriées pour commencer à fournir les services convenus pour lesquels ces entreprises
ont été désignées.
3. Dès réception desdites autorisations, l’entreprise de transport aérien peut entamer à
tout moment les services convenus, en totalité ou en partie, pour autant que l’entreprise
satisfasse aux dispositions applicables du présent Accord, et en particulier que les tarifs
soient établis conformément aux dispositions de l’article 10 du présent Accord.
Article 4. Suspension, révocation et limitation de l’autorisation
1. Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante auront le droit de refuser
l’autorisation visée à l’article 3 du présent Accord aux entreprises désignées par l’autre
380
Volume 2653, I-47215
Partie, d’annuler ou de suspendre cette autorisation ou d’imposer des conditions à titre
provisoire ou permanent :
a) Si elles n’ont pas l’assurance que l’entreprise de transport aérien est constituée et
qu’elle a son établissement principal sur le territoire de la Partie contractante qui l’a désignée;
b) Si elles n’ont pas l’assurance que le contrôle effectif dudit transporteur est entre
les mains de la Partie contractante qui désigne l’entreprise, les ressortissants de cette Partie contractante ou les deux;
c) Si l’entreprise ne remplit pas les conditions prévues par la législation ou par la réglementation que les autorités aéronautiques de cette Partie contractante appliquent normalement et à bon escient conformément à la Convention; et
d) Si l’entreprise n’exploite pas les services conformément aux conditions prescrites
par le présent Accord.
2. À moins que des mesures immédiates ne s’imposent pour prévenir la poursuite
d’infraction aux dispositions des lois et règlements visés plus haut, les droits énoncés au
paragraphe 1 du présent article ne pourront s’exercer qu'après consultation des autorités
aéronautiques de l’autre Partie contractante, conformément à l’article 14 du présent Accord.
Article 5. Application des lois, règles et règlements
1. Les lois, règles, règlements et procédures d’une Partie contractante concernant
l’admission, le séjour sur son territoire ainsi que le départ hors dudit territoire d’aéronefs
assurant des services de transport ou l’exploitation et la navigation d’aéronefs doivent être
observés par les compagnies de transport aérien de l’autre Partie contractante à l’entrée,
au départ, ainsi que lors du séjour de ces aéronefs dans ledit territoire.
2. Au moment d'entrer, de séjourner dans ou de quitter le territoire de l’une des Parties contractantes, ses lois, règles et règlements et concernant l’admission sur son territoire et le départ dudit territoire de passagers, d’équipages ou de fret transportés par des
aéronefs (y compris les règlements applicables à l’entrée, au passage en douane, à la sécurité aérienne, à l’immigration, aux passeports, à la douane et à la quarantaine ou, dans le
cas du courrier, les règlements postaux) doivent être observés par ou pour les passagers,
les équipages ou le fret susmentionnés, transportés par les compagnies aériennes de
l’autre Partie contractante.
3. Aucune des Parties n’accordera à sa propre compagnie aérienne ou à une autre
compagnie aérienne une préférence dont ne bénéficierait pas une compagnie désignée de
l’autre Partie engagée dans des services de transport aérien international analogue en matière de douane, d’immigration, de quarantaine et de ses autres règlements analogues.
4. Les passagers, les bagages et le fret en transit direct par le territoire de l’une des
Parties, et ne quittant pas la zone de l’aéroport réservée à cet effet, ne subissent qu’un
simple contrôle. Les bagages et le fret en transit direct sont exonérés de droits de douane
et autres taxes semblables.
381
Volume 2653, I-47215
Article 6. Normes, certificats et licences de sécurité
1. Les certificats de navigabilité, brevets d'aptitude et licences, délivrés ou validés
par les autorités aéronautiques d’une Partie contractante et qui sont toujours valides, seront validés par les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante aux fins de
l’exploitation des services convenus sous réserve que les conditions de délivrance ou de
validation de ces certificats ou licences soient au moins aussi rigoureuses que les normes
fixées par la Convention. Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante se réservent néanmoins le droit de refuser de reconnaître la validité, aux fins du survol de son
territoire, des brevets d’aptitude et des licences délivrés à ses propres ressortissants par
l’autre Partie contractante.
2. Si les privilèges ou conditions d’octroi des licences ou certificats auxquels il est
fait référence au paragraphe 1 ci-dessus, délivrés par les autorités aéronautiques de l’une
des Parties contractantes à toute personne ou entreprise désignée ou dans le cas d’un aéronef utilisé dans le cadre de l’exploitation des services convenus, devait autoriser un
écart par rapport aux normes minimales fixées par la Convention, et que cet écart ait été
communiqué à l’Organisation de l’aviation civile internationale, l’autre Partie contractante peut solliciter des consultations entre les autorités aéronautiques conformément à
l’article 14 du présent Accord afin de clarifier ce point.
3. Les consultations portant sur les normes et exigences de sûreté maintenues et appliquées par les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante en ce qui concerne
les installations aéronautiques, les équipages, les aéronefs et les opérations des compagnies désignées seront organisées dans les quinze (15) jours de la réception d’une demande de l’une ou l’autre Partie contractante, ou dans un délai éventuellement déterminé
mutuellement. Si, à la suite de ces consultations, les autorités aéronautiques d’une Partie
contractante estiment que les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante, ne
maintiennent ou n'appliquent pas effectivement des normes et des exigences de sécurité
au moins égales aux normes minimales qui peuvent être établies dans ces domaines en
application de la Convention, les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante reçoivent notification de telles constatations en même temps que des mesures jugées nécessaires pour qu'il y ait conformité avec les normes minimales susmentionnées. Le fait de ne
pas prendre de mesures correctrices dans un délai de quinze (15) jours, ou toute autre période pouvant être acceptée par les autorités aéronautiques de la Partie contractante ayant
tiré ces constatations constitue un motif pour refuser, révoquer, suspendre ou imposer des
conditions sur les autorisations des entreprises de transport aérien désignées par l’autre
Partie contractante.
4. En vertu de l’article 16 de la Convention, chaque Partie contractante accepte que
tout aéronef opéré par, ou, lorsque cela est approuvé, pour le compte d’une entreprise de
transport aérien d’une Partie contractante, peut, lorsqu’il séjourne sur le territoire de
l’autre Partie contractante, être soumis à un examen par les autorités aéronautiques de
l’autre Partie contractante, tant à l’intérieur qu'à l’extérieur dudit aéronef, afin de vérifier
la validité des documents de l’aéronef et de son équipage ainsi que l’état apparent de
l’aéronef et de ses équipements (dénommé dans le présent article « inspection au sol »),
pour autant qu’une telle inspection au sol ne retarde pas l’exploitation de l’aéronef de
manière déraisonnable.
382
Volume 2653, I-47215
5. Si, à l’issue d’une inspection au sol, les autorités aéronautiques de l’une des Parties
contractantes déterminent :
a) Qu’un aéronef ou l’exploitation d’un aéronef ne satisfait pas aux normes minimales établies à l’époque conformément à la Convention; et/ou
b) Que l’application et la gestion des normes de sécurité établies à l’époque conformément à la Convention ne sont pas efficaces;
les autorités aéronautiques de ladite Partie contractante peuvent, aux fins de
l’article 33 de la Convention et à leur discrétion, estimer que les exigences sur la base
desquelles les certificats ou licences concernant cet aéronef ou son équipage ont été délivrés ou validés, ou que les exigences sur la base desquelles l’aéronef est exploité, ne sont
pas égales ou supérieures aux normes minimales établies en vertu de la Convention. Elles
pourront tirer une conclusion identique en cas de refus d’accès pour une inspection au sol.
6. Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante auront le droit, sans consultation, de refuser, suspendre ou d’imposer des conditions pour les autorisations d’une
entreprise de transport aérien de l’autre Partie contractante si les autorités aéronautiques
de la première Partie contractante concluent que des mesures immédiates s’imposent pour
assurer la sécurité des opérations aériennes.
7. Conformément aux paragraphes 3 ou 6 ci-dessus, toute action des autorités aéronautiques d’une Partie contractante est arrêtée dès que les motifs qui ont entraîné ladite
mesure cessent d'exister.
Article 7. Sécurité aérienne
1. Conformément à leurs droits et obligations découlant du droit international, les
Parties contractantes réaffirment que l’obligation qu'elles ont de protéger, dans le cadre de
leurs relations mutuelles, la sécurité de l’aviation civile contre tous actes d’intervention illicite fait Partie intégrante du présent Accord. Sans restreindre la portée générale de leurs
droits et obligations découlant du droit international, les Parties contractantes agissent
conformément aux dispositions de :
- La Convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord
des aéronefs, signée à Tokyo le 14 septembre 1963;
- La Convention pour la répression de la capture illicite d’aéronefs, signée à La Haye
le 16 décembre 1970;
- La Convention pour la répression d’actes illicites dirigés contre la sécurité de
l’aviation civile, signée à Montréal le 23 septembre 1971;
- Le Protocole complémentaire de Montréal pour la répression des actes illicites de
violence dans les aéroports servant à l’aviation civile internationale, signé à Montréal le
24 février 1988;
- La Convention sur le marquage des explosifs plastiques et en feuilles aux fins de
détection, signée à Montréal le 1er mars 1991;
et de toute autre convention multilatérale régissant la sécurité de l’aviation civile
ayant force obligatoire pour les Parties contractantes.
383
Volume 2653, I-47215
2. Les Parties contractantes se prêtent mutuellement, sur demande, toute l’aide nécessaire pour prévenir la capture illicite d’aéronefs civils et les autres actes illicites portant
atteinte à la sécurité des passagers, des équipages, des aéronefs, des aéroports et des installations de navigation aérienne ainsi que toute autre menace contre la sécurité de
l’aviation civile.
3. Dans leurs relations mutuelles, les Parties contractantes se conforment aux normes
de sécurité aérienne fixées par l’Organisation de l’aviation civile internationale qui figurent dans les annexes à la Convention dans la mesure où lesdites dispositions s’appliquent
aux Parties contractantes; elles exigent des exploitants d’aéronefs immatriculés par elles,
des exploitants d’aéronefs dont le principal établissement ou la résidence permanente sont
situés sur leur territoire et des exploitants des aéroports se trouvant sur leur territoire,
qu’ils se conforment auxdites dispositions relatives à la sécurité aérienne.
4. Chaque Partie contractante accepte que de tels exploitants d’aéronefs soient tenus
de respecter les dispositions de sécurité visées au paragraphe 3 ci-dessus dont l’autre Partie contractante exige l’observation lorsque leurs aéronefs entrent sur le territoire de celleci, en sortent ou s’y trouvent. Chaque Partie contractante prend des mesures appropriées
pour protéger les aéronefs et contrôler les passagers, les équipages, leurs bagages à main,
le fret et les provisions de bord avant et pendant les opérations d’embarquement ou de
chargement. En outre, chaque Partie contractante examine dans un esprit positif toute demande formulée par l’autre Partie contractante en vue d’obtenir l’application de mesures
spéciales de sécurité en cas d'une menace particulière.
5. Chaque Partie examinera avec bienveillance toute demande de l’autre Partie
d’instituer des mesures administratives réciproques qui permettraient aux autorités aéronautiques d’une Partie de faire leurs propres évaluations, sur le territoire de l’autre Partie,
des mesures de sécurité nécessaires aux opérateurs de vols concernant les vols à destination du territoire de la Partie qui fait ladite demande.
6. En cas d’incident ou de toute menace d’incident entraînant la capture illicite
d’aéronefs civils ou en cas d’autres actes illicites dirigés contre la sûreté de passagers,
d’équipages, d’aéronefs, d’aéroports et d’installations de navigation aérienne, chaque Partie contractante prête son assistance à l’autre Partie contractante en facilitant les communications et en prenant d’autres mesures appropriées pour mettre fin rapidement et au
moindre risque audit incident ou à ladite menace.
7. Lorsqu’une Partie contractante a des raisons légitimes de penser que l’autre Partie
contractante ne s’est pas conformée aux dispositions de sécurité aérienne visées dans le
présent article, les autorités aéronautiques de ladite Partie contractante peuvent demander
des consultations immédiates avec les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante. En cas d’absence d’accord satisfaisant sur les questions en cause dans les 30 jours
de l’introduction de cette demande, l’autorisation d’exploitation d’une ou de plusieurs entreprises de transport aérien de cette Partie contractante pourra être refusée, annulée, limitée ou subordonnée à certaines conditions. Si l’urgence de la situation l’exige, une des
Parties pourra prendre des mesures provisoires avant l’expiration du délai de 30 jours.
384
Volume 2653, I-47215
Article 8. Droits de douane et autres taxes
1. À leur arrivée sur le territoire d’une Partie contractante, les aéronefs utilisés par les
transporteurs aériens désignés de l’autre Partie contractante pour assurer des services aériens internationaux de même que leurs équipements normaux, l'équipement au sol, les
carburants, les lubrifiants, les fournitures techniques consommables, les pièces détachées
(y compris les moteurs), les provisions de bord (incluant, mais de manière non limitative,
la nourriture, les boissons et alcools, les tabacs et d’autres produits destinés à la vente aux
passagers ou à la consommation en quantités limitées pendant le vol) et les autres articles
prévus pour l’exploitation ou l’entretien des aéronefs assurant un service aérien international ou utilisés uniquement à ces fins sont exemptés, sur une base de réciprocité, de
toutes restrictions à l’importation, de taxes sur la propriété, de tout prélèvement sur le capital, de tous droits de douane et d’accises et de toutes taxes ou redevances qui sont : 1)
imposées par les autorités nationales, et 2) ne sont pas calculées en fonction du coût des
prestations fournies, à condition que ces équipements et fournitures restent à bord des aéronefs.
2. Sont également exemptés, sur une base de réciprocité, des impôts, droits, taxes et
redevances visés au paragraphe 1 du présent article, à l’exception des redevances calculées en fonction des prestations fournies :
a) Les provisions de bord introduites ou fournies sur le territoire d’une Partie contractante et embarquées, en quantités raisonnables, à bord d’un aéronef en partance appartenant à un transporteur de l’autre Partie contractante assurant des services aériens internationaux, même si ces articles sont destinés à être consommés sur la partie du vol effectuée au-dessus du territoire de la Partie dans laquelle ils ont été embarqués à bord;
b) L’équipement au sol et les pièces détachées (y compris les moteurs) introduits sur
le territoire d’une Partie contractante aux fins de l’entretien, de la maintenance ou de la
réparation des aéronefs d’un transporteur aérien de l’autre Partie contractante assurant des
services aériens internationaux;
c) Le carburant, les lubrifiants et les fournitures techniques consommables introduits
ou fournis sur le territoire d’une Partie contractante pour être utilisés à bord d’un aéronef
appartenant à un transporteur aérien de l’autre Partie contractante assurant des services
aériens internationaux, même si ces fournitures sont destinées à être utilisées sur la partie
du vol effectuée au-dessus du territoire de la Partie dans laquelle ils ont été embarqués à
bord.
3. Il peut être exigé que les équipements et fournitures visés aux paragraphes 1 et 2
du présent article soient placés sous la surveillance ou le contrôle des autorités compétentes.
4. Les exonérations prévues au présent article sont également accordées lorsque les
transporteurs aériens désignés d'une Partie contractante ont passé contrat avec un autre
transporteur aérien, bénéficiant des mêmes exonérations de la part de l’autre Partie contractante, en vue du prêt ou du transfert sur le territoire de l’autre Partie contractante des
articles mentionnés aux paragraphes 1 et 2 du présent article.
385
Volume 2653, I-47215
Article 9. Principes régissant l’exploitation des services convenus
1. Les entreprises désignées par les deux Parties contractantes auront la faculté et la
capacité d’exploiter dans des conditions égales et équitables les services convenus sur les
routes indiquées en annexe.
2. Dans le cadre de l’exploitation des services convenus, les entreprises désignées de
chacune des Parties contractantes prendront en considération les intérêts de l’entreprise
désignée de l’autre Partie de manière à ne pas porter indûment préjudice aux services
convenus que cette dernière assure sur tout ou partie de la même route.
3. Les services convenus qu’assureront les entreprises désignées par les deux Parties
contractantes devront être étroitement adaptés au besoin du public en matière de transport
sur les routes indiquées; ils devront viser essentiellement à fournir à un coefficient de
charge normal une capacité suffisante pour répondre à la demande courante et normalement prévisible de l’origine et de la destination réelles de ce trafic transporté entre les territoires des Parties contractantes.
4. Le transport de passagers, de fret et de courrier, embarqués et déchargés en des
points des routes indiquées, situés sur le territoire de pays tiers s’effectuera, si les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes le décident d’un commun accord, conformément aux principes généraux selon lesquels la capacité doit être proportionnée :
a) Aux exigences du trafic à destination et en provenance du territoire de la Partie
contractante ayant désigné l’entreprise;
b) Aux exigences du trafic dans les régions desservies par l’entreprise, compte tenu
des services aériens locaux et régionaux; et
c) Aux exigences de l’exploitation de services directs.
5. Les autorités aéronautiques des Parties contractantes détermineront conjointement
les modalités de l’application pratique des principes énoncés aux paragraphes précédents
du présent article pour l’exploitation des services convenus par les entreprises désignées.
6. Les Parties contractantes détermineront conjointement la capacité totale devant
être fournie pour l’exploitation des services convenus par les entreprises désignées conformément aux principes énoncés ci-dessus par les Parties contractantes.
Article 10. Tarifs
1. Les tarifs applicables entre les territoires des deux Parties contractantes seront établis à des niveaux raisonnables, compte dûment tenu de tous les facteurs à prendre en
considération, y compris le coût de l’exploitation, les intérêts des usagers, un bénéfice raisonnable, la classe de service et, s’il y a lieu, les tarifs des autres entreprises qui desservent en totalité ou en partie les routes indiquées dans l’annexe.
2. Les Parties contractantes autorisent les entreprises de transport aérien désignées à
développer individuellement les tarifs visés dans le présent article ou, au choix des entreprises, par le biais d’une coordination mutuelle ou avec d’autres entreprises de transport
aérien.
386
Volume 2653, I-47215
3. Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante peuvent exiger le dépôt
des tarifs appliqués pour un service convenu pour approbation (sous la forme de leur
choix), auquel cas un tel dépôt doit être effectué au moins trente (30) jours avant la date
effective proposée à moins que ces autorités ne consentent un délai plus court.
4. Lorsque les tarifs doivent être déposés, ils n’entrent en vigueur qu’après avoir été
approuvés, au besoin, par les autorités aéronautiques des Parties contractantes. Dans le
cas prévu au paragraphe 3 ci-dessus, où le délai de soumission est réduit, les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes pourront décider d’un délai inférieur à
trente (30) jours pour la notification de leur désaccord.
5. Si les autorités aéronautiques ne s’entendent pas sur un tarif leur étant soumis en
vertu des dispositions du présent article, le différend peut être réglé conformément aux
dispositions de l’article 15 du présent Accord.
6. Lorsqu’il est suggéré que les autorités aéronautiques de l’une des Parties contractantes propose d’intervenir sur un tarif ayant été soumis, une telle intervention visera essentiellement à :
a) Prévenir l’application de tarifs ou de pratiques abusives ou discriminatoires;
b) Protéger les consommateurs contre les tarifs indûment élevés ou restrictifs par
suite de l’abus d’une position dominante;
c) Protéger les compagnies de transport aérien dans la mesure où les tarifs sont artificiellement bas, en raison de l’attribution directe ou indirecte de subventions gouvernementales; et
d) Protéger les compagnies de transport aérien contre les tarifs artificiellement bas,
lorsque certains éléments attestent de l’intention de supprimer la concurrence.
7. Les tarifs facturés par une entreprise désignée de l’une des Parties contractantes
pour le transport entre le territoire de l’autre Partie contractante et le territoire d’un État
qui n’est pas une Partie contractante, doivent être approuvés respectivement par les autorités aéronautiques de l’autre Partie contractante et de tels État non contractants, pour autant, toutefois, que les autorité aéronautiques d’une Partie contractante n’exige pas un tarif différent de leurs propres entreprises de transport aérien pour des services entre les
mêmes points. Sous réserve des lois internes des Parties contractantes, une entreprise désignée de chaque Partie contractante soumettra de tels tarifs aux autorités aéronautiques
de l’autre Partie contractante, conformément à leurs exigences. L’agrément de tels tarifs
peut être retiré avec un préavis de quinze (15) jours minimum pour autant qu’une Partie
contractante autorise l’entreprise de transport aérien désignée d’appliquer les mêmes tarifs que ceux de ses propres entreprises de transport aérien pour les services fournis entre
les mêmes points.
8. Exception faite des tarifs ayant une période de validité spécifique, un tarif fixé
conformément aux dispositions du présent paragraphe reste en vigueur jusqu’à
l’établissement du nouveau tarif.
Article 11. Représentation des entreprises
1. Toute entreprise désignée par l’une des Parties contractantes sera autorisée, sur la
base de la réciprocité, à faire venir et à installer sur le territoire de l’autre Partie contrac387
Volume 2653, I-47215
tante ses représentants et son personnel commercial, opérationnel et technique pour les
besoins de l’exploitation des services convenus.
2. Ces besoins en personnel pourront, au choix de l’entreprise désignée ou des entreprises de l’une des Parties contractantes, être couverts par son propre personnel ou en faisant appel à une autre organisation, société ou compagnie aérienne travaillant sur le territoire de l’autre Partie contractante et autorisée à assurer les services en question sur ce
territoire.
3. Les représentants et les membres du personnel visés au paragraphe 1 du présent article seront assujettis aux lois et règlements de l’autre Partie contractante et, conformément à ces lois et règlements, chacune des Parties contractantes devra, sur la base de la
réciprocité et dans les meilleurs délais, accorder les autorisations d’emploi nécessaires,
les visas des visiteurs et les autres documents similaires aux représentants et aux personnels énoncés au paragraphe 1 du présent article.
Article 12. Activités commerciales et transferts de fonds
1. L’entreprise désignée par chacune des Parties contractantes aura le droit de vendre
des titres de transport aérien sur le territoire de l’autre Partie contractante, soit directement, soit par l’intermédiaire de ses agents. Elle aura le droit de vendre ces titres, en devises librement convertibles; de même, toute personne pourra librement acheter ces titres
de transport et s’acquittera du paiement en devises acceptées par l’entreprise.
2. Chaque Partie contractante accorde à toute entreprise désignée de l’autre Partie le
droit de transférer librement, au taux de change officiel, les recettes excédant ses dépenses qui sont rapportées par le transport de passagers, de courrier et de fret sur le territoire de la première Partie.
3. Une entreprise aérienne désignée d’une Partie contractante peut, dans le cadre de
l’exploitation ou de la prestation de services de transport aérien international en vertu du
présent Accord, conclure des accords de partage de code ou de location. Le partage de
code sera limité à des accords avec des compagnies aériennes désignées de l’autre Partie
contractante.
4. Nonobstant toute autre disposition du présent Accord, les transporteurs aériens et
les fournisseurs indirects de services de fret des Parties contractantes sont autorisés, sans
restriction, à utiliser, dans le cadre des services aériens internationaux, tout transport de
surface pour le fret à destination ou en provenance de tout point situé sur le territoire des
Parties ou de pays tiers, y compris le transport à destination ou en provenance de tout aéroport disposant d’installations douanières, et disposent du droit, le cas échéant, de transporter du fret sous douane, conformément aux dispositions législatives et réglementaires
applicables. L’accès aux opérations d'enregistrement et aux installations douanières des
aéroports sera accordé pour un tel fret, qu’il soit transporté par voie de surface ou par
voie aérienne. Sous réserve de la législation interne des Parties contractantes, les transporteurs peuvent choisir d’effectuer eux-mêmes leurs opérations de transport de surface,
ou de les confier à d’autres transporteurs de surface, y compris à d’autres transporteurs
aériens ou à des fournisseurs indirects de services de fret aérien. Ces services de fret intermodaux peuvent être proposés à un tarif forfaitaire unique couvrant le transport combi-
388
Volume 2653, I-47215
né par air et en surface, à condition que les expéditeurs ne soient pas induits en erreur
quant à la nature et aux modalités de ces transports.
Article 13. Statistiques
Les autorités aéronautiques de chaque Partie contractante fournissent, sur demande,
aux autorités aéronautiques de l’autre Partie, les états périodiques et autres documents statistiques normalement nécessaires pour vérifier la capacité correspondant aux services
convenus.
Article 14. Consultations
1. Dans un esprit d’étroite coopération, les autorités aéronautiques des Parties contractantes se consulteront de temps à autre pour s’assurer de l’application et du bon respect des dispositions du présent Accord et aussi, si nécessaire, pour y apporter des modifications.
2. Chaque Partie contractante pourra demander, par la voie diplomatique, des consultations qui pourront avoir lieu oralement ou par correspondance et devront commencer
dans les soixante (60) jours qui suivront la réception d’une demande écrite, à moins que
les deux Parties contractantes ne conviennent d’un délai plus long.
Article 15. Règlement des différends
1. En cas de différend relatif à l’interprétation ou à l’application du présent Accord
entre les Parties contractantes, celles-ci s’efforcent d’abord de le régler par voie de négociation.
2. Si les Parties contractantes ne parviennent pas à régler leur différend par la négociation, elles pourront convenir de le soumettre à la décision d’une personne ou d’un organisme déterminé, à moins que l’une ou l’autre ne le soumette à la décision d’un tribunal
de trois arbitres, chacune des Parties en nommant un et le troisième étant désigné par les
deux premiers. Chaque Partie contractante nommera son arbitre dans les soixante (60)
jours suivant la date de réception d’une notification de l’autre Partie par la voie diplomatique de son intention de soumettre le différend à l’arbitrage, et le troisième arbitre sera
nommé dans les soixante jours qui suivent la désignation des deux premiers arbitres. Si
l’une ou l’autre des Parties ne désigne pas son arbitre dans le délai prescrit, ou si le troisième arbitre n’est pas désigné dans le délai prescrit, l’une ou l’autre des Parties pourra
demander au président du Conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale de
désigner un ou plusieurs arbitres, selon le cas. Dans tous les cas, le troisième arbitre sera
ressortissant d’un État tiers et présidera le tribunal d’arbitrage.
3. Les Parties contractantes se conformeront à toute décision rendue en application
du paragraphe 2 du présent article.
389
Volume 2653, I-47215
Article 16. Modification de l’Accord
Si l’une ou l’autre des Parties contractantes juge souhaitable de modifier une disposition quelconque du présent Accord, elle pourra demander des consultations avec l’autre
Partie. Ces consultations pourront avoir lieu soit oralement, soit par correspondance, et
devront débuter dans les soixante (60) jours qui suivront la réception d’une demande
écrite, à moins que les deux Parties ne conviennent d’un délai plus long. Toute modification ainsi adoptée entrera en vigueur lorsqu'elle aura été approuvée par les procédures internes respectives de chaque Partie contractante et confirmée par un échange de notes diplomatiques.
Article 17. Dénonciation
Chacune des Parties contractantes pourra à tout moment notifier par écrit et par voie
diplomatique à l’autre Partie sa décision de dénoncer le présent Accord; cette décision
devra être notifiée simultanément à l’Organisation de l’aviation civile internationale.
L’Accord prendra fin douze (12) mois à compter de la réception par l’autre Partie de cette
notification, à moins que celle-ci ne soit retirée par accord mutuel avant l’expiration de ce
délai. Si l’autre Partie contractante n’accuse pas réception de cette notification, celle-ci
sera réputée avoir été reçue quatorze (14) jours après qu'elle l’aura été par l’Organisation
de l’aviation civile internationale.
Article 18. Enregistrement
Le présent Accord et tout amendement y relatif seront enregistrés auprès de
l’Organisation de l’aviation civile internationale.
Article 19. Entrée en vigueur
Le présent Accord entrera en vigueur à la date de l’échange de notes diplomatiques
stipulant que les procédures internes respectives de chaque Partie contractante ont été
respectées.
390
Volume 2653, I-47215
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment habilités par leurs Gouvernements
respectifs, ont signé le présent Accord.
FAIT à Singapour le 20 novembre en deux exemplaires en anglais.
Pour le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande :
Pour le Gouvernement de la République des Philippines :
391
Volume 2653, I-47215
ANNEXE. TABLEAU DES ROUTES
I. Routes pour les entreprises désignées de Nouvelle-Zélande :
Points d’origine
Points intermédiaires Points de destination
Points au-delà
a) Points en
Nouvelle-Zélande
-
Manille
-
b) Points en
Nouvelle-Zélande
-
Clark
1 point en Chine
II. Routes pour les entreprises désignées de la République des Philippines :
Points d’origine
Points aux
Philippines
Points intermédiaires Points de destination
1 point en Asie du
Sud-Est ou à Darwin
Auckland ou
Christchurch
Points au-delà
-
NOTES :
a) L’entreprise désignée d’une des Parties contractantes peut omettre un ou plusieurs
points sur les routes convenues, à condition que le service sur ces routes débute et se termine sur le territoire de la Partie contractante qui a désigné l’entreprise.
b) Le droit de l’entreprise désignée d’une Partie contractante de transporter des passagers, de fret et du courrier entre les points situés sur le territoire de l’autre Partie contractante et des points situés sur le territoire de parties tierces fera l’objet d’une discussion
et d’un accord entre les autorités aéronautiques des deux Parties contractantes.
392
Printed at the United Nations, New York
13-33443—November 2013—200
ISSN 0379-8267
Sales No. TS2653
USD $40
ISBN 978-92-1-900630-0
UNITED
NATIONS
TREATY
SERIES
Volume
2653
2010
I. Nos.
47201-47215
RECUEIL
DES
TRAITÉS
NATIONS
UNIES
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
6
Размер файла
12 121 Кб
Теги
series, 882, 2653, treaty
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа